Sansheng Chapitre 14 – Alors c’est vous

Chapitre Précédent | Index | Chapitre suivant

 

Je pensais qu’il serait facile de m’échapper par moi-même. Tout ce dont j’avais besoin, c’était d’un sort d’invisibilité et je pourrais rejoindre Moxi en un rien de temps.

Mais la vie ne m’avait jamais souri, et cette fois-ci ne fut pas une exception.

Jamais je n’aurais imaginé que l’empereur agirait en personne, je ne m’attendais pas non plus à ce qu’un souverain puisse être aussi malveillant.

Il m’assena un puissant coup puis me jeta un filet en fer. Ma capture n’était pas une surprise.

Avant de me faire trainer en prison, je me disais que dès que l’empereur partirait, et aussitôt que mes pouvoirs spirituels me reviendraient, je pourrais facilement m’échapper.

Cependant, après m’être faite trainer en prison, je ne pus que soupirer faiblement. L’empereur devait grandement craindre Bai Jiu, ou ils ne m’auraient jamais enfermée dans le donjon du palais impérial.

L’empereur voulait premièrement empêcher ma fuite. Puis il voulait deuxièmement extraire plus facilement les informations concernant les cachettes de Moxi et de Bai Jiu. Ce qu’ils ne savaient pas, c’était que cette action avait aussi subjugué mes pouvoirs spirituels.

Puisque je ne pouvais pas m’échapper, j’adoptai une attitude insouciante quant à la vie dans ce sombre donjon.

Les instruments de torture des mortels n’étaient pas particulièrement dangereux pour moi. Les coups de fouet quotidiens qu’ils me donnèrent n’étaient pas bien différents de quelques chatouilles.

Bien qu’en disant cela, ces chatouilles étaient injustifiées.

Ils me demandèrent la localisation de Moxi jour après jour. Comment étais-je supposée savoir ? Je leur dis honnêtement que je n’en avais aucune idée, mais ils insistèrent pour répliquer que je n’étais pas honnête. Je me mis une note au coin de la tête. Il faudrait que j’aille demander aux diablotins s’ils avaient un cerveau ou non une fois qu’ils arriveraient dans l’outre-monde. Si la réponse était oui, je les battrais comme de la pâte. Si la réponse était non, alors je couperais simplement leurs têtes et les pousseraient dans le cycle de réincarnation animale.

Puisqu’ils ne me croyaient pas, je m’arrêtai aussi de répondre. Au fil du temps, ils ne vinrent que de temps en temps pour me fouetter, comme s’il s’agissait de leur routine matinale. Puis bien plus tard, ils arrêtèrent complètement de me fouetter ou de me nourrir. J’étais gardée captive, vivant mes jours sans différencier le matin du soir. Ils voulaient me faire mourir de faim, mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que j’étais l’esprit d’une pierre. Tant que je pouvais aspirer l’énergie de la terre, je pourrais vivre pendant des siècles sans nourriture ni eau.

Ma seule préoccupation, n’était non pas de savoir quel jour il était, mais de savoir ce que Moxi faisait dehors.

La prison semblait très bien cachée. J’étais dedans depuis pas mal de temps, mais je n’avais encore vu personne d’autre entrer. Si j’étais une personne ordinaire, j’aurais déjà pourri dans cet endroit méconnu de tous.

Heureusement, je n’avais pas peur du noir, cet environnement me permettait de me concentrer sur ma cultivation.

Pendant ce long temps, mes pouvoirs spirituels s’améliorèrent légèrement, pas assez pour que je puisse m’échapper, néanmoins.

Je ne savais pas combien de temps s’était écoulé, avant que je n’entende finalement une autre voix en plus des couinements de rats. Tout semblait si bruyant dans les ténèbres.

La porte s’ouvrit et une personne en sortit.

Je m’assis là bêtement. Depuis quand prenaient-ils soin des prisonniers ?

Il alluma une torche et s’approcha doucement dans ma direction. Je plissai les yeux et regardai la personne en question, un jeune homme dans sa vingtaine ou trentaine, habillé dans une robe aussi vierge que la neige, son apparence contrastant avec l’environnement dans lequel il se trouvait. Son visage me sembla inexplicablement familier sous la lueur du feu.

Quand il me vit, un léger changement intervint sur son visage serein.

Je le savais ! Je n’avais aucune idée du temps que j’avais passé ici, mais je savais que dix ans s’étaient au moins écoulés. Qui ne serait pas effrayé par le visage d’une personne non nourrie et non lavée depuis dix ans dans une prison ? Sans mentionner mon aspect affreux, c’était déjà honorable pour lui de ne pas avoir jeté la torche pour courir hors de ce lieu.

« Sansheng », appela-t-il mon nom. « C’est Chang’an. »

Je fronçai les sourcils, plongée dans mes réflexions. Ce nom était un peu flou dans ma mémoire lointaine. Après un temps, je réagis enfin, « Ah, le petit poussin prêtre de Liubo. » Je n’avais pas parlé depuis très longtemps, ma voix était un peu grinçante.

Il fronça les sourcils, « Je vais vous aider à sortir. »

Je m’éclaircis la gorge, puis dis en souriant, « Tu sembles aller bien. Pourquoi n’as-tu plus peur que je vienne te cueillir comme quand tu étais plus jeune ? »

Il me sourit d’un air maladroit, « Cela fait trente ans. Vous semblez bien vous rappeler des événements, Sansheng. »

Trente ans. Je me figeai.

Dans notre dernière existence, j’étais retournée dans les outres-mondes après que Zhonghua m’ait tuée et je l’avais attendu deux ans, après quoi j’étais retournée sur Terre pour retrouver Moxi. Nous avions vécu ensemble pendant huit ans, ce qui faisait un total de dix ans. Pourtant, Chang’an disait maintenant que trente ans s’étaient écoulés.

Il s’est avéré que je suis restée dans ce lieu pendant deux décennies.

Deux décennies … Moxi devait avoir vingt-huit ans maintenant. Je me demande à quoi il ressemble maintenant.

Chang’an me trouva une tenue de servante. Après m’être habillée, il sortit ouvertement du palais avec moi. Sur le chemin, je voyais constamment des gens se prosterner devant lui, disant, « Votre Eminence, Révérend Impérial. »

Révérend Impérial ? « Liubo n’avait-il pas toujours détesté ce genre de choses ? » Lui demandai-je après que nous ayons quitté le palais en baignant sous la lumière du soleil que je n’avais pas vu depuis un long moment tout en récitant une rune de purification pour restaurer mon ancienne apparence.

Il retourna mon regard. « C’est une longue histoire. Je dois t’amener voir quelqu’un. Parlons de ces choses en route. »

Chang’an me dit en chemin que la puissance de Liubo continua à décliner constamment après la calamité et ne retourna jamais à son glorieux passé. Ses disciples durent redescendre de leur nuage et re-entrer dans le vulgaire monde mortel. En sachant que j’avais sauvé sa vie mais que j’avais été tuée par Zhonghua, il s’était toujours senti coupable envers moi et avait continué à chercher un moyen de repayer cette dette.

« Sansheng, pourquoi avez-vous toujours des souvenirs de votre vie passée ? » demanda-t-il.

Je ne savais pas comment lui expliquer tout le karma qui circulait autour de cette histoire compliquée. Je réfléchis un moment puis répliquai, « Peut-être que c’est parce que je n’arrive pas à lâcher l’affaire avec ton Grand Révérend. »

Il hocha la tête et n’essaya pas de s’étendre sur le sujet. « Il y a vingt ans, il y avait une rumeur concernant la capture d’une démone dans la capitale par l’empereur en personne. Je n’avais pas pensé qu’il s’agissait de vous. Mais dix ans après, un homme est venu me trouver pour me demander de vous aider à vous échapper du palais. C’est alors que je suis rendu compte de votre capture. En sachant qu’il s’agissait de vous, j’ai naturellement accepté. Au nom du Révérend Impérial, je suis alors entré dans le palais et j’ai rassemblé des informations sur votre cachette pendant toutes ces années. Ça m’a pris longtemps mais j’ai finalement réussi à vous faire sortir. »

« Est-ce que la personne qui t’a demandé de me sauver s’appelle Moxi ? »

« Oui, et non. » Répondit-il doucement, « Savez-vous quel genre de personne ce Moxi dont vous parlez est devenu ? »

Je secouai ma tête. Il baissa alors sa voix. « Même si la capitale est saine et sauve en ce moment, sur le champ de bataille, l’armée impériale est vaincue encore et encore. Dans moins de trois mois, ce pays connaitra un nouveau maître. » Je m’impatientai. « Celui qui a exterminé ces ennemis sur le champ de bataille, celui qui a massacré des centaines de milliers de soldats de l’Empire, celui qui a compilé exploit sur exploit n’est autre que Moxi. »

« Mais celui qui m’a demandé de vous sauver… » tout en parlant, il me fit entrer dans un petit jardin dans une ruelle profonde. Quand la porte s’ouvrit, je vis un homme assis à l’intérieur.

J’arquai mon front, « Oh, alors c’est vous. »

Bai Jiu. Vingt ans étaient très longs pour un être humain. Il se tenait toujours là droit et grand, mais ses cheveux s’étaient grisés et sa face s’était ridée.

Il fut grandement surpris en me voyant, « Vous… n’avez pas changé du tout. »

Je fronçai les sourcils inconsciemment, « Je ne suis pas un démon. »

Il sourit ironiquement, « Quelle importance, que vous soyez un démon ou non ? Les démons mangent les gens, les gens mangent aussi des gens. Ils sont tous les mêmes. » Il marqua une pause avant de continuer, « Je deviens de plus en plus nostalgique au fur et à mesure que mon âge avance. Maintenant que je vous ai sauvé, je n’ai plus à me faire hanter par de vieux regrets. »

J’étais si fatiguée d’entendre tous ces humains se lamenter sur leur vieil âge. Je le coupai court et lui demandai, « Où est Moxi ? »

« Il devrait être dans Rongshan », me dit-il. « Tu manques terriblement à ce garçon, jour et nuit », ajouta-t-il impuissamment, ses paroles portant un soupir de frustration.

Je jetai un coup d’œil interrogateur à Bai Jiu. La jalousie enfouie profondément dans mon cœur ressortit inexplicablement. « J’aime Moxi, et il m’aime. Si je ne suis pas là, n’est-ce pas naturel que je lui manque ? Êtes-vous en train de me dire que vous êtes celui qu’il désire, comme un genre d’amour tabou ? »

Debout à côté, Chang’an ne put s’empêcher de trembler de rire.

Bai Jiu ne s’énerva pas. Il me regarda, stupéfait, « Pourquoi est-ce que votre caractère n’a pas changé après toutes ces années d’emprisonnement ? »

J’ignorai les deux. « Je vous ai sauvé, vous m’avez sauvé. Nous sommes maintenant quittes. Séparons-nous ici, je dois aller trouver Moxi. » J’étais sur le point de partir quand je me souvins soudainement que Moxi l’honorait comme son maître. Mon cerveau se bouleversa et j’eus alors une idée générale de la situation actuelle. « Je ne me soucie pas que vous ayez demandé à Moxi de se battre pour vous et gagner le royaume. Mais après ces combats, veuillez laisser Moxi tranquille. Je ne veux pas qu’il voie la perfidie et la trahison des humains. Ce garçon a bon cœur, il sera triste. »

Bai Jiu ne répondit pas. Chang’an me demanda soudainement, « Sansheng, est-ce que Moxi est la réincarnation de… »

Je retournai le regard de Chang’an et lui dis, » Oui, mais ça appartient au passé. »

Réticente à bavarder plus longtemps, je récitai un sortilège et allai directement à Rongshan.

Au pied de Rongshan, il y avait une forteresse appelée Rongsheng, construite au milieu des montagnes et entourée de falaises escarpées. C’était une position facilement défendable et difficilement attaquable. Mais une fois que la forteresse était capturée, ce serait relativement facile de mener une charge à la capitale. Rongsheng était donc la dernière forteresse de la Cité Impériale. Cette bataille ne serait pas facile pour Moxi. Maintenant que j’étais à ses côtés, peut-être que je pourrais l’aider. Par exemple, je pourrais empoisonner les sources d’eau dans Rongsheng, ou mettre le feu à leurs provisions, ou quelque chose de similaire.

Lorsque j’arrivai à Rongshan, cependant, je réalisai rapidement que je n’aurais pas besoin de l’aider.

Les armées s’étaient déjà engagées.

Je cherchai son ombre du haut du champ de bataille chaotique. Il ne pouvait pas parler, alors comment pouvait-il donner des ordres en bataille ?

Alors que je cherchais l’aiguille dans la botte de foin, j’entendis une petite voix résonner doucement, appartenant tout d’abord à quelques personnes, puis se répandant à des douzaines, des centaines et des milliers avant que toute l’armée rebelle ne chante, « Le gardien de la forteresse a été décapité ! »

« Le gardien de la forteresse a été décapité ! »

Le champ de bataille mouvementé se calma soudainement en solennité. Tous les yeux convergèrent en un endroit. Je me tournai naturellement vers cet endroit aussi.

Les vents montagneux se soulevèrent soudainement, envoyant des fleurs partout dans Rongshan, comme une pluie de pétales, comme des vagues émises par cet homme.

Il portait une tête décapitée sur son cheval. La distance était trop lointaine pour voir clairement son visage. Je ne vis que la lumière du soleil scintiller sur sa froide épée, si brillante que mes yeux commencèrent à verser des larmes.

C’était Moxi !

Je ne m’attendais pas à ce que cette séparation ne dure deux décennies.

Tu es devenu un brave général qui se tient fièrement devant des milliers de soldats.

Je suis partie pendant si longtemps. Me hais-tu ?

Soudainement, je vis un éclat de lumière traverser mon champ de vision. Une flèche pointue vola droit vers Moxi qui était à cheval. Je paniquai. Un faisceau d’énergie noire suivit immédiatement la flèche, et au moment où la flèche allait percer la poitrine de Moxi, le faisceau trancha la flèche en deux. Mais à cause de l’élan de la pointe de la flèche, la flèche frôla la joue de Moxi malgré qu’elle ait dévié de sa trajectoire originelle, puis la flèche finit par ricocher sur le sol.

Tout s’était passé en une fraction de seconde. Je le fixai intensément pour voir s’il avait été blessé quelque part.

Il tourna aussi brusquement le regard dans ma direction. Je savais que j’étais trop loin pour qu’il ne me voie, mais j’avais le sentiment qu’il savait que j’étais Sansheng.

Les soldats réagirent immédiatement et protégèrent Moxi en l’encerclant.

Je pouvais moins bien voir Moxi maintenant, me rendant encore plus anxieuse. Les troupes autour de Moxi se dispersèrent soudainement quand il jeta la tête décapitée à un soldat près de lui, puis il trotta doucement avec son cheval pour courir vers ma direction.

Cette fois, j’étais sûre qu’il m’avait vue.

Je me retournai et quittai la falaise. J’avais rêvé toutes les nuits du moment où je serais réunie avec Moxi. L’endroit devrait être une merveilleuse place remplie de pétale tombantes, au milieu desquelles il m’embrasserait et où je l’embrasserai, appelant son nom encore et encore. Nous développerions par la suite l’inexplicable envie de faire un peu de ces ‘ooh ooh ah ah’ puis nous irions dans un endroit tranquille pour satisfaire ces besoins.

Oui ! Ce serait comme un conte de fée !

Malheureusement, il était difficile pour nous de nous mettre dans l’ambiance de ces choses ‘ooh ooh ah ah’ actuellement. La raison étant que juste avant qu’il n’arrive à ma destination, je mis les pieds dans un piège de chasseur laissé dans les montagnes.

Snap. Ma cheville se serra fermement. Je n’étais pas blessée profondément, mais j’avais tout de même un peu mal.

Alors que j’étais aux bords des larmes, accusant les cieux d’être aveugles, une silhouette souillée par le sang de la bataille marcha rapidement vers moi. Je n’avais pas encore eu le temps de bien le regarder qu’il s’agenouilla pour retirer soigneusement le piège pour moi. Après quoi, il enroula mon pantalon pour voir si la blessure avait pénétré les os.

Les chaudes et grandes mains qui tenaient mes chevilles tremblaient légèrement, comme si elles étaient tendues, comme si elles étaient excitées, mais aussi comme si elles étaient confuses.

« Moxi ! »

Il se raidit. Sans autre forme de procès, je retirai son casque pour lui. Je pris ses joues et je levai lentement son visage.

Fixant son visage taché de sang, je ne m’attendais pas à voir des yeux si cristallins malgré son lot de batailles et d’intrigues. Je soupirai, « Tu as tellement grandi, ça doit être embarrassant pour toi, mais Sansheng ne peut vraiment plus se retenir. Que vais-je faire ? »

Il n’avait aucune idée de ce que dont je parlais.

Au moment où mes lèvres s’avancèrent, ses yeux s’écarquillèrent abruptement. Je soupirai intérieurement, mais plaçai un baiser sur ses lèvres au final.

« Moxi, Moxi… » Je m’accrochai à son cou, en frottant ma joue contre ses tempes en murmurant, « Tu m’as tellement manqué, tu as tellement manqué à Sansheng. »

Son corps devint aussi rigide que du fer. Son cou était l’endroit le plus rigide, refusant de se pencher vers moi même pour un centimètre. C’était trop épuisant de m’accrocher à lui, je ne pouvais que le lâcher, choisissant plutôt de le fixer avec un sourire, « Je suis revenue pour toi, alors pourquoi me regardes-tu avec cette expression sur le visage ? »

Il reprit légèrement ses esprits sur mes mots. Mon reflet prit lentement forme dans ses yeux. Il leva soudainement sa main, comme s’il ne pouvait pas croire ce qui se trouvait devant ses yeux, il me toucha la joue. Je lui fis des sourires radieux, laissant ses doigts rugueux caresser mon visage, mes yeux, mon nez, mes lèvres, encore et encore, comme pour vérifier que cet objet devant lui était bien vivant.

Finalement, il me serra avec ses mains tremblotantes, un long soupir dériva dans mes oreilles, un soupir qui dissipa toute la douleur et la tristesse que notre séparation avait créées. Je pensais que même s’il pouvait parler, il ne ferait que soupirer dans mes oreilles actuellement.

A cause de notre longue séparation, il y avait trop de choses à se dire, il était plus avantageux de laisser parler nos corps.

Sans surprise, il me ramena dans le camp.

L’utilisation d’un sortilège aurait facilement guéri la blessure à mes pieds, mais j’en avais utilisé un pour rendre la blessure encore plus désastreuse. Quand il vit que le saignement ne s’arrêtait pas, les plis au front de Moxi s’accentuèrent. Il me transféra sur le dos et se dirigea tout de suite au camp.

Je me régalais des sentiments de cajolement de Moxi.

Je reçus d’innombrables saluts des soldats pendant que j’étais sur son dos. Ce qu’ils virent n’était pas un homme portant une femme, mais plutôt un dieu portant une sorcière, leurs yeux sortirent presque de leur globe oculaire.

Je n’avais jamais fait attention au regard des autres, mais Moxi avait peur que ces hommes ne m’effraient. Son expression se durcit et il les balaya tous du regard. Instantanément, tous ceux qui nous regardaient rétractèrent leur regard.

Alors qu’une chaleur incompréhensible se répandait dans mon cœur, je pressai son corps d’encore plus près.

Quand on arriva dans la tente principale, je levai le rideau pour lui et vis rapidement une femme assise à l’intérieur.

Une femme…

« Moxi », je sentis mon esprit me quitter. « T’es-tu marié pendant que j’étais partie ? » Demandai-je tristement.

 

Chapitre Précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Sansheng Chapitre 14 – Alors c’est vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s