TSW – Volume 2 – Chapitre 10

TEMPEST OF STELLAR WARS
Volume 2 – La Légion de Skeleton

 

Volume 2 – Chapitre 10 – De Vrais Hommes parmi les Hommes
Le jeune homme sourit avec indifférence. « Un éternuement de la Princesse d’Aslan peut faire qu’un Représentant démissionne. Quelle grande compétence. Très bien, allons voir quelle est sa situation. »

« Utilisé par quelqu’un comme un prétexte pour créer de l’agitation. Sa fille est également venue. Il semble que… » dit le majordome, alors qu’il baissait la tête.

Les coins de la bouche du jeune homme eurent un rictus froid. « Quand doit arriver le Mecha d’Aslan ? »

« Tout au plus une semaine. Comme vous le savez, le passage à la douane est franchement pénible. »

« Donnez-leur trois jours ! » Le jeune homme ne leur laissait pas beaucoup de marge de manœuvre.

« Compris, trois jours » dit le majordome avec indifférence.

Cette mesure d’un jour est la même qu’un jour sur Terre. Cela dit, cela devint plus tard la mesure d’un jour dans tout le Système Solaire, et ensuite finalement la mesure standard à travers la Voie Lactée.

 

✫        ✫        ✫
Dans le même monde, vivant des vies différentes, le Dimanche. Quatre personnes étaient arrivées tôt pour la rencontre.

Le Tea Mine. C’était une petite boutique spécialisée dans le thé noir. Le propriétaire était une personne chaleureuse et avait décoré le Tea Mine de manière très originale. Il avait une sacrée réputation dans les alentours de l’école.

Quatre personnes s’étaient assises parfaitement immobiles et très droites. « Puisque notre chef de chambre n’a pas d’exigences, alors j’irai en premier » statua Zhang Shan.

« Si l’on considère le QI, j’ai le plus élevé alors je devrais choisir en premier. » Yao Ailun n’avait pas l’intention d’être en reste.

« Ne devriez-vous pas prendre soin de moi ? Respectez les anciens et chérissez les jeunes ! » di Chen Xiu avec un visage qui donnait l’impression d’avoir été lésé.

Ces trois-là avaient déjà joué leur scène. Wang Zheng ne savait pas s’il devait en rire ou en pleurer. Il semblait que l’appât d’une femme était vraiment très puissant.

A ce moment là, une fille entra d’un pas énergique. Elle regarda autour d’elle, puis elle marcha vers eux à pas de géant.

Tous les quatre étaient assis raides comme des piquets. Ne me dites pas que…? Ça ne peut pas être…? MON DIEU !
Cette fille… lorsque le derrière de cette fille masculine tomba sur la chaise en face des quatre garçons, il sentirent très clairement le sol trembler.

« Elles ne viennent pas. Elles ont dit que je pouvais en choisir un, alors décidez
entre vous ! » Pendant qu’elle disait cela, elle étreignit la théière sur la table et engloutit son contenu.

Les quatre garçons, habillés de leurs splendides vêtements, tombèrent sous un sort de pétrification et se regardèrent avec consternation.

« hum… Zhang Shan, je pense que dans tous les domaines, tu es celui qui convient
le mieux ! »

Yao Ailun frôla ses lunettes cerclées d’or et parla impassiblement. En la jaugeant, son poids devait avoisiner les 90 kilos et ses deux mains étaient calleuses. Elle venait probablement d’une famille d’artistes martiaux. Un coup de sa part ne le tuerait pas mais pourrait le laisser à moitié mort.

Avec un sourire sur le visage, Zhang Shan exhiba soudain un mouvement de main très gracieux. « Oh, je peux ? C’est merveilleux ! »


Le visage de la femme masculine devint horrible. « Dégage, femmelette ! »

Zhang Shan eut l’expression de quelqu’un à qui l’on avait fait du tort, comme s’il était vraiment plein de regrets. Wang Zheng et les autres le maudirent à voix haute –  ‘effronté’.

« Je peux. Je dois seulement en parler à Maman. Si ma Maman est d’accord, alors je pourrais t’en faire la promesse. Tu peux m’attendre un peu ? »

Chen Xiu avait pris l’initiative de parler.

Le garçon manqué le négligea directement. « Va mourir. Rentre chez toi et bois du lait ! »

L’étudiant Chen Xiu sourit avec complaisance. Le regard de la fille se fixa sur Wang Zheng et Yao Ailun.

Yao Ailun remonta ses lunettes très chic. De sa robe à son tempérament, il était évident que cette fille obstinée serait très intéressée par lui.

« Quand un homme parle, il devrait être sincère. Je ne.. halète… ah, ah … halète ! »
Le visage de l’étudiant Yao devint tout à coup blême. En tremblant, il extirpa quelque chose de sa poche et l’engouffra dans sa bouche. Il inhala profondément. « Ah, j’ai un problème avec ça ! »

L’expression de la fille masculine était celle de quelqu’un ayant perdu tout espoir. Son regard ne put que s’attarder sur Wang Zheng.

Les trois autres regardèrent Wang Zheng innocemment. Chen Xiu, avec ses yeux plein d’admiration, dit : « Frère Zheng, en tant que chef de chambre, tu ne peux te dérober à tes devoirs ! »

« Le premier à l’entraînement militaire, tu mérites vraiment ton titre ! » Zhang Shan tapa l’épaule de Wang Zheng.

« La fierté du Département de Physique, tu es le seul qui puisse s’occuper d’un devoir si important. Tes frères n’oublieront pas ! »

Les coins de la bouche de Ailun se transformèrent en un magnifique sourire.

« Oh, tu es ce Wang Zheng ? Tu feras l’affaire ! » La fille masculine tapa férocement sur la table, et immédiatement les gens aux alentours les regardèrent. « Qu’est-ce que vous regardez ? Si vous regardez encore, je vous battrai à mort ! »


Sans peur. Féroce. Une véritable ogresse.

Même s’ils étaient près d’un College militaire, les esprits des personnes alentours étaient complètement terrifiés.

Wang Zheng se plaignit amèrement intérieurement. Mais que fabriquait donc Ye Zisu ? Il y repensa encore. Ye Zisu l’avait tellement aidé. S’il renvoyait son amie comme ça, ce ne serait pas très bon. De toute façon, il n’aurait à s’occuper d’elle seulement  pendant un jour. Au moins, il n’embarrasserait pas l’autre partie.

« Si c’est pour un jour, je peux le faire. »

La fille masculine fronça les sourcils. « Quoi un jour ? ça doit durer au moins un putain de mois ! »

Les trois personnes à côté de Wang Zheng retenaient leur rire avec une grande difficulté. Un ‘putain’ si féroce, comment pourrait-il survivre un mois ?

La fille masculine sembla alors découvrir une anormalité. « A quoi jouez-vous ? N’est-ce pas juste poser comme modèle pour le Club des Beaux Arts ? Il n’est pas besoin de se mettre tout nu ! »

Le Club des Beaux Arts ?

Le légendaire jardin des lolis ? Avec des filles aussi belles que le jade ?

Modèle ?

Les quatre étaient stupéfiés. A ce moment là, Ye Zisu et trois magnifiques filles entrèrent. « Désolées, il y a eu un contretemps et nous sommes en retard. »

« Oh ! Présidente du Club, pourquoi es-tu ici ? » demanda une fille avec de longs cheveux qui balayaient sa robe bleue.

« Qingqing, ce n’est pas lui ? »

« Présidente du Club, j’ai dit près du Tea Mine, pas à l’intérieur du Tea Mine » dit Qingqing en riant.

« Peu importe, ce gars a l’air pas mal du tout. Le nouvel étudiant qui est n°1 à l’entraînement militaire, Wang Zheng, c’est lui ! » dit la fille masculine en pointant Wang Zheng du doigt.

« Camarade de classe Wang ? Eh bien nous compterons sur toi à partir de maintenant. Je suis la camarade de chambre de Zisu et la vice présidente du Club des Beaux Arts, Du Qingqing. Et voici la présidente de notre club, Zhang Runan.

Du Qingqing sourit et dit : « Il semble que nous soyons liés par le destin. »

« Ok les gars, continuez à bavarder. J’y vais ! »

Ayant dit cela, elle partit à pas de géant. Bordel, est-ce que ça ressemblait même à un homme ? C’était ultra-viril !

Après ce bref épisode, tout le monde put facilement socialiser ensemble.

L’étudiant Yao Ailun, depuis que les quatre grandes beautés étaient apparues, commença à agir comme un gentleman, ce qui pouvait être décrit comme de l’élégance. Chen Xiu, ce gamin, se débarrassa de son jeu de petit garçon à sa maman et regardait autour de lui avec de grands yeux humides. Une apparence si mignonne, les adorables petits garçons comme lui étaient une denrée rare dans un Collège militaire.

Zhang Shan détestait le fait d’être incapable d’immédiatement larguer ses vêtements et de montrer ses muscles splendides. En terme de constitution, qui pouvait se comparer à lui ?

Les quatre camarades de chambre de Ye Zisu.

Du Qingqing, du Département Officier, avec la spécialité stratégie. Vice présidente du Club des Beaux Arts.

An Mei, du Département Officiers, avec la spécialité management stratégique. Un membre du Club de Théâtre.

L’autre était quelqu’un d’inattendu. A l’origine, le dortoir de Ye Zisu n’avait que trois personnes. Cette personne ne vivait pas à l’école au début et elle venait juste d’être transférée.

Meng Tian, Département Mecha.
Naturellement, elle n’était pas étrangère à Wang Zheng et Zhang Shan. Une taille approchant les 1m80, de constitution mince, une froideur glaciale. Le point le plus important, c’est qu’elle était jolie. Au total, elle avait marqué l’esprit des gens.

« S’il vous plaît asseyez-vous, asseyez-vous. Voir quatre grandes beautés, c’est tout un honneur ! » L’étudiant Ailun prit rapidement la pose. « S’il vous plaît, choisissez ce que vous voulez, je vous l’offre. »

Merde. Ce jeune gars avait déjà commencé à agir. Chen Xiu tira une chaise immédiatement.

« Tss Tss… Ce tombeur a vraiment de bonnes manières » dit An Mei avec un sourire. Sa bouche était large avec des lèvres généreuses. Très sexy.

L’étudiant Chen Xiu sourit sincèrement. « Etre au service de grandes sœurs si jolies est un honneur. »

Il était définitivement du genre ‘qui ne ferait pas de mal à une mouche’.

Bordel de merde. De nos jours, plus on était petit, plus on était féroce. En effet, ils avaient attaqué en premier.

Zhang Shan et Wang Zheng pensaient à ce qu’il devraient faire, seulement pour découvrir qu’il n’y avait déjà plus rien à faire.

« Il semble que notre école sépare les dortoirs en fonction de l’apparence » dit Zhang Shan. Les filles aimaient toutes les compliments, spécialement celles qui avaient de la classe.

Le massif et grand Zhang Shan avait un côté délicat.

« Wang Zheng, je veux faire une compétition contre toi ! » déclara Meng Tian soudainement.

« Notre Tian Tian fait partie du Club MMA. Ne méprise pas les filles ! » dit Du Qingqing.

« Aujourd’hui, nous somme venues ici pour une rencontre, pour parler de choses romantiques, non ? » dit Ye Zisu, négligeant complètement l’expression électrisante de Meng Tian.

« En vous voyant toutes les quatre, je comprends finalement pourquoi les anciens ont inventé l’idiome ‘un festin pour les yeux’. »

A ce moment là, l’étudiant Ailun n’avait plus une trace de ses caractéristiques de joueur sur ordinateur ou d’otaku. Il était entièrement expert dans les affaires de cœur. Ses compétences en la matière étaient trop fortes.

L’après-midi entière, les deux parties bavardèrent gaiement, sans aucun silence gênant. Les opportunités pour l’étudiant Wang Zheng de participer ne furent pas nombreuses. Les filles, d’un autre côté, étaient aussi surprises. Elles pensaient à l’origine que les garçons du Département de Physique étaient un peu plus excentriques, et ne pensaient pas du tout que les quatre devant elles seraient si spéciaux.

Très normalement, les deux parties échangèrent leurs numéros de Skylink. On pouvait dire que cette rencontre était un succès. Tout au moins il y aurait des opportunités dans le futur.

Après qu’ils se soient séparés, les quatre se tinrent par les épaules et marchèrent vers l’école. « Wang Zheng, le problème avec le Club des Beaux Arts, si tu ne peux pas le faire, nous autres tes frères t’aiderons et partagerons ton fardeau. »

« C’est ça, nous sommes tous des frères d’armes dans les tranchées, partageant nos joies et nos peines. »

« Je pense qu’elles pourraient trouver beaucoup d’inspiration de mon corps » ajouta l’étudiant Chen Xiu, d’une manière très mignonne.

Les trois autres le dévisagèrent, et en même temps pointèrent un doigt sur lui. « Aucune honte ! »

Wang Zheng ne put continuer à participer à cette conversation sur les filles. Xie Yuxin venait de l’appeler.

Petit Yu était en comparaison une personne timide. Lui et Yan Xiaosu venaient ensemble d’habitude pour le chercher.

Quand il arriva, Yan Xiaosu et Xie Yuxin étaient déjà là, et avaient l’air très solennels.

« Que se passe-t-il ? »

Yan Xiaosu boudait. « Demande-lui. Ce gars est si secret. Je ne sais pas non plus ce qu’il fait. »

Xie Yuxin sourit légèrement, et apporta un jeu de cartes. « Les gars, vous pouvez choisir n’importe quelle carte. »

Yan Xiaosu était joyeux. « Petit Yu, ne me dit pas que tu as appris des tours de magie. En fait, si tu changes ton style et que tu souris un peu, de jolies filles voudront sortir avec toi. »

Xie Yuxin regarda Wang Zheng. Wang Zheng prit une carte de son choix.

« Roi de cœur. »

Wang Zheng le regarda ébahi. « C’est vrai. Comment l’as-tu deviné ? »

Yan Xiaosu attrapa la carte. « C’est un numéro de scène, pourquoi vous excitez autant pour ça les gamins. »

Yan Xiaosu tira une carte. En résultat, Xie Yuxin devina juste aussi. Yan Xiaosu battit les cartes encore, en en tirant une au hasard derrière son dos et obligeant Xie Yuxin à fermer les yeux. Au final, les résultats étaient corrects.

Yan Xiaosu réalisa aussi que quelque chose n’allait pas. Il regarda Xie Yuxin avec une paire d’yeux écarquillés  et puis il frappa abruptement ses cuisses. « Merde, après ça on devrait aller acheter des tickets de loterie, de cette manière nous deviendrons riches et nous pourrons diriger l’univers ! »

Xie Yuxin était terrifié. Finalement, il ne put le supporter plus longtemps et le maudit avec véhémence. « Tu ne peux pas penser à autre chose ! »

Yan Xiaosu se fendit d’un sourire flatteur, en disant :  » Les tickets de loterie sont
plus sûrs ! »

« Je ne peux pas deviner les tickets de loterie. Wang Zheng, tu as probablement deviné de quoi il s’agit. »

Wang Zheng hocha la tête. « Est-ce que c’est cette capacités que l’on trouve chez les élites à hauteur de 1 sur 10 000, la Capacité X ? »

« Oui, ma capacité est un peu de perception. »

« Merde, sérieusement ? Te comparer aux autres ne fait que rendre furieux. Ta popularité est tellement élevée, et tu es déjà suffisamment beau. Si l’on rajoute ça, comment peux-tu avoir un rival quand tu cherches les filles ? » Yan Xiaosu était véritablement découragé.

Les deux autres étaient impuissant face à Yan Xiaosu qui ne pensait qu’aux tickets de loterie, à part les filles.

« Ne pensez-vous pas que le fait que tous les trois soyons devenus amis est très étrange ? » dit Xie Yuxin en riant.

Yan Xiaosu se frotta le nez, ce qu’il avait appris de Wang Zheng. « Soupir… Dis plutôt que nous avons offert de t’épauler. »

 

Vol. 2 – Chapitre 9                                                                                      Vol. 2 – Chapitre 11

Publicités

11 réflexions sur “TSW – Volume 2 – Chapitre 10

    • A vrai dire, je n’en sais rien…. on peut spéculer qu’il ait une capacité X « dormante », mais je n’ai encore rien vu de tel… Quant à la nouvelle session d’entraînement, elle ne devrait pas tarder…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s