GDK chapitre 5

Chapitre 5 : Comment peut-on appeler cela du vol ?

 

Quand Han Shuo se réveilla, il était allongé sur le petit lit de bois à l’intérieur du cabanon, le corps recouvert d’eau glacée. En face de lui, le gros Jack tenait d’une main un seau en bois et grimpa sur un tabouret avec difficulté. Il s’apprêtait à déverser l’eau glacée au-dessus de Han Shuo.

Han Shuo se gelait déjà les miches, puisque le temps était un peu frisquet ce matin là. Il poussa un grand cri alors que Jack était sur le point de renverser le seau, «Jack, qu’est-ce que tu fais ?!»

Le tabouret sur lequel se tenait le gros Jack provenait d’une décharge, il n’était donc pas très stable dès le départ. Lorsque Jack entendit le hurlement de Han Shuo, ses jambes tremblèrent sous l’effet de la surprise. Ses mains sursautèrent et tout le contenu du seau alla s’écraser sur la tête de Han Shuo tandis que le seau lui-même s’envolait avant de percuter la poitrine du malheureux.

« Urgh… Sérieusement Jack, tu essaies de me tuer ? »

Han Shuo commença à grelotter de manière irrépressible après avoir reçu ce second bac d’eau gelée. Et en plus, le seau en lui-même lui avait fait un mal de chien. Il se mit tout de suite à jurer bruyamment.

« Désolé Bryan, je croyais que le premier seau n’était pas suffisant pour te réveiller. Ton tabouret était déjà bancal, et j’ai été surpris par ton cri, c’est pour cela que ma main a glissé et que j’ai renversé toute l’eau sur toi ! »

Le gros Jack était extrêmement confus et commença à essuyer le cou de Han Shuo avec un chiffon qu’il avait ramassé au hasard sur le sol.

Mais qui aurait pu deviner que cela provoquerait chez Han Shuo un cri de goret que l’on aurait envoyé à l’abattoir ? Il se glissa rapidement hors de portée puis dit « Oh Jack, ce chiffon que tu tiens est couvert de débris d’os qui se métamorphosent pendant les expériences de nécromancie. C’est comme si plein de petites aiguilles me picoraient la peau, essaies-tu de me poignarder jusqu’à la mort ? »

« Ah…désolé Bryan, je ne l’ai pas fait exprès, vraiment pas du tout ! »

Jack était consterné et il balança très vite le bout de tissu très, très loin. Il était soulagé qu’il n’y ait pas la moindre particule d’os sur le côté qu’il tenait.

« Atchoum… Atchoum… oh et puis laisse tomber. Pourquoi est-ce que je suis ici ? La dernière chose dont je me souvienne, c’est d’avoir été frappé par l’Agonie de l’Âme de Lisa après que cette tête de gland de Bach se soit servi de moi comme bouc émissaire »

Han Shuo continua d’éternuer alors qu’il se dépêchait de retirer ses vêtements trempés. Des taches rouges apparurent sur son cou. Il se saisit très vite de la serviette noire de Bryan pour se sécher.

« Bryan, tu as plein de cicatrices partout sur ton corps ! »

À ces mots, Han Shuo prit le temps d’observer son nouveau corps pour la toute première fois. D’après ce qu’il pouvait voir, il n’y avait en effet pas un seul centimètre de libre sur sa peau. Il poussa un soupir et s’apitoya une nouvelle fois sur le sort de Bryan.

« Une cicatrice constitue à la fois une mémoire et une médaille d’honneur pour un homme, qu’est-ce que tu y connais toi. Dis moi plutôt, qu’est-il arrivé après que je me sois évanoui ? »

« Les cours ont commencé juste après que tu aies perdu conscience. Lisa a dit quelques mots avant de s’en aller dans sa classe. J’ai appelé oncle Saru et nous t’avons tous les deux ramené ici ! »

« Oncle Saru était donc présent…Ah oui, qu’a dit Lisa avant de partir ? »

Han Shuo hocha la tête pendant qu’il continuait de s’essuyer. Oncle Saru était le plus vieux serviteur de l’académie, il avait cinquante et quelques années et était plutôt gentil avec Bryan et Jack. Le jour où Bryan était arrivé à l’académie, Saru y travaillait déjà depuis plus de dix ans.

« Lisa a dit que c’était dommage pour toi. Si l’Agonie de l’Âme avait atterri sur Bach, son état se serait amélioré au bout de trois jours de souffrance puisqu’il est un apprenti magicien. Mais tu n’es pas un nécromancien et tu n’as aucune force mentale. La douleur durera probablement donc un mois. Elle a ajouté qu’elle ne brisera pas le sortilège car tu l’as dérangée hier soir pendant son sommeil, et que son pied était blessé parce que tu as mis des pierres dans ton pantalon ! »

« Bon sang, comment ose-t-elle me traiter de cette façon ! Je m’occuperai un jour de son cas ! »

Le visage de Han Shuo s’assombrit au fur et à mesure qu’il écoutait Jack et il recommença à jurer. Cette réaction surprit Jack dans la mesure où ce n’était pas la première fois que Lisa s’en prenait à lui et qu’il n’avait jamais répliqué jusqu’à aujourd’hui.

Après avoir libéré sa frustration, Han Shuo pensa tout haut, « Bach a de la force mentale parce qu’il est un apprenti magicien. Cela lui permet de souffrir seulement pendant 3 jours, alors que je vais devoir endurer ce maléfice pendant tout un mois ? Eh eh, j’ai un énorme potentiel. Si je commence à apprendre la nécromancie, peut-être que j’irai mieux dans 3 jours. »

« Bryan, tu es un esclave, comment pourrais-tu apprendre la magie ? »

« Et bien, comment les étudiants font-ils normalement ? »

Jack réfléchit quelques instants et exposa très factuellement, « En premier lieu, ils doivent méditer pour apprendre à ressentir la magie dans les éléments naturels. Quand ils ont cultivé leur force mentale, ils ont ensuite besoin d’étudier tout le savoir magique contenu dans les livres et de pratiquer les différentes incantations. Enfin, si ils ont des questions, ils peuvent interroger les enseignants ! »

« Eh bien voilà, je n’ai qu’à méditer. Quand j’aurai développé ma force mentale, je vais bien pouvoir apprendre les formules inscrites dans tous ces livres, non ? »

« Tu ne possèdes pourtant aucun grimoire. »

À ce moment précis de la conversation, Han Shuo se faufila près de Jack et l’enlaça avec un bras amical. Il lui adressa un sourire complice, « Mais je t’ai toi, n’es-tu pas en charge du ménage de la bibliothèque ? »

Jack fut sous le choc et s’écarta brusquement de lui. Il demanda avec une expression paniquée « Bryan, tu veux que je vole des livres pour toi ? »

« Quelle vulgarité ! Comment peux-tu appeler cela du vol ? Je te demande juste d’emprunter quelques ouvrages pour moi. Tu pourras les remettre à leur place une fois que je les ai finis. De toute façon, personne ne lit ces livres pour débutants, donc où est le risque ? Jack, je suis aujourd’hui dans une situation précaire parce que j’ai essayé de t’aider. Maintenant, ne devrais-tu pas me rendre ce service à ton tour ?» répondit Han Shuo très sérieusement.

Jack hésita d’abord en entendant ces mots mais il fut contraint accepter au final «l’emprunt» des livres de magie face aux regards de chien battu que lui fit Han Shuo.

Un peu plus tard cette nuit là, Jack s’approcha furtivement de Han Shuo et lui remit les copies de «Fondements de la Nécromancie» ainsi qu’un «Dictionnaire de la magie». Il exhorta Han Shuo à être extrêmement prudent avant de finalement se retirer à pas de loups.

En tant qu’esclave, Bryan n’avait pas le droit d’apprendre la lecture. Cependant, il avait glané pas mal de mots par la force des choses à cause de la diversité des tâches qui lui étaient confiées. Tout ce savoir avait été légué à Han Shuo qui fut ainsi en mesure de lire les deux livres.

Han Shuo referma la porte après le départ de Jack, tourna la première page du «Fondement de la Nécromancie» et commença sa lecture avec intérêt.

La magie était définie comme un moyen de communiquer avec les éléments magique de ce monde par le biais de la force mentale. Il existait 4 manières d’utiliser cette magie : à travers les incantations, les parchemins (ou objets) magiques, les signes de main, et les matrices.

Autrefois, la nécromancie avait été une branche florissante de la magie. Au sommet de son succès, tous les types de magie noire étaient placés en dessous de la nécromancie. Le rapport de force s’était malheureusement inversé depuis.

La nécromancie était une branche de la magie qui avait débuté par le simple contrôle des âmes et des squelettes. Son répertoire de sortilèges s’étoffa au fur et à mesure des expériences continues de certains pionniers. Une école de pensée se forgea progressivement et elle devint la représentante de la magie noire.

La force mentale constituait le fondement de toute magie. La seule manière de cultiver cette force mentale étant de ressentir la magie élémentaire par le biais de la méditation, mais les gens ordinaires se trouvaient incapables de percevoir cette magie. Une fois sa force mentale cultivée avec succès à travers la méditation, une personne était alors considérée comme apprenti magicien.

Ainsi, la première initiative de Han Shuo après avoir étudié «le Fondement de la Nécromancie» fut de méditer pour tenter de saisir sa force mentale. Après sept jours, il n’avait pas avancé d’un pouce. Pas la moindre trace de force mentale à l’horizon.

Han Shuo ne put que méditer la nuit pendant ces sept jours, puisqu’il se faisait passer pour le maladroit mais travailleur Bryan durant la journée. Il devait donc continuer d’effectuer ses corvées quotidiennes de ménage, assainissement, extermination d’insectes ou encore de tri des déchets afin de conserver sa place à l’académie.

Tous les jours, le cerveau de Han Shuo était soudainement pris de spasmes violents à cause de l’Agonie de l’Âme. Il tomba raide les deux premières fois puis s’acclimata à la douleur au fur et à mesure jusqu’à pouvoir rester sur ses pieds.

Au cours de cette période, sa réputation de crétin dément se répandit. Cependant, même s’il ressemblait à un fou furieux un peu benêt, il effectuait les tâches qui lui étaient assignées tous les jours. Ainsi, l’académie de Babylone ne le mit pas dehors, en constatant qu’il accomplissait toujours son travail.

Quand aux étudiants en nécromancie, ils partageaient tous la même opinion sur le caractère fou et excentrique de Han Shuo. Pendant 6 ans, ce dernier avait créé des habitudes dans son travail de serviteur. Même s’il était un peu cinglé, ces habitudes étaient tellement ancrées en lui qu’il finissait ses tâches tous les jours.

Une chose mise à part. Ces derniers jours, Han Shuo ressentait une sorte de «migraine» à chaque fois qu’un étudiant s’approchait de lui pour faire des expériences. Il devint même de plus en plus incontrôlable quand il avait ce mal de crâne, et détruisait parfois complètement le laboratoire. Les étudiants ne pouvaient rien y faire car ils savaient que Bryan était un un peu cinglé depuis qu’il avait reçu le maléfice de Lisa.

Même aujourd’hui, personne ne savait pourquoi Lisa avait infligé une telle raclée à Bach, ce qui le rendait d’autant plus abattu. Il frappait Han Shuo régulièrement pour n’importe quelle raison. En tant qu’apprenti mage, Bach était bien plus puissant que Han Shuo. Même si ce dernier pouvait répliquer en jouant le dément, il finissait toujours dans un sale état.

Tous les soirs, Han Shuo jurait à haute voix, lorsqu’il rentrait dans sa remise. « Bach, espèce de racaille, tu ne perds rien pour attendre. Un jour, je te défoncerai tellement fort que même tes propres parents ne pourront plus te reconnaître ! »

Il avait encore été frappé par Bach aujourd’hui, et son assaillant avait un petit squelette en renfort. Han Shuo ne faisait naturellement pas le poids face à ces deux adversaires, et il était encore recouvert d’une multitude de bleus et de plaies. À la différence près que Han Shuo sentait que ses forces et son appétit grandissaient au fur et à mesure des jours. Il réclamait à Jack des rations supplémentaires à chaque fois qu’il avait faim après ses repas.

Bien qu’il souffrait terriblement à cause de Bach, Han Shuo continuait de s’entraîner tous les soirs selon le principe de Solidification. Toutes ses douleurs disparaissaient pendant la nuit, et il se réveillait de très bonne humeur le lendemain matin. Et lors du prochain combat avec Bach, il remarqua que ses coups le faisaient de moins en moins souffrir.

Han Shuo retournait donc dans sa remise après chaque dérouillée pour commencer à s’entraîner. La graine de Yuan à l’intérieur de son corps se développait discrètement pendant ce temps-là.

La graine de Yuan passa de la taille d’un ongle à celle d’un pouce. Son corps se reforgeait progressivement grâce au cycle vertueux des raclées et des méditations.

Cela rendait Han Shuo à la fois excité et effrayé. Excité par le développement de son Yuan et l’amélioration de son physique. Mais effrayé car il trouvait de plus en plus difficile de contrôler ses émotions avec la progression du Yuan. Han Shuo commettait ainsi facilement des actions qu’il allait regretter plus tard.

Il sortit le «Fondements de la Nécromancie» caché sous le petit lit en bois et commença sa méditation après avoir consulté le grimoire quelques secondes. Il fit circuler son Yuan au hasard à l’intérieur de son organisme. Les endroits auxquels il avait mal se trouvait grandement soulagé après chaque passage du Yuan.

Lors de sa méditation, la graine de Yuan voyagea de son cou à son cerveau. À ce moment précis, une douleur familière commença à émaner de son cerveau. Han Shuo sut immédiatement que l’Agonie de l’Âme de Lisa était sur le point de sévir une nouvelle fois.

Alors que le cerveau de Han Shuo était en feu, le Yuan vint se glisser d’un coup au centre de la douleur. C’était la première fois que le Yuan agissait dans son cerveau pendant l’irruption du maléfice. Han Shuo eut l’impression qu’un obus avait explosé dans son cerveau, et il perdit à nouveau conscience après avoir subi une douleur intense.

 

GDK chapitre 4                                                                                                                     GDK chapitre 6

Publicités

12 réflexions sur “GDK chapitre 5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s