RTW Chapitre 34 – Une Explosion Expérimentale

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

 

Au début, quand Roland avait commencé la construction de la cabane de création de ciment, il avait déjà en tête les futurs plans pour ses projets d’innovation. Ils étaient pour la plupart centrés sur la Mine du Nord, rendant leur mise en œuvre plus sécurisée et facile. La construction des maisons en brique avec un plafond en bois était très rapide à faire, et n’affectait pas la construction du Mur de Ville.

Le vaste montant de salpêtre acheté depuis Willow Town était transporté dans un entrepôt à proximité, et seuls les aides indispensables au broyable ou au pesage du salpêtre étaient autorisés à entrer dans l’entrepôt. La même procédure fut mise en place pour le charbon et le souffre, et le processus de traitement entier était effectué par un groupe indépendant, minimisant ainsi les risques de fuite.

Roland pesa les vingt kilos de poudre à canon déjà produits et les versa dans un sac en peau de mouton.

La poudre à canon devait subir un traitement très strict. Il fallait la compacter, la sécher, la broyer avec un marteau, et enfin la vérifier puis la filtrer. Ce n’était que lorsque la poudre avait une granulométrie uniforme qu’elle pourrait révéler sa pleine puissance. Afin d’éviter les accidents produits par l’électricité statique, le processus de production entier était fini sans aucun produit métallique. Au lieu de cela, ils utilisaient des produits faits de bois ou de céramique.

Après avoir versé la poudre à canon dans la peau de mouton, Roland superposa trois couches de peau de mouton par-dessus le sac puis noua le tout avec une corde…

« C’est tout ? » demanda Carter. Ce sachet devant lui pouvait être appelé une arme ? Malgré le fait que ce soit un produit dérivé de la poudre à neige, avec le son seul, il devrait être capable de faire fuir les plus lâches. Un paysan n’ayant jamais mis les pieds sur un champ de bataille pouvait tout de même influencer l’issue d’un combat, même si son influence est minime. Cependant, un soldat bien entrainé ou un mercenaire ne leur paierait aucune attention. Mais… le Commandant des Chevaliers reconsidéra les événements passés durant le mois précédent. Son Altesse semblait tout le temps avoir perdu la raison, mais les conclusions de ses actions portaient toujours leur fruit. Si les bêtes démoniaques possédaient une intelligence similaire à un animal lambda, peut-être que cette chose serait utile après tout ? Par exemple, entendre une grosse explosion pouvait effrayer quelques animaux, qui choisiraient de prendre la fuite, réduisant ainsi la pression mis sur le dos des défenseurs.

Roland donna le sac emballé de poudre à canon à Carter, puis il prit une pochette avec des outils pour brûler la poudre, « Très bien, nous devrions sortir de la ville. Iron Axe devrait déjà être en train de nous attendre. »

A l’ouest, à environ deux mille mètres des Murs de la Ville, il y avait une forêt et des montagnes, réarrangées pour servir de terrain d’entrainement.

Iron Axe et plusieurs autres chasseurs les attendaient depuis déjà longtemps. En plus d’Iron Axe lui-même, les autres étaient les archers locaux les plus performants. Quand ils reçurent les tâches données par Son Altesse Royal, ils ne purent attendre plus longtemps et suivirent Iron Axe.

A présent, tous savaient que le nouveau seigneur de Border Town n’était jamais avare concernant les rémunérations de ses employés.

Suivant les ordres de Roland, ils avaient construit une barrière faite de poteaux de bois et de cordes, qui entourait la zone d’expérimentation afin que personne ne puisse s’en approcher de trop près. En ce qui concernait le Mur de Ville, il avait arrangé les Chevaliers afin d’empêcher quiconque de s’approcher par accident.

Roland vérifia les préparations une fois de plus et demanda, « Avez-vous amené les proies avec vous ? »

« Votre Altesse, ils sont là », Iron Axe tira une cage avec lui et s’avança d’un pas. Carter, en voyant la cage, nota qu’elle était remplie de faisans et de lapins.

« Bien, attachez un animal tous les cinq pas en partant du cent, jusqu’à ce que vous vous soyez éloigné de trente pas. »

Carter secoua la tête sans s’en rendre compte et essaya de proposer une amélioration, « Votre Altesse, je crains que n’ayez choisi les mauvais animaux. Vous ne pourrez tester l’effet de la poudre sur eux, ils sont très timides et n’ont besoin que d’une petite perturbation pour prendre la fuite. Même si vous leur faites peur, vous n’effraierez pas nécessairement les bêtes démoniaques. »

« Effrayer les bêtes démoniaques ? » Pendant un moment Roland ne sut pas quoi répondre, puis il répondit finalement, « Je n’ai pas l’intention de les effrayer, même si le son de l’explosion sera grandiose. »

Il prit le sac contenant la poudre à canon tenu par son Commandant des Chevaliers, puis alla au centre, et le posa. Enfin il perça un trou dans le sac avec sa dague et laissa de la poudre s’échapper du sac. Une fois fini, il sortit deux bouteilles contenant de la poudre à canon et saupoudra la poudre le long du chemin partant du trou tout en reculant.

Aujourd’hui le temps était calme et était très approprié pour la première explosion de poudre à canon de l’histoire.

Il s’arrêta une fois qu’il fut à plus de 100 mètres du sac.

« Bien, on devrait être assez loin », il calcula une fois de plus la distance et après avoir eu la confirmation, il ordonna Carter, « Allez-y et allez me chercher les chasseurs. »

A ce moment précis, le cœur de Roland battait rapidement, tant il était excité. Il avait déjà fait un petit test auparavant, donc il n’était pas inquiet du résultat du test. Ce qu’il attendait, c’était ce moment historique. A partir d’aujourd’hui, les armes chaudes descendraient définitivement de la scène, et il serait connu comme étant l’inventeur de cette machine.

Après avoir rassemblé tout le monde, Roland alluma la poudre à canon.

Carter, allongé sur le sol, regarda de loin, tandis que la distance entre lui et les étincelles s’accentua rapidement. Dans son cœur, il ne pouvait accepter la légitimité de « l’arme. »

Ils étaient si loin qu’ils n’entendraient même pas le son d’un sceau en bronze de poudre à canon, sans parler de provoquer des dégâts, mais Son Altesse Royal le Prince avait ordonné à tous de s’allonger sur le sol. Puisque le Prince avait pris sa décision, il ne pouvait pas se plaindre.

Le sol était gelé par le froid, et à travers ses mailles d’armure, il pouvait sentir le froid se répandre dans son corps. Carter remua son corps afin de se protéger du froid, quand il entendit soudainement une explosion cacophonique.

Puisque leur distance avec la poudre à canon était trop proche, le son de l’explosion et l’onde de choc les atteignirent presque en même temps. Carter sentit ses oreilles siffler et le monde se calma autour de lui. Quand les tremblements sur le sol diminuèrent, il leva la tête et vit une fumée noire se propager dans le ciel, suivie de gravier et de boue comme s’il en neigeait.

Grenade

Pour Roland, l’impact était bien inférieur à celui du Commandant des Chevaliers. Même si ce n’était qu’un petit pétard, il se couvrirait les oreilles immédiatement après avoir allumé la poudre explosive : il s’était donc naturellement préparé à l’avance. L’explosion ne ressemblait en aucun cas aux explosions dans les films, où il y aurait une grande boule de feu se propageant du centre. Dans cette explosion, beaucoup de déchets s’étaient élevés du sol, atteignant presque une hauteur de dix mètres de haut. Quand la poussière retomba, le seul ressentit de Roland fut que l’explosion était bien plus bruyante qu’un pétard.

Quant à Iron Axe et les autres chasseurs, ils furent stupéfaits. Ils étaient au courant qu’il s’agissait d’une expérience pour une nouvelle arme, mais ils n’avaient pas prédit que la nouvelle arme serait si fantastique.

Peut-être que seule la punition divine rivaliserait, la foudre et le tonnerre !

Roland se leva et amena toute l’équipe jusqu’au centre de l’explosion. Ici, le sol s’était aplatit d’au moins cinquante centimètre, et les lapins les plus proches du centre furent complètement anéantis, ne laissant derrière que la courte corde qui les avait retenus au sol.

Il inspecta les autres animaux un à un. Les faisans placés à dix mètres et à quinze mètres reposaient sur le sol, sans aucun signe de mouvement, apparemment morts. Même s’il n’y avait pas de traumatisme visible, Roland savait qu’ils avaient dû mourir à cause de l’onde de choc.

Le seul survivant était un lapin gris situé à trente mètres de l’épicentre, mais ses fins tympans étaient détruits, du sang en coulant de ses oreilles. En voyant quelqu’un s’approcher de lui, il n’essaya pas de survivre plus longtemps et mourut, comme si le son cacophonique lui avait arraché l’âme.

Carter dut ravaler sa salive, ses oreilles sifflantes recommencèrent à fonctionner normalement peu à peu. Il réalisa soudainement ce que Son Altesse Royal le Prince avait voulu lui dire juste avant : « Je n’ai pas l’intention de les effrayer. » Etait-ce vraiment de la poudre de neige modifiée ? Avec de genre de résultat, il craignait que le pouvoir de l’atelier d’alchimie ne devienne encore plus supérieur que celui des astrologues.

Le regard d’Iron Axe sur le Prince changea du tout au tout, « Votre Altesse, si la milice pouvait vraiment se procurer de telles armes, je pense que Border Town n’aurait plus besoin de craindre la menace des bêtes démoniaques. Je ne sais pas mais, est-ce que cette poudre peut être produite en masse ? »

Roland médita sur le sujet, « Probablement non, avant le commencement des Mois des Démons, je pense que nous ne serons capables que de produire vingt à trente fois le montant utilisé pour l’expérimentation. » L’ingrédient primaire était le salpêtre. A cette époque, les moyens de production du salpêtre étaient très primitifs, ils utilisaient les déchets rejetés par les habitants ainsi que leurs animaux pour les mixer avec de l’eau de chaux pour séparer les cristaux de nitrate de potassium. De plus, en dehors de la noblesse supérieure et de l’atelier d’alchimie, il n’y avait pas une grande demande parce que sa sphère d’utilisation était restreinte. Si tout le salpêtre était utilisé pour fabriquer des bombes, ils en tomberaient bien vite à court.

Ils devaient utiliser des armes telles que des fusils, des arcs et des arbalètes en tant que principaux moyens de défense contre les bêtes démoniaques.

 

 

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

14 réflexions sur “RTW Chapitre 34 – Une Explosion Expérimentale

      • Le premier naturel est dans le sens d’une catastrophe affectant la nature. T’a jamais vu de documentaire sur le naufrage de pétrolier,la construction de mine à air libre,la coupe à blanc ou ce genre de chose?

        J'aime

      • Cest pas une catastrophe naturelle alors. Le terme « naturelle » n’est pas approprié ahah. C’est plutôt une catastrophe artificielle ou causée par l’homme.

        Aimé par 1 personne

      • Si tu visionnait les documentaire tu saurai que le terme exact est « catastrophe naturelle causé par l’homme » alors que dans des cas standar c’est « catastrophe naturelle ». De plus,le terme vient du fait que après la catastrophe,la nature est dévasté,que ce soit par un volcan,une tornade ou une bombe.^^

        J'aime

  1. Wait what? On est d’accord qu’on est dans un monde avec une technologie limité et où la magie est réserver aux sorcières… alors pourquoi le terrain d’entrainement est à 2000 km de la ville ? Oo ça leurs prends combien de mois d’y aller? x)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s