GDK : Prologue

Chapitre 0 : Prologue

 

« Vraiment, tu ne te rends pas compte de ta chance : tu es la premiÚre personne à visiter la lune gratuitement en dehors des Astronautes ! »

Un vieil homme dont le visage ressemblait à un aigle portait une robe verte dégageant une atmosphÚre sinistre. Il sourit de maniÚre inquiétante tout en observant le jeune homme enfermé dans une fragile carapace de lumiÚre violette.

L’adolescent avait visiblement une vingtaine d’annĂ©es et portait un caleçon Ă  fleurs. Il avait le bas du corps moyennement bĂąti, et le haut du corps maigre. Il lança une expression mĂ©prisante tandis qu’il regardait autour de la carapace anxieusement.

« Trop c’est trop, espĂšce de vieux chnoque, pour quelles raisons m’as-tu amenĂ©es ici ? »

Han Shuo explosa de rage. Il Ă©tait sur le point d’apprĂ©cier une douche glacĂ©e et revigorante en ce jour d’étĂ© lorsqu’une lumiĂšre blanche brilla devant ses yeux. Un vieil homme bizarre Ă©tait apparu devant lui avant qu’il ne se soit complĂštement dĂ©shabillĂ©. Le vieil homme avait juste dit “La date de naissance correspond” qu’il attrapait dĂ©jĂ  Han Shuo avant de sauter par la fenĂȘtre du dixiĂšme Ă©tage, donnant Ă  Han Shuo la peur de sa vie.

Quand Han Shuo revint Ă  lui, il rĂ©alisa soudainement que tout Ă©tait morose, aride, et dĂ©sert autour de lui. Le terrain Ă©tait accidentĂ© un peu comme la peau d’un grand brĂ»lĂ©. C’était Ă  ce moment-lĂ  qu’il remarqua qu’il Ă©tait sur la lune.

Assez Ă©trangement, Han Shuo et le vieil homme bizarre pouvaient facilement communiquer, peut-ĂȘtre grĂące Ă  cette surprenante carapace violette. Mais ce qui Ă©tait encore plus Ă©trange, c’est que Han Shuo ne craignait pas de suffoquer puisqu’il y avait assez d’oxygĂšne dans cette sphĂšre.

« Dans un instant, je vais me battre contre trois personnes afin de fracasser les lois de la terre et des cieux. Cela me permettra de grimper jusqu’au sommet de la dimension dĂ©moniaque- l’Omniscience. Seul, aucun de ces trois individus ne fait le poids face Ă  moi. Mais j’ignore ce qui va se passer s’ils allient leurs pouvoirs.

Pour ne prendre aucun risque, j’ai mis la main sur quelqu’un ayant la mĂȘme date de naissance que moi – toi. Si malheureusement je devais perdre cette bataille, je ferais appel au plus mystĂ©rieux de mes sortilĂšges et je transplanterais ma conscience dans ton corps. Je pourrais alors revenir Ă  moi et utiliser ton corps pour obtenir une nouvelle vie. » Chu Cang Lan parlait calmement tout en fixant Han Shuo du regard. Le ton suave de sa voix contrastait avec le soupçon de danger qui se dĂ©gageait de ses yeux injectĂ©s de sang.

« Euh…lorsque tu parlais de transplanter ta conscience dans mon corps, eh bien…Qu’est-ce qu’il se passera pour moi alors ? » Han Shuo Ă©tait extrĂȘmement perturbĂ© et n’avait pas compris la plupart des choses que Chu Cang Lan avait racontĂ©, il avait cependant ressorti instinctivement la donnĂ©e cruciale et posĂ© la question importante.

Chu Cang Lan fit une pause puis gloussa factuellement, « Ton corps m’appartiendra et tu seras mort bien sĂ»r ! »

« @#$#@(
. »

Han Shuo Ă©tait extrĂȘmement Ă©nervĂ© et se mit Ă  jurer vigoureusement, malgrĂ© le fait qu’il Ă©tait Ă  la merci de quelqu’un d’autre. Son chapelet d’injures remonta jusqu’à la dix-huitiĂšme gĂ©nĂ©ration des ancĂȘtres du vieil homme et gratifia Ă©galement sa famille de mots fleuris trĂšs diversifiĂ©s.

« Tu as gĂąchĂ© ta derniĂšre chance de t’en tirer, gamin ! J’aurais Ă©pargnĂ© ta vie en cas de victoire, mais dĂ©sormais je t’enverrais pourrir en enfer mĂȘme si je venais Ă  gagner ! » Chu Cang Lan avait initialement maintenu son calme face aux injures incessantes de Han Shuo, mais son visage s’empourpra en rĂ©alisant que Han Shuo n’avait toujours pas lĂąchĂ© l’affaire au bout d’une demi-heure et devenait mĂȘme de plus en plus pervers.

A ces mots, Han Shuo s’arrĂȘta soudainement. Il commença Ă  tambouriner avec ses poings la fine paroi de la carapace violette avant de hurler « Mon hĂ©ros-, mon sauveur-, j’avais tort, Ă©pargnez mon existence! Ce que vous faites est illĂ©gal, et les autoritĂ©s vous poursuivront. La science a beaucoup progressĂ© de nos jours et mĂȘme s’échapper sur la lune ne servira Ă  rien! »

« Les praticiens dĂ©moniaques obĂ©issent Ă  leurs dĂ©sirs et ne plient jamais face Ă  la loi. Moi, Chu Cang Lan, j’ai parcouru la terre pendant de nombreuses annĂ©es et j’ai tuĂ© plus de personnes que tu n’en a jamais rencontrĂ©. Je suis pourtant toujours lĂ , et en parfaite santĂ©! » expliqua Chu Cang Lan Ă  voix basse.

Son visage changea soudainement alors qu’il regardait devant lui sur sa gauche et murmurait « Enfin! »

Han Shuo et sa sphĂšre violette s’élevĂšrent dans les airs avant de s’envoler au loin quand Chu Cang Lan le pointa du doigt. AprĂšs avoir rebondi quelques fois, il s’arrĂȘta finalement dans une aspĂ©ritĂ© peu profonde, Han Shuo rĂ©alisa Ă  partir de ce moment qu’il ne pouvait ni bouger ni Ă©mettre le moindre son. Mis Ă  part, entendre, cligner des yeux et penser, il ne pouvait rien faire d’autre au sein de la carapace violette.

« Vous ĂȘtes tous les trois en retard. J’espĂšre que tout le monde sera Ă  son meilleur lors de notre

bataille d’aujourd’hui et surtout veuillez ne pas m’en vouloir si vous veniez Ă  mourir! »

« Rendez grùce à Buddha » « Le Divin Tout-Puissant »



.

Bien que Han Shuo ne pouvait pas bouger, il pouvait tout de mĂȘme distinguer quelques mots de sa position, peut-ĂȘtre grĂące Ă  la carapace violette. Cependant, il ne put entendre rien d’autre aprĂšs “Rendez grĂące Ă  Bouddha” et “Le Divin Tout-Puissant”. Il arriva Ă  la conclusion qu’un moine et un prĂȘtre taoĂŻste devait avoir fait leur apparition parce que c’était ainsi que les moines et les prĂȘtres taoĂŻstes dĂ©marraient toujours leurs interventions Ă  la tĂ©lĂ©.

Selon les derniers propos de Chu Can Lang, Han Shuo Ă©tait fichu que celui-ci gagne ou perde son combat.

Han Shuo Ă©tait nĂ© dans la ville de YZ, et n’avait Ă©tudiĂ© que dans les Ă©coles les moins bien classĂ©es aprĂšs le lycĂ©e. Son diplĂŽme en poche, il n’avait postulĂ© Ă  aucune annonce contrairement Ă  ses camarades mais il avait plutĂŽt prĂ©fĂ©rĂ© traĂźner un peu au hasard sur le net. Il avait donc crĂ©Ă© plusieurs sites internet et ouvert quelques magasins online mais n’avait pas rĂ©ussi Ă  en tirer beaucoup d’argent. Bref, il Ă©tait un otaku de la tĂȘte aux pieds et un otaku avec zĂ©ro potentiel en plus de cela.

Son esprit s’était rempli d’idĂ©es noires au fur et Ă  mesure du temps qu’il passait sur le net. Comme il passait tout son temps chez lui et qu’il vivait dans une sociĂ©tĂ© dĂ©veloppĂ©, il avait eu assez de bon sens pour ne pas passer Ă  l’acte. Ce n’était pas comme si ses parents Ă©taient multi-millionnaires ou haut-fonctionnaires.

Un jeune homme d’une vingtaine d’annĂ©e sans aucun talent. Ses parents avaient bien tentĂ© de le prĂ©senter auprĂšs de quelqu’un mais l’autre avait dĂ©nigrĂ© Han Shuo et l’avait jugĂ© non fiable sous prĂ©texte qu’il n’avait pas de vĂ©ritable travail. Inutile de prĂ©ciser que cela n’avait pas marchĂ©.

Plus tard, il avait succombĂ© Ă  la pression parentale et il s’était prĂ©parĂ© Ă  Ă©crire des CV pour trouver enfin un boulot. Mais qui aurait pu penser qu’une telle chose arriverait avant qu’il recommence sa vie ?

Le cerveau de Han Shuo fonctionnait au ralenti tandis qu’il pensait Ă  sa future mort. Pour la premiĂšre fois de son existence, il trouva que sa vie Ă©tait un gĂąchis. Une carriĂšre professionnelle inexistante, une vie sans succĂšs notable et surtout : il Ă©tait encore puceau p@#@# !

« Je suis sacrĂ©ment malchanceux. Juste au moment oĂč je m’apprĂȘtais Ă  prendre un nouveau dĂ©part. Pourquoi ne me donne-t-on pas cette chance ? Si j’échappe Ă  la mort cette fois, je jure que j’agirai selon mes envies. On ne me mĂ©prisera plus et je ne serai jamais plus un peureux. Plus jamais
 »

Son corps Ă©tant paralysĂ©, Han Shuo ne pouvait rien faire d’autre que rĂ©flĂ©chir dans tous les sens. Et plus il rĂ©flĂ©chissait, plus il Ă©tait rempli de regrets et de dĂ©sespoir…

Une explosion assourdissante retentit soudainement, accompagnée par le rire moqueur de Chu Cang Lan.

Mais l’instant d’aprĂšs, il hurla d’un coup “DĂ©loyal!” et fut englouti dans une sĂ©rie d’explosions qui Ă©branlĂšrent les cieux. Les incroyables secousses frappĂšrent mĂȘme la position de Han Shuo; c’était comme si la terre Ă©tait en train de s’effondrer. Ces perturbations furent suivies par un hurlement sonore, « Chu Cang Lan, tu es mort cette fois! »

« Einh! C’est la compĂ©tence dĂ©moniaque d’extorsion du corps. Il tente d’utiliser une technique dĂ©moniaque, il y a certainement une graine dĂ©moniaque dans les environs! »

« Louez sois-tu Bouddha, pour le bien des tous les ĂȘtres vivant sous les cieux, je ne le laisserai jamais rĂ©ussir mĂȘme si je dois en mourir. Louez sois-tu Bouddha, Complainte de la Destruction Ultime! »

« Moine, ne fais pas ça
 »

Une nouvelle sĂ©rie de violentes dĂ©tonations s’ensuivit, puis un rayon noir se dirigea vers Han Shuo. Il Ă©tait aussi rapide qu’une Ă©toile filante, et contenait une chose obscure qui se tortillait, comme un liquide maudit.

« Louez-le, louez-le. MaĂźtre Yuan Kong s’est sacrifiĂ© pour annihiler la technique dĂ©moniaque. Nous pouvons ĂȘtre en paix. Jamais plus Chu Cang Lan ne sera en mesure de menacer le monde de la justice! »

La lumiĂšre noire surgit au sein de la sphĂšre violette aprĂšs que Han Shuo ait entendu cette derniĂšre phrase. Une chose Ă©trangĂšre sembla envahir son cerveau. Une dĂ©tonation assourdissante lui procura une douleur intense comme si tous ses organes avaient explosĂ© en mĂȘme temps, puis il s’évanouit.

 

GDK chapitre 1

Publicités

10 réflexions sur “GDK : Prologue

  1. Un Basilic! 😀 On va bien s’entendre, moi je suis un lapin :3 🐰
    Sinon bienvenue sur le site! Tu vas voir, les lecteurs sont méchants et horribles et ils te lancent des pierres dessus quand tu publies pas assez, mais à part ça ils sont gentils :3

    Aimé par 1 personne

  2. Cool un nouveau Novels, et un plutît pas mal . 😁
    je le connaissais pas celui la !
    Merci pour ce premier chapitre, j’ai hĂąte de voir Ă  quoi vas bien pouvoir ressemblĂ© la suite ! ^^

    Aimé par 2 personnes

  3. Merci pour le chapitre.
    PS:Si jamais tu ne tient pas le rythme…
    PPS:Non,non,ce n’est pas une menace,qui Ă  dit que c’Ă©tait une menace? (sifflote)

    J'aime

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s