Chapitre 74 de Terror Infinity

Trois gardes entrèrent dans la cellule et en sortirent O’Connell de force. Ils se comportèrent comme s’ils ne voyaient pas le groupe de Zheng ou comme s’ils n’entendaient pas les cris désespérés de l’homme chauve. De plus, ils laissèrent la porte de la prison ouverte après leur départ.

« Bien. Le film a officiellement commencé. » dit Zheng, avant de s’adresser aux nouveaux : « Vous quatre, attendez ici. »

Il alla se mettre à l’écart puis il se tourna vers les autres membres du groupe et demanda en se grattant la tête : « Alors?  Qu’est-ce qu’on fait d’eux ? »

Yinkong répondit d’une voix posée : « La meilleure méthode… est de leur couper les bras et les jambes, puis de les laisser ici. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous occuper de fardeaux pareils quand nous aurons rencontré l’autre équipe. C’est la méthode la plus rationnelle. »

Jie, Tengyi et Lan secouèrent tous la tête d’un air désapprobateur, mais Zero prit alors la parole : « Elle a raison. C’est comme cela que les choses se passent sur un champ de bataille. Ils ne sont pas membres de notre groupe, nous ne leur devons rien. Ils ne valent pas que nous risquions nos vies pour les sauver, et nous ne pouvons pas non plus prendre le risque de les laisser en vie au cas où l’autre équipe les tuerait, nous aurions alors 8000 points négatifs. »

Zheng fit la grimace. « Trois voix contre deux, hein ? Autrement dit, ma voix sera déterminante… »

Il se tourna vers les nouveaux, l’air soucieux. Soudain, Honglu tourna la tête vers Zheng et dit : « Si vous avez peur de l’autre équipe… Utilisez-nous comme appât. »

Zheng le regarda sans trop savoir réagir. Ces mots lui rappelaient désagréablement quelque chose…

« D’après les informations que vous nous avez donné, vous devez être bien plus puissants que des humains normaux. L’homme-tronc sur le sol le prouve, de toute manière… Et vous ne voulez pas vous mettre en danger à cause de nous, c’est normal. Si l’autre équipe est plus puissante et plus nombreuse, pourquoi ne voudrait-elle pas vous attaquer ? Et même si elle ne le fait pas au début du film, comment pouvez-vous être sûrs qu’elle ne le fera pas par la suite ? Plutôt que de risquer vos vies afin de les tester, pourquoi ne pas risquer les nôtres ? »

Zheng et les autres vétérans n’étaient pas les seuls à être choqués, les trois autres nouveaux le regardaient la bouche ouverte de surprise. Cependant, Honglu ne s’en soucia pas. Il se contenta de murmurer dans le vide : « Plutôt que d’être abandonné dans cette cellule comme l’autre idiot, sans le moindre espoir de survie, je préfère tenter ma chance. Même si je n’ai qu’une chance sur cent de survivre, c’est tout de même mieux que de mourir ici, non ? »

Les trois nouveaux hochèrent lentement la tête, mais Zheng sentit un début de migraine monter en lui : ce jeune garçon ressemblait beaucoup trop à Xuan…

Zheng prit une grande respiration puis se décida : « Ok, alors à partir de maintenant, vous êtes tous les trois sous notre surveillance. Et toi… » dit-il en se tournant vers Honglu.

« Tu es maintenant un membre de cette équipe. Je ne te donnerai pas d’arme dans ce film et nous te surveillerons, mais nous te protégerons quand ce sera nécessaire. Qu’est-ce que tu en dis ? »

Tout en disant cela, Zheng jeta un coup d’œil aux autre membres de l’équipe et tous hochèrent la tête pour signifier leur approbation.

Honglu se releva et répondit : « Ça ne me pose aucun problème mais quand il faudra courir, vous devrez me porter… Ah et aussi, cela fait déjà cinq minutes que O’Connell s’est fait emmener, je pense qu’il est sur le point de se faire libérer. »

Zheng et les autres se mirent alors à courir vers l’extérieur de la prison. Jie prit Honglu sur son dos et lui demanda : « Tu as déjà vu ce film ? Ils vous font voir des films, dans les hôpitaux psychiatriques ? »

« En réalité, il s’agissait d’une clinique de neurochirurgie, j’y étais de mon plein gré. Et non, je n’ai pas vu le film mais je devine qu’il va se faire libérer. Quel genre de scénario prévoirait la mort de son personnage principal en quelques minutes seulement ? C’est pour ça que je devine que O’Connell va être libéré ou qu’il y aura un revirement de situation qui lui permettra de s’enfuir. Et comme nous sommes obligés de rester à moins de 5000 mètres de lui, si nous le ratons au moment où il quitte la prison alors Dieu nous tuera une fois qu’il se sera trop éloigné. »

‘Il ressemble tellement à Xuan… Cela dit, Xuan était totalement dépourvu de sentiments mais il semblerait que ce gamin soit légèrement moins psychopathe.’

Laissant de coté ses pensées, Zheng rejoignit Jie et demanda à son tour : « Tu as dis que tu avais des prémonitions ? Qu’est-ce que tu peux pressentir ? Le futur ou… »

« La mort. Je sens quand la mort est sur le point de frapper… Ne vous inquiétez pas, quand l’un d’entre vous sera sur le point de mourir je vous le signalerai. » Il rit froidement et se mit à jouer avec ses cheveux noirs.

Les couloirs de la prison étaient remplis de prisonniers apathiques, assis contre les murs. La prison était semi-circulaire et en face de cette dernière se trouvait une imposante potence.

Quand ils sortirent de la prison, Honglu demanda précipitamment à Zheng : « Est-ce qu’il est possible de changer le scénario ? Par exemple, si on tue O’Connell maintenant, qu’est-ce qu’il se passera ? »

Zheng fut surpris par la question et répondit : « Et bien… quelque chose changera à cause de cela, mais impossible de savoir précisément quelles en seront les conséquences. Peut-être qu’Imhotep se fera ressusciter immédiatement ou peut-être que nous devrons alors suivre un autre personnage important, ou peut-être que nous devrons trouver Hamunaptra nous même… Pourquoi ? »

Honglu continua à jouer avec ses cheveux et dit calmement : « Puisque le scénario peut être changé, n’importe quoi peut arriver. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai le pressentiment que O’Connell va mourir pendant son exécution. (TLT : Non ?!! 😱😱😱) Je ne sais pas ce qu’il se passe pendant le film, mais j’ai le pressentiment que si nous ne faisons rien, alors il ne sera pas sauvé et il va mourir dans quelques secondes… Si vous ne voulez pas prendre le risque d’un changement de scénario, je vous conseille d’intervenir. »

Zheng prit immédiatement une décision et il se tourna vers Zero. « Zero, tu as emmené ton pistolet avec silencieux, non ? Est-ce que tu peux couper la corde d’ici ? »

Zero regarda la potence et hocha la tête. « Aucun problème. Si c’est simplement la corde, je peux la couper sans que personne ne remarque rien. »

Il s’agissait des années 20, et personne ne savait ce qu’était un silencieux. Zero alla se positionner en face d’une des fenêtres de la prison et Zheng et les autres entourèrent Zero afin de le dissimuler à la vue des passants. Puis, la trappe de la potence s’ouvrit et O’Connell se retrouva pendu par le cou, à gigoter en suffoquant. Dans le scénario original, l’héroïne était sensée sauver O’Connell mais plus de dix secondes s’écoulèrent sans qu’il ne se passe rien, sans qu’aucun ordre de relâcher O’Connell ne soit donné. Alors qu’O’Connell commençait à s’immobiliser, la corde se brisa et il s’écroula sur le sol. À sa fenêtre, Zero abaissa lentement son arme.

Zheng et les autres se tournèrent tous vers Honglu. Le jeune garçon s’arracha un cheveu puis souffla dessus. Il murmura : « … Possibilités infinies…? »

Publicités

6 réflexions sur “Chapitre 74 de Terror Infinity

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s