Chapitre 45 de Terror Infinity

N’oubliez pas de venir soutenir la team sur XianxiaFr! 🙂

Lori fit de son mieux pour garder les yeux ouverts et son visage pâle se fendit d’un triste sourire. « Et bien pervers… qu’est-ce que tu attends? Tu ne veux plus me porter, je suis… trop lourde? »

Des larmes se formèrent aux coins des yeux de Zheng et commencèrent à couler le long de ses joues. Dans son esprit brouillé, le visage de la Lori qui était en face de lui commença à se mélanger avec celui de la Lori d’il y a dix ans alors qu’elle était sur un lit d’hôpital, chauve et faible à ne plus pouvoir bouger. Elle était alors maigre comme un squelette et savait que sa mort était imminente. Pourtant, jamais, elle ne cessa de sourire, jamais elle ne cessa de l’appeler « sale pervers », jamais elle ne cessa de plaisanter. Même face à sa propre mort, son seul souci était de consoler son ami d’enfance.

En la voyant couverte de sang et pâle sur le sol, Zheng se souvint de la douleur déchirante qu’il avait ressentie il y a si longtemps. Il eut à nouveau l’impression que son coeur était broyé puis arraché hors de sa poitrine. Il ne voulait pas la perdre une nouvelle fois.

Malgré le fait qu’il était en train de vivre le pire des enfers, il prit tout de même Lori dans ses bras et courut à l’étage. « Lori, parle-moi, parle-moi je t’en prie… Lori, il ne faut pas que tu t’arrêtes de parler, tu m’entends? Ne t’endors pas, Lori, tu avais promis, tu m’avais promis que tu resterais avec moi jusqu’à ce que nos cheveux deviennent blancs, j’ai tenu ma promesse et j’ai survécu alors s’il te plaît, ne brise pas la tienne… Je t’en supplie, survis avec moi! »

« Mais… qu’est-ce que tu veux… que je dise? J’ai sommeil, sale pervers… Je veux aller dormir… Tiens… tu veux que je te chante… une chanson? »

Zheng courait de plus en plus vite dans les escaliers puis « PAH! », une balle lui brisa la jambe au travers d’une fenêtre. Pris par surprise, il tomba en arrière et s’affala dans l’escalier. Il serra fort Lori dans ses bras pour la protéger et absorba le gros du choc.

Heureusement il n’avait franchi que quelques marches sur cet escalier avant de tomber, la chute fut minime. Immédiatement après avoir atterri, il fit une roulade et se releva, aussi vite que possible. iIl ré-attacha Lori à son dos avec la veste et se mit à courir dans les escaliers avec ses bras et ses jambes à quatre pattes, enfin, à trois pattes.

Sa jambe gauche avait été presqu’entièrement coupée par cette dernière balle de sniper, elle traînait sur le côté tandis qu’il grimpait et le gênait; sans hésitation, il sortit son couteau de son anneau et d’un coup sec, la trancha. Il était encore en mode « débloqué », et il put contrôler les muscles de sa jambe afin qu’ils se contractent et que le saignement soit minime. Insensible à la douleur, Zheng continua à grimper les escaliers.

Pendant ce temps là, Lori se mit à chanter la chanson « Luo Da You » d’une voix presqu’inaudible. Il avait souvent entendu cette chanson sans jamais vraiment y prêter attention mais, cette fois-ci, la tristesse qu’il ressentit en l’entendant lui brisa encore un peu plus le coeur. Les larmes rendaient sa vision floue et il escaladait les marches de l’escalier si rapidement que ses ongles s’arrachèrent petit à petit, éclaboussant les marches de tâches cramoisies.

La voix de Lori devenait de plus en plus faible. Zheng hurla comme un animal, son esprit sur le point de se briser. Il piqua un sprint final et percuta de plein fouet la porte de son bureau, la détruisant complètement. L’intérieur était aussi éclairé qu’en plein jour, malgré le fait qu’aucune lumière ne soit pas allumée.

A l’extérieur, les snipers avaient aussi repéré cette lumière et ils y attendaient Zheng, fusils braqués, prêts à faire feu une dernière fois. Dès que Zheng ouvrit la porte, ils pressèrent la détente… mais c’était déjà trop tard.

« Capitaine… Les cibles ont… disparu! »

Ce même état étrange, mi-éveillé mi-endormi. Quand Zheng reprit conscience, il se vit entouré d’un groupe de personnes qui le regardaient, l’air surpris. C’était Jie, Lan, Zero et Xuan.

Les ignorant complètement, Zheng prit Lori dans ses bras et courut vers Dieu en hurlant: « Dieu!! Soigne-la, vite, soigne Lori!! »

Jie cria alors: « Non, Non! Attends! »

Il courut rejoindre Zheng et lui prit Lori des bras: « Dieu, soigne-la et prends- moi les points! »

Zheng ne comprenait pas et Jie lui expliqua: « Dépêche-toi et soigne tes propres blessures. Je sais qu’il ne te reste pas beaucoup de points, si tu passes en négatif, c’est la fin! Dépêche-toi et soigne-toi! »

Zheng se retourna et vit un rayon de lumière descendre sur Lori puis commencer à la soigner. Poussant un soupir, il demanda: « Dieu, soigne -moi! »

Le processus de réparation coûta environ 400 points et la jambe gauche de Zheng repoussa à l’identique. Lori avait été soignée plus rapidement, elle n’avait reçu qu’une seule balle après tout; elle l’attendait déjà en dessous de lui sur la plateforme. Une fois redescendue, elle sauta dans les bras de Zheng.

Cela ne dura pas. Il la força à s’éloigner et d’une voix dure Zheng lui dit: « Lori, mets-toi derrière moi. »

Voyant qu’elle s’était exécuté sans poser de question, Zheng eut un petit sourire.

Puis il prit une respiration profonde, activa son anneau, sortit le couteau progressif et courut se jeter sur Xuan avec une expression de haine intense sur le visage.

Seul Zero réussit à réagir à temps, il percuta Xuan pour le plaquer au sol et lui sauver la vie; Zheng était néanmoins si rapide que Zero perdit un bras dans l’opération.

Jie essaya de maîtriser Zheng en lui criant: « Mais qu’est-ce qui te prend? Tu es devenu fou? Pourquoi tu t’attaques à un allié?! »

« Un allié? UN ALLIÉ?! J’ai dépensé mes points et mes récompenses pour vérifier ses théories à la con, mais tu sais ce qu’il a fait? Il a planqué la balise GPS de sa montre dans le couteau qu’il m’a donné! Vous savez pourquoi je suis revenu dans cet état avec Lori? Je me suis fait capturer et j’ai été pourchassé comme un animal par la police, par l’armée et par les services secrets! Lori a failli mourir et si j’avais été en retard de quelques minutes ,j’y serais resté aussi! Tu le considères toujours comme un allié? »

Tous se tournèrent vers Xuan, choqués. Il venait de se relever comme si de rien n’était et il répondit: « Ah tiens? Alors mes hypothèses sont correctes… »

Zheng lui donna un superbe coup de pied dans le ventre et Xuan alla s’étaler trois mètres plus loin, du sang lui coulant de la bouche.

« Putain!! » hurla Zheng, sur le point de devenir fou de rage. « Ma vie vaut vraiment si peu de chose à tes yeux? Juste pour vérifier une hypothèse? Et quand je pense que j’ai risqué ma vie pour sauver la tienne dans le dernier film, mon Dieu! C’est comme ça que tu me remercies? Je vais tellement te tuer que même Dieu ne pourra pas te ressusciter, tu vas voir… »

Jie essaya de le retenir, mais Zheng était beaucoup plus fort que lui, il ne put rien faire. Alors que Zheng marchait vers Xuan, Lan s’écria: « Est-ce que tu veux tuer Lori? »

Interloqué, Zheng s’arrêta. Lan continua à parler: «  Tuer quelqu’un coute 1000 points, souviens-toi. Est-ce que tu les as? Et tu n’as quand même pas oublié ce qui arrive quand on passe en négatif, non? Tu es libre de te suicider en le tuant, mais Lori aussi mourra si tu fais ça! »

Zheng se retrouva pris dans un dilemme, entre son envie folle de massacrer Xuan et ce que sa raison lui disait de faire – de ne pas faire. Il finit par dire: « Xuan, à cause de toi, ils pensent que je t’ai kidnappé. Il est évident qu’avec ma disparition, ils vont se venger sur mes parents… Je ne sais pas combien de temps les services secrets s’en prendront à ma famille mais ce sera au moins plusieurs années. Je ne te tuerai pas, non, je vais te trancher les bras et les jambes. Tu peux te réparer, mais je recommencerai. Tu vas sois mourir ici comme un chien, ou te faire effacer par Dieu parce que tu seras passé en négatif ou parce que tu n’auras pas pu rentrer dans le cercle de… »

« Et la balise GPS? Qu’est-ce que tu en as fais? Tu l’as jetée? »

Xuan venait de s’assoir le sol et était tranquillement en train d’essuyer le sang de son visage; il se moquait tellement des menaces de Zheng que Lan et Jie se demandèrent s’il les avait même entendues.

« Evidemment! Si je l’avais gardé sur moi, comment aurais-je pu m’échapper? Attends, tu voulais qu’en plus de tout ça, je te la ramène, peut-être? »

Xuan hocha la tête. « Comme prévu. Alors je peux te promettre que non seulement rien ne sera fait à tes parents, mais qu’en plus ils seront désormais traités comme des rois par le Gouvernement. La balise GPS peut contenir jusqu’à 20 mo d’informationS, j’y ai entré tout ce que je sais pour l’instant sur la Dimension, sur Dieu, sur les films, sur mes hypothèses et j’y ai aussi inclus une vingtaine de plans de technologies futuristes que j’ai achetés à Dieu. J’ai tout expliqué et dès qu’elle sera trouvée puis décryptée, ta famille n’aura plus rien à craindre, je te le garantis. »

Zheng commença à se calmer un peu, il répondit froidement: « Comment est-ce que je peux te faire confiance? Et pourquoi est-ce que tu as fait ça? Pourquoi est-ce que tu as fait ça alors que cela peut détruire notre alliance? Dépêche-toi de me donner une raison, tes membres sont en jeu. »

Xuan sourit: « Aucun problème, si tu es prêt à m’écouter… J’avais trois raisons de faire ce que j’ai fait. »

« Tout d’abord, c’était pour tester si le « vrai monde » où tu es retourné était effectivement le vrai monde que nous connaissons, d’où nous provenons. Car si Dieu est capable de créer des films d’horreurs, il peut aussi sans difficulté créer une fausse Terre. Le seul moyen de le prouver est de se débrouiller pour que quelque chose d’inattendu se produise, comme la balise GPS sur ton couteau. Tu n’étais pas au courant, moi seul le savais, c’était une information qui se trouvait uniquement dans ma mémoire. Si tu étais revenu sans une égratignure, cela voulait dire que la Terre où tu étais retourné était une création de Dieu, une chose qu’il avait fabriquée afin de te satisfaire. Cependant, comme tu y as rencontré des agents secrets hostiles, alors cela prouve que tu es bel et bien retourné sur la vraie Terre. De plus, cela prouve que ce que nous achetons ici peut réellement être ramené sur Terre après avoir payé 50 000 points. C’était la première chose que je souhaitais prouver. »

« Deuxièmement, je pense que Dieu t’as donné quelques contraintes quand tu es arrivé sur Terre. Quelles était-elles? »

Après un moment d’hésitation, Zheng répondit: « Effectivement… Tout d’abord, nous ne pouvions parler de la Dimension à personne, sous aucun prétexte. Ensuite, nous devions retourner à notre point de départ au bout des trente jours. Dans mon cas, c’était le bureau où je travaillais, là où j’ai cliqué sur « OUI » il y a longtemps. Enfin, je devais être en contact avec tout ce qui m’appartenait, sinon ils seraient soit effacés, soit abandonnés là-bas, selon le cas, si c’était des objets achetés à Dieu ou non. Par exemple, je devais tenir la main de Lori, le moment venu. »

Xuan se massa les tempes, le regard dans le vide. « J’avais prévu quelque chose comme ça, en effet… Tu ne peux pas parler à qui que ce soit de la Dimension, et pourtant je n’ai pas été effacé. C’est donc le deuxième point que je souhaitais prouver: Dieu, comme Jie a décidé de l’appeler, n’a rien d’un dieu et n’a même pas la faculté de réfléchir. Ce n’est rien d’autre qu’un programme informatique, qu’une intelligence artificielle sur-développée! »

« J’ai placé la balise sur le couteau sans que tu ne sois au courant, tu n’as rien révélé sur la Dimension de toi-même, tu n’as donc pas violé les règles; et pourtant, des informations ont tout de même été divulguées et je reste ici, je n’ai pas été effacé! Cela signifie que la règle ne s’applique qu’à ceux qui retournent dans le monde réel et rien ne m’est arrivé à moi qui était encore dans le dimension de Dieu. Ainsi, je peux affirmer que Dieu n’est qu’une intelligence artificielle qui ne fait que suivre un ensemble de règles sans réfléchir, ce n’est pas une vraie créature intelligente! »

Zheng était choqué par ce que venait de dire Xuan, mais il s’écria tout de même: « Et alors?! Qui se soucie de savoir si Dieu est un cousin de Siri ou non? Lori et moi avons failli y laisser la vie! Tout ça pour prouver une de tes foutues théories! »

Xuan ignora Zheng et continua: « Une fois que nous savons que Dieu n’est qu’un programme, alors nous pouvons contourner un grand nombre des contraintes qu’il nous impose, ce sera la même chose dans les films. Enfin, c’est inutile de vous dire cela, j’imagine… La troisième raison était que je voulais transmettre au Gouvernement plusieurs des technologies les plus utiles que Dieu met à notre disposition. Si mes deux premières conjectures sont correctes – et elles semblent l’être – alors la Chine dispose désormais d’une avance technologique d’environ cinquante ans sur tous les autres pays sur Terre! »

« De plus, j’ai demandé à l’Armée de trouver les meilleurs membres de commandos d’élites à leur disposition et de les hypnotiser afin qu’ils deviennent déçus de leurs vies. Ensuite, ils auront pour ordre de passer leurs journées en face d’un écran et d’attendre qu’un message de Dieu apparaisse. Si cela marche, nous disposerons à chaque début de film d’agents secrets sur-entraînés qui augmenteront énormément nos chances de survies! »

« Zheng, je suis désolé de t’avoir mis en danger à ce point là. Je pensais qu’ils t’auraient trouvé plus tôt et qu’ainsi, les informations de la balise auraient été décryptées plus tôt. Tu n’aurais pas été en danger. De plus, je pensais que, vu tes capacités, tu n’aurais pas de mal à t’échapper si quelque chose venait à déraper. C’est de ma faute. Si tu veux me tuer, vas-y, je ne résisterai pas. »

Après ces derniers mots, Xuan se leva et se tint calmement devant Zheng. Pourtant, ce dernier hésita. Il finit par jeter le couteau sur le sol d’un air dégoûté. « Fais chier! Mets-moi au courant avant de me faire faire tout ce cirque, ce n’est pas comme si je n’étais pas patriote, je leur aurais amené cette foutue balise! Mon Dieu, qu’est-ce que je peux détester ta manie de toujours piéger tes alliés, tu n’as aucune émotion, aucun remords quand tu fais ça? Aucune émotion tout court, en fait?

Xuan répondit sans se laisser démonter: « Je ne pouvais rien te dire avant, sinon tu aurais volontairement divulgué des informations sur la Dimension et tu aurait été tué. Je ne pouvais que le faire dans ton dos. »

Zheng respira un grand coup et se calma. « Je ne peux plus te faire confiance. Peu importe à quel point le prochain film sera dangereux, notre alliance se termine ici. N’essaye plus jamais de me piéger, sinon je te tuerai de mes propres mains, vu? »

Zheng prit Lori par la main et s’en alla vers sa chambre en silence. Jie et Lan poussèrent un soupir en voyant cela, puis s’en allèrent aussi dans leurs chambres. Seuls restaient Zero et Xuan; l’un était en train de se faire recoller le bras dans un rayon de lumière, tandis que l’autre était pensif, les yeux dans le vague. Après un moment, il alla ramasser le couteau avant d’aller aussi dans sa chambre, en silence.  (TLT: Putain, tu lui as sauvé la vie, tu t’es fais découper un bras au passage et il te regarde même pas…? O.o)

(TLT: Ok j’avoue, le coup de Siri c’est moi qui l’ai rajouté. L’auteur avait mis autre chose mais ne vous inquiétez pas, ça revient au même 😉 )

Publicités

14 réflexions sur “Chapitre 45 de Terror Infinity

    • Ouais je sais pas trop ce que c’est, je suis en train de faire une enquête pour savoir qui est l’individu malsain qui a mit ça et pour l’instant tout accuse Yulin… A suivre.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s