Sansheng Chapitre 6 – Le Vénérable Zhonghua

Chapitre Précédent | Index | Chapitre suivant

 

Partie II – Nous nous rencontrons malgré la haine

 

Je ne savais pas que cinquante ans pouvaient paraître aussi longs et insupportables.

Après que ma sentence se finit, je fis un rapide salut à Yanwang avant d’entrer dans ma réincarnation.

Si je n’allais pas trouver Moxi dans cette existence, que faire s’il me condamnait à un autre emprisonnement de cinquante ans la prochaine fois qu’il retournerait dans l’outre-monde
? Pour cette raison, je me pliai à ses exigences. Je n’allai le séduire que quand il était déjà faible et vieux. J’avais entendu dire que les hommes étaient les plus corrompus à cet âge. Ils avaient déjà une carrière, ils avaient une famille, et ils avaient déjà fait tout ce qu’ils avaient à faire, mais la vie manquait un petit surplus d’épice.

Si j’allais lui mettre un peu d’épice dans la bouche maintenant, cette entière séduction serait un jeu d’enfant.

C’était le scénario parfait dans ma tête, mais la vie était toujours pleine de surprises.

Le temps que j’eusse passé à attendre dans l’outre-monde totalisait plus d’un siècle. Les ténèbres en moi n’étaient en rien inférieurs à ma première descente dans le monde des humains. Je venais de partir, ce qui veut dire que l’odeur des ténèbres était encore fraiche sur moi. Il ne prit pas longtemps avant que j’attire un groupe de petits prêtres comme le ferait une chair en décomposition avec des insectes.

Cette époque était trop enthousiaste sur la subjugation des démons et la sorcellerie avait trop évolué. Le groupe de petits prêtres seraient plus jeunes que moi même si leurs âges combinés étaient multipliés par dix. Et pourtant ils semblaient si calmes et semblaient posséder une profonde cultivation …

Je n’étais pas bonne pour apaiser des enfants sérieux, j’utilisai alors le ton de Yanwang pour les menacer, « Allez-vous-en, ou je vous fais embrocher pour vous manger ! »

« Pauvre folle arrogante, fanfaronne ! » Le meneur des gosses pointa son épée vers moi. « Je t’exterminerai aujourd’hui ! » hurla-t-il.

Je levai le sourcil pour regarder ce gosse, si sauvage pour un jeunot. Il était apparent de par son comportement qu’il n’avait pas été éduqué correctement. Je secouai la tête et blâmai son professeur. Alors que j’essayais de trouver un moyen de m’enfuir paisiblement, le cri d’une femme retentit au loin, « Chang’wu, recule tout de suite. » Elle était habillée en blanc, ses rubans flottaient dans l’air alors qu’elle volait vers nous comme une fée descendant du ciel.

Je la regardai avec émerveillement. Je n’aurais jamais cru qu’il puisse y avoir une telle personne éthérée en ce bas monde. Mais je n’avais même pas fini de l’admirer quand sa main lança un ruban blanc dans le vent pour me restreindre.

Après avoir une courte lutte, je découvris que cette chose était faite d’un matériau très étrange.

Les enfants se prosternèrent devant la femme, l’appelant ‘Grand Maître’.

Grand Maître …

Elle hocha la tête, leur permettant de relever la tête, et s’avança pour m’étudier un temps, « Alors c’est un démon très attirant. »

Je rigolai, « Vous êtes aussi une très belle religieuse. »

Elle sourit froidement, « Bien que je ne puisse voir votre origine, une fois que vous êtes attachée à mon entrave de soie, vous ne pourrez-vous échapper peu importe combien vous êtes puissante. »

Je luttai secrètement avec son lien de soie bizarre et commençai à me rendre compte que je n’étais en fait pas bien puissante. Cette chose faisait office d’une corde très efficace. Mais si je me mettais à devenir téméraire, ce ne serait pas assez pour me restreindre. Cette jeune demoiselle était trop ignorante pour son propre bien.

« Ramenez-la au Mont Luibo de sorte à ce que Sa Vénérable Eminence la traite. » Et c’est ainsi qu’elle ordonna à ses gosses. « Bien que j’aie attaché le démon, je ne connais pas tout son pouvoir. Vous devez rester vigilant. Ne la laisser pas s’échapper. J’ai une affaire urgente à régler, donc je ne reviendrai pas vous voir. »

Les gosses acceptèrent respectueusement sa commande en unisson.

Je venais d’arriver dans ce monde. Même si je voulais retrouver Moxi, je n’avais aucune piste suivre. C’était plus judicieux de les suivre. Non seulement je n’aurais pas à craindre les harcèlements des autres groupes religieux, mais je pouvais aussi saisir cette occasion pour me tenir informé de la location de Moxi.

Les jeunes adultes ‘m’escortèrent’ solennellement. Les regarder me rappelait le bon vieux Moxi. Parmi ces enfants, seul un ressemblait encore un tant soit peu à un humain ordinaire. Son nom Daoist était Chang’an, un enfant doux, timide et réticent.

Il me rappelait un peu le petit Moxi de l’ancienne vie.

J’adorais le regarder, mais chaque fois que je le fixais, il palissait en effroi. Confuse, j’écoutai autour et appris qu’il avait peur qu’un jour je me défasse de mes liens pour l’enlever et nourrir mon Yin avec son Yang. (1)

  • Les ténèbres que Sansheng mentionne sont le Yin, où le Yin est la force du chaos et le Yang les lumières. Mais le Yin et le Yang font aussi référence à la dualité mâle/femelle. Donc oui, ici ça a une connotation sexuelle.

Je l’avais très mal pris. Non seulement j’étais un être spirituel qui n’avait pas besoin de faire ces choses embarrassantes, mais quel genre de Yang un môme pouvait bien avoir ? Si je devais sucer le Yang de quelqu’un … Je sucerais en premier Moxi. (TL Note : ( ͡° ͜ʖ ͡°) Pas de ma faute )

Par la suite, je dus me retenir de le regarder avec ces yeux de carnivore.

Sur le chemin, j’entendis des petits prêtres que l’Empereur au pouvoir était très religieux. Le taoïsme était populaire parmi les roturiers et plusieurs familles envoyaient leur enfant au monastère. En outre, le Mont Liubo était bien plus prestigieux que les autres temples ordinaires.

Ce qu’ils recherchaient, c’était la divinité.

Quand les gosses arrivèrent à ce point, leurs visages étaient pleins de fierté, comme si être un disciple de Liubo était une bénédiction méritant plusieurs siècles de foi. De mon côté, je pensais froidement que ce n’était pas à la portée de n’importe quel mortel de monter aux cieux, seul un ou deux y arrivaient tous les quelques millénaires. Le taux de réussite était très bas.

Ces petits mioches marchaient très vite. Nous arrivâmes au Mont Liubo en seulement quelques jours.

Je n’avais pas entendu de nouvelle à propos de Moxi sur le chemin et j’étais déçue. Alors que je cherchais un moyen de déchirer ce lien de soie avant d’entrer dans la montagne, je vis le sceau doré sur mon poignet réagir de nouveau.

Je criai à cause de la sensation brulante puis je sentis une très puissante énergie m’opprimer depuis le ciel et mes cheveux s’ébouriffèrent.

Après avoir remis mes cheveux un peu en ordre, je vis le groupe de petits prêtres s’agenouiller vers une direction et crier en unisson, « Votre Eminence ! »

Ooh, alors c’était le boss de Liubo.

Je le regardai de plus près et sautillai instantanément de bonheur. C’était ce qu’on appelait ‘chercher ses chaussures pour les trouver au moment où on n’en avait plus besoin’ (2).

  • Ce n’est pas exactement la traduction du proverbe, mais en gros elle essaie de dire que quand on cherche quelque chose, on ne le trouve pas, mais que quand on le cherche plus, elle arrive comme par magie.

Mais, n’était-ce pas Moxi ?

En ce moment, cependant, il apparaissait avoir la vingtaine ou au plus la trentaine. Il n’était ni vieux ni décrépit pour le moins du monde. Il ne ressemblait pas à quelqu’un qui avait vécu dans le monde des humains pendant cinquante ans. Mais soudain je réalisai qu’il recherchait la divinité et que par conséquent il avait surement pratiqué la magie des immortels. Même s’il ne pouvait devenir une divinité, il pouvait facilement garder sa jeunesse.

J’étais en train de mourir de rire intérieurement. Moxi, Moxi, tu as essayé de m’échapper, mais les cieux sont plus ingénieux que toi. Voyons voir comment tu comptes m’échapper cette fois ci.

 

Alors que j’étais occupée à rire, trois épées firent un ‘whoosh’ vers ma direction, leur intention meurtrière me donnait la chair de poule. J’arrêtai soudainement de sourire, et regardai Moxi, incompréhensive.

Les trois épées n’étaient pas les siennes, mais aux trois prêtres à la barbe blanche, de vieux prêtres derrière lui. Ils froncèrent les sourcils, me regardant plutôt sérieusement.

Moxi dit froidement, « Quelle est cette chose qui pue les ténèbres ? »

Je le regardai, dubitative. Le regard dans ses yeux … Le regard dans ses yeux … C’étaient les mêmes yeux qu’il utilisait pour regarder Shi Qianqian dans la dernière existence.

Je ne savais pas pourquoi mais je me sentis effrayée. Je n’avais jamais aimé m’expliquer, mais je me hâtai pour m’expliquer à l’instant présent, « Même si les ténèbres collent à moi, je ne suis vraiment pas un démon. Je suis l’esprit d’une pierre. Mon nom est Sansheng. »

Les trois prêtres à la barbe blanche se regardèrent d’une expression perplexe, puis tournèrent les yeux vers Moxi.

« Si vous n’êtes pas de notre espèce, alors vous êtes différente. Vous devez être tuée », annonça Moxi froidement.

Ses mots étaient incisifs, j’étais à la fois triste et en colère. Je ne comprenais pas pourquoi Moxi s’était réincarné en une telle tête de mule cette fois. Avant que j’aie le temps de dire quoi que ce soit, les trois épées commencèrent à bouger de nouveau, et le ruban m’emprisonnant se serra aussi.

Mon cœur gonfla sous la colère. Pendant le millénaire d’existence que j’avais vécu, personne n’avait encore oser me faire cela. Je laissai libre cours à mes forces spirituelles pour le repousser.

S’il était sous la forme du Dieu de la Guerre, alors ma seule option serait d’attendre ma mort. Mais il n’était à présent qu’un humain recherchant l’immortalité. Il n’avait pas plus de cinquante ans de magie en lui. Même si sa cultivation était profonde, il ne pouvait gagner contre moi peu importe combien il était talentueux.

Nous n’étions en combat que pour trente minutes quand le visage de Moxi pâlit de plus en plus. Je me demandai s’il était bon d’utiliser mes mille ans d’existence pour embêter une divinité qui passait ses épreuves. J’étais sur le point de m’arrêter quand Moxi vomit une gorgée de sang noir.

Choquée, je rétractai rapidement mes forces spirituelles.

Mes pouvoirs étaient trop puissants pour les contrôler ?

J’étais stupéfaite.

Les trois prêtres à la barbe noire s’exclamèrent, « Vénérable Zhonghua ! » et s’avancèrent pour aider Moxi et le soutenir. Les étudiants Liubo s’agitèrent aussi autour de lui.

Je n’étais pas inquiète qu’il meure (et même s’il mourait, je ne m’inquièterais toujours pas). Mais au vu du cours des événements, il n’avait toujours pas fini son épreuve de ‘la rencontre malgré la haine’. S’il n’arrivait pas à finir cette épreuve, il ne serait pas capable de re-entrer dans la réincarnation.

Les enfants l’entouraient avec une face inquiète avant que l’un d’entre eux se leva. Je le reconnus, c’était le môme vicieux qui s’appelait Chang’wu. Et sans grande surprise, il sortit sa lame du fourreau et le pointa vers moi, disant avec haine, « Démone, tu oses frapper Son Altesse Révérend alors qu’il est sévèrement blessé ! Tu mérites la mort ! »

Au moment où il cria, la masse éclata aussitôt de rage. Les petits prêtres sortirent leurs épées et les pointèrent vers moi. Même le plus timide d’entre eux, Chang’an, était rouge de colère. Ils rugirent tous simultanément qu’ils devaient me tuer et protéger cette terre sacrée.

Je détestais voir des mioches s’agiter autour de moi demandant des bonbons, même si la situation différait des sucreries, c’était la même chose pour moi.

Je me rendis immédiatement, « Très bien, très bien ! Faites ce que vous voulez, faites ce que vous voulez ! »

Le groupe de mioches regardèrent de droite à gauche, aucun n’osait faire de décision. Finalement, un vieux prêtre saisit la chance et cria, « Enfermez-la dans la Pagode des Milles Ecluses sous le Lac Enchanté ! »

Il y avait un profond lac sur le Mont Liubo qui n’était pas très large mais terriblement profond. C’était englouti par des forces surnaturelles, gagnant ainsi le surnom de Lac Enchanté auprès des étudiants Liubo. Les prêtres avaient passé plusieurs centaines d’années à construire la Pagode des Milles Ecluses au fin fond du lac dans l’unique but de sceller des démons trop dangereux.

Je me tins aux rebords du lac en admirant la pagode immergée sous l’eau ondulante. Je frottai mon menton, perdue dans mes pensées. Cette chose était certainement un bon endroit pour emprisonner des démons. Tout d’abord, l’endroit débordait de forces spirituelles qui pouvaient étouffer et purifier le miasme d’un démon. Ensuite c’était sous l’eau ! S’il ne pouvait respirer, alors peu importe la puissance du démon, il ne pouvait que finir en un corps flottant dans l’eau après un emprisonnement d’un siècle ou deux.

Néanmoins, c’était différent pour moi et les autres êtres spirituels. L’essence pure des Cieux et de la Terre était propice au développement de mon corps et de mon esprit, c’était l’endroit parfait pour ma cultivation spirituelle. Je ne pris pas la peine de me débattre et me laissai mettre de lourdes entraves sur mes membres. Ils utilisèrent un sort de suspension d’eau pour m’amener au fond du lac.

Le paysage du lac en lui-même n’était pas disgracieux, pensai-je intérieurement.

Après m’avoir emprisonnée dans la Pagode des Milles Ecluses, les enfants commencèrent à me huer à travers la porte en fer. Il y avait des talismans à l’intérieur, me dirent-ils. Et que si j’essayais de sortir en utilisant la force, je mourrais disgracieusement. Je n’en avais absolument rien à faire. Je déchirai un talisman du pilier avant de jouer avec.

C’était une prison pour des démons, tout était construit pour gérer des démons. J’avais déjà dit un millier de fois que je n’étais pas un démon. Stupides humains pleins de préjudices !

Même Moxi était le même …

Quand je pensai à cela, je me sentis si lésée que mon nez me piqua pendant un bout de temps avant que je ne réussisse à me calmer.

Je me promenai au fond de la Pagode et découvris le début de marches d’escaliers. Là, une perle de nuit brillait tout le long du chemin jusqu’en haut. Il semblerait qu’il y ait quelque chose en haut, mais c’était trop loin pour que je puisse voir quoique ce soit avec la faible lumière. Je devins curieuse. En pensant qu’il n’y avait rien à faire de toute façon, je montai doucement.

Au moment où j’eus une meilleure vue sur la chose au sommet de la pagode … hah, je devais dire que j’avais terriblement envie de rire quand je vis qui était enfermé dans cette chose. Siming Xianjun (le Dieu du Destin) aimait vraiment son humour mal placé, n’est-ce pas ? N’était-ce pas le Révérend Impérial de la dernière existence ?

Même si ses yeux étaient maintenant verts, émettant une légère froideur, même si ses cheveux étaient maintenant blancs, ondulant bizarrement, peu importe comment on le regardait, il ressemblait à un dangereux monstre. Ses pieds et ses mains étaient enchaînés par du fer, son corps était tendu et pendouillait dans l’air. Une cage solide en métal couverte de talismans l’entourait. C’était une prison bien trop sécurisée.

Il devait s’être avéré très effrayant au moment de son arrestation.

Il chassait les démons dans la vie précédente, il était maintenant devenu un démon. C’était ce qu’on appelait le ‘karma’.

« Hey ! Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu ! » Je le saluai avec les mains pour dire bonjour.

« Qui es-tu ? » Il crachait chaque mot d’une voix rauque. Il semblerait qu’il avait été enfermé ici depuis longtemps.

Je souris, « Je suis Sansheng. »

Il fronça les sourcils, « Nous connaissons nous ? »

Je massai mon front en signe de réflexion, « Eh bien, pas vraiment. »

Personne ne dit rien après. Je mourais d’une mort de silence. Je regardai en haut de la Pagode des Milles Ecluses où l’eau brillait plus qu’au fond. La raison étant qu’il y avait un trou dans le plafond.

Je trouvai cela étrange, la pagode était tellement sécurisée, pourquoi y aurait-il un trou si grand en plein milieu du plafond. N’avaient-ils pas peur qu’il trouve un moyen de s’échapper ? Ou est-ce que les prêtres Liubo étaient si confiants sur la capacité de la Pagode de pouvoir emprisonner tous les démons qu’ils firent exprès de mettre un trou pour que les démons voient le monde extérieur et ne meurent de désespoir ?

Je serais outrée. Ces prêtres étaient plus que malicieux.

Je n’avais pas fini de spéculé quand je l’entendis dire doucement, « Recule. »

Sur le coup je ne savais pas ce qu’il voulait dire, mais je l’écoutai avec obéissance et reculai dans l’obscurité.

Bientôt je vis le lac scintiller d’un reflet magnifique. Puis, un rayon de lumière de soleil traversa le trou dans le plafond et frappa directement son visage, son visage pâle était maintenant éclairé par une forte, brillante lumière.

Une trace de douleur émergea de ses yeux ternes et verts.

Je regardai en horreur sa peau se gonfler. Quand la lumière du soleil devint plus intense, les gonflements sur sa peau commencèrent à former des cloques, certains éclatèrent même et du pus en dégoulina.

Son expression trahissait que de la douleur au début, cependant. Maintenant il restait indifférent.

J’avais vu beaucoup de punitions mais mon estomac se retourna à la vue d’une telle scène. Incapable de regarder plus longtemps, j’enlevai ma robe extérieure pour bloquer le trou dans le plafond. Bouchée par le tissu, la lumière diminua grandement en intensité.

Pas moins d’une heure ne s’écoula avant que le soleil ne s’éloigne de la pagode.

Je remarquai que c’était tout juste midi. Est-ce que ça voulait dire que cet homme était brûlé jour après jour par le soleil ?

« Occupe-toi de tes affaires. » Il me remontra en me faisant comprendre que ce que j’avais fait n’était pas nécessaire.

Je l’ignorai complètement pour éviter un échange verbal déplaisant avec lui, « Ça fait combien de temps que tu es emprisonné ici ? »

Il ne dit rien pendant une seconde, puis rit froidement, « Peut-être dix ans, peut être vingt. Qui sait ? »

Je soupirai, me sentant désolée pour lui. Néanmoins, j’étais aussi curieuse à propos de son destin dans cette existence. « Pourquoi as-tu été envoyé ici ? Qui t’a enfermé dans cette place ? »

Il tomba silencieux et ne me dit rien une fois de plus. En prenant en considération que chaque créature vivante avant inévitablement quelque chose de cassée dans leur cœur dont ils ne voudraient pas en parler, je ne le pressai pas plus, au lieu de cela, je changeai le sujet de la conversation et demandai, « Veux-tu sortir d’ici ? »

« Quelle importance que je le veuille ou non ? Ce n’est qu’une illusion. »

Je souris avec suffisance, « Et si je te disais que j’ai un moyen de te sortir d’ici ? »

Il me regarda, une lueur brilla soudainement de ses yeux ternes et verts.

« Eh bien, tu ne m’as pas l’air d’être une personne mauvaise. Au moins tu es assez gentil pour m’avertir du soleil. Je ne sais pas pourquoi tu es piégé ici, mais je pense que peu importe la punition, tu as du assez payé maintenant. Puisque toi et moi pouvons être considérés comme de vieilles connaissances, je serai assez gentille moi aussi pour te sauver une fois. Mais ce ne sera pas gratuit. Puisque tu me dois une faveur aujourd’hui, tu devras la retourner dans le futur. »

« Et que veux-tu en retour ? »

« Récemment, il y a quelques mioches qui me tapent vraiment sur les nerfs, mais puisque je suis une fille délicate, je ne peux les éduquer. Après que tu te sois échappé d’ici, tu devras leur donner une bonne fessée. Rien de bien méchant, juste assez pour qu’il ne puisse sortir du lit pendant un mois. » Je réfléchis un moment. « Ah et, il y a un gamin à qui tu dois donner un traitement spécial, de sorte à ce qu’il ne puisse sortir du lit pendant au moins trois mois. Je te donnerai les détails plus tard … »

 

 

Chapitre Précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Sansheng Chapitre 6 – Le Vénérable Zhonghua

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s