Chapitre 40 de Terror Infinity

N’oubliez pas de venir soutenir la team sur XianxiaFr! 🙂

Ils se retrouvèrent dans la chambre de Jie pour déjeuner ensemble, ainsi qu’ils se l’étaient promis. Les ingrédients rares et précieux cuisinés par Nana étaient incroyablement bons, ils mangèrent comme des bêtes. Xuan ne fut pas une exception, au contraire: il dévora plus et plus vite que n’importe quel autre.

Après le dîner, ils se mirent d’accord et se donnèrent rendez-vous à 10 heures le lendemain matin pour souhaiter à Zheng et à Lori un bon voyage. Même si ce n’était que temporaire, retourner sur Terre était une chose à laquelle ils aspiraient plus que tout au monde. Comparé aux terreurs infinies qu’ils devaient affronter en permanence, le monde réel était pour eux un Paradis de calme et de paix.

Le lendemain matin, tous s’étaient rassemblés sur la plateforme centrale, en silence. Zheng était en train de parler avec Dieu, les yeux fermés. Après un moment, il ouvrit les yeux et regarda son anneau.

« Tu as acheté quelque chose? » lui demanda Xuan.

« Oui, un mètre cube de platine. Ma famille n’est pas riche, mes parents touchent une maigre retraite. Si ces choses peuvent effectivement être ramenées sur Terre, c’est la moindre des choses. De plus, les parents de Lori se sont ruinés et endettés il y a longtemps pour essayer de soigner sa maladie, ils sont restés depuis financièrement précaires … Puisque nous devons faire le test de toute façon, j’irai leur donner. Je pourrai me battre ici l’esprit en paix. » (TLT: Mais… tu veux qu’ils fassent quoi avec ton platine?! Qu’ils payent leurs courses au supermarché ?)

Lori était débout à coté de Zheng, quand elle l’entendit mentionner ses parents et leur situation financière, ses yeux devinrent rouges et une larme coula. Lan sortit un mouchoir de sa poche et le lui tendit. Reconnaissante, Lori le prit et essuya ses larmes.

Zheng lui prit la main et la regarda un moment dans les yeux, comme pour lui dire que tout allait bien se passer. Il se mit ensuite à vérifier ce qu’il avait dans son anneau : il y avait le pistolet  mitrailleur, le couteau, le gilet pare-balles, quelques bandages et sprays hémostatiques qui lui restaient ainsi que le mètre cube de platine. Autrement dit, il avait emporté tout ce qu’il pouvait prendre avec lui, il lui restait désormais juste à savoir si tout cela pouvait être rapporté avec lui… y compris Lori.

C’était l’une des raisons les plus importantes qui l’avait poussé à accepter cette mission, malgré sa méfiance envers Xuan: il voulait confirmer si Lori était réelle ou non, si elle pouvait être ramenée dans le monde réel et y vivre avec lui une fois ce cauchemar terminé. Si elle n’était qu’une illusion, qu’un rêve, alors il préférait s’en réveiller le plus tôt  possible et ainsi s’éviter de souffrir inutilement.

« Alors… allons-y ! »

Zheng acheta trente jours à vivre sur la Terre, ce qui lui coûta 1500 points. Il venait de dépenser 10 points pour acheter le platine; de plus, il avait augmenté sa densité musculaire et sa vitesse de réaction de 100 points chacune, soit 2000 points. Il lui restait donc 660 points.

(TLT: TRENTE JOURS?!?!?! 1500 points?! Alors qu’une journée aurait suffit? Le gars vient de gâcher comme ça, pour le fun, l’équivalent d’un film et demi?! Je vous le dis, ça sent très fort l’auteur qui s’est rendu compte que Zheng avait trop de points et que s’il ne faisait pas le con, il allait devenir vraiment trop cheaté trop vite et donc il se débarrasse un peu d’une partie… Rah, ça n’a tellement pas de sens, ça m’énerve…)

Ses stats étaient désormais les suivantes: vitesse de réaction: 387. Densité musculaire: 402. Vitalité: 321. Intelligence: 187. Capacité mentale: 232. Système immunitaire: 331. Autrement dit, ses deux stats qu’il venait d’augmenter étaient désormais quatre fois plus élevées que celles d’un humain normal.

Lori serra fort la main de Zheng, montrant qu’elle était prête. Il parla une dernière fois à Dieu et soudain, le monde autour de lui disparut dans un flash de lumière. Il entra dans un état étrange, mi-éveillé mi-endormi. Il eut l’impression que cela ne dura qu’un clin d’oeil, mais peut-être resta-t-il ainsi des heures durant. Quand il récupéra ses esprits, il était débout dans un bureau qui lui était bien familier: il s’agissait de son ancien lieu de travail où il était un manager. A travers une fenêtre, il pouvait voir le soleil briller, des pigeons volaient dans le ciel et le calme régnait. C’était le monde qui l’avait vu naître. La Terre. Un endroit sans monstre, sans zombie, sans Alien, sans aucune situation de vie ou de mort. Un véritable paradis.

D’un coup, Zheng fut frappé par l’horrible sensation qu’il était maintenant devenu un étranger dans ce monde, comme si tout cela appartenait à une ancienne vie. Après avoir affronté tant d’horreurs et de situations désespérées, il ne s’y sentait plus à sa place.

« J’avais peur… Mon dieu, qu’est-ce que j’avais peur… » murmura Lori en s’écroulant sur le sol, en larmes. Zheng ne comprit pas ce qui se passait et il se pencha vers elle pour la relever.

« Tu avais peur? De quoi? Je te protégerai, quoi qu’il arrive, ne t’inquiète pas! » lui dit-il pour la rassurer.

« Non, tu ne comprends pas. J’étais terrifiée pendant tout ce temps à l’idée de n’être qu’une illusion créée par cette maudite boule de lumière. Hehe… J’imagine que cela veut dire que j’existe vraiment et qu’un jour nous pourrons vivre ensemble. A quoi penses-tu, sale pervers? »

Zheng secoua la tête d’un air perturbé, en même temps que Lori finissait sa dernière phrase un flot d’informations venait d’apparaître dans sa tête. Il s’agissait des différentes consignes de Dieu qu’ils devaient respecter tant qu’ils seraient sur Terre. Pendant les trente jours qui allaient suivre, il n’avait pas le droit de mentionner la dimension de Dieu, ni de faire quoi que ce soit qui pourrait révéler son existence. S’il ne respectait pas cette consigne, lui avec tout ce qui lui appartenait disparaîtrait, sur le champ.

A la fin des trente jours, Zheng devait revenir dans ce bureau où Dieu le télé-transporterait vers la dimension spéciale. Au même moment, il devait être en contact avec tout ce qu’il voulait ramener avec lui, sinon ces objets seraient abandonnés sur Terre. S’il s’agissait d’objets obtenus grâce à Dieu, ils seraient détruits. S’il échouait à revenir dans ce bureau le trentième jour, il mourrait.

« OK, alors cela signifie qu’il faut que je ne mentionne sous aucun prétexte Dieu et les films, que je revienne ici dans trente jours et que je tienne Lori par la main. Facile. »

Zheng hocha la tête et mémorisa ses instructions, puis il prit Lori par la main et lui dit: « Allons-y Lori, rentrons chez nous. »

En dehors du bureau,  se trouvait un open-space où environ deux douzaines de gens travaillaient en face d’ordinateurs assis à des bureaux remplis de papiers et de dossiers. Quand Zheng et Lori sortirent, plusieurs personnes se tournèrent vers eux et rapidement le silence se fit.

« Manager, qu’est-ce que vous… »

Après quelques secondes, des gens entourèrent Zheng et commencèrent à lui poser des questions, à lui demander où il était ses derniers jours, ce qui lui était arrivé.

Zheng prit par le bras un jeune homme qu’il connaissait bien et le traina de force à l’écart, vers un ascenseur : « San, dis moi, combien de jours se sont écoulés depuis que tu m’as vue la dernière fois ? Quelle est la situation? »

San sortit un paquet de cigarettes de sa poche et en proposa une à Zheng. Après avoir tiré sa première bouffée, il répondit: « Zheng, il s’est passé quelque chose dans ta famille? Pourquoi est-ce que tu as disparu du jour au lendemain, sans dire un mot? Tu aurais au moins pu laisser un message! Personne ne savait où tu étais, tu ne répondais pas au téléphone alors… cette salope t’as viré pour absence injustifiée. Elle a donné ton poste à son petit copain et tout le monde le hait. Nous sommes sur le point de démissionner tous ensemble. Enfin, c’était avant, ça! Maintenant que tu es là, tu vas reprendre ton poste, n’est-ce pas? »

Zheng s’alluma aussi une cigarette et resta pensif un instant tout en la fumant. Lori, elle, était sur le côté, un peu perdue. Elle ne savait pas vraiment comment se comporter. C’était la première fois qu’elle entrait dans un bureau et tous ces adultes l’intimidaient: elle n’avait après tout que quinze ans. Après un moment, il dit à son ami: « Oui, quelque chose est arrivé. San, je vais te donner un conseil. Tu as entendu les rumeurs selon lesquelles elle invite parfois son copain le soir pour prendre… euh… du bon temps? Je les ai vus une fois, les rumeurs sont vraies. Achète une caméra cachée et planque-la dans son bureau. Mais ne va pas trop loin, contente-toi de les menacer afin qu’elle arrête d’être aussi tyrannique… Il faut que j’y aille, prends-soin de toi. Ah, et je te confie ma famille: ils ne sont pas en très bonne santé, rends leur visite, de temps en temps, d’accord? »

Avant que San ne puisse répondre, Zheng avait pris la main de Lori et entra dans l’ascenseur. Quelques instants plus tard, ils avaient disparu dans le flot de passants.

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

Publicités

10 réflexions sur “Chapitre 40 de Terror Infinity

  1. Merci pour le chapitre et pour l’histoire des 30 jours peut être qu’il voulait juste des vacances, quand tu part en vacance tu pars 1 jours ou plusieurs semaines ? Après je dit sûrement de la merde

    Aimé par 1 personne

Répondre à wahiou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s