Chapitre 50 de Terror Infinity

N’oubliez pas de venir soutenir la team sur XianxiaFr! 🙂

Une fois de retour à l’hôtel, Zheng réalisa tout de suite que quelque chose n’allait pas. Il était sur le point d’entrer dans la chambre où il avait dormi la nuit précédente quand, en ouvrant la porte, il entendit les cris de deux hommes.

« Non, n’entrez pas! Une arme, oui, j’ai une arme! » s’écria Renjia.

« Ne me mêlez pas à ça, je n’ai rien vu… Je ne veux pas être mêlé à ça… » Cette voix-là appartenait à Ding, qui s’effondra ensuite en sanglots.

Toutes les lumières étaient allumées, la télé l’était aussi, le volume poussé au maximum. Heureusement, les chambres étaient très bien isolées et le bruit n’avait attiré aucun employé de l’hôtel. Les deux jeunes hommes étaient assis ensemble sur le tapis, au milieu de la pièce; l’un d’eux pointait le pistolet que Zero lui avait fourni vers la porte avec des mains tremblantes.

Quand ils virent cela, Zheng et Jie s’élancèrent tous les deux et lui saisirent le bras avant qu’il ne puisse faire feu. Ce n’est qu’à ce moment-là que les jeunes hommes réalisèrent qui étaient les nouveaux arrivants. Renjia attrapa la jambe de Zheng et commença à pleurer tandis que Ding se roula en boule sur le sol sans parler.

Zheng et les trois autres se regardèrent; il s’était passé quelque chose de grave. Zheng aida Renjia à se relever et lui demanda: « Que s’est-il passé? Où est Bingyi? Et Yanwei? Pourquoi êtes-vous les deux seuls ici? Qu’est-ce qui s’est passé? »

« Cela ne sert à rien de leur poser des questions, la peur les a rendu fous. » fit remarquer Yanwei, sur le côté.

Ils se retournèrent et la virent, habillée en lingerie sexy et maquillée, appuyée contre une porte de la chambre d’hôtel. Elle rit doucement puis continua: « Ces trois idiots n’ont pas pu se retenir après m’avoir espionnée alors que je me changeais dans les cabines d’essayage et ils sont allés dans les toilettes du magasin. Cependant, quelques minutes plus tard, il y a eu des coups de feu et ces deux-là sont sortis des toilettes en courant et en pleurant. Ha, et ils disaient qu’ils me protégeraient. Les hommes abandonneront toujours les femmes pour fuir face à un danger, quel qu’il soit. Haha… »

Sa dernière phrase était étrange, mais ils n’avaient pas le temps de poser des questions là-dessus. Lan alla s’occuper de Yanwei tandis que Zheng, Jie et Tengyi essayaient de demander précisément ce qui s’était passé aux deux étudiants; à part des pleurs et des phrases inintelligibles, ils n’obtinrent rien.

La porte de la chambre s’ouvrit et Yinkong entra, son livre à la main. « Intéressante façon de mourir. Les policiers de la ville vont faire des cauchemars pendant un sacré moment. Un jeune homme a été retrouvé dans la canalisation des toilettes d’un centre de shopping: la totalité de son corps avait été compressé dans le tuyau qui ne faisait pas plus de dix centimètres de diamètre. Quand ils l’en ont sorti, ils ont mis plus d’un quart d’heure à comprendre qu’il s’agissait d’un être humain. J’aurais vraiment aimé voir ça… »

Tout en racontant cela, elle alla s’assoir sur un canapé en ignorant complètement Zheng et les autres; elle prononça sa dernière phrase avec un sourire sadique qui les fit frissonner.

« Ils ont trouvé quatre autres corps. L’un d’entre eux avait été séparé en plusieurs centaines de parties, chaque morceau de la taille d’un ongle. Malgré une enquête intensive, ils n’ont pas trouvé la moindre trace d’explosif sur la scène de crime. Deux autres sont morts par gonflement. L’autopsie a révélé qu’à part l’estomac, tous les organes internes de ces deux personnes avaient disparu et se trouvaient désormais dans l’estomac de celui d’à côté. Et le dernier… »

« Ca suffit! » cria Zheng. Il marcha jusqu’au canapé et la souleva des deux mains. « Pourquoi est-ce que tu racontes tout ça avec autant de détails? Tu cherches à nous faire perdre le moral? »

Son regard devint froid et elle dit calmement: « Lâche-moi. Je dis ce que je veux. J’ai dit que j’acceptais de rejoindre cette équipe, pas que tu avais gagné mon respect. Selon moi, Zero est le seul digne d’être mon co-équipier, quant à vous… »

Avant que Zheng n’ait eu le temps de répondre, il ressentit une douleur au poignet et du sang se mit à couler: ses ongles étaient aussi aiguisés qu’une dague, ils le coupèrent facilement. Zheng la relâcha instinctivement et une fois au sol elle fit un pas en avant, la main pointée vers son cou.

Zheng n’hésita pas et d’un coup de pied, il la projeta contre le mur de la chambre. Il l’a frappa au ventre et elle fut effectivement envoyée au loin; cependant, elle réussit à atterrir les deux pieds sur le mur puis sauta vers Zheng à une vitesse incroyable, main pointée vers son coeur cette fois-ci.

(Ce, ce sentiment…?!)

Zheng avait sorti son couteau progressif et il était passé en mode ‘débloqué’; son sens du danger lui apprit que la fille en face de lui était, elle aussi, en mode ‘débloqué’!

Alors que le couteau et la main étaient sur le point de se toucher, ils sautèrent tous les deux en arrière et évitèrent ainsi de justesse une balle qui passa pile entre eux deux. Quand ils regardèrent vers la porte, Zero se tenait debout, son pistolet pointé vers eux; vers Yinkong, plus précisément.

Elle sortie de son état ‘débloquée’ et alla ramasser son livre. Elle retourna sur le canapé et dit d’un air toujours aussi désintéressé: « Toi compris, je ne respecte que deux personnes dans ce groupe… »

Zheng ne quitta pas le mode ‘débloqué’ et lui répondit avec colère: « Ces même putain de mots, mais pour qui tu te prends? Pourquoi est-ce que quiconque ici aurait besoin de ton respect? Un seul Xuan était plus que suffisant, pas besoin d’un autre psychopathe qui poignardera ses co-équipiers dans le dos! Soit tu pars, soit tu traites tout le monde ici avec sincérité. Si tu t’imagines que parce que tu es plus forte que la moyenne alors tu peux te permettre de mépriser tous les autres, je te tuerai sur le champ. »

Son fusil d’assaut apparut dans sa main droite. « Je suis sérieux, ne vas surtout pas t’imaginer que je suis en train de bluffer. »

Elle répondit sans relever la tête: « Pas de problèmes, tu es le chef. Si je ne suis pas satisfaite par ta gestion du groupe, alors je te t’affronterai et je te tuerai. En attendant, tes paroles sont des ordres… Sinon, pour continuer sur le sujet précédent, il y a une personne de plus qui a été tuée. Autrement dit, cinq personnes sont mortes aujourd’hui, quatre de leur groupe et une du nôtre. »

Zheng sorti enfin du mode ‘débloqué’. Il alla s’assoir à coté de Jie et Zero s’approcha aussi de lui. Gardés par ses deux amis, il dit: « Alors il n’y a plus que trois nouveaux… Et Xuan? »

Yinkong ne répondit pas et Lan se mit à rire faiblement. « Quelle blague. A cette vitesse là, on a aucune chance de tenir la semaine. Est-ce qu’on doit contacter Xuan? »

« Non » répondit Zheng en serrant les dents. Son corps commença à trembler, c’était le contrecoup des contraintes génétiques. Il devait endurer cette douleur atroce à chaque fois et elle dura plus d’une minute. Malgré sa souffrance, il jeta un coup d’oeil à Yinkong et il remarqua qu’elle ne changea pas d’expression et ne bougea pas d’un cil; son visage devint légèrement rouge et c’était -là la seule preuve qu’elle était bien en train d’endurer les répercussions des contraintes, comme Zheng.

Une fois la douleur passée, il essuya la sueur de son visage et continua: « S’il veut nous contacter, il le fera. S’il veut véritablement ré-intégrer ce groupe, alors nous l’accepterons, à condition qu’il arrête avec ses plans stupides et ses hypothèses à la con… »

Les nouveaux ne connaissaient pas Xuan et se moquaient bien de ce qui lui arrivait ou non; Jie, Lan et Zero, eux, soupirèrent en entendant cela. Puis, Tengyi présenta les écritures saintes qu’ils avaient obtenues et Zero et Yinkong furent surpris en les découvrant, ils n’avaient jamais cru que les temples seraient réellement utiles. Au début, ils étaient un peu méfiants; ce n’est qu’après avoir touché les écritures et fait l’expérience de la chaleur qui se propageait dans leur corps qu’ils y crurent vraiment.

Tengyi parlait sans s’arrêter, il était du genre joyeux. « Vous n’étiez pas là, vous n’avez pas vu ce qui s’est passé. Nous avons été attaqué par le fantôme du petit garçon mais une fois l’entrée du temple franchie, il nous a laissé tranquilles ! Haha, je suis sûr que nous survivrons aux sept jours grâce à ses écritures! »

Après en avoir discuté, ils décidèrent de garder les écritures par groupe de trois pendant que les six autres se reposeraient. Les trois filles formèrent une équipe,Tengyi et les deux étudiants en formèrent une autre et enfin Zero, Zheng et Jie en formèrent une dernière. Chaque groupe garderait les écritures pendant trois heures chaque nuit à partir de maintenant.

Même si Yinkong détestait ces arrangements, elle accepta tout de même à contrecoeur et alla vivre avec les deux autres filles.

Tout semblait parfait, l’avenir était radieux et tous étaient en train de discuter avec entrain; ils ne remarquèrent pas les deux étudiants qui se regardaient, une lueur de folie dans les yeux, ni Yanwei qui les observait, un sourire malsain aux lèvres.

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

Publicités

8 réflexions sur “Chapitre 50 de Terror Infinity

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s