Chapitre 49 de Terror Infinity

N’oubliez pas de venir soutenir la team sur XianxiaFr! 🙂

Ils continuèrent à planifier leur prochain mouvement après le déjeuner. A part trouver un moyen d’enlever la malédiction ou de la combattre, il était aussi important de garder un oeil sur le réseau de la police locale. Zero voulait aussi trouver un endroit dans la ville propice à des tirs de snipers, tandis que Yanwei voulait aller faire du shopping; les trois étudiants se portèrent volontaires pour la protéger.  (TLT: Ptain quelle image ils donnent des étudiants 😦 )

Zheng ne parvenait pas à y croire mais personne n’attendait grand-chose des temples. Ils semblaient penser que les balles magiques suffiraient à les protéger des fantômes, principalement les nouveaux.

Zheng était le seul à vraiment réaliser l’horreur de leur situation. Le Ju On était infiniment plus dangereux que tout ce qu’ils pouvaient imaginer, mais l’ignorance était une bénédiction dans certaines circonstances… Si c’était un Alien qui se tenait juste en face d’eux, ils se sentiraient probablement effrayés mais comme ils n’avaient fait que voir les films et qu’ils ne possédaient pas les sens aiguisés de Zheng, ils s’imaginaient être suffisamment en sécurité. Zheng savait que les balles qu’ils avaient achetées n’étaient pas du tout suffisantes pour les protéger.

Zheng n’y pouvait rien, il n’allait pas les traîner de force aux temples, ce n’était que son hypothèse à lui après tout.

Une pensée le harcelait sournoisement malgré ses efforts pour l’ignorer… Qu’aurait fait Xuan à sa place dans cette situation?

Il secoua la tête et pensa à autre chose. Ils venaient d’arriver au troisième temple de la journée et son groupe de quatre avait déjà visité deux temples plus tôt dans la journée; à part une marée de touristes, ils n’avaient rien trouvé, les prêtres qu’ils avaient rencontrés ne connaissaient rien d’utile à propos des malédictions. Ils psalmodièrent des textes anciens et versèrent de l’encens sur leurs corps, mais Zheng constata que cela n’avait aucun effet.

C’était la saison touristique et le troisième temple était aussi rempli de touristes. Zheng, d’un ton las, dit: « Allons-y et espérons que, cette fois-ci, nous trouverons quelque chose… Il est déjà trois heures de l’après-midi? »

Les trois autres soupirèrent. Même s’ils n’avaient pas beaucoup d’espoir depuis le début, le résultat était tout de même décevant. Peu importe, ils devaient continuer. Alors qu’ils s’étaient mélangés à la foule et qu’ils étaient en train de gravir la montagne où se situait le temple, Zheng sentit un frisson lui courir le long du dos; en face de lui, un pâle petit garçon qui le fixait disparut de la foule lentement. Une sensation de froid terrible le parcourut  et Zheng sentit une main lui attraper la cheville gauche.

Le talisman dans la poche de Zheng s’alluma sur le champ et la flamme bleue qu’il dégageait ne le brûla pas, elle lui donna au contraire une sensation de chaleur qui contra le froid surnaturel. Cette chaleur traversa son corps et se mit à descendre le long de sa jambe gauche jusqu’à sa cheville et la main lâcha prise. Ce n’est qu’à ce moment là que Zheng réalisa vraiment ce qui venait de se passer; la totalité de sa jambe gauche était insensible, il avait du mal à la contrôler.

Les trois autres virent Zheng faire une brève pause puis tomber au sol. Etonné, Jie lui demanda tout en essayant de le relever:  « Tu t’es foulé une cheville? Qu’est-ce qu’il y a? »

Ils furent encore plus étonnés quand Zheng sortit de son anneau son fusil d’assaut avec un regard féroce. « J’ai été attaqué à l’instant. Dépêchez-vous! Le charme dans ma poche est déjà en train de brûler! »

Sans un autre mot, Jie et Tengyi portèrent Zheng et ils coururent vers l’entrée du temple. Tengyi était un homme costaud et Jie était d’une force surhumaine grâce aux améliorations de Dieu: ils écartèrent de force la foule et ils atteignirent peu de temps après l’entrée principale du temple avant que le talisman n’ait fini de bruler.

Une fois à l’intérieur, Zheng sentit qu’un poids lui était enlevé des épaules, l’impression de froid et le stress disparurent. Il demanda à Jie et Tengyi de s’arrêter et il alla boiter sur le côté pour s’éloigner de la foule.

Une fois seul, Zheng s’accroupit et releva le bas de son pantalon: sur sa cheville gauche, il vit l’empreinte d’une main d’enfant, grise. Il sortit aussi le talisman de sa poche et il constata qu’il n’en restait plus que des cendres. Sa poche, elle, ne présentait aucun signe de brûlure.

« C’était vraiment une attaque » dit-il, avec une expression amère. « Vous vous souvenez toujours des deux fantômes dans The Grudge? C’était sans doute le fantôme du petit garçon. Il s’est contenté de m’attraper la jambe mais cela a suffit pour m’empêcher complètement de bouger. Le fantôme adulte sera aussi comme ça, voire plus fort… J’en suis maintenant sûr: les balles magiques ne seront pas suffisantes. Nous sommes morts s’ils réussissent à nous toucher. »

Jie et les deux autres devinrent pâle. Ils contemplèrent les cendres dans la main de Zheng en silence et Lan se toucha le front avant de demander: « Alors pourquoi tu nous as demandé de nous arrêter? On doit se dépêcher de trouver quelque chose pour l’arrêter! »

« Ah…? Vous n’arrivez pas à le sentir? Ah oui, je suis le seul qui ressens ce genre de choses. Quand nous avons franchi le portail, le fantôme a disparu. Je pense que ce temple là est authentique, peut-être qu’ils auront quelque chose qui pourra nous aider! Je pense d’ailleurs que le fait que nous avons été attaqués par le fantôme alors que nous étions sur le point d’y entrer est lié: ils ne voulaient pas qu’on atteigne le temple! »

Jie s’écria avec excitation: « C’est super! Je ne pensais pas que nous pourrions effectivement trouver quelque chose d’utile! Haha, dépêchons-nous, allons-y! »

Cependant, Zheng ne pouvait toujours pas se déplacer, sa jambe était encore un peu paralysée, ils durent à nouveau le porter.

La plus grosse différence entre ce temple et les deux autres était une sensation d’ancienneté, comme si ce temple était une entité immortelle qui s’était toujours dressée sur cette montagne. D’ailleurs, les touristes étaient tous spécialement silencieux, comme intimidés. Tengyi observa les murs et les portes et il dit à voix basse: « C’est le style de la dynastie Tang, sûrement l’oeuvre de moines qui ont visité le Japon. »

Ils se sentirent plus rassurés en entendant cela: les moines des temps anciens étaient sûrement beaucoup plus aptes à s’occuper de fantômes et de malédictions. Ils étaient des gens modernes qui ne croyaient plus à ces superstitions, cependant les circonstances les forçaient à les regarder d’un oeil nouveau. Tant qu’ils seraient dans ce monde-là, en tout cas.

Ils trouvèrent l’abbé de ce temple et malheureusement, il était comme les deux qui l’avaient précédé: il ne savait pratiquement rien sur les malédictions, il ne pouvait pas sentir les marques du Ju On et ne fit que réciter quelques prières. Ils se sentirent terriblement déçus et un peu effrayés quand ils constatèrent que le soleil se couchait.

Zheng demanda soudainement: « Mon père, est-ce que le premier abbé de ce temple venait de la dynastie Tang? »

Tengyi traduisit pour Zheng et le vieux moine répondit: « Ce temple a été construit il y a longtemps par les habitants de la région quand le disciple de Xuanzang visita le Japon. On raconte que ce moine mourut dans le hall principal, le bouddha qu’on peut y trouver a d’ailleurs été créé d’après la position dans laquelle il est mort. » (TLT: raaaaaaah ‘hall’!!!  D:  #IFryzee) 

Dans ce cas, père, où est son corps? Et est-ce qu’il y a quoi que ce soit d’intéressant à propos de la porte principale à l’extérieur? »

L’abbé secoua la tête et continua: « Le corps de ce moine fut brulé par Oda Nobunaga pendant la période Sengoku. Nobunaga ordonna ensuite à ses hommes d’étaler ses cendres sur la porte principale afin que quiconque pénètre le temple soit obligé de le piétiner. »

Alors que le moine était en train de se lamenter, les quatre se regardèrent. Ils venaient de comprendre ce qu’il s’était passé quand ils étaient rentrés dans le temple: les cendres du moines pouvaient éloigner les fantômes mais ils n’avaient aucun moyen de les prendre avec eux…

Ils étaient sur le point de quitter le temple, déçus, quand le père les retint et sembla hésiter un instant. Puis, il se décida et leur apporta quelques bouts de papiers jaunis.

« Ce sont des prières recopiées personnellement par le moine fondateur de notre temple. Il disait qu’il retournerait à la dynastie Tang une fois qu’il aurait fini de prêcher ici, mais il mourut au Japon. Puisque le destin vous a conduit ici, prenez-les. Peut-être qu’elles vous aideront à lutter contre votre malédiction? »

La générosité de ce vieux moine lui gagna l’admiration de Zheng et de ses compagnons; ils n’avaient pas besoin de Tengyi pour savoir à quel point ces écritures devaient être précieuses pour ce temple. Même si elles étaient craquelées et jaunies par le temps, elles restaient un héritage du moine fondateur en personne!

Quand Zheng prit les écritures, il sentit une sensation de chaleur lui parcourir le corps. Au même moment, la marque de main sur sa cheville disparut et il récupéra le contrôle complet sur sa jambe, comme s’il n’avait jamais été attaqué. Il ne s’était jamais senti aussi bien et détendu depuis le début du film.

(Nous survivrons… Lori, je reviendrai, je te le promets!)

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

Publicités

14 réflexions sur “Chapitre 49 de Terror Infinity

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s