Shen Yin Wang Zuo chapitre 5

Chapitre 5 : Le nouvel instructeur mystérieux (1)

« Hum… » Long Hao Chen reprit lentement conscience et cligna plusieurs fois des yeux. Ses longs cils pouvaient vraiment rendre n’importe quelle fille jalouse. Il revint progressivement à lui.

Il se retourna soudainement et s’assit sur le sol, puis il poussa un cri : « Est-ce que mon corps est intact ? » En voyant qu’il était sain et sauf, il se détendit.

Il était entouré par un silence total : dans les bois, les seuls sons présents étaient les cris des oiseaux.

En baissant la tête, Long Hao Chen trouva les herbes sauvages soigneusement mises en ordre à côté de lui. Stupéfait, il se frotta les tempes.

Est-ce que je me suis vraiment endormi, tout cela n’était-il qu’un rêve ?

Oh, qu’est-ce que c’est que ça ?

Il remarqua une bague à son doigt. C’était un anneau de couleur bleue qui émettait une lueur, pas une lumière métallique, mais plutôt une sorte d’éclat de porcelaine ou de jade. Le motif décoratif autour de la bague était recouvert d’or et un joyau de la taille d’un grain de riz était inséré à l’intérieur. La pierre précieuse était complètement enchâssée dans l’anneau et il ne pouvait sentir que sa petite surface lisse quand il la touchait.

La partie intérieure de l’anneau était entièrement dorée. Pressé près de son doigt, il semblait y adhérer légèrement, lui donnant une sensation étrange.

Long Hao Chen regarda dans le vide. Il avait immédiatement réalisé que tout ce qui était arrivé avant sa perte de connaissance était réel, mais il était toujours confus, son esprit rempli de questions.

Quelle était la relation entre la petite fille muette et l’homme en blanc ? Aussi, comment a fait cet homme pour faire disparaître les personnes qui traquaient cette fille ? Qui est le propriétaire de cet anneau ?

Pour l’enfant de neuf ans, ces questions étaient vraiment complexes et il n’avait absolument aucune idée quand leurs réponses.

En se relevant, il alla inconsciemment à l’endroit où leurs poursuivants s’étaient évaporés. Immédiatement, il y découvrit quelque chose d’étrange.

Après quelques pas, Long Hao Chen vit que le sol au départ couvert d’herbe était devenu stérile, sans aucune trace de verdure. L’herbe la plus à l’extérieur n’avait que quelques traces de combustion et était devenue d’un vert très foncé.

« Bon, arrêtons de penser à ça, il vaudrait mieux que je rentre vite à la maison pour donner à Mère sa soupe d’herbes. » se dit Long Hao Chen. Il vérifia que le Liquide d’Entraînement Élémentaire était toujours là, puis il partit fermement. Il récupéra son épée de bois avant de se diriger vers sa maison.

Cependant, il s’arrêta net après avoir repris son épée car il venait juste de découvrir un étrange phénomène. Celle-ci était devenue légère, comme si elle était faite de plumes !

En réalité, l’épée dans sa main n’était pas celle utilisée par les Chevaliers Authentiques : c’était plus léger et fait dans un autre matériau. Cette épée était fabriquée en bois dur et pesait de 3,5 à 4 kilogrammes mais, en dépit de ça, il eut besoin d’un mois entier d’entraînement avant de pouvoir la manier quand il était entré au Hall d’Odin.

Est-ce que l’épée est devenue légère ? Impossible, elle a toujours la même apparence ! Est-ce possible que ça soit en réalité ma force qui se soit améliorée ?

Alors qu’il pensait cela, l’une des mains de Long Hao Chen leva l’épée et il la lança vers l’avant, tranchant devant lui. Immédiatement, un son résonna, ses mains restant fermes malgré le pouvoir de l’épée, devenu effrayant. Il vit clairement que la force de ses membres et de ses os avait énormément augmenté. En sautant plusieurs fois, il sentit que son corps était maintenant aussi léger que l’épée de bois l’avait été.

C’était au moins la force qu’on avait au vingtième niveau d’énergie spirituelle, non? Dans son esprit, Long Hao Chen se remémora le visage indifférent et têtu de la petite fille muette et murmura : « Es-tu celle qui m’a donné tout cela ? Demain, je vais estimer mon niveau précis d’énergie spirituelle au Hall d’Odin, en retrouvant le poteau de bois, encore une fois. »

Un jeune cœur ne peut pas être plus complexe. Bien qu’aujourd’hui de nombreuses questions aient laissé Long Hao Chen perplexe, une seule pensée sur le fait que sa mère pourrait encore boire du Liquide d’Entraînement Élémentaire lui suffit pour mettre toutes ces questions de côté. Après tout, la petite fille était juste quelqu’un qu’il venait de rencontrer et il se contenta de prier dans son for intérieur pour sa sécurité.

Une petite cour, deux pièces de chaume, quelques rebords recouverts de plantes grimpantes et des légumes séchant sous le soleil. C’était la maison de Long Hao Chen.

« Mère, je suis rentré. »

La porte de la petite maison de chaume s’ouvrit et une paysanne en sortit. Long Hao Chen la regarda puis couru vers elle, révélant immédiatement un sourire.

C’était Bai Yue, la mère de Long Hao Chen. L’apparence de ce dernier était très similaire à la sienne, comme si elle s’était bâtie en prenant Bai Yue pour modèle. Bien que cette dernière soit vêtue simplement et ait enduré de nombreuses épreuves, son extrême beauté pouvait choquer intensément n’importe qui. La seule différence entre eux était la couleur de leurs yeux. Pour Bai Yue, ils étaient noirs, tandis que ceux de Long Hao Chen étaient d’une teinte bleu foncé.

Mais, justement à cause de cette beauté, ils avaient tous les deux une vie encore plus difficile.

À cause de cette beauté, Bai Yue, pendant qu’elle portait son fils, était harcelée fréquemment. Cependant, ces problèmes étaient résolus tant bien que mal, qui pouvait donc vivre une telle vie ?

Malgré le fait qu’ils aient reçu l’autorisation de venir à Odin, elle était forcée de vivre dans un coin isolé de la ville, et son travail était de laver des habits, lequel lui permettait de gagner un maigre revenu qui était à peine suffisant pour entretenir leur foyer.

« Chen Chen, tu es revenu. Comment s’est passé l’examen ? » Bai Yue, débordant de joie, courut vers son fils et le prit dans ses bras. Elle releva l’enfant de neuf ans qui lui arrivait maintenant en haut du ventre.
Affecté par le parfum doux et pur de sa mère, Long Hao Chen, débordant de joie, répondit : « Mère, je l’ai réussi. »

Bai Yue sourit faiblement, « Je savais que Chen Chen était le plus fantastique. Lave-toi vite. Mère va te préparer ton repas maintenant. »

Long Hao Chen bondit hors de la poitrine de sa mère, « Laisse-moi le préparer. J’ai récupéré des herbes sauvages comestibles. Je vais te préparer une soupe. »

Tout en disant ça, il alla droit vers la maison de chaume. À l’entrée, il ne put encore une fois pas s’en empêcher et se retourna dans la direction de sa mère pour jeter un coup d’œil. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait qu’elle semblait vraiment heureuse aujourd’hui. En réalité, sa mère ne parlait généralement pas beaucoup pendant la journée.

Bai Yue suivit sans cesse son fils des yeux tandis qu’il allait dans la cuisine, murmurant : « Chen Chen, tu as tellement de difficultés, mais… » Elle soupira légèrement, une expression de lutte passa dans ses yeux avant de finalement retenir les sentiments profonds qui étaient sur le point de surgir.

Une nuit silencieuse passa.

Le lendemain, Long Hao Chen se leva tôt et alla manger le petit-déjeuner préparé par sa mère avant de se rendre au Hall d’Odin.

Pendant qu’il dormait profondément, la scène qui s’était produite dans la journée apparut dans ses rêves, même le moment où la petite fille lui avait donné l’anneau. Ça le stimulait tellement de voir sa force s’accroître que, quand il se réveilla, il était trop impatient pour attendre plus longtemps avant d’aller confirmer à quel point son niveau d’énergie spirituelle avait augmenté.

Parce qu’il était venu si tôt, quand Long Hao Chen rentra dans le Hall d’Odin, personne d’autre n’était encore arrivé. Il n’y avait rien de grande valeur au Hall d’Odin, donc il n’y avait personne pour surveiller, laissant seul Balza, le Chevalier Instructeur qui vivait juste derrière.

En se dépêchant vers le lieu de l’examen de la veille, devant le bloc de bois, il sortit son épée de son dos. Il était venu aujourd’hui, tôt, pour prouver que son estimation était correcte en faisant un test d’énergie spirituelle.

L’épée de bois se leva lentement, Long Hao Chen se concentra, ses pieds accumulant de la force. Il prit une profonde inspiration et, dans ses mains, l’épée s’abaissa à toute vitesse.

Puff     swish       , Ping     

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s