RTW Chapitre 13 – Le mur de la ville

Chapitre Précédent | Index |  Chapitre Suivant

 

Très vite, la production de ciment prit un rythme correct. Afin de permettre à Anna une quantité suffisante de repos, le four n’était utilisé que deux ou trois fois par jour. Pour obtenir le maximum de ciment à chaque calcination, ils devaient rassembler plus de matériaux bruts. Pour se faire, Roland délivra de nouveau des ordres de recrutement pour augmenter le nombre de travailleurs, jusqu’à ce que leur nombre ne soit doublé.

Mais il savait aussi qu’il ne pouvait se reposer que sur Anna pour faire toutes les calcinations. Ceux qui travaillaient dans des environnements poussiéreux avaient tendance à devenir malades. De plus, si l’échelle de la production augmentait, Anna seule ne pourrait satisfaire toute la demande.

Les Sorcières ne devraient pas être considérées comme des produits consommables. Au lieu de cela, elles devraient servir de moteur afin de promouvoir le développement de la civilisation. Bien que Roland était déjà conscient de ce fait, en ce moment, il ne pouvait qu’investir toute son énergie et main d’œuvre dans la construction du mur. Après tout, s’ils ne pouvaient arrêter les bêtes démoniaques, tout le reste serait sans importance.

Creuser les fondations pour la construction du Mur de Ville avait déjà commencé afin de relier la Montagne de Pente Nord avec la Rivière Chishui. Pour augmenter la vitesse de la production, il prit personnellement en charge de la supervision du projet. Il inaugura le premier coup de pelle avec ses propres mains devant la masse des spectateurs environnants, choqués.

Roland pensait qu’après que le problème du ciment soit réglé, la construction du Mur de Ville serait facile et relaxante. Mais il remarqua bien ainsi tôt que son expérience antérieure en ingénierie n’était pas suffisante pour le projet. Quelle profondeur et quelle largeur pour les fondations ? Comment résoudre la différence de hauteurs entre les sections ? Comment s’assurer que plus de six cents mètres de long de mur serait construit en ligne droite ? Il avait déjà assisté à la construction d’une route par un groupe de jeunes. Ils utilisaient des outils de mesure de distances, c’était appelé un théodolite et un niveau non ? Mais aucun des deux outils n’étaient disponibles ici !

La construction du mur commença très lentement, rien que la moitié de la construction des fondations prirent plus d’une semaine.

Une fois qu’un projet prenait de l’ampleur, il était difficile de prévoir l’état final du produit. Par exemple, à certains endroits où la terre était difficile à creuser en raison de sa dureté, les fondations ressemblaient plus à des gouttières superficielles. En dépits des instructions de Roland, la largeur des fondations différait en fonction de chacun. Ainsi, la largeur était difforme, devenant de plus en plus étroit au fur et à mesure. Vu de loin, la fondation ressemblait pratiquement à un serpent courbé et tordu.

Malgré tout, Roland ne voulait pas stopper le projet. Avec rien d’autres dans son esprit, tant qu’il n’était pas temps de chauffer le ciment, qui était le travail d’Anna, il restait à la Montagne de Pente Nord toute la journée. Il réajustait la direction des forages à l’œil nu, l’avançant doucement vers l’avant. Dans le même temps, il doubla aussi les récompenses pour l’enrôlement des artisans de pierre.

Heureusement, cette situation ne dura pas longtemps, quand Roland préparait la sixième calcination du ciment, Barov, l’Assistant Ministre rapporta qu’un maçon avait répondu au recrutement. Il disait être un ancien membre de la guilde des tailleurs de pierre. Les gens qui attendaient une audience étaient déjà devant la salle.

Quand il eut cette information, il faillit éclater de joie, d’après ses mémoires, la guilde des tailleurs de pierre de Graycastle était une organisation reconnue, même le 4ème Prince avait entendu leur nom. Mais au final, à cause de leur erreur de construction, ils furent obligés de se dissoudre.

Mais comment pouvait-il finir la construction sans l’aide d’un maçon.

« Amenez-le », Roland prit une expression sereine et hocha la tête. A l’origine il voulait ordonner à Anna de partir, mais il pensa que ce n’était pas un problème. Plus de deux mille personnes vivaient à Border Town, très peu avait déjà vu le vrai visage de la Sorcière. De plus, sa nouvelle apparence, avec un costume bizarre, comparée son ancienne apparence, qui n’attendait que la mort quand elle n’était plus maîtresse d’elle-même, semblait appartenir à un autre monde. Il estima que même si elle était vue, elle ne serait pas reconnue.

Karl van Bart se sentit agité quand il fut mené dans la cour par le Chevalier, il voulait informer son Altesse, que cette période de l’année n’était pas propice à l’élaboration d’un projet de telle envergure. Après avoir acquis la confiance de son Altesse, il pourrait lentement changer le point de vue du Prince à propos des Sorcières. D’après les rumeurs, son Altesse agissait toujours sauvagement, que devrait-il faire s’il faisait l’inverse de ce qu’il lui conseillait ?

Il s’agenouilla tout en ayant ses pensées dans un tumulte, essayant de les réorganiser. Quand il releva la tête, il s’arrêta soudainement et regarda d’un air stupéfait. La fille aux côtés de son Altesse lui semblait si familière, si familière qu’il pensait qu’il rêvait. Karl se frotta les yeux, puis regarda de nouveau, il ne put s’empêcher de pleurer. « … Anna ! »

Le cœur de Roland faillit s’arrêter. Comment est-ce possible ? Il voulait juste embaucher un artisan, mais qui aurait pu deviner que cet artisan faisait aussi parti des voisins d’Anna ? Il pouvait dire que l’autre connaissait Anna, sinon, il n’aurait pas pu la reconnaître immédiatement.  Il regarda Carter. Le Commandant des Chevaliers saisit l’allusion, il verrouilla immédiatement la porte, bloquant la seule sortie.

« Vénérable … Professeur ? »

La réaction d’Anna laissa l’esprit de Roland tourner en rond pendant un certain temps avant de revenir à ses esprits. Comment ? Professeur ?

« C’est vraiment toi, Anna … Je … Je …  » Karl sentit ses yeux se troubler, puis quelque chose commença à en couler. Il s’agenouilla impuissamment sur le sol, répétant constamment, « Désolé, désolé … Très bien, aussi … Bien … »

Après que Karl eut réussi à se calmer, il se leva puis se pencha en avant afin de saluer Roland une fois de plus, « Je suis absolument navré, votre Altesse, j’ai oublié mes manières. »

« C’est que … Que se passe-t-il ? N’êtes-vous pas un maçon ? »

« Je l’étais », quand Karl regagna son calme, son discours devint plus fluide. Son Altesse n’avait pas tué Anna ! Celle qui fut pendue à la place publique était une substitution ! Conscient de ce fait, il savait déjà la prochaine étape qu’il devait prendre. Bien que la raison pour laquelle son Altesse eût épargné et sauvé une Sorcière restait obscure, et même si son Altesse voulait la prendre en tant que concubine, ce serait bien mieux que d’être crucifiée. Cela montrait que le Prince n’avait pas peur que les Sorcières étaient l’incarnation du Diable comme dans les rumeurs.

Il raconta ses expériences de vie à Border Town, depuis le temps où il avait fui Graycastle. Y compris le fait qu’il avait ouvert une école ici, et qu’il avait déjà découvert que Nana Paien, une de ses élèves, était aussi devenue une Sorcière. Finalement, il plaida son Altesse Royal, qu’il devait aussi protéger Nana à son palace, de sorte à ce qu’elle soit à l’abri de l’exposition.

Anna, qui se tenait à côté, possédait une expression bienveillante tout en écoutant la requête pour Nana. Mais du début jusque la fin, elle ne prononça pas un mot.

Encore une autre Sorcière ! C’étaient des informations importantes, et bonnes par-dessus tout, mais il semblait se souvenir du nom Paien. Quand Roland demanda discrètement à l’Assistant Ministre, il découvrit que c’était en fait, le nom d’une petite famille de bourgeoisie de Border Town.

« Vous pouvez me l’amener, si c’est une Sorcière, je ferai en sorte qu’elle ne soit pas blessée », promit Roland, « Mais je ne peux pas la retirer de la famille Paien, tout particulièrement lorsqu’elle n’a encore subi aucune souffrance de la part de sa famille. De plus, la raison pour laquelle j’ai sauvé Anna n’est pas celle que vous pensez … »

Il pensait que dire la vérité serait mieux, « J’ai besoin de son aide. L’idée comme quoi elles représentent les forces du mal est absolument absurde. Je crois que le pouvoir des Sorcières, peu importe qu’il soit bon ou mauvais, peut être contrôlé. Ainsi, Anna, Nana ou n’importe quelle autre Sorcière, à partir du moment où elles ne transgressent aucune loi, je ne les condamnerai pas à la mort. »

« Ensuite, retournons donc à nos moutons, avez-vous déjà participé à la construction des murs de Graycastle ? » Le Prince changea le sujet de conversation vers les affaires de construction.

« Oui ! », Karl hocha la tête. Même si, son Altesse le 4ème Prince n’avait rien à voir avec les rumeurs, il n’avait pas prévu que le Prince aurait besoin de l’aide des Sorcières. Et si son Altesse était disposé à protéger Nana, alors c’était bien assez.

« Eh bien, je vais construire un mur de la Rivière Chisui aux pieds de la Montagne de Pente Nord. Le but est de repousser les bêtes démoniaques. À partir de maintenant ce sera votre responsabilité. »

 

 

Chapitre Précédent | Index | Chapitre Suivant

Publicités

5 réflexions sur “RTW Chapitre 13 – Le mur de la ville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s