GDK chapitre 6

Chapitre 6 : Je l’aurai un jour

 

Il était déjà minuit passé quand Han Shuo se réveilla. Le Yuan avait repris sa circulation selon son modèle irrégulier, mais il remarqua quelque chose de nouveau dans son cerveau. Quand il regarda autour de lui, tout lui sembla plus clair comparé à avant.

Une pensée le frappa soudainement et il retourna dans sa méditation. Han Shuo déploya ses sens conformément aux instructions de « Fondements de la Nécromancie », pour confirmer finalement qu’il avait fait émerger sa force mentale de manière surprenante, grâce au choc à l’intérieur de son cerveau entre son Yuan et l’Agonie de l’Âme.

« Ahahah…Je suis définitivement génial. J’ai médité et acquis de la force mentale en si peu de temps. Eh eh, il est peut-être temps de s’essayer au premier sortilège de nécromancie. Voyons si je suis capable d’invoquer un guerrier squelette ! »

Il sortit puis feuilleta précipitamment les « Fondements de la Nécromancie ». Mais après avoir cherché quelques minutes, il ne parvint pas à retrouver la formule pour invoquer un guerrier squelette. C’est seulement à cet instant que Han Shuo réalisa que les « Fondements de la Nécromancie » n’était qu’un simple répertoire des connaissances basiques en nécromancie, et qu’il ne contenait aucun sortilèges ou invocation.

Han Shuo fronça les sourcils et se rappela tant bien que mal l’incantation que Lisa avait employée. Il leva tout de suite ses mains, concentra sa force mentale, et commença à réciter « Âmes des soldats défunts, répondez à l’appel du messager noir et révélez au monde votre existence ! »

Une fois son chant achevé, il sentit rapidement disparaître une partie négligeable de sa force mentale. Il lui sembla percevoir autre chose à ce moment-là, mais une vive douleur apparut d’un coup dans son crâne, le forçant à s’asseoir sur le lit, complètement vidé et à bout de souffle.

Alors que Han Shuo s’affaissait sur son lit, une ombre noire jaillit à travers la remise, laissant apparaître un squelette blanc, deux fois moins grand que celui de Lisa.

Un sentiment de pure allégresse traversa Han Shuo quand il vit le squelette immaculé le fixer avec ses deux orbites vides, un poignard en os à la main. Malgré sa taille réduite, il s’agissait bien d’un squelette ce qui prouvait que le sortilège avait fonctionné avec succès.

Son énergie était complètement drainée et son esprit dans le brouillard. En se référant aux « Fondements de la Nécromancie », Han Shuo supposa que sa force mentale était trop faible, d’où son épuisement actuel après avoir invoqué le petit squelette.

Han Shuo ressentit une étrange connexion le liant au petit squelette en face de lui, mais sa force mentale était si faible qu’il ne pouvait même pas lui donner un ordre, et encore moins le renvoyer dans une autre dimension.

Ainsi, un humain et un squelette se fixèrent stupidement l’un et l’autre pendant plusieurs minutes. La présence du squelette ne changeait pas grand chose, puisqu’il ne ferait rien sans l’accord de son maître, et que personne ne rentrait jamais dans la remise de Han Shuo.

La nuit était déjà très avancée et Han Shuo ne pouvait rien faire de plus. Une fois l’effet de surprise dissipé, Han Shuo se trouva si exténué qu’il tomba dans un profond sommeil.

Le lendemain, juste avant l’aube.

Han Shuo s’était levé comme d’habitude avant tout le monde et comptait se débarrasser des ordures. Il s’apprêtait à poursuivre sa routine matinale lorsque ses yeux se posèrent sur le petit squelette placé juste à côté du tas de déchets.

Apparemment, sa force mentale s’était un peu reconstituée pendant son sommeil, mais cela restait tout à fait insuffisant pour renvoyer le petit squelette dans sa dimension. Cependant, il avait assez de force mentale pour lui transmettre un seul ordre – jeter les ordures.

Quand il reçut l’ordre, le petit squelette s’étira immédiatement les jambes, et étendit sa main osseuse pour récupérer le tas de déchets à côté de lui. Il ouvrit la porte et sortit dehors.

« Eh eh, pas étonnant que tout le monde souhaite apprendre la magie. Tout est tellement plus simple avec un peu de magie. À l’avenir, ce petit squelette pourra s’occuper des ordures à ma place tous les matins ! »

Han Shuo remarqua qu’il était encore assez tôt, il se jeta sur son petit lit et repartit compter les moutons. Sur ces derniers jours, il s’agissait de sa toute première grasse matinée.

Lorsque Han Shuo rouvrit les yeux après s’être à nouveau endormi, il découvrit que le squelette était revenu et s’était visiblement débarrassé des déchets selon ses instructions.

Après être sorti du lit, Han Shuo se lava le visage. Il constata alors que toutes ses plaies et contusions avaient miraculeusement disparu et que même certaines de ses cicatrices semblaient s’être effacées. Son corps était donc en pleine forme, en dehors de quelques vertiges liés à sa trop grande débauche de force mentale.

En magie démoniaque, le processus de Solidification vise à reconstruire le corps du praticien. La progression au sein de la Solidification était donc marquée par la disparition de toutes les cicatrices, et par une forte augmentation de la force et de la résistance de l’organisme du praticien. Bach, Lisa et leurs guerriers squelettes ne pourront alors plus rien en cas de combat face à Han Shuo.

Han Shuo était plongé dans ses pensées tandis qu’il nettoyait tout en observant les étudiants se dépêcher de retourner en cours. Il attrapa également ses affaires avant de retirer la poussière des statues représentant les grandes figures de l’académie.

« Athéna, quand je suis allée aux toilettes ce matin avant l’aube, j’ai vu un petit squelette transporter deux sacs d’ordures. Il marchait lentement en direction de la décharge, c’était un drôle de spectacle ! » L’apprentie magicienne Amy discutait avec Athéna en se dirigeant vers le bâtiment du département de magie.

« C’est étrange, qui pourrait s’ennuyer au point d’invoquer un squelette pour ramasser les ordures. Et si c’était Bryan le cinglé ? »

« Je te jure que c’est vrai. J’ai vraiment vu un tout petit squelette transporter deux sacs poubelles. Et puis, je me sens tellement mal pour Bryan. C’était déjà assez dur comme ça pour lui, mais maintenant il doit supporter les séquelles du maléfice de Lisa en plus des raclées que Bach lui inflige tous les jours ! »

« Tu as sûrement mal vu car tu devais être encore à moitié endormie. Bryan est un serviteur et un esclave en plus de ça. C’est déjà bien qu’il puisse survivre. Tu es vraiment trop généreuse de t’inquiéter pour Bryan de la sorte ! »

Les deux filles s’éloignèrent et Han Shuo ne pouvait plus entendre leur conversation. Quelques instants plus tard, Jack se balança en arrière et se mit à épousseter la même statue que Han Shuo. Il nettoya avec application pendant un moment, puis regarda Han Shuo d’un air un peu interloqué « Bryan, j’ai l’impression que tu as pris un peu de poids. Et Bach ne t’avait-il pas cogné hier ? Comment se fait-il que ton visage soit intact ce matin ? »

« Bach a dû trop en faire ces derniers temps. Tu peux lire sa faiblesse au fond de ses yeux ternes. Il n’a aucune force ! À ce rythme-là, il ne sera bientôt plus capable de me frapper!» Après cette déclaration, Han Shuo se sentit particulièrement affamé et il demanda à Jack, « Mon appétit se développe ces jours-ci, pourrais-tu me donner un peu de la nourriture que tu caches ? »

« Hein ? Comment as-tu su que j’avais du pain sur moi ? »

« Tous les serviteurs savent que tu planques toujours de la nourriture. Tu es le seul à croire qu’il s’agit encore d’un secret. Arrête de perdre du temps et donne-moi à manger. Je te le revaudrai plus tard ! »

Jack sortit un bout de pain à contrecœur après avoir écouté Han Shuo, il jeta un regard méfiant autour de lui, et rompit un morceau pour Han Shuo.

Pendant que Han Shuo dévorait le pain, assis à côté de son travail, Jack dit tout à coup,       « M@#@# ! Bach arrive, hein ?! Lisa est avec lui ! »

Bach tenait dans ses mains deux boîtes blanches exquises et poursuivait Lisa avec un sourire exagéré. Il n’avait toujours pas renoncé à lui faire la cour, « Lisa, ces friandises sont une spécialité de ma famille, et elles sont absolument délicieuses. Tu n’as pas encore pris ton petit-déjeuner, n’est-ce pas ? Sers-toi, je t’en prie »

Lorsque Bach s’était battu avec Han Shuo la veille, il avait accidentellement reçu un coup de poing en plein visage. La marque sur sa joue droite était encore visible aujourd’hui, et il était pris d’un spasme à chaque fois qu’il tentait de sourire, transformant son sourire en grimace.

« Pff. Je n’ai pas faim. Et arrête ton cinéma avec moi, je déteste les gens comme toi – ceux qui me couvrent de mots doux en face de moi mais racontent des grossièretés dans mon dos ! »

Lisa s’éloigna sans même lui adresser un regard. Quand elle passa devant Bryan et Jack, elle adressa un regard noir au premier, « Bryan, je viendrai te chercher dans un mois pour une nouvelle session d’entraînement lorsque l’Agonie de l’Âme aura disparu ! »

Ce n’est qu’en entendant Lisa que Han Shuo réalisa qu’il n’avait toujours pas souffert du maléfice depuis ce matin. Il supposa que l’Agonie de l’Âme s’était automatiquement annulée après qu’il ait réussi à cultiver sa force mentale la nuit dernière. Sinon, il aurait déjà subi une attaque depuis lors.

Lisa était sur le point de s’en aller quand Bach s’exclama de surprise après avoir regardé Bryan, « Hein ! Comment est-ce possible ? Je me souviens que tu avais plein de bleus au visage, pourquoi n’y-a-t-il plus rien aujourd’hui ? »

Zut, il avait remarqué. Han Shuo adressa à Bach un regard stupide, puis il gloussa bêtement, « Hehe, ma peau se régénère de façon très efficace ! »

Lisa étouffa un rire lorsqu’elle entendit les mots de Han Shuo, elle s’arrêta, et n’était plus aussi pressée de partir maintenant. Son sourire fit plisser ses beaux yeux en forme de demi-lune. Cette vision était en fait plutôt séduisante. Ce crétin de Bryan était devenu bien plus intéressant depuis qu’il était devenu cinglé, pensa-t-elle. Il ne subissait plus les événements en silence maintenant.

Jack savait que Han Shuo n’était pas fou, et qu’il avait dit cela pour se moquer de Bach. Il essaya de se retenir d’éclater de rire, mais ne put s’empêcher de lâcher un léger « Haha ». Au moment où il se rendit compte de son erreur, il était déjà trop tard.

Bach était déjà particulièrement énervé à cause de la plaie sur sa joue droite, mais les blessures de ce débile avaient déjà disparu. Il n’osa rien dire quand Lisa rigola, mais le rire de Jack fut la goutte de trop pour Bach. Il courut vers Jack en jurant, « Serviteur pathétique, comment oses-tu te moquer de moi ! Je vais te cogner jusqu’à la mort ! »

Jack savait qu’il était en mauvaise posture, mais il ne s’enfuit pas. Il pouvait seulement rester immobile en attendant son sort tandis que Bach courait vers lui. À cet instant, Han Shuo s’agrippa soudainement la tête en hurlant, « Ah, ça fait mal ! », et il s’écroula devant Bach. Quand Bach vit que son opposant avait changé, il haussa les épaules puisqu’il se fichait de savoir qui il frappait. Il adressa un coup de poing directement dans le visage de Han Shuo.

Un bruit résonna dans le crâne de Han Shuo quand il reçut le coup, mais le poing de Bach lui sembla moins douloureux que la veille. Han Shuo parvint même à empêcher son corps frêle de tituber après avoir encaissé le coup.

Mais il continuait de hurler de douleur, « Ah, ça fait mal ! » et il agita sauvagement ses bras devant lui comme si il n’avait plus le contrôle de sa personne. Bach encaissa trois coups d’affilés, et son œil gauche se referma immédiatement. Il se saisit l’estomac puis trépigna de colère « Esclave insignifiant, comment oses-tu me frapper ! je jure de te tuer à coup de magie même si je dois en crever ! »

« Bach, tu t’acharnes encore sur Bryan. C’est l’heure des cours, dépêche-toi et rentre tout de suite en classe. »

Tout à coup, une voix douce réprimanda Bach d’un ton délicieux tandis qu’une beauté longiligne aux cheveux mauves s’approcha d’un pas léger.

Elle avait 24 ou 25 ans, le nez fin, le visage ovale, et des lèvres rouges sexy. Sa peau légèrement bronzée rayonnait, et elle portait une robe d’enseignant taillée sur mesure et parsemée d’ornements dorés.

La robe serrée laissait parfaitement deviner ses formes pulpeuses ainsi que ses longues jambes. Elle tenait une pile de grimoires dans sa main gauche et un bâton orné d’émeraudes dans la main droite, et s’adressait à Bryan.

« Euh… Maîtresse Fanny, vous avez encore oublié vos lunettes en classe. C’est Bryan que vous montrez du doigt ! », les lèvres de Lisa se retroussèrent et elle avait une forme de résignation dans la voix.

« Une paire de lunettes est l’ennemi mortel d’une jolie femme, aussi je ne les porte pas tous les jours. » Fanny sourit en retour et localisa finalement Bach. Elle agita le bâton dans sa main droite comme si elle voulait le frapper sur le crâne. Elle dit sévèrement,         « Retourne en classe immédiatement, ou prépare-toi aux conséquences ! »

Après avoir grondé Bach, un sourire tendre se fraya à nouveau sur le visage de Fanny quand elle s’adressa à Lisa, « Lisa, tu dois également te dépêcher de retourner en cours. Un élève sérieux se doit d’être ponctuel. Je dois préparer la leçon du jour, je te verrai plus tard ! »

Fanny tourna la tête pour observer Bach une fois de plus, puis elle s’éloigna à grandes enjambées, marchant avec une grâce inégalée. Ses fesses rebondies se balançaient de droite à gauche formant une silhouette irrésistible.

« Euh… Maîtresse Fanny, vous marchez dans la mauvaise direction, ce n’est pas le bon bâtiment. Oh mon dieu, remettez ces lunettes ! »

Lisa la héla avec précaution, mais fit une pause juste avant de partir. Elle se retourna puis adressa un meurtrier en direction de Bach, elle le railla d’un ton méprisant, « Quel incapable, même pas fichu de coller une raclée à un esclave ! » Lisa jeta un dernier regard vers Han Shuo puis repartit prestement à la poursuite de Fanny.

Bach fulminait de rage et s’adressa à Han Shuo et Jack avec une voix venimeuse, « Vous ne perdez rien pour attendre misérables gueux. Vous allez comprendre votre douleur ! » Il sembla prendre la menace de Fanny au sérieux, étant donné qu’il retourna en classe en courant.

Han Shuo fixa d’un air lubrique la direction vers laquelle Fanny était partie, jusqu’à qu’elle soit hors de sa vue. Il se fichait de la menace de Bach, et il se murmura à lui-même lorsque que Fanny eu complètement disparue, « Cette Maîtresse Fanny c’est vraiment quelque chose. Pas étonnant que ce naïf de Bryan soit tombé amoureux. Nous avons des goûts similaires en matière de filles ! »

« Bryan, arrête de regarder. Je sais que tu aimes Maîtresse Fanny depuis longtemps, et qu’elle te défend régulièrement face aux brutes de l’académie, mais tu n’es qu’un simple serviteur et elle est l’une des Adeptes les mieux gradées de l’académie. Sais-tu à quel point un Adepte est puissant ? Même si Maîtresse Fanny est myope, elle a un nombre impressionnant de soupirants dans toute l’académie. Réveille-toi ! »

Jack agita deux mains dodues en face de Han Shuo comme pour le ramener à la réalité.

«Je suis déjà sous le charme, impossible de me réveiller !» fit-il avec un regard cupide. Il fit une pause et ajouta, « Je l’aurai un jour ! »

 

GDK chapitre 5                                                                                                                      GDK chapitre 7

Publicités

13 réflexions sur “GDK chapitre 6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s