Shen Yin Wang Zuo chapitre 13

Chapitre 13 : L’examen de Chevalier Standard (1)

« Oui. » Les deux jeunes chevaliers n’osèrent pas la contredire et répondirent respectueusement.

L’adolescente tendit sa main droite vers Long Hao Chen : « Petit frère, je suis Li Xin. Suis-moi, je vais t’emmener voir oncle Nalan. »

L’enfant s’en réjouit et prit sa main : « Merci grande sœur, je m’appelle Long Hao Chen. »

La poigne de la main délicate de Li Xin était forte et sa paume était assez rugueuse à cause de son entraînement à l’épée. En revanche, la main de Long Hao Chen donnait une sensation très différente : pour quelqu’un de son âge, elle était très douce et confortable à tenir.

Une fois entré dans le Hall d’Hao Yue, Long Hao Chen perçut immédiatement une atmosphère originale dans ces lieux. Le sol était recouvert d’ardoise grise et douze épais piliers soutenaient le Hall tout entier. Devant eux, six énormes fauteuils de pierre se dressaient, chacun d’une hauteur de trois mètres et demi. Il y avait de nombreux motifs décoratifs dessinés sur chacun d’eux que Long Hao Chen n’avait jamais vu auparavant.

« Grande sœur, qu’est-ce que c’est ? » demanda curieusement Long Hao Chen en désignant les six fauteuils de pierre.

Li Xin devint solennelle, « C’est le symbole de la gloire suprême de notre Temple des Chevaliers, les trônes divins (Tr : « trône divin » est en gros la traduction de « Shen Yin Wang Zuo » en français). Seul un Chevalier Divin peut en détenir un. Petit frère, est-ce que tu connais les Chevaliers Divins ? C’est le plus haut grade que nous, les chevaliers, puissions atteindre : la neuvième étape de notre discipline. Tous les Chevaliers Divins sont légendaires. On raconte qu’ils ont combattu en personne les soixante-douze dieux démons légendaires. »

C’était la première fois que Long Hao Chen entendait parler du titre de Chevalier Divin. Xing Yu ne lui avait jamais rien appris sur les Chevaliers Divins.

« Grande sœur, à quel point sont-ils formidables ? Pourquoi sont-ils appelés Chevaliers Divins ? »

Li Xin répondit : « C’est justement parce qu’ils possèdent un trône divin : on ne peut devenir un Chevalier Divin qu’après avoir été accepté par le trône ! Tu ne peux pas les considérer comme de simples fauteuils, chacun d’eux est un authentique artefact laissé par les dieux. Mon but est de devenir un Chevalier Divin un jour. »

Long Hao Chen, qui semblait sceptique, dit : « Mais il n’y a que six trônes divins, et s’il n’y en avait pas assez ? »

L’adolescente gloussa, « Idiot, comment est-ce que ça pourrait être aussi facile ? Que crois-tu que les Chevaliers Divins soient ? Le Temple des Chevaliers n’en a actuellement que trois. Devenir un Chevalier Divin est incroyablement difficile. »

Pendant qu’elle parlait, Li Xin avait déjà amené Long Hao Chen au deuxième étage. Le Hall, vu de l’extérieur, semblait très haut mais en réalité les étages étaient si grands qu’il n’y en avait que trois dans le bâtiment.

Ils arrivent tous les deux à une pièce spacieuse du second étage et Li Xin dit : « C’est le bureau d’oncle Nalan mais il est tôt, il n’est pas encore arrivé au hall. Il devrait bientôt être là je pense. »

Après avoir dit cela, Li Xin baissa la voix et son visage se rapprocha de l’oreille de Long Hao Chen : « Long Hao Chen, devrais-je t’appeler petit frère ? Ou bien petite sœur ? »

« Eh ? » Long Hao Chen était un peu effrayé par cet acte soudain et il eu l’air perplexe.

Li Xin fit un large sourire : « Arrête de faire semblant, j’ai quitté ma maison avec des vêtements d’homme, sinon ils n’auraient pas accepté facilement une fille comme moi. Tu as fait la même chose que grande sœur, non ? Comment un garçon pourrait être aussi beau que toi ? En plus, dans quelques années, quand ton corps se sera développé, ici en particulier comme grande sœur, tu ne seras plus capable de te dissimuler. »

Tout en parlant, elle posa la main de Long Hao Chen sur sa poitrine.

Même si elle portait une armure souple, une douce sensation se répandit dans la main de Long Hao Chen. Il voulait initialement démentir ses propos mais n’était plus capable de formuler une seule parole à cet instant. Son visage devint incroyablement rouge.

Aussi loin qu’il s’en souvienne, il n’avait jamais été aussi intime même avec sa mère ! Même s’il ne comprenait pas la signification de son geste, son visage se mit à rougir de timidité.

« Yah, tellement timide ! Petite sœur, tu es vraiment adorable. Rassure-toi, je vais bien veiller sur toi dans le futur, dans ce Hall d’Hao Yue. » dit Li Xin en riant. Elle tenait le petit visage de Long Hao Chen entre ses doigts.

L’enfant réagit, « Grande sœur, je suis vraiment un garçon, pas une petite sœur… » À cet instant, sa main était toujours appuyée sur la poitrine de Li Xin. Son cerveau était complètement en surchauffe et sa voix baissa de volume.

« Quoi ? » Li Xin comprit tout à coup, « Tu es vraiment un garçon ? »

Long Hao Chen hocha désespérément la tête, il ressemblait à un petit enfant qui avait fait une bêtise. Il écarta sa main et recula de quelques pas.

L’adolescente semblait un peu vexée : « Mais comment ta main peut-elle être si douce ? Et comment peux-tu être si joli ? Est-ce que j’ai vraiment mal compris ? Argh, j’ai été touchée. Petit frère, comment te feras-tu pardonner ? »

Plus tôt, elle voulait rentrer au Hall mais, au même moment, elle avait vu Long Hao Chen à l’entrée. Instantanément, elle s’était remémorée la scène de sa propre arrivée au Hall du Temple et elle eut une bonne impression de Long Hao Chen qui essayait d’entrer. Maintenant, elle réalisait que prendre l’initiative d’attraper la main de Long Hao Chen était sa propre erreur. N’était-ce pas un acte excessivement indécent ? Dans son cœur, Li Xin était déprimée. Heureusement, le jeune garçon devant elle ne semblait avoir qu’une dizaine d’années.

« Je, je ne sais vraiment pas. » dit Long Hao Chen avec franchise. Cependant, dans son for intérieur, il pensait, c’est toi qui a pris ma main, je ne voulais vraiment pas le faire !

Li Xin était honteuse et embarrassée et, après avoir réfléchi un long moment, elle dit désespérément : « Ok, je vais te laisser t’en aller petit gars. Mais tu dois garder ça entre nous ! Tu ne dois laisser personne savoir quoi que ce soit. Dans le futur, je serai ta grande sœur. Une grande sœur qui a laissé son petit frère la toucher en dessous, et alors ? »

Pour être capable de quitter sa maison et choisir de devenir un chevalier, cette fille devait avoir un sacré tempérament. Elle avait rapidement trouvé une faible excuse pour résoudre cette situation tordue.

« Xin Er, qu’est-ce que tu fais ici ? » À ce moment, un grognement résonna.

Long Hao Chen et Li Xin se retournèrent en même temps et virent un énorme géant entrer.

Ce n’est pas une erreur, c’était vraiment un énorme géant. Son corps faisait au moins deux mètres de haut, plus exactement 2,9 mètres (huit Chi), un homme fort de 2,9 mètres. Même dans un bâtiment aussi solide que le Hall d’Hao Yue, le sol tremblait.

« Oncle Nalan, tu devrais vraiment perdre un peu de poids, sinon tu auras du mal à quitter le premier étage. Si tu n’en perds pas, j’ai peur du jour où le Hall d’Hao Yue s’effondrera de l’intérieur. » dit vivement Li Xin.

Cet « homme fort » était l’hôte du Hall d’Hao Yue, Nalan Shu.

Ce dernier, qui avait entendu les mots de sa nièce, ne se mit pas en colère. Il rit et dit simplement : « Je gagne même du poids en buvant, que pourrais-je faire ? Xin, es-tu celle qui a amenée cette petite sœur ? C’est un membre de ta famille ? »

« Je suis un garçon. » Être pris pour une fille par Li Xin n’était pas très grave, même si elle l’avait forcé à la peloter. Cependant, après avoir entendu ce gros oncle parler comme ça, Long Hao Chen, déprimé et mécontent, protesta immédiatement.

« Um ? » Nalan Shu semblait distrait, Li Xin s’abstint de rire du comportement de Long Hao Chen et expliqua la raison de sa venue à son oncle.

« Quelle sorte de lettre est-ce ? Montre-la moi. » Nalan Shu tendit sa main vers Long Hao Chen.

Ce dernier pris une profonde inspiration et apaisa son cœur déprimé, puis il mit la lettre dans la main de Nalan Shu.

Au moment d’ouvrir la lettre, le maître du hall semblait ravi, mais son apparence changea complètement après un seul coup d’œil à l’intérieur. Son grand corps se tint droit, et quand il finit de lire la lettre, il arborait un air extrêmement sérieux.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

8 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 13

  1. Je pense que tu devrais gardé l’orthographe du manhua, comme ça ceux qui ont lu le manhua avant le light novel vont plus s’y retrouver, donc il faut utiliser Long Hao Chen. Et autre choses, dans ta traduction, j’ai vu des choses bizarres comme les couleurs de cheveux ou des yeux des personnages. Je ne sais pas si il y a une grande différence entre le light novel et le manhua, mais pour certaines raisons je pense que tu t’es trompé. Bai Yu à les cheveux et les yeux Bleu ciel, Hao Chen des yeux Bleu Nuit et Li Xin des cheveux dorés et des yeux Rouge Rubis ou Perridot.
    Voilà c’est tout ce que j’avais à dire et désolé pour ce long poste.

    J'aime

    • Un pour Long Hao Chen alors. Et sinon, pour la couleur des yeux et des cheveux, je ne fais que traduire ce que j’ai lu (et oui, j’avais remarqué quelques différences) et je préfère rester fidèle à ce qu’a traduit le trad anglais.
      PS : c’est pas grave du tout pour la taille du post^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s