Shen Yin Wang Zuo chapitre 8

Chapitre 8 : Le nouvel instructeur mystérieux (4)

« La race des démons a déjà assassiné des dizaines de milliers de nos compatriotes, teintant le sol de leur sang. Durant les trois derniers millénaires, nos six temples n’ont jamais montré de pitié pour eux et ont fait tout ce qui était possible pour la survie de l’humanité afin que, un jour, nous soyons capables de reconquérir tous les territoires perdus et d’expulser ces cruels et vicieux démons. Nous nous battrons jusqu’à notre dernier souffle. »

« Long Hao Chen, tu dois bien garder à l’esprit que la race démoniaque est l’ennemi envers qui nous avons la haine la plus intense et la plus profonde. »

La voix de Xing Yu était pleine de puissance et même le jeune garçon de neuf ans était incroyablement influencé par ses mots, son sang se mettant instantanément à bouillir.

« La race démoniaque est l’ennemi envers qui nous avons la haine la plus intense et la plus profonde. » Le ton ferme de Long Hao Chen copiait celui de Xing Yu.

Ce dernier hocha la tête et continua : « Nous concentrerons tous nos efforts pour les expulser de notre terre natale, pour reconquérir nos territoires perdus et pour protéger ceux qui sont importants à nos yeux. Demande-le toi : si un jour nous ne pouvons plus bloquer la race des démons, qu’est-ce qui arrivera à notre Ville d’Odin ? Tes amis, ta mère, à quelle sorte de catastrophe feront-ils face ? »

Au moment où l’astucieux Long Hao Chen se posa la question, son corps se mit à trembler et son regard devint féroce.

Xing Yu, qui l’observait sur le côté, affichait une expression satisfaite. Il pouvait naturellement voir que ce petit enfant avait déjà gardé fermement à l’esprit tout ce qu’il lui avait dit.

« Aujourd’hui, c’est tout ce que je vais t’enseigner. Demain, je vais te raconter l’histoire des six grands temples. Ensuite, je vais t’apprendre à écrire et te faire mémoriser des informations sur les démons. »

À la fin de la matinée, Long Hao Chen était plongé dans les différentes histoires que Xing Yu lui avait raconté. Comparé à son Instructeur précédent, Balza, les choses que son nouvel Instructeur lui enseignait étaient complètement différentes. Il lui avait enseigné toutes sortes de leçons, parfois allusives, parfois directes. C’était comme si son savoir était sans limites. En une seule matinée, Long Hao Chen trouvait qu’il avait déjà beaucoup appris, ce qui l’avait fait aimer instantanément son professeur, Xing Yu.

« Demain matin, je t’interrogerai sur tout ce que je t’ai dit aujourd’hui. Maintenant, allons manger. Tu auras une demi-heure de pause après. »

En disant cela, Xing Yu sembla enfin se détendre et il marcha jusqu’à la table en bois.

Une énergie brûlante sortit de la main de Xing Yu et, sous le regard abasourdi de Long Hao Chen, la nourriture sur la table se mit à émettre immédiatement de la vapeur chaude et dense. (Tr : aucune idée d’où est-ce qu’elle vient, il n’y a aucune allusion à de la nourriture avant…)

Un grand bol de riz entièrement rempli et quatre plats : deux de viande et deux de légumes. Parce que sa famille avait toujours été en manque d’argent, il n’avait jamais mangé une aussi bonne nourriture. Rien qu’en la voyant, les yeux de Long Hao Chen se mirent à briller.

Xing Yu sortit deux paires de baguettes, « Mange. Quand tu auras fini, tu pourras te reposer un petit moment. »

Long Hao Chen se plaça rapidement devant Xing Yu et s’agenouilla soudainement devant lui.

« Qu’est-ce que tu fais ? Ne me dis pas que tu ne sais pas que les hommes ont de l’or sous les genoux, (D’après le trad anglais : les hommes devraient avoir assez d’honneur pour ne jamais s’agenouiller devant les autres, sauf si c’est vraiment nécessaire, pour quelque chose plus important que leur vie, comme la vie de leur famille.) comment peuvent-ils s’agenouiller facilement devant les autres ? » le réprimanda Xing Yu avec colère.

Long Hao Chen baissa la tête et parla avec hésitation : « Professeur, je, je… … »

« Quoi je, je ? Après une petite faveur, tu vas t’agenouiller devant les autres comme ça, ne me dis pas que j’enseigne à un insecte docile ? » La voix de Xing Yu devint encore plus stricte.

Long Hao Chen hocha la tête : « Professeur, je veux vous demander si je peux manger moins chaque jour pour pouvoir apporter de la nourriture à Mère quand je rentrerai à la maison ? Mère n’a jamais mangé une aussi bonne nourriture. »

La férocité de Xing Yu se calma soudainement, il ne restait rien de sa colère originelle, et il semblait maintenant assez fatigué. Parce que Long Hao Chen avait toujours la tête baissée, il n’avait pas remarqué qu’à cet instant, les lèvres du nouvel instructeur mystérieux tremblaient légèrement et que ses yeux scintillaient encore plus.

Se relevant lentement, Xing Yu poussa la porte et sortit, mais sa voix résonnait : « Lève-toi et mange. Je te promets qu’aussi longtemps que tu suivras sérieusement mes exercices et rempliras mes exigences, j’enverrai quelqu’un livrer chaque jour un repas à ta mère. »

« Merci professeur. » Long Hao Chen était fou de joie, ses genoux pivotèrent vers la porte, qui émit quelques Ping Ping Ping avant de se refermer, puis il se leva, sur le point de commencer à manger ce repas attractif.

Xing Yu se tenait juste derrière la porte et regardait le ciel. Il était le seul à pouvoir entendre les mots qu’il disait : « Modestie, honnêteté, compassion, courage, équité, sacrifice, persévérance, amour, justice, que lui manque-t-il ? Est-il vraiment un chevalier inné ? »

Quand il retourna à la cabane, Long Hao Chen avait déjà fini de manger son déjeuner mais il restait encore la moitié du repas et un bol de riz était posé devant le siège de Xing Yu. Quand il le vit revenir, l’enfant se dépêcha de se lever et l’accueillit respectueusement.

« La pièce d’à-côté est la tienne, vas-y et repose-toi. Je t’appellerai au moment prévu. »

« Oui. » Long Hao Chen pensait vraiment que Professeur Xing Yu était un cadeau du ciel, et alla se reposer avec grand plaisir.

Après une demi-heure, Xing Yu appela Long Hao Chen.

« Tu t’entraîneras de l’après-midi jusqu’au soir. C’est pour toi. » Xing Yu donna à Long Hao Chen une paire d’épées en bambou vert foncé.

Les épées de bambou étaient beaucoup plus légères que toutes les épées que Long Hao Chen avait jamais utilisé et étaient toujours très résistantes.

Xing Yu l’attrapa par le bras, sauta une fois de plus vers le sommet de la montagne et rapidement, il avait emmené Long Hao Chen jusqu’à un endroit à mi-chemin de celle-ci.

Xing Yu pointa du doigt un grand rocher devant lui et dit : « C’est un nid naturel de fourmis-hiboux. À l’intérieur, il y aura des milliers de fourmis-hiboux. Même si ces insectes ne sont pas des bêtes magiques, ils sont très agressifs, particulièrement envers les intrus. N’oublie pas d’utiliser ces épées de bambou pour te protéger. »

Avec cette simple explication et sans même attendre que Long Hao Chen ait compris la situation, Xing Yu lui donna un coup de pied qui l’envoya vers l’énorme rocher et Long Hao Chen poussa des cris d’alarme alors qu’il était expédié dans une sorte de caverne noire.

Le corps de Long Hao Chen atterrit sur quelque chose de moelleux et, bien qu’il soit tombé d’une hauteur de 5 mètres, il était toujours conscient.

Le grand rocher, qui était utilisé pour bloquer l’entrée quand Xing Yu l’avait bougé pour pousser Long Hao Chen à l’intérieur de la caverne, avait été remis en place. L’enfant ne pouvait maintenant que voir faiblement à dix mètres à la ronde.

Au même moment, tandis qu’un buzz se faisait entendre, Long Hao Chen pouvait sentir de nombreuses créatures autour de lui qui volaient de toutes les directions.

À cet instant, il comprit ce que Professeur Xing Yu voulait dire et il brandit la paire d’épées de bambou.

Toutefois, ce qu’il avait appris au Hall d’Odin n’était que les coups et les techniques les plus basiques alors qu’il y avait d’innombrables fourmis-hiboux frénétiques devant lui. En un instant, son corps fut mordu et piqué de partout.

Une violente douleur se répandit dans tout son corps, lui faisant pousser des cris pitoyables et les épées de bambou dans ses mains se balancèrent dans toutes les directions.

« C’est l’une des méthodes d’entraînement que je vais t’enseigner et aussi ton premier test. Si tu es incapable de supporter ça, tu pourras partir demain. »

La voix de Xing Yu arriva jusqu’aux oreilles de Long Hao Chen, le faisant paniquer et perdre sa concentration. Hélas, la gravité de la douleur de son corps était encore plus importante que les effets de ces mots. Ses vêtements ne pouvaient plus freiner les morsures des fourmis-hiboux et les épées qui avaient été agitées à l’aveuglette frappaient un grand nombre de corps.

« Je peux supporter ça. » cria Long Hao Chen. En pensant à sa mère et aux mots de Xing Yu, son courage commença à dépasser sa peur et il se surpassa pour continuer à agiter les épées dans ses mains, essayant de repousser ces fourmis-hiboux qui l’attaquaient sans cesse.

« Actuellement tu ne peux pas voir, mais tu as seulement perdu la vue. Tu as toujours l’ouïe, le toucher et même le goût. Utilise tout ce qui peut t’aider à sentir tout ce qu’il y a autour de toi. »

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s