RTW Chapitre 7 – Entrainement (Partie II)

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

 

Le feu s’éleva sous ses pieds, mais disparut juste après.

C’était déjà sa vingt-troisième tentative.

Et elle échoua encore une fois.

Sur le front d’Anna, des perles de sueur surgissaient constamment, mais elle se contenta d’utiliser le dos de la main pour les essuyer, et le grésillement des flammes retentit aussitôt.

Sans même se reposer, la fin d’un exercice était suivie par le début du prochain. L’uniforme de Sorcière était couché sur le côté, soigneusement plié. Si Anna n’avait pas insisté pour le faire, son nouvel uniforme aurait déjà été brûlé en cendres.

Heureusement avec l’identité de Roland étant le 4ème Prince, obtenir quelques robes de rechange pour qu’elle les utilise n’était pas très difficile. Il fit à sa servante Tyre délivrer une collection complète de robes, réunies par les servantes pour Anna.

Le vingt-quatrième essai porta finalement ses fruits, la flamme ne s’élevait plus de ses pieds. Au lieu de cela, elle apparut sur sa main. Elle remua les bras, pour tenter d’avoir la flamme au bout de ses doigts, mais la flamme vacilla deux fois et s’emporta, enflammant ses manches, s’épandant à travers sa manche pour finalement consumer toute la robe.

Anna éteignit la flamme mais sa robe était déjà complètement brûlée, elle alla donc chercher une nouvelle robe dans le seau préparé à cet effet.

Ce n’était pas la première fois qu’un tel événement se produisait, mais chaque fois, Roland détournerait les yeux, regardant autre part, et ce même si Anna elle-même ne s’en souciait pas.

En fait, si ce n’était pas pour les persistantes objections de Roland, elle aurait probablement enlevé tous ses habits et s’exercerait toute nue, en plein jour ! Mais même si Roland pouvait se rincer l’œil sur le corps magnifique d’Anna, il ne serait pas capable de travailler calmement avec une jeune fille nue, spécialement si la fille en question était enveloppée de flamme, donnant à son corps un charme indescriptible.

Roland secoua sa tête, chassant ses pensées obscènes. Pour le moment, il semblait que ce ne serait pas facile de contrôler ce pouvoir. Le but immédiat qu’il avait fixé pour Anna était de contrôler la flamme de telle sorte qu’elle puisse libérer ses flammes à partir de la paume de sa main ou de ses doigts sans détruire ses propres habits. Cependant, il voulait aussi que les flammes aient une température assez élevée pour faire fondre les lingots de fer qui étaient dans la cour.

Après que la trentième tentative d’Anna ait échoué, avant qu’elle ne puisse continuer sur la prochaine, Roland la stoppa et lui dit de faire une pause.

Anna le regarda d’un air farouche, mais ne donna pas d’autre réponse.

Roland dut marcher jusqu’à elle, et dut même prendre la jeune fille par la main, la menant à une chaise et la forçant à s’asseoir.

« Vous êtes fatiguée, quand vous êtes fatiguée, vous devriez vous reposer. Ne soyez pas trop impatiente, nous avons encore du temps ». Il aida à essuyer la sueur de son front humide et dit, « Prenons un thé. »

Roland savait que la noblesse du Royaume de Graycastle n’avait pas pour habitude de boire un thé l’après-midi et que la productivité de ce monde était très médiocre, pour des gens normaux, c’était difficile de trouver l’opportunité de goûter à de mets si délicats. Les habitants de ce monde n’étaient pas familiers avec les trois repas par jour, sans parler d’un quatrième repas. Quant aux fils de nobles, ils se réunissaient généralement autour de cette période pour s’amuser dans les bars ou les casinos.

Le Prince lui-même devait temporairement prendre le relai de la servante et du cuisiner s’il voulait créer la coutume ici puisqu’ils n’étaient pas familiers avec tout ceci. Puisqu’il dut préparer quelques rafraichissements légers et qu’il n’avait pas à sa disposition des feuilles de thé, il fut forcé de remplacer le thé par de la bière. Il pensa que dans le futur, ce serait primordial d’avoir de quoi faire un peu de thé …

Ainsi, dans le jardin du château, dans une cabane en bois, le premier Afternoon Tea de Graycastle eut lieu.

Anna regarda les plats exquis de collations, ayant du mal à croire ses yeux. Comment est-ce que de la nourriture pouvait être si attrayante ?

Bien qu’elle ne connaissait pas le nom spécifique du gâteau qu’elle mangeait, c’était d’un blanc pur en apparence, et une palette de rouge vif de fruits à l’intérieur, pouvant stimuler l’appétit de n’importe qui. En particulier en voyant les rebords de la pâtisserie décorés avec des motifs exquis, tout ceci la força à changer de point de vue sur le monde encore une fois.

Roland regardait fièrement les expressions déconcertées d’Anna, elle ressemblait à une campagnarde visitant pour la première fois la ville, à la fois excitée et effrayée. Malgré que les fraises sur le gâteau à la crème fussent marinées dans du sucre et n’avaient pas un goût de fraicheur, rien ne fut laissé sur l’assiette.

Roland trouva plus amusant de regarder le visage de la Sorcière pendant qu’elle mangeait plutôt que de manger lui-même. Roland regarda Anna, qui amenait soigneusement le gâteau dans sa bouche, ses yeux bleus presque émettant un rayon lumineux, avec sa chevelure se balançant doucement avec le vent. Voir tout ceci apaisa son cœur qui était sur le pont d’éclater et se dit que cuisiner quelque chose de moins bon pour Anna la prochaine fois était hors de question !

Et bien l’entretien des sentiments tout comme le talent était quelque chose de très important.

Regarder Anna pendant qu’elle s’entraine et l’accompagner pour apprécier un thé devint une routine pour Roland, qui ne montrait aucun intérêt dans les affaires gouvernementales. Barov l’aida à prendre soin de toute la paperasse afin que tout soit clair et ordonné.

Trois jours plus tard, Barov délivra l’information de l’industrie de Border Town que Roland avait demandée quelques jours plus tôt dans son bureau. C’était un moment mémorable, l’ancien 4ème Prince n’avait jamais eu la patience d’organiser une telle pile de rapports compliqués.

En réalité, même maintenant, il ne l’avait pas. Roland n’eut besoin que de lire les deux premières lignes du texte avant de se sentir somnolant, et il dit directement à Barov, « Vous lirez pour moi. »

Il passa une heure à écouter Barov jusqu’à ce qu’il trouvât une erreur, « Pourquoi les taxes annuelles d’hiver et les revenus du commerce sont-ils nuls ? »

Puisque la température en hiver était basse, le déclin de la récolte était compréhensible, mais quelle est la signification de la chute soudaine à zéro, est-ce que les habitants de Border Town ont pris l’habitude d’hiberner ?

Barov toussa, « Monsieur, avez-vous oublié ? Pendant les mois d’hiver, c’est la période des ‘Mois des Démons’, la ville n’a pas les moyens de garder ses frontières, tous les résidents doivent évacuer à Longsong Stronghold. Mais soyez assuré, votre sureté est certainement notre première priorité. »

« Mois des Démons ? » Roland se rappela alors d’avoir déjà entendu cette phrase avant. Il ne prit pas au sérieux les légendes des fantômes et des viles Sorcières au sérieux, il les considérait comme une partie des sottises de ce monde incivilisé. Mais maintenant il semblerait que les monstres ne soient pas juste une fantaisie puisque les Sorcières existaient vraiment. Alors … et à propos des légendes célèbres telles que les fantômes ?

Quand il fut éduqué comme un noble, son professeur d’histoire lui expliqua les ‘Mois des Demons’ en détail. Chaque hiver, après que le premier flocon soit tombé et que le soleil se soit couché derrière les montagnes, une intense obscurité sans lumière frapperait la ville. À ce moment, les portes de l’Enfer s’ouvriraient.

Les esprits malicieux de l’Enfer corrompraient les créatures vivantes, et les tourneraient en esclaves du Diable. Quelques animaux sauvages se changeraient en de puissantes bêtes démoniaques avec un seul objectif, d’attaquer les humains. La plupart des Sorcières naissent à cette saison, et leur pouvoir serait de loin supérieur à la moyenne grâce à cela.

« Les avez-vous vues ? Les portes de l’Enfer », demanda Roland.

« Votre Altesse, comment est-ce que des gens ordinaires pourraient les voir ? », Barov secoua sa tête encore et encore, « Ne dîtes pas de bêtises, les montagnes dont ils proviennent ne peuvent être conquises, rien qu’en étant près des montagnes, vous serez affecté par l’ignoble miasme, d’abord vous aurez un léger mal de tête, puis dans des cas plus sévères vous perdrez votre esprit. Sauf si … « 

« Sauf si quoi ? »

« Sauf si la personne à le faire est une Sorcière. Seule une Sorcière peut y aller et voir les portes de l’Enfer car elles sont elles-mêmes déchues et sont devenues des serviteurs du Diable. Naturellement, elles n’ont nul besoin de craindre le contact du Diable. » En parlant de Sorcière, Barov regarda en direction du jardin.

« Les bêtes démoniaques, en avez-vous déjà vues ? », Roland donna un coup sur la table afin de reprendre l’attention de l’Assistant Ministre.

« Eh bien, je ne les ai encore jamais vu. Tout comme votre Altesse, c’est ma première fois aux frontières du Royaume. Au centre du Royaume, dans le château, seule une poignée de personnes ont déjà rencontré de vrais démons. »

S’il avait besoin d’évacuer une fois par an, comment pourrait-il développer cette place ? Il pensait initialement que Border Town était une terre désolée, mais qu’elle avait tout de même le potentiel pour un futur développement, mais maintenant, cela ressemblait à une chimère.

« Quand nous résistons aux bêtes démoniaques à Longsong Stronghold, puisqu’elles ne sont pas invincibles et que nous pouvons les tuer, pourquoi ne les vainquons nous pas à Border Town plutôt ? »

« Longsong Stronghold a de hauts murs. De plus les troupes d’élite du Duke Ryan sont stationnées là-bas. Ce n’est même pas comparable à Border Town, cette petite ville ne peut certainement pas être comparée à Longsong Stronghold », expliqua Barov, « Depuis le début, la construction de Border Town était dans le but d’alerter Longsong Stronghold, ainsi la ville fut construite entre la pente de la Montagne du Nord et de la Rivière Chishui. »

Donc si on résume, cette ville sert de chair à canon afin de bloquer l’ennemi. Le seul chemin qu’il pouvait prendre. Roland rit nerveusement quand il entendit cela.

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

Publicités

3 réflexions sur “RTW Chapitre 7 – Entrainement (Partie II)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s