TSW – Volume 3 – Chapitre 15

TEMPEST OF STELLAR WARS
Volume 3 – Le Dieu de la Guerre Descend

 

Volume 3 – Chapitre 15 – Se Dévouer Pour l’Art

 

En ce moment, le Skeleton Corps était en plein milieu d’une fièvre, tenant la première place avec de nombreux joueurs. L’addition de deux experts, Rainbow et Wild King, avait aussi apporté beaucoup en puissance de feu.

Rainbow et Wild King pouvaient mener les gens dans les batailles de groupes. Rainbow se reposait sur sa capacité à écraser les ennemis grâce à son équipement alors que Wild King utilisait la force brute pour les éradiquer. Comme on disait, un bon éclaireur pouvait renverser la vapeur pendant un combat. Cela eut pour conséquence qu’un bon nombre de personnes étaient ravies de l’extrême joie de faire un comeback.

Dans les temps anciens, on disait que trois cordonniers stupides pouvaient être plus intelligents qu’Einstein. Un bon capitaine pouvait faire des miracles, même si les capacités de ses équipiers étaient limitées.

Cependant, Rainbow et Wild King ne laissaient pas ce traitement royal leur monter à la tête. Quand ils se relaxaient, ils venaient jouer et voyaient s’ils pouvaient rencontrer Skeleton ou non.

En fait, tout le monde se demandait : s’ils devaient se battre dans un combat de groupe avec Skeleton, quel genre de spectacle verraient-ils ?

Le pentakill divin de la dernière fois était quelque chose dont les gens se souvenaient profondément !

C’était plus avantageux pour Yao Ailun, Chen Xiu et Tyran Su. Ces trois personnes occupaient une position à partir de laquelle ils pouvaient plus facilement interagir avec Rainbow. Pendant les combats de groupe, ils avaient essentiellement besoin de fournir de l’assistance. Puis ils regarderaient Rainbow exercer sa puissance alors qu’il démolissait complètement les adversaires.

 

Les cours du matin se terminèrent. Wang Zheng reçut un appel Skylink de Ye Zisu, lui demandant à Shishi et à lui d’aller déjeuner avec elle.

Il ne pouvait pas refuser, bien entendu. Ils se rencontreraient tôt ou tard. De plus, il pouvait utiliser cela comme un test. Mis à part Petit Su, la personne la plus à même de reconnaître Aina était Zisu.

Ye Zisu se prépara mentalement. Elle savait que la fille dont Wang Zheng tomberait amoureux serait définitivement exceptionnelle, mais elle se considérait elle-même comme plutôt pas mal. Pourtant, au moment où Wang Shishi apparut, Ye Zisu fut  frappée de stupeur.

Lorsque Wang Zheng avait apporté la lettre d’amour de Yan Xiaosu à son amie, c’était la première fois qu’elle et Wang Zheng s’étaient parlés. A cette époque, sa moquerie provenait de la réserve intérieure et de l’arrogance d’une fille. Pourtant, au cœur de tout cela, elle voulait attirer l’attention de l’autre.

Plus tard, pendant la fête d’anniversaire, l’apparence de la princesse d’Aslan avait surpris un certain nombre de personnes, mais il n’y en avait aucun qui s’en était soucié réellement.

C’était là deux lignes parallèles, tellement qu’elles semblaient être deux univers parallèles. En voyant Aina Aslan réellement assise devant elle maintenant, bien qu’avec les cheveux teints, Zisu la reconnut.

Wang Zheng sourit. « Zisu, Shishi est venue ici pour étudier pendant un moment. Son identité doit rester confidentielle pour l’instant. »

Ye Zisu sourit légèrement et tendit la main. « Bienvenue, Etudiante Shishi. Je pense que nous allons devenir de bonnes amies ! »

Les deux filles se serrèrent la main légèrement. Aina arborait aussi un sourire ; elle avait le sentiment que la partie opposée semblait être convaincue de quelque chose.

Ye Zisu possédait un avantage qu’Aina ne possédait pas.

« Shishi, dans la capitale, si tu as un problème, alors cherche Zisu et tout ira bien. On ne peut pas compter sur Tyran Su. »

« Héhé. Tu l’appelles Tyran Su. » Ye Zisu ne put s’empêcher de sourire. Elle ne savait pas vraiment ce que Xiao Mei pensait quand elle lui avait effectivement donné ce surnom. Sans mentionner que c’était accrocheur et très charmant.

Le déjeuner consistait en un simple repas dans la cafétéria de l’école, mais les deux filles avaient un bon appétit. En fait, ce genre de nourriture n’était évidemment pas au niveau de leur standards pour elles, mais…

L’Etudiant Wang ne se préoccupait pas de ce genre de détails. Il avait faim, il avait faim 7 jours par semaine. Il voulait manger beaucoup de nourriture. Il mangeait en fait sept fois la quantité d’une personne normale.

« Tu peux vraiment manger beaucoup, ça n’a pas dû être facile pour tes parents » dit Ye Zisu en riant.

« Pouvoir manger est la chose la plus heureuse du monde » répliqua Aina.

« Cela me fait penser, Du Qingqing a un reproche à te faire. Tu avais promis de poser pour le club des Beaux Arts, mais tu ne t’es pas présenté pour ton devoir. »

« Ah, j’ai oublié. Il y a eu trop de choses à faire récemment. J’irai après la fin des cours de l’après-midi. »

Wang Zheng avait effectivement oublié ce problème, probablement à cause de la crainte qu’il ressentait quand il pensait à la présidente ‘ultra-virile’ du club des Beaux Arts.

« Ouais, tu as une beauté avec toi. Même si c’était moi, mon QI descendrait drastiquement. »

Ye Zisu lui parlait d’un ton taquin. Elle aimait Wang Zheng. Cela faisait quatre ans depuis le jour où elle l’avait remarqué pour la première fois à l’école secondaire. A l’origine, elle croyaient qu’ils n’interagiraient jamais, mais le destin est toujours intéressant. Après qu’une série d’évènement soit survenue, ils avaient tous les deux passé l’examen de l’Ares College.

Elle ne pensait pas qu’elle aurait des rivales. Meng Tian en était une. Pourtant, elle n’imaginait pas qu’une rivale comme Aina apparaîtrait.

Elle savait qu’elle avait un avantage contre lequel Aina ne pouvait rivaliser en aucune façon.

Ye Zisu et Aina devinrent des amies, comme prévu. Ces deux-là avaient beaucoup de sujets en commun. Wang Zheng espérait aussi qu’Aina pourrait se faire plus d’amis pendant son séjour ici.

Mais quand il pensait au club des Beaux Arts, Wang Zheng avait l’impression que sa tête allait exploser. Il ne pouvait vraiment pas être un modèle.

Quand la fin des cours de l’après-midi arriva, Wang Zheng rassembla son courage. Il était un homme, après tout, et s’il avait dit qu’il le ferait, alors il le ferait.

Après tout, ce n’était pas comme s’ils allaient le tuer.

Lorsqu’il arriva au club des Beaux Arts, Du Qingqing l’attendait déjà à l’entrée.

« Hoho, notre homme très occupé nous a finalement fait la grâce de sa présence. C’était vraiment difficile de demander ta présence » se moqua Du Qingqing.

« hum, hum, Etudiante Qingqing, pour l’amour de la fierté de Zisu, laisse-moi. Au moment où tu auras l’impression que je ne fais pas l’affaire, ce sera complètement ok. Ou alors, laisse-moi partir juste là maintenant. »

Du Qingqing arrangea ses longs cheveux. Elle semblait être particulièrement attentive à prendre soin de ses cheveux. Chaque mèche était lisse. Les doux et longs cheveux d’une fille touchaient la corde sensible de chaque homme, et c’était aussi très adapté aux qualités d’un peintre.

« Nous n’avons pas encore commencé, et tu essayes déjà de te défiler. C’est ton style après tout. »

Wang Zheng se frotta le nez. Depuis quand avait-il ce style.

A l’intérieur de l’atelier de peinture, il y avait plus de dix personnes qui attendaient. La majorité était des femmes, avec deux hommes au milieu.

La présidente Zheng Runan était là aussi, son visage sans expression pendant qu’elle regardait Wang Zheng. « Déshabille-toi ! »

Wang Zheng sursauta de frayeur. Enlever ses vêtements devant tant de personnes ?

Tout le monde se mit à rire. Il semblait que Wang Zheng n’était pas le premier à se faire avoir comme ça. Du Qingqing se retint le plus possible. « Eh bien, il y a une salle pour te changer à côté. Enlever le haut de tes vêtements suffira. Le point principal aujourd’hui sera de capturer le haut du corps. »

Wang Zheng laissa échapper un souffle. Tellement effrayant. Pourquoi y avait-il partout une coutume qui consistait à harceler les nouveaux ?

Les membres du club préparèrent leurs brosses et leurs palettes. Wang Zheng émergea rapidement, en ayant ôté le haut de ses vêtements sans aucun problème.

Mais quiconque se voyait observé par Zhang Runan, une femme tellement masculine parmi les hommes, se sentirait un peu artificiel.

Les membres du club claquèrent leur langue d’étonnement. Le physique de Wang Zheng n’était pas du genre robuste. Quand il portait des vêtements, il était même difficile de voir quoi que ce soit, mais sans ses vêtements, chaque ligne des muscles était élégante. Il était l’archétype esthétique de l’homme Asiatique.

Entrant dans un état de créativité, le studio devint calme. Wang Zheng, en fonction de ce qui lui avait été demandé, tint une pose. Un artiste avait toujours besoin d’un bon modèle auquel se référer. Dessiner les gens était ce qu’il y avait de plus difficile à cause de la familiarité avec le sujet qui demandait naturellement des standards plus élevés.

Un bon modèle pouvait être une source d’inspiration. On ne pouvait maintenant entendre que de légers bruissements qui émanaient des peintres.

Etre un modèle et tenir une pose sans bouger était en fait très fatiguant. Après une heure, la première session en tant que modèle de l’Etudiant Wang fut proclamée terminée.

Il était très curieux, de quoi les dessins avaient-ils l’air ?

« Tu veux voir ? »

Wang Zheng hocha la tête. Il commença a avoir des sueurs froides quand il vit les peintures terminées. Comment cela pouvait-il être similaire à lui ? Est-ce qu’il ressemblait à un monstre ?

« C’est moi ça ? »

« Nous ne sommes pas des appareils photo. Le modèle est le matériau source, et nous dessinons ce que nous imaginons. Cependant, la peinture de la présidente est la meilleure. »

Du Qingqing soupira d’admiration.

… L’Etudiant Wang n’était pas du tout curieux de ça.

La présidente ultra-virile hocha la tête en louange pour une fois. « Pas mauvais. Ceux qui sont venus aujourd’hui, donnez-moi vos peintures terminées. »

Jusqu’à ce que la présidente ‘ultra-virile’ parte, Wang Zheng n’eut pas l’occasion de respirer.

« Tu sembles avoir peur de notre présidente ? » demanda Du Qingqing avec un sourire.

« Heu… votre présidente dégage une atmosphère menaçante. »

« Haha. Ah bon. Mais c’est rare d’entendre la présidente faire l’éloge des gens. Tu es vraiment féroce, pour n’avoir pas fait le moindre mouvement pendant une heure entière. Tu es simplement un modèle né. »

Un modèle, qu’il soit professionnel ou amateur, bougeait toujours un petit peu. Il y en avait très peu comme Wang Zheng.

Maintenant, on demandait à Wang Zheng d’être un modèle pour ceci et pour cela. Il ne voulait pas du tout le faire !

« Ma tâche est terminée, je vais partir en premier. »

« Vas-y. Merci beaucoup ! Laisse Susu te payer un repas. »

Du Qingqing souriait en parlant. En regardant Wang Zheng se précipiter sur la route, elle était incapable de s’arrêter de sourire. Il était réellement une personne intéressante, pour avoir fait en sorte que Zisu et Meng Tian se battent pour lui. Finalement, la personne en question avait déjà une petite amie.

Quel dommage !

Mais l’art était toujours bien. Dans le monde de l’art, vous pouviez être le grand patron.

A l’entrée, Wang Zheng découvrit contre toute attente qu’Aina l’attendait. Son cœur ne put s’empêcher de se réchauffer.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? »

« J’avais peur que tu ne sois dévoré par un groupe de tigresses, donc, je suis venue ici pour te secourir. »

« Donc, tu n’as pas vu la présidente ? »

« Un homme vient juste de passer par ici. Le président du club n’est-il pas une femme ? »

Aina posa la question l’air perplexe. En voyant l’expression excentrique de Wang Zheng, elle eut soudain une révélation.

« Est-ce que tu comprends ? J’ai été fixée par elle pendant une heure. C’était une torture ! »

« Tu t’es toi-même dévoué à l’art. Bien, je vais te récompenser un petit peu. »

Juste après avoir dit cela, elle accorda un léger baiser sur la joue de Wang Zheng, un baiser aussi léger qu’une libellule touchant l’eau.

Comment cela pouvait-il être suffisant. Wang Zheng prit immédiatement Aina dans ses bras et lui donna un long et profond baiser. Il dura jusqu’à ce qu’Aina ne puisse plus respirer.

S’ils n’étaient pas dans un lieu public rempli de personnes, un endroit où il serait difficile d’être excessif, Wang Zhang n’aurait pas eu l’intention de la lâcher.

« Tu deviens de plus en plus vilain ! » dit Aina dans un murmure.

Wang Zheng eut un visage faussement blessé. « Ne me blâmes pas, blâme-toi d’être trop belle. »

« Je ne pensais pas que tu savais réellement comment utiliser les mots doux. Comment n’ai-je pas pu le remarquer avant ? »

Aina regardait Wang Zheng fixement.

« Je suis un génie, un génie complètement naturel ! »

« Un génie idiot oui ! »

« Très bien, tu oses te moquer de moi, tu cherches la bagarre ! »

« Ah, tu veux me tyranniser ! »

Aina se mit à rire et courut, Wang Zhang la pourchassant. Si le temps avait pu s’arrêter à ce moment-là, cela aurait été parfait.

En voyant sa petite princesse si adorable en face de lui, le cœur de Wang Zheng était rempli de bonheur et de fierté. Il ne se soucierait pas du futur. Même si la fin du monde arrivait, ce serait bien !

 

Le temps passa jour après jour. Les membres de l’entraînement spécial revinrent  finalement. A la fin, Masasi était devenu le Capitaine, et Zhang Shan était devenu contre toute attente le Vice Capitaine.

Zhuo Mu avait formellement proposé Zhang Shan pour un double cursus à l’école. Bien sûr, il avait lui-même l’intention que Zhang Shan change de cours.

Dans l’entraînement spécial, la force de Zhang Shan avait explosé. On devait bien se rendre compte qu’il ne s’entraînait pas dans un style ou système particulier. Il aimait juste normalement garder son corps en bonne forme. Cette qualité innée était de l’ordre d’une sur dix mille.

A cause de ses relations familiales, Zhang Shan aimait vraiment la physique. Cependant, quand il était dans l’entraînement militaire, on avait pu remarquer son esprit de compétition. Au travers de l’entraînement spécial, un de ses traits génétiques avait été mis à jour.

Il aimait la sensation du combat.

Membres officiels : Masasi, Zhang Shan, Ma Xiao, Meng Tian, Jiang Bin. Remplaçant : Guan Tao.

L’école tout entière était pleine d’anticipation pour l’échange à venir. S’ils venaient à être battus à plates coutures par les gens sur leur propre terrain, alors ils perdraient la face.

Lorsqu’il retourna au dortoir, Zhang Shan reçu des salutations enthousiastes.

« Incroyable ! Grand Frère Shan, il semble que tu sois devenu plus costaud ! » dit Chen Xiu avec envie. Son propre physique était trop chétif.

« Pfff, ton cerveau a certainement été pressé » se moqua l’Etudiant Ailun.

 

Vol. 3 – Chapitre 14                                                                                 Vol. 3 – Chapitre 16

Publicités

8 réflexions sur “TSW – Volume 3 – Chapitre 15

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s