Notre second Maître

Chapitre 1 notre second Maître est une paire de pantalon de soie (1/2)

Toute la ville de Hangzhou sait que le deuxième Maître de ma maison est une paire de pantalon de soie (terme négatif pour le fils d’un homme riche). La famille Yang possède la plus grande entreprise de soie de l’ensemble du pays, c’est la plus riche famille en ville elle compte deux fils. Le Premier Maître, Yang Yi Fang. Quand tout le monde parle de lui ils font part de leurs approbations. Il est l’un des meilleurs érudits de Hangzhou, prompt à apprendre et le meilleur candidat dans les examens impériaux. De plus, l’apparence de Yang Yi Fang était élégante avec de beaux sourcils et de beaux yeux clairs, donc le vieux Maître Yang a toujours aimé ramener Yang Yi Fang quand il allait à des des réunions d’affaires.

Avec un pinceau, il crée un tableau, avec un chant, il récite un poème. Dans le monde fruste de l’argent et du commerce, son élégance se distingue comme une tige de prunier, une neige blanche au printemps. Et, le deuxième Maître, Yang Yi Qi, eh bien, c’est également un personnage — après tout, il n’y a pas de nombreuses personnes qui  poussent les gens à froncer les sourcils rien qu’en entendent son nom. Le deuxième Maître était plus jeune que le premier Maître d’un an, mais avec maturité affective et son caractère, il était certainement à des années lumières derrière.

Il y a un dicton qui dit que la personnalité d’un humain est fixée lorsqu’il atteint trois ans. Lorsque le second Maître eut trois ans, le Manoir Yang  organisa une grande fête qui s’étendit à l’ensemble de la rue. Ils invitèrent la plus célèbre troupe d’opéra à se représenter. Lorsque l’étoile principale fut à mi-chemin de chanter sur scène, elle laissa échapper tout à coup un grand cri. Tout le monde regarda et se rendit compte qu’une personne se roulait sous sa jupe — Oui c’est ça, c’était notre deuxième Maître. Depuis ce jour, presque tous dans la ville surent, que le deuxième Maître de la famille Yang dès ses trois ans savait déjà comment passer sous la jupe de l’étoile et toucher sa jambe. Le vieux Maître Yang et vieille Maîtresse perdirent leur honneur et presque aussi le souffle de leur vie. Plus tard, le vieux Maître Yang invita donc cinq tuteurs, des seniors, des jeunes, des stricts, des bienveillants, mais aucun d’entre eux ne pouvait contrôler le second Maître.

Sans même fournir d’effort, le second Maître les avait tous fait partir.
Heureusement, le premier Maître était bon, alors peu à peu le vieux Maître Yang et la vieille Maîtresse Yang ne se préoccupèrent plus du second Maître. Chaque mois, ils lui donnèrent de l’argent et le laisser faire ce qu’il voulait. Ils mettaient tous leur efforts dans le développement du premier Maître. Ah, je n’ai pas dit qui je suis. Puisque que j’appelle Yang Yi Qi le « second Maître », naturellement, je fais partie du manoir Yang. En effet, je suis la servante du second Maître. Quand j’avais huit ans, j’ai été vendue au Manoir Yang . Au début, je faisais des tâches rudes dans la cuisine, puis plus tard, je fus transférée à la cour du deuxième maître. J’ai été personnellement transférée par la vieille Maîtresse Yang – si vous pensiez que j’ai été transférée en raison de ma beauté pour être une femme de chambre concubine **, alors vous avez fait une grave erreur. Ce fut précisément le contraire, je fus transférée parce que j’étais laide.

En fait, je ne pense pas que je sois laide. Je suis seulement un peu courte, mon visage un peu rond, mes yeux un peu petits, mes mollets un peu épais. De plus, je suis une fille assez décente. Cependant, une fois je suis entrée dans la cour du second maître, je sus immédiatement que je me trompais.

Avec mon apparence, je ne pouvais même pas être considérée comme une personne de sa cour, peut-être plus comme un singe — et plus comme un des singes sauvages de la montagne. Plus tard, quelqu’un m’a dit que j’ai été transférée parce que le second maître avait déjà couché avec toutes les femmes de sa cour. Toutes les filles  complotaient dans leurs cœurs et se plaçaient politiquement et personne ne faisait les corvées correctement. Le premier jour où je suis arrivée, j’ai payé mes respects au Second Maître. Le second maître buvait du thé. L’expression qu’il eut après qu’il m’ait vu était aussi effrayante et féroce que vous pouvez imaginer. Il agitait ses mains pour me laisser aller et faire mes corvées.

Dans mon cœur, je me dis, pouvez-vous être moins extrême? Mais, Ce fut la première fois que je voyais le Deuxième Maître. Je pensais que je ne pouvais pas blâmer toutes les jeunes filles de se précipiter trouver le Second Maître. Il était en effet bel homme. J’avais vu le premier Maître auparavant et bien qu’il était pas mal, par rapport au deuxième Maître, il manquait quelque chose en plus. Bien que le premier Maître lisait beaucoup de livres et était extrêmement sympathique, mais il m’a donné un sentiment de froideur.

Le deuxième Maître était complètement différent, dans l’ensemble de Hangzhou, tout le monde savait que le second Maître connaissait les meilleurs jeux. Une paire d’yeux qui est toujours brillante le jour comme de nuit, portant des robes détachées, chaque fois que ses robes s’ouvrent, pendant qu’il marche par le Lac de l’Ouestagitant avec son éventail, toutes les jeunes filles lui jettent un regard. Le manoir Yang était très grand, les cours de la Première et Deuxième Maître étaient très éloignées, mais tout le monde dans le manoir savait que les gens dans les deux patios n’étaient pas regardés du même œil.

Les serviteurs de second maître dédaignaient les regards des serviteurs du premier maître, tandis que les serviteurs du premier maître dédaignaient les serviteurs du second maître pour leur manque de manières. Et, comme étant une personne tirant vers le bas les normes de la cour de deuxième Maître, je n’y vivais pas confortablement . Tous les travaux sales et fatigants ont été fait par moi. Ce fut bien par moi. Le problème était que l’on m’y trouvait toutes sortes de défauts aussi ridicules qui m’étaient blâmés. Par exemple, la dernière femme de chambre de Second Maître Chun Xue, qui était en train d’admirer les fleurs dans le jardin, elle marcha accidentellement sur les pieds de la favorite précédente, Lu Liu. À cause de cela, les deux filles commencèrent à se battre dans le jardin. J’étais à côté en train de balayer le sol. Comme je m’ennuyais, je les regardais combattre. Plus tard, le deuxième Maître est arrivé et les deux lionnes féroces immédiatement se transformèrent en de doux agneaux s’appuyant au Second Maître à  gauche et à droite, se plaignant et pleurant chacune leur tour.

Le deuxième Maître étreignit les deux, câlinant ici et là. Comme les deux jeunes filles voulaient vraiment gagner, c’était à celle qui avait subi le plus et lui demandèrent de prendre une décision. Le deuxième Maître ne pouvait pas supporter de frapper l’une d’elle, regardant à gauche et à droite, son œil se posa sur moi. Lorsque ses yeux brillants comme le  printemps me regardèrent moi, mon cœur sauta immédiatement  et j’eus immédiatement un mauvais pressentiment. Il se trouve que mon pressentiment était juste, d’un pas rapide, il se dirigea vers moi et me donna une claque. La gifle n’était pas légère, ni trop forte, si vous vouliez vraiment la décrire, c’était la plus grande énergie qu’il était prêt à gaspiller sur son singe de bonne. J’étais un singe sage, donc après cette claque, je me suis immédiatement mise à genoux et j’admis mes torts. Par la suite, le second Maître utilisa sa voix paresseuse et dit aux deux jeunes filles, « Cela devrait être suffisant. » Et ce fut tout.

Jusqu’à aujourd’hui, je ne comprenais toujours pas pourquoi Second Maître me donna à moi cette gifle. Peut-être était ce pour montrer sa puissance, ou par réconfort. Ou peut-être qu’il me trouvait être une horreur. Mais, Ce fut la première fois qu’il me toucha. Souvent, j’entendis les rumeurs de la part des concubines , sur le pouvoir du Maitre, et comment à ce moment, il était vraiment  fantastique à en atteindre le ciel. La nuit après avoir été giflée, je pensais inconsciemment, en effet, j’atteins le ciel.

Plus tard, il y avait un jour où vieille Maîtresse Yang est arrivée à la cour et a parlé à Second Maître pendant une nuit. Toutes les filles se sont réunis dans la douleur et l’inquiétude. J’étais curieuse alors je demandais ce qui est arrivé. , normalement, elles ne me parlaient pas beaucoup, mais elles étaient vraiment fâchées cette fois-ci et n’avaient même plus l’énergie de me dédaigner.

Je compris immédiatement. Il s’avère que la vieille Maîtresse Yang voulait trouver une femme pour le deuxième maître. Le premier maître était déjà marié depuis plus de trois ans et avait déjà un fils. Le deuxième maître avait toujours été jouer et ne se souciait pas de ses affaires. Le vieux maître Yang avait laissé petit à petit son business au premier Maître et après avoir transmis la plupart de ses affaires, se rappela soudainement de marier son deuxième fils. Le deuxièmes Maître était vraiment une paire de pantalon de soie gâtée, joueur et éparpillé, sa réputation était vraiment mauvaise. Mais, le manoir Yang avait beaucoup de pouvoir et tellement d’argent qu’il ne pourrait jamais être dépensé, donc les propositions de mariage ne manquaient pas. La vieille Maîtresse Yang demanda son opinion au deuxième maître et il ne répondit rien, il lui dit seulement de lui en trouver une belle. La vieille Maîtresse Yang soupira et partit. Plus tard, le vieux maître Yang et la vieille Maîtresse lui trouvèrent la fille d’un négociant de thé.

Suivant

Publicités

5 réflexions sur “Notre second Maître

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s