Shen Yin Wang Zuo chapitre 1

Chapitre 1 : L’examen de chevalier (1)

La Ville d’Odin, contenant 3000 foyers, était située sur la frontière Sud de l’Alliance des Temples et était elle-même l’une des plus grandes villes sous le contrôle de la Cité d’Hao Yue.

Au fur et à mesure que le soleil matinal se levait, son contact lumineux et chaleureux nourrissait attentivement la terre, comme s’il disait à tout le monde de se réveiller. À ce moment, au centre d’Odin, dans un bâtiment à deux étages relativement grand et faisant plus de mille mètres carrés, un examen était sur le point de commencer.

Une voix vigoureuse, puissante et assez rauque tonnait : « Dites-moi, pourquoi voulez-vous devenir chevaliers ? »

« Pour défendre l’humanité ! Pour défendre les faibles ! Pour défendre l’Alliance des Temples ! Pour défendre nos familles ! » Les voix qui répondaient à la question semblaient jeunes et étaient coordonnées. À l’évidence, ce n’était pas la première fois qu’ils répondaient à cette question.

Ce bâtiment à deux étages était le Hall du Temple des Chevaliers de la Ville d’Odin, abrégé en Hall d’Odin. C’est l’endroit où les enfants avec du potentiel sont sélectionnés pour subir un entraînement afin de devenir des chevaliers.

Aujourd’hui, un peu plus de trente enfants étaient en train d’attendre le test de sélection pour devenir les plus novices des chevaliers, des Écuyers. Ils ne pourraient continuer à étudier et cultiver ici qu’après être devenus des Écuyers.

Le propriétaire de cette voix vigoureuse était un homme d’âge mûr de forte carrure et solidement construit. Son nom était Balza et il était le chevalier instructeur en chef du Hall d’Odin. On rapporte qu’il était, dans la fleur de l’âge, réputé pour être très très proche de devenir un Chevalier Authentique.

Balza lança un regard sévère au groupe d’enfants dont l’âge allait de huit à dix ans, « Dites-moi quels sont les principes d’un chevalier. »

Une fois de plus, la réponse était coordonnée, « Modestie ! Honnêteté ! Compassion ! Courage ! Équité ! Sacrifice ! Honneur ! Persévérance ! Humilité ! Justice ! »

Balza hocha la tête, satisfait, « Bien ! Chacun d’entre vous s’est déjà entraîné pendant un an. Aujourd’hui, nous allons avoir l’examen. Les Écuyers sont classés du premier au dixième rang, cela correspond à une énergie spirituelle entre 10 et 100. Votre tâche aujourd’hui sera d’atteindre au minimum une énergie spirituelle supérieure à 10 et, par conséquent, de devenir un Écuyer du premier rang. Tous ceux qui passent avec succès cet examen seront aptes à revenir ici et à s’entraîner trois années supplémentaires avant de participer à une évaluation finale pour devenir un chevalier officiel. Ce n’est qu’après être devenus des chevaliers officiels, comme moi, que vous pourrez vous estimer être des membres véritables du Temple. Maintenant, commençons ! Jiang Hu ! »

« Oui. » Un jeune avec une forte stature s’avança tout en sortant l’épée en bois qui était accrochée dans son dos.

Tous ces jeunes avaient le même équipement : une épée un bois d’un mètre de long, avec une largeur de dix centimètres et une épaisseur de six centimètres (Traductrice : après moultes discussions, j’ai fini par fixer son épaisseur à 6 cm. Ceux qui ont participé au débat comprendront ^^). L’examen pour devenir Écuyer était simple : devant Balza, il y avait quelque chose qui ressemblait à un gros bloc de bois relié à une rainure de pierre. Il y avait une bille de pierre à l’intérieur de cette rainure. En frappant le bloc de bois, la bille de pierre vibrerait et la quantité d’énergie spirituelle qu’une personne possède sera déterminée par la hauteur à laquelle cette bille de pierre aura sauté. Cela peut être considéré comme une méthode obsolète pour évaluer l’énergie spirituelle de quelqu’un, mais c’était très précis quand on évaluait des énergies spirituelles en dessous de 100.

Dans la vallée de Shengmou, l’énergie spirituelle était le facteur principal utilisé pour l’évaluation des « rangs » de tout le monde dans leur métier. Peu importait s’ils étaient chevaliers, magiciens ou d’une autre profession, le niveau d’énergie spirituelle était utilisé comme le principal facteur pour évaluer la force de quelqu’un. 10 était généralement le niveau d’énergie spirituelle moyen pour un adulte mâle normal.

« Aahh ! » Jiang Hu cria fort, ses deux mains agrippant l’épée de bois tandis qu’il la balançait fortement contre le bloc de bois.

Bang ! La bille de pierre monta, puis redescendit.

Balza hocha la tête, satisfait, et inscrivit son nom sur un morceau de papier tout en déclarant, « Jiang Hu, niveau d’énergie spirituelle : 13, tu passes ! Suivant… »

L’examen fut rapidement mené à bien et, en un instant, la moitié des personnes avaient déjà fini. Ceux qui avaient réussi en constituaient la moitié.

« Long Hao Chen. »

Quand il appela ce nom, Balza baissa inconsciemment la tête. Le visage mince d’un jeune garçon était devant lui.

Comparé aux autres, le jeune garçon semblait un peu sous-alimenté. Il était plutôt mince, mais avait un beau visage.

Il avait des sourcils naturellement souples, de grands yeux, de longs cils, un nez droit, une peau blanche et des lèvres épaisses. Même en pensant qu’il n’avait que huit ou neuf ans, il était assez beau pour rendre les femmes jalouses de lui ; en particulier à cause de ses cheveux noirs associés à sa paire d’yeux bleu foncé. S’il se travestissait, il pourrait devenir une beauté de niveau national.

Long Hao Chen s’avança devant Balza mais il ne sortit pas son épée de bois comme les autres. À la place, il mit sa main droite sur sa poitrine et s’inclina, saluant Balza.

« Professeur. »

Le regard originellement sérieux de Balza s’adoucit légèrement. Il hocha la tête et dit, « Commence ! »

« Oui ! »

Dégainant son épée, Long Hao Chen prit une profonde inspiration et la balança soudainement de toutes ses forces, frappant le bloc de bois.

Avec un son étouffé, la bille de pierre sauta ; mais ce fut évident qu’elle n’avait pas atteint la dixième graduation.

Balza fronça immédiatement les sourcils, « Niveau d’énergie spirituelle : 9. Tu ne passes pas. »

D’après ce qu’il vit de la vitesse du coup de l’épée de Long Hao Chen, il pouvait voir que Long Hao Chen avait réellement utilisé tout son pouvoir et l’avait fait sortir entièrement ; mais, en dépit de tout ça, il n’avait pas pu réussir l’examen pour devenir Écuyer.

Le beau visage de Long Hao Chen devint rouge et, tout en regardant Balza, il dit d’un air implorant, « Instructeur, je… je… »

Balza soupira légèrement et dit, « Pars. »

Long Hao Chen se répéta avec passion, « Instructeur, donnez-moi une autre chance. Je vais sans aucun doute réussir ! »

Balza grimaça, disant, « Mais ça serait injuste pour les autres qui n’ont pas réussi. »

Long Hao Chen devint soudainement silencieux, mais la détermination persistait dans ses yeux. Balza remarqua l’expression dans ses yeux et, au même moment, il ne put s’empêcher de fixer Long Hao Chen d’un regard vide.

Qu’est-ce que c’était que ça ? La Persévérance ? La Persévérance décrite dans les Dix Principes d’un Chevalier ? Les Dix Principes d’un Chevalier sont les dix essences des chevaliers. Même de nombreux Chevaliers Authentiques sont incapables de montrer certaines de ces dix essences, mais cet enfant devant mes yeux…

Pendant que Balza était perdu dans ses pensées, Long Hao Chen se retourna pour faire face aux autres candidats et déclara, en employant un ton très sincère envers ceux qui se sont entraînés à ses côtés durant l’année passée, « Je vous en supplie, donnez-moi une autre chance. »

Alors qu’il implorait, il s’était, de manière inattendue, mis à genoux.

Balza était sidéré. Les jeunes étaient aussi sidérés. Pour ces enfants qui avaient huit ou neuf ans, c’était fondamentalement impossible de comprendre pourquoi Long Hao Chen était si obstiné.

Les yeux de Balza s’élargirent, si c’était un autre enfant, il aurait cru que l’enfant était avide ou lâche, mais ça ne pouvait pas être le cas pour Long Hao Chen.

Parce que, même si Long Hao Chen pouvait sembler mince et frêle, durant l’entraînement de l’année écoulée, parmi tous les enfants, il était le plus assidu d’entre eux. Il ne faisait pas qu’accomplir parfaitement l’entraînement imposé tous les jours, il venait aussi une heure plus tôt et repartait une heure plus tard.

Balza était un Chevalier Standard du dixième rang, mais il avait été instructeur pendant dix ans et Long Hao Chen était l’étudiant le plus assidu qu’il ait jamais vu. Ce garçon n’avait jamais eu besoin d’être surveillé. Il ne faisait pas que s’entraîner dur toute la journée, il était aussi gentil avec les autres et aidait ses confrères apprentis quand ils lui demandaient de l’aide.

C’était aussi pourquoi, quand ce fut le tour de Long Hao Chen, le regard de Balza devint doux. Mais le fait que Long Hao Chen n’ait pas réussi l’examen le surprit. Si un tel élève assidu n’avait pas réussi l’examen, la seule explication serait un manque total de talent.

Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

9 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 1

  1. Merci beaucoup 😊
    « 10 était généralement le niveau d’énergie spirituelle moyen pour un adulte mâle normal. »
    Le mot mâle est-il une remarque sexiste de la part de l’auteur?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s