TSW – Volume 1 – Chapitre 1

TEMPEST OF THE STELLAR WARS
Volume 1 – Le Rubik’s Cube de l’espace

Volume 1 – Chapitre 1 – Le Rubik’s Cube

L’histoire humaine n’a jamais manqué de scientifiques incroyables qui ont changé le monde : Newton et sa Loi de la Gravité, Einstein et sa théorie de la relativité, Mark Hughes et sa propulsion antimatière, Higgs et ses particules de dieu et avec l’apparition de la théorie de la vélocité courbe de Lauren Lee, l’humanité a fait un bond de géant pour réaliser ses rêves – en entrant officiellement dans l’ère du voyage interstellaire. L’exploration et la colonisation interstellaire sont devenus le plus grand désir de l’humanité.

Il y a trois cent ans, la guerre, la paix, suivies de la guerre encore, ont finalement mené à l’instauration de la Coalition Galactique, et l’humanité est entrée dans un nouvel ordre.

La station de recherche en espace profond Galileo, une station de recherche de classe S de la Coalition Galactique, mais aussi la station de recherche la plus proche du cœur de la galaxie, avait pour but de rechercher des liens avec des univers parallèles.

« Docteur, le parlement a rejeté notre demande de fonds, nous devons clore le projet Rubik’s Cube. »  Dans la station de recherche, des scientifiques entouraient un vieil homme à la barbe blanche. Même s’il était très vieux, son esprit était aiguisé, et sa tête aux cheveux d’argent semblait éblouissante. « Ces idiots, tout ce qu’ils connaissent, c’est l’argent, l’argent, l’argent ! La science, c’est Dieu, incroyable, très importante, comment peut-elle être mesurée avec de l’argent ! »

Même les plus jeunes scientifiques qui l’entouraient avaient cinquante ou soixante ans, et ne savaient pas s’ils devaient en rire ou en pleurer.
Ils étaient impuissants : après tout, il n’y avait pas eu une once de progrès en plus de vingt ans. La fermeture n’était qu’une question de temps. Vingt ans auparavant, l’astrophysicien Alan Tuck avait publié un papier – la théorie de la connexion des univers parallèles. Le papier  n’avait pas beaucoup attiré l’attention à l’époque – même si la science et la technologie de l’humanité étaient avancées, les univers parallèles étaient aussi mystérieux à l’être humain que l’était la Lune à l’âge de pierre. Mais un groupe financier soutint les recherches d’Alan Tuck, organisa une équipe d’exploration, et captura un cube mystérieux dans la région la plus proche du centre de la Voie Lactée que les humains pouvaient atteindre, le champ d’étoiles Galileo.

La nouvelle fit sensation instantanément dans la Coalition Galactique, Alan Tuck était acclamé comme étant la cinquième personne qui changerait le sort de l’humanité, faisant sa renommée dans toute la Coalition. Mais après vingt années il n’y avait aucun progrès. Même si le soi-disant Rubik’s Cube était incomparablement dur, il n’avait rien de spécial, ni n’avait-il fourni aucune technologie fracassante. Les rumeurs ont commencé à voir le jour un peu partout ; les gens disant que toute cette histoire était un coup médiatique monté par Alan Tuck et son fameux groupe financier. La station de recherche était sur le point d’être fermée, les équipements remisés, l’équipe scientifique démantelée, et Alan Tuck devrait faire face aux questions de la Coalition.

Alan regardait calmement les actions brutales des soldats, un léger sourire accroché au coin des lèvres. Pour la science, spécialement pour la grande science, que représentaient vingt ans ?

« Docteur, vous ne pouvez pas aller n’importe où ! » Un soldat bloqua Alan Tuck.

Les sourcils du vieil homme se levèrent, il parla sans colère mais avec prestige. « Un vieil homme veut aller aux toilettes. Quoi, ne me dites pas que des ailes vont me pousser sur le dos et que je vais m’envoler ! » Le soldat fut aussitôt réduit au silence par ses manières imposantes. Il baissa les bras. Après tout, ce vieil homme face à lui était la personne la plus célèbre de la Coalition Galactique vingt ans auparavant.

Vingt minutes plus tard, les sirènes d’alarme hurlèrent. Un vaisseau spatial avait décollé. Les soldats furent immédiatement bloqués par un groupe de scientifiques, et ils n’osèrent pas employer la force. Ce groupe de gens faisaient partie de l’élite de la Coalition, et aucun d’entre eux ne prendrait la responsabilité d’en blesser un seul. Grâce à un tel délai, ce petit vaisseau spatial fusa, et entra dans le sous-espace.

« Un groupe de petits enfoirés qui n’ont pas encore de poils au menton veut m’attraper ! » Alan Tuck appuya sur un bouton. Dix secondes plus tard, il entra en vol courbe…

La totalité de la station spatiale était dans le chaos, les vaisseaux de guerre décollaient les uns après les autres, volant au hasard dans tous les sens. Ils avaient sous-estimé la folie de cette bande de scientifiques…

La coalition passa dix ans sans trouver la localisation d’Alan Tuck. Comme le champ d’étoiles Galileo devint soudainement magnétiquement chaotique, la probabilité pour qu’un petit vaisseau puisse s’enfuir avec succès était très basse, et la Coalition cessa d’y accorder plus de temps. Après tout, ce problème en lui-même était une disgrâce, et tout fut petit à petit oublié.

********

Dans le lointain système Solaire, l’origine de l’humanité, la Terre. L’un des avantages de l’émigration interstellaire fut que l’environnement de la Terre s’améliora. Même si ce n’était plus l’endroit le plus développé de la Coalition Galactique, il conservait néanmoins un niveau élevé de développement.

Deux jeunes étaient étendus sur une pelouse près d’un gracieux lac artificiel. Ils avaient tous les deux une canette de bière à la main, et le sol autour d’eux était jonché par des tas de canettes. L’un avait une apparence plutôt trapue, une mâchoire carrée, de grandes oreilles, une chaîne Roth édition limitée Voie Lactée autour du cou qui aurait pu nourrir une famille entière pendant six mois. L’autre jeune avait une apparence très ordinaire, mais le léger sourire qu’il arborait au coin des lèvres était inoubliable, et il donnait une sorte d’impression indescriptible.

« Boss, tous les chemins mènent à Rome, tous les héros partent de rien, l’école militaire ne vaut pas un pet, et dès que tu en donnera le mot, les frères que nous sommes sillonneront la galaxie, et nous nous proclamerons les rois du monde ! » Le jeune un peu trapu bondit sur ses pieds, utilisa la canette dans sa main en guise de micro, avec un air de parler de choses importantes pour passer le temps.

Près de lui, Wang Zheng leva son pied pour le frapper. « Proclame royalement ta connerie, je peux très bien encaisser ce petit revers sans que tu me consoles. »

L’académie militaire Wargod de la région asiatique était l’une des trois grandes académies militaires de la Terre, et le berceau des as des as des commandants et des pilotes. Mais peu de temps auparavant ils avaient tous les deux reçu les résultats de leurs tests génétiques. Yan Xiaosu avait obtenu un score de soixante huit, Wang Zheng vingt huit.

Le score génétique était une évaluation des gènes qui aidait à sélectionner les meilleurs. Avec un score au dessus de quatre vingt vous étiez une « élite », et deviendriez célèbre dans n’importe quel niveau de la société dans le futur. Le seuil d’admission était de soixante points. Pour pouvoir étudier les matières fondamentales, il fallait avoir un score au-dessus de soixante dix, et même les autres matières nécessitaient un score au-delà de soixante. Le test d’entrée pour étudier les matières fondamentales à l’Académie Militaire Wargod avait trois parties principales : le test génétique, le test théorique, et un entretien. Wang Zheng avait trébuché spectaculairement sur la toute première marche vers le chemin de la grandeur.

Yan Xiaosu était également sans voix. Wang Zheng, de manière inattendue, avait eu seulement vingt huit points. Un score sous quarante n’avait pratiquement plus été vu depuis des années, c’était au niveau des animaux.

« Boss, il y avait certainement quelque chose qui n’allait pas avec la machine, allons réessayer ! » dit Yan Xiaosu.

« Ce n’est pas un drame, l’école militaire est juste une option ! » Wang Zheng rit avec autodérision. Où donc pourrait-il y avoir un hasard tel qu’il serait le seul à avoir une erreur ? En se souvenant de la première fois où il avait vu la publicité pour le recrutement des guerriers mécanisés quand il était enfant, Wang Zheng avait été happé par cette scène spectaculaire et en avait fait le but de sa vie. Le résultat était qu’il n’avait même pas eu sa chance. Yan Xiaosu ne le croyait pas non plus, parce qu’avec un score de vingt-huit, sans parler de l’école militaire, ça ne pourrait même pas suffire pour intégrer la conscription. C’était comme si les rêves de Wang Zheng étaient étouffés dans l’œuf, mais c’était une chose à la quelle personne ne pouvait rien.

« Au fait, j’ai quelque chose à te demander ! » Yan Xiaosu s’assit bien droit, son expression devenue sérieuse.

« Parle, ne fait pas semblant d’être sérieux. »

Yan Xiaosu pêcha une lettre dorée et parfumée de sa poitrine. « Boss, j’admire Yue Jing depuis très, très longtemps. Comme je suis sur le point d’être diplômé, j’ai décidé de lui confesser mon amour ! »

Wang Zheng s’assit. « Très bien, je te soutiendrai. Vas-y, les hommes doivent aller de l’avant ! »

« Boss, et bien, tu sais, je suis timide, je te demande de m’aider à donner cette lettre. Nous sommes frères pour la vie, et je confie mon destin entre tes mains ! » Yan Xiaosu tenait la main de Wang Zheng fermement, en ouvrant grand ses yeux de chiot, le regardant avec son expression la plus sincère. Wang Zheng retira sa main promptement. « D’accord, ne me files pas la nausée, tu utilises les mêmes tactiques à chaque fois ! »

Donner la lettre d’amour rendait Wang Zheng totalement indifférent, mais il savait aussi que Yan Xiaosu voulait changer délibérément de sujet.

« Allez, va faire un tour, et mes meilleurs vœux pour que tu me ramènes la beauté ! » cria Yan Xiaosu, et tous les deux se mirent à boire sauvagement, finissant toutes les canettes.

En regardant le dos de Wang Zheng, Yan Xiaosu secoua la tête. En fait, il avait vraiment revérifié les conditions du test de son ami, et il n’y avait réellement aucun problème. Rien à dire, les choses étaient ce qu’elles étaient.

En rentrant au dortoir, Wang Zheng s’assit en tailleur et commença a ajuster le rythme de sa respiration. C’était une « technique secrète ancestrale », réputée pour être un trésor millénaire de la civilisation humaine. Dans le cas où il perdrait son job, il pourrait compter sur cette technique ancestrale pour remplir le frigo. Cette technique de respiration en huit étapes était quelque chose qu’il pratiquait depuis l’enfance, et avec le temps c’était devenu une habitude. Elle n’avait aucun effet si ce n’est qu’elle était excellente pour calmer les émotions.

Un énorme poster était collé sur le mur, ce Mech éblouissant était une chose que Wang Zheng ne pouvait que rêver piloter un jour. La notification du score génétique un peu plus tôt semblait encore plus disgracieuse.

Yan Xiaosu n’était pas encore rentré, il était sûrement encore en train de jouer à « Wargod Covenant », un jeu de guerre et de Mech très en vogue. Wang Zheng ne savait pas à quel point ce jeu était populaire, il n’était pas intéressé. Ce dont il avait besoin n’était pas d’un environnement virtuel, mais plutôt de vraies sensations tactiles, le vrombissement de guerriers mécanisés martelant le sol. A ce moment, ils se sentirait définitivement comme un dieu !

A partir de maintenant, il ne pouvait que rêver. Wang Zheng déchira le poster qui était accroché là depuis quatre ans, et fixa le plafond le regard hébété. Soudain, il se retourna et ramassa le poster, le recollant morceau après morceau. Le but qu’il poursuivait depuis l’enfance était perdu, que pouvait-il y faire ?

Daybreak était l’un des lycées les plus prisées de la région Asiatique, et le campus était extraordinairement éblouissant le matin, plein de vitalité exsudant le parfum de la jeunesse. Wang Zheng continuait toujours son entraînement routinier matinal. Se coucher tôt et se lever tôt lui permettrait d’atteindre son maximum d’efficacité, et par là même il pourrait graduellement accumuler de la confiance en soi. Bien que ce fut inutile maintenant, mais des années d’habitude, ce n’était pas si facile à briser.

Bien sûr, aujourd’hui il avait aussi une affaire importante à traiter. Tout en s’entraînant, Wang Zheng tourna et se dirigea directement vers le bâtiment de l’école.

Deux filles marchaient non loin de là. L’une portait un dos-nu jaune, des boucles d’oreilles en diamant exquises, des cheveux bouclés dorés, comme une magnifique princesse. La fille près d’elle portait aussi des vêtements de marque. Même si Wang Zheng ne pouvait faire la différence, pour le meilleur comme pour le pire Yan Xiaosu était aussi un dingue de marques. Rien que le logo rendait la valeur considérable. Les filles marchaient main dans la main, la tête haute… Déambulant au milieu de la rue, les deux paires de jambes fines et parfaites suivaient un rythme léger et rapide, ondulant avec l’énergie de la jeunesse, éblouissantes.

Yue Jing et Ye Zisu étaient la paire de beautés sans égale du Lycée Daybreak, le père de l’une était un membre législatif de la région Asiatique, la famille de l’autre était milliardaire, et même si elles étaient étudiantes, elle apparaissaient souvent dans les nouvelles. Aux yeux des étudiants ordinaires elles étaient comme deux étoiles brillantes.

Pour être honnête, la beauté était la beauté, très attirante. Mais pour une quelconque raison, Wang Zheng n’avait jamais rien ressenti pour ces filles. Yan Xiaosu décrivait cela comme de la froideur, ou peut-être de l’enfantillage, mais traîner avec Yan Xiaosu lui avait donné assez de recherche théorique pour pouvoir les mettre en pratique. Ces deux là devant lui considéraient  la route de l’école comme un terrain conquis, appréciant les regards admiratifs de tous côtés.

Wang Zheng marcha droit sur elles. Les deux filles semblaient avoir l’habitude de ces situations, et ralentirent leur pas.

 Chapitre 2

Publicités

17 réflexions sur “TSW – Volume 1 – Chapitre 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s