GDK chapitre 9

Chapitre 9 : Cette fois, il est vraiment foutu !

 

Le chemisier d’Irène avait été éventré, laissant apparaître sa peau blanche, ainsi que la courbe supérieure de son sein droit. Elle était à la fois gênée et paniquée, et couina de terreur. La parcelle blanche attira les regards carnassiers de tous les étudiants mâles des environs.

Irène était à la base une très jolie fille. Sa beauté était d’autant plus mise en valeur par sa présence subtile et majestueuse qui projetait un sentiment de dévotion invulnérable. L’étudiant – masculin – en magie blanche, qui se tenait le plus proche d’elle, oublia de s’avancer pour lui venir en aide, dans la mesure où il traversait cette étape de la vie rendant les adolescents insatiablement curieux envers la gente féminine.

Lorsque la foule réalisa que le petit squelette allait de nouveau passer à l’action, il était déjà trop tard pour intervenir. Le petit squelette levait déjà son poignard sombre et spectral en direction d’Irène. Personne n’osa faire le moindre mouvement de peur de blesser Irène avec un sortilège.

Lorsqu’elle regarda dans les orbites vides et grisâtres du squelette, un sentiment d’impuissance et de désespoir émergea du cœur d’Irène. Elle ressemblait à une statue de glace, assise immobile sur le sol.

Avec une expression attristée, Irène observa le petit squelette réduire la distance qui les séparait, une dague rayonnante à la main. Qui aurait pu penser que son destin était de mourir aux mains de la plus méprisée des créatures démoniaques, et l’une des plus faibles en plus de ça ! C’était vraiment une fin pathétique.

Slash…

Irène ressentit un courant d’air frais au niveau de sa hanche droite, et pensa avoir été poignardée. Mais lorsqu’elle regarda plus bas, elle réalisa qu’elle n’était pas blessée. Au lieu de ça, sa robe magique avait été découpée de sa hanche droite à son mollet, laissant entrevoir encore plus de sa peau.

Une taille lisse et ferme, des jambes musclées à la fois voluptueuses et chatoyantes, furent révélées en même temps au grand jour. De minuscules sous-vêtements en soie vert clair pouvaient même être aperçus à travers la fente. Irène put entendre la déglutition sonore des étudiants mâles placés autour d’elle, ainsi que les commérages provenant des filles.

«Ah!!»

Bien que mourir soudainement de la main du squelette eut été quelque chose de terrible, être dépouillée de ses vêtements sous les yeux affamés de ses camarades était encore bien pire. Un cri perçant jaillit de la bouche d’Irène tandis qu’elle errait désespérée, essayant de se couvrir par tous les moyens.

« Que… qu’est-ce qui ne va pas chez ce squelette ? Pourquoi essaie-t-il de lacérer les vêtements d’Irène ? »

« Arrêtez de mater ! Et dépêchez-vous de le massacrer ! »

Grâce aux conversations de la foule, les étudiants en magie blanche retrouvèrent finalement leurs esprits et commencèrent à lever les mains, prêts à psalmodier des sortilèges pour attaquer le petit squelette.

Après son assaut, le squelette se tenait de nouveau bêtement sur place, comme s’il avait besoin d’être dirigé en permanence par Han Shuo pour savoir quoi faire. Han Shuo sentit son stress grimper quand il vit que le squelette ne bougeait pas. Il ne savait pas comment réagir.

Lisa, qui se tenait sur le bord, avait failli dire quelque chose, mais s’était finalement abstenue en voyant la destruction d’une large partie de la robe d’Irène.

« Maudite créature de l’enfer, comment oses-tu t’attaquer à la magnifique mademoiselle Irène ! Reçois ton châtiment de la part du chevalier sergent Claude ! » C’est à ce moment-là qu’une silhouette approcha au loin. Grâce à son incroyable vitesse, Claude était déjà apparu juste à côté du petit squelette immédiatement après ces paroles.

Dès son arrivée, Claude se jeta habilement sur le petit squelette. Un rayon de lumière vert pâle jaillit de son poing droit, et atterrit sur le squelette naïf. Le squelette s’envola en subissant l’impact, puis s’écrasa avec fracas sur le sol.

« Ravissante Mademoiselle Irène, vous avez souffert à cause de mon retard ! » Claude s’exprimait humblement et exécuta une révérence raffinée à l’égard d’Irène, après avoir envoyé valser le squelette.

Claude avait 18 ans, il avait noué ses cheveux argentés en queue de cheval, les laissant s’étendre négligemment dans son dos. Il portait une tunique d’exercice entièrement blanche, et possédait un charme extraordinaire. Beaucoup d’étudiantes de la classe de magie blanche se mirent à chuchoter entre elles en rougissant dès son apparition.

« Waouh ! C’est Claude ! Il n’a que 18 ans, et est déjà parvenu au grade de sergent chevalier, il est par ailleurs le plus jeune fils du commandant de la légion impériale du Gryphon. Il est tellement incroyable ! »

« Arrête de faire ta groupie, Claude est amoureux d’Irène. Tu viens d’une petite famille et tu n’es pas aussi jolie qu’elle, il ne s’intéressera jamais à toi. »

Les étudiantes discutaient silencieusement, en jetant des regards discrets en direction de Claude comme s’il était leur prince charmant ou leur âme sœur. De l’autre côté, les regards des étudiants masculins alternaient entre crainte et détestation.

Tandis que le murmure des conversations s’élevait de la foule, le petit squelette se remit péniblement debout à la suite son vol plané. Sa cage thoracique tremblait comme le reste de son corps.

Irène avait le visage rouge pivoine sous l’effet de la honte, et protégeait frénétiquement son corps complètement débraillé. Cependant, elle soupira de soulagement lorsque Claude apparut. Elle s’apprêtait à répondre à sa salutation quand elle vit par-dessus l’épaule de

Claude, le squelette se remettre lentement sur ses pieds. L’expression hautaine de son visage se transforma immédiatement en panique et en dégoût. Irène montra le squelette du doigt et dit précipitamment, « Claude, j’accepterai de dîner avec toi si tu détruis cette hideuse créature démoniaque. »

À ces mots, Claude tourna la tête et émit un léger « Hein ? » de surprise. Il n’avait visiblement pas imaginé que le squelette serait encore en vie. Il se retourna, esquissa un sourire radieux puis s’inclina, «Je suis honoré de vous servir. »

L’attitude de Claude changea brutalement lorsqu’il fit demi-tour. L’élégante distinction qu’il venait d’afficher avait laissé place à un regard froid et perçant. Il attaqua encore avec son poing droit, et une lumière vert pâle jaillit une nouvelle fois en direction du petit squelette.

Qui aurait pu imaginer qu’à ce moment précis, un corps frêle et maigrichon viendrait s’interposer en arrivant par la gauche. La rayon vert pâle atterrit avec force sur le corps maigrichon.

Une explosion retentit, et le corps fragile trébucha de quelques pas en arrière, tombant au sol la tête la première.

Des cris de surprises vinrent de toutes les directions, « Hein ? Qui est donc ce serviteur ? Pourquoi s’est-il interposé ? »

« P@#@#  Bryan, tu es cinglé ou quoi ? » hurla Jack qui était tout simplement sidéré. Son visage était marqué par une immense peine.

Lisa fut également stupéfaite en voyant Han Shuo se précipiter pour recevoir le choc en lieu et place du petit squelette.

Les événements qui suivirent se révélèrent bien plus surprenants. Han Shuo ne cracha pas pas de sang et ne mourut pas sur le coup, alors que le rayon vert pâle l’avait bel et bien touché. Au lieu de ça, il se releva tout tremblant à l’image du squelette, et afficha une expression innocente et stupide.

Quant au petit squelette, il fit soudain volte-face. Lui qui titubait depuis plusieurs minutes, se retourna brutalement, plia ses jambes et s’élança vers le département de nécromancie avant que quiconque ne puisse réagir.

Claude, qui était pourtant l’assaillant, s’emmêla tout à coup les jambes et s’assit sur le sol, sans raison apparente. Il haleta plusieurs fois avant de se relever, comme s’il avait dépassé ses capacités, juste à l’instant. Mais une fois debout, les traits fins de son visage trahirent une expression médusée et incrédule. Il jeta un regard étrange vers Han Shuo qui était toujours impassible.

Han Shuo ne faisait pas complètement semblant en exprimant de la confusion sur son visage. Han Shuo avait ressenti une douleur perçante au niveau de la poitrine, quand la lumière vert pâle de Claude avait transpercé son corps. Il pensait avoir échappé de peu à la mort.

La force mentale de Han Shuo avait probablement été stimulée par les circonstances et il était parvenu à donner un nouvel ordre au petit squelette : « enfuis-toi à toute vitesse ». Pour éviter qu’on le repère, il avait demandé au squelette de se réfugier dans la décharge de l’académie.

Mais le plus incroyable devait encore survenir. Quand le rayon vert pâle transperça son corps, Han Shuo sentit le Yuan entourer celui-ci. Le Yuan immobilisa complètement la lumière, et l’empêcha de faire un carnage à l’intérieur de son organisme.

« Bryan, qu’est-ce que tu fais ici ? » Lisa avait finalement retrouvé sa voix et hurla sur Han Shuo.

Han Shuo n’avait aucune idée de ce qui se passait actuellement dans son corps. Il ressentit simplement un poids dans sa poitrine pendant que le Yuan enclavait le rayon vert pâle. Mise à part la douleur qu’il avait éprouvée lors du choc initial, son corps ne semblait pas avoir subi trop de dommages.

Mais aux yeux des autres personne, Han Shuo était complètement fou à lier. Il ne pouvait même pas entendre les questions de la foule. Son expression impassible et le sourire naïf sur son visage renforcèrent d’autant plus sa réputation de dément.

« Oh, c’est l’esclave taré du département de nécromancie. Pas étonnant qu’il se comporte comme un idiot ! »

« Oui c’est sûr, seul un idiot aurait pu se précipiter face à l’attaque de Claude                          à cet instant ! »

Les jambes du gros Jack tremblaient comme jamais, mais il parvint finalement à s’avancer vers Han Shuo. Il commença à l’entraîner par le bras en disant, « Bryan, qu’est-ce que tu fiches par ici ? Allez, rentrons à la maison, on ne s’amuse pas dans le coin. »

« Une minute ! » Claude éleva soudainement la voix à cet instant, ses yeux rivés sur Han Shuo. En plus du fait que le petit squelette s’était enfui une seconde plus tôt, il se demandait pourquoi il avait senti son aura (Note : équivalent de la force mentale pour les chevaliers) d’un coup disparaître. Que s’était-il passé ? Faisait-il erreur ?

Il avait utilisé son aura seulement dans une seule de ses attaques, jamais il n’aurait dû être fatigué. Mais il était même tombé, c’était vraiment très étrange. L’esclave pratiquait-il une sorte de magie démoniaque ? Non, c’était impossible, il n’était qu’un simple esclave. C’était complètement inconcevable. Il devait faire fausse route.

« Noble et puissant chevalier, vous ne provoqueriez pas en duel un simple esclave, n’est-ce pas ? Sans même mentionner le fait que cet esclave soit à moitié fou, cela ne vous semble-t-il  pas inconciliable avec votre éthique personnelle ? » Assez curieusement, c’est Lisa qui vola au secours de Han Shuo.

En entendant ces mots, Claude s’inclina devant Lisa, puis adressa à Han Shuo un regard intense. Il acquiesça, « Tu peux prendre congé ! »

« Les deux serviteurs peuvent partir, mais toi Lisa, tu as invoqué cet immonde guerrier squelette et détruit mes vêtements. Tu me dois une explication. » Irène avait fini par trouver

une robe blanche, et l’avait rapidement enfilée. Elle s’était maintenant remise de son état de choc et braquait sur Lisa un regard noir.

« Qu’est-ce que cela a-t-il à voir avec moi ? Je n’ai pas invoqué cet étrange squelette noir, sinon pourquoi aurais-je été incapable de le contrôler ? Il s’est introduit dans ma chambre la nuit dernière et m’a frappé par deux fois. Je suis également la victime ici. » Lisa répondit froidement et renifla avec dédain.

« Comment cela est-il possible ? Si ce n’est pas toi, eh bien qui est-ce ? C’est forcément quelqu’un du département de nécromancie. Qui que ce soit, je jure de le retrouver et de le faire payer ! » Irène s’emporta de rage.

« Ooh… ah… Bach, quand… quand moi jeter poubelles, vu squelette courir… courir hors chambre de Bach. » Han Shuo sourit d’un air distrait et semblait avoir des difficultés pour communiquer quand il balbutia ces quelques mots. Mais c’était suffisant pour que les autres comprennent ce qu’il voulait dire.

« Aah, donc c’était lui. Il doit essayer de prendre sa revanche pour la correction que je lui ai infligé la dernière fois ! » Le visage de Lisa s’assombrit tandis qu’elle marmonnait dans sa barbe.

De l’autre côté, Irène avait aussi le visage livide et grinçait bruyamment des dents. Les cloches retentirent annonçant le début des cours, juste au moment où les deux filles allaient commencer leur chasse à l’homme. L’assemblée entière se dispersa en entendant la sonnerie, et les étudiants des différents départements retournèrent dans leur secteur respectif.

Il ne resta bientôt plus que Jack et Han Shuo, qui se tenaient bêtement là. Han Shuo afficha son sourire de « débile » puis dit à Jack, « Bach est foutu. »

Jack opina du chef complètement d’accord, « Ouais, cette fois, il est vraiment foutu ! »

 

GDK chapitre 8

 

Publicités

14 réflexions sur “GDK chapitre 9

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s