EoC – Chapitre 3

EMPEROR OF THE COSMOS
Chapitre 3

 

Chapitre 3 – La Respiration Fœtale du Chat

 

Miaou…

C’était déjà la nuit, et pourtant dans un endroit tranquille du parc, c’était inhabituellement animé. Un groupe de duveteux et mignons chats encerclaient Jiang Li, se battant pour la nourriture pour chats dans ses mains.
Parmi les chats il y avait un gros chat ‘Roi Rayé’ qui était hautain et audacieux, et harcelait les chats plus petits, leur arrachant beaucoup de nourriture.
« Pan ! »
Jiang Li tapa le chat Roi Rayé et l’avertit avec sévérité : « Si tu continues à pousser les autres, il n’y aura plus de nourriture pour toi. »
Le Roi Rayé n’osa plus causer de grabuge et alla bouder dans un coin.
Quelques uns des petits chats harcelés se mirent à courir immédiatement vers Jiang Li en ronronnant, en se frottant contre ses jambes, en faisant les pitres sans arrêt, et ils étaient extrêmement heureux. Jiang Li se pencha pour caresser leur petite tête, vérifiant s’il y avait des marques de griffures sur eux. La maman des chatons avait été tuée juste le mois dernier par un chien errant, et les chances de survie des petits chatons orphelins étaient maigres. Alors, Jiang Li devait être spécialement attentif à bien les nourrir.

Le Jiang Li de 17 ans nourrissait ces chats errants depuis 2 ans. Du début où ils étaient peu nombreux à aujourd’hui où le compte actuel était à plus de 30, l’armée des chats errants devenait de plus en plus importante.

Jiang Li se sentait vraiment à l’aise uniquement lorsqu’il était entouré de ces chats, bien loin de l’atmosphère oppressante de l’école. Le Lycée était rempli de jeunesse et d’ardeur dans ses objectifs, mais devrait être évité par ceux qui étaient sans espoir, de manière à ne pas se sentir perdu.

« Allez les petits gars, mangez plus vite, sinon le gros chat noir va venir. »
Récemment, il s’était passé des choses étranges. Un chat noir volumineux qui se déplaçait aussi vite qu’une tornade était apparu parmi les chats errants. Il se montrait toujours vers la fin de la session de nourriture des chats et dévorait tout la nourriture pour chats. Parfois il la prenait même directement des mains de Jiang Li. Il n’avait très clairement pas peur des humains.

Jiang Li avait tenté de suivre le gros chat noir un bon nombre de fois pour voir d’où il venait, mais il avait perdu chaque fois qu’il arrivait aux égouts.
Pendant qu’il était en train de distribuer la nourriture, Jiang Li avait l’œil sur les buissons aux alentours du parc pour voir quand le gros chat noir allait apparaître.

« Tu nourris encore les chats, Jiang Li ? »

Il y eut le passage d’une voix claire. Une fille toute vêtue de blanc arrivait en courant d’un sentier dans les bois. Elle avait une silhouette grande et mince, et le vent de la nuit soufflait dans ses cheveux, un souffle de jeunesse.

« Lara, comment se fait-il que tu aies le temps de te promener dans le parc alors que les études sont si intenses ? » Jiang Li la salua de la tête.

La fille s’appelait Lara Zhou, et venait dans le parc chaque soir pour se promener. Elle était la présidente du Conseil des Représentants des Elèves, et était très influente dans l’école. Sa famille était d’un milieu impressionnant, et un nombre incalculable de garçons avaient essayé de se rapprocher d’elle, mais elle était trop paresseuse pour se soucier d’eux.
Elle n’était pas dans la même classe que Jiang Li, cependant, ils étaient tous les deux en 12ème année.

Le chef de classe Zhang Yue avait fait beaucoup d’efforts pour la courtiser mais sans résultats, et il avait aussi interdit à Jiang Li d’interagir avec elle en le menaçant de lui donner une raclée s’il les voyait ensemble.

« Marcher est un moyen de se relaxer. » Lara vint facilement et tout naturellement aider Jiang Li à nourrir les chats. Elle caressa doucement les petit chatons.

Le duo nourrit les chat silencieusement, sans parler, formant une synergie naturelle.
Jiang Li nourrissait ces chats tous les jours, et il avait été vu par Lara plus de six mois auparavant. Lara voulait l’aider car elle aussi aimait ces petits amis mignons, et donc à cette période de la journée l’acte d’un garçon et d’une fille qui nourrissaient les chats dans le parc chaque soir était devenu pittoresque.

Jiang Li, quels sont tes plans après la remise des diplômes ? » Lara lui demanda soudain.

« Pas grand-chose, aller à l’Université Astrale est impossible comme je n’ai que 0.7 de force vitale. » Jiang Li répondit sans relever la tête, en caressant toujours un chaton.

« As-tu un quelconque problème ? Peut-être que je peux t’aider. » Lara regarda Jiang Li, les yeux déterminés.

« Toi, m’aider ? » Jiang Li avait l’air un peu incrédule, et ensuite se mit à secouer la tête. « Merci pour ton offre gentille, mais je devrais vivre ma propre vie. »

Après avoir décliné l’offre de Lara, les deux ne parlèrent plus et cela devint un peu bizarre.

Après être restée silencieuse pendant un moment, Lara se leva. « A partir de demain, je vais partir faire un entraînement spécial, et je n’aurais pas le temps de nourrir les chats. Heureusement que tu peux bien t’occuper d’eux. »

« Pas de problème, ces petits gars sont déjà devenus une partie de ma vie. » Jiang Li se sentit plus léger, câlinant un chaton.

Avec un soupir, Lara se retourna et partit.

C’était une rencontre de hasard comme les touffes d’herbes qui flottent sur l’eau, douce et légère, qui ne laissaient pas de traces.

« Comment ne pourrais-je pas savoir que tu veux m’aider ? Mais notre karma ne réside que dans l’acte de nourrir les chats errants. Je peux pas me lier d’amitié avec toi car ton milieu familial est bien trop élevé. » En regardant Lara partir, Jiang Li eut un sourire amer au plus profond de son cœur. A la fin, le crapaud et le cygne allaient chacun leur chemin.

“Shhhhhhhhhhhkr!”

Un rugissement et un trouble semblables à celui d’un léopard coupa net les pensées de Jiang Li.

Un gros chat noir sauta des buissons, formant de petits courants d’air dans son sillage. Sa fourrure lisse était lustrée, comme une mini panthère noire.

Boum… Le chat le plus fort du groupe, Roi Rayé, valdingua.
Le gros chat noir se rua à l’avant, et nettoya toute la nourriture pour chat, puis se sauva après avoir attrapé un chaton.

« Le chat noir est de retour ! »

Jiang Li se dépêcha de le suivre. Ce n’avait pas d’importance si le chat noir avait pris la nourriture, mais il ne pouvait pas prendre le chaton. « Cette fois, je vais découvrir d’où tu viens. »

Zoom… Le gros chat noir se précipita extrêmement rapidement, et sortit du parc rapide comme le vent.

Jiang Li le suivit de près. Même si sa force vitale n’était que de 0.7, il n’était pas lent à la course.

Cependant, les vitesses rapides appartenaient aux individus de l’école qui avait une force vitale puissante. Ils pouvaient courir le 100 m en 5 secondes. Si Jiang Li devait rencontrer ces personnes, ils serait battu à l’instant.

Son frère Jiang Tao courait le 100 m en 6 secondes.

La vitesse du gros chat noir était phénoménale. Jiang Li l’avait pourchassé du parc jusqu’à la rivière, et pourtant il ne l’avait pas encore rattrapé. Ça, c’était un chat particulier, avec une endurance de plus de 10 fois celle d’un chat normal.

Le gros chat noir descendit soudain dans les égouts de la ville.

Jiang Li ne voulait pas laisser tomber cette fois, et en fit de même.

Les égouts étaient très larges, presque comme un royaume souterrain indépendant. Le phénomène des crues soudaines qui tuaient les gens des centaines d’années auparavant étaient depuis longtemps devenu de l’histoire. Dans les cités modernes habitées par les humains, peu importe l’importance de la pluie, il était impossible que des inondations se forment.

A l’intérieur des égouts il faisait froid et humide. C’était spacieux avec des chemins qui menaient partout comme dans un labyrinthe. Etonnamment il n’y avait pas d’odeurs putrides ou des puanteurs gazeuses, un effet éminent du développement technologique de l’humanité.

Les égouts pouvaient même servir de bunkers d’urgence en cas d’explosion de missiles.
Le gros chat noir continuait à sauter partout dans une tentative de se débarrasser de Jiang Li, mais Jiang Li ne laissait pas tomber facilement. Sous des circonstances normales, ils ne serait pas entré dans les égouts sales, mais aujourd’hui il persévérait à trouver ce qu’il y avait de spécial chez ce chat, et également pour éviter que le chaton ne soit blessé.

L’un courait pendant que l’autre le poursuivait. Petit à petit, le duo s’enfonça plus profondément dans les égouts, où des traces de présence humaines se faisaient rares.
Finalement, le chat noir s’arrêta dans un coin, ses yeux rayonnants d’un vert sinistre. Jiang Li était soulagé que le chaton soit posé par terre.

Clic !

Jiang Li sortit son téléphone à microprocesseur et illumina cette section des égouts d’une lumière brillante.

« Qu’est-ce que c’est ? Un corps ? »

Après avoir vu ce qui se tenait devant lui, Jiang Li était stupéfait.

Derrière le chat noir, il y avait un corps desséché en position assise !

La structure des os de ce corps était extrêmement imposante et majestueuse. Il n’avait pas une aura effrayante, mais donnait plutôt une sensation de grandeur, comme une montagne imposante qui perçait le domaine mortel, et qui avait vu tout ce qu’il y avait à offrir, et à un tel point que la vie n’était rien d’autre qu’un rêve.

Le corps desséché avait dans le creux de ses mains une pierre opaque gravée de motifs floraux. La pierre n’avait pas l’air de quelque chose de particulièrement spécial.

« Quel genre d’homme est-ce ? » Jiang Li était prudent, et n’osait pas bouger effrontément.
Égouts ! Chat noir ! Corps desséché ! Pierre opaque !

Les quatre objets formaient une scène bizarre. Jiang Li pensa qu’il était peut-être en train de rêver.

Les yeux verts du chat noir rencontrèrent le regard de Jiang Li. N’ayant perçu aucune menace, il se retourna et sauta pour donner un coup de patte à la pierre opaque sur le corps desséché.

Une chose étrange se produisit alors.

Pan !

Avant même que les griffes du chat n’atteignent la pierre opaque, son corps tout entier tomba droit sur le sol comme s’il avait été tranquillisé par un quelconque pouvoir.
Zzzzzzz…  Le chat noir n’était pas en danger, mais au contraire commença à ronfler.

La pierre opaque semblait posséder le pouvoir mystérieux d’hypnotiser sans contact direct.

Jiang Li commença à réfléchir. « Qu’est-ce que cette chose pouvait bien être ? Le chat noir a été hypnotisé… Mais il semble qu’il n’y ait pas de danger. »

En observant avec précaution, Jiang Li découvrit que le chat noir qui dormait avait des signes vitaux très calmes, presque indétectables. A la fin, sa respiration s’arrêta complètement, mais ses tissus corporels et sa fourrure bougeaient très légèrement, comme s’il était en respiration cellulaire, comme s’il était en état végétatif.

« C’est… la Respiration Fœtale ! Comment est-ce possible ? » Jiang Li était choqué au-delà des mots.

Il n’avait pas tort. C’était effectivement la Respiration Fœtale, une sorte de respiration intérieure merveilleuse qui renforçait les cellules et révélait le potentiel. Mais un état aussi légendaire avait pu être atteint par un chat ?

Le chat noir était très puissant, avec une vitesse presque incroyable. Il semblait que c’était dû au fait qu’il avait atteint la Respiration Fœtale, ce qui avait transformé ses secrétions internes et qui avait renforcé les cellules de son corps. Il était clair comme de l’eau de roche que c’était le travail de la pierre opaque.

« Mon dieu, penser que cette pierre blanche a pu faire entrer un chat en état de Respiration Fœtale ! » Le cœur de Jiang Li battait à tout rompre. C’était vraiment extraordinaire.

Tatata… Un pas après l’autre, Jiang Li marcha en direction de la pierre opaque pour voir s’il serait aussi hypnotisé.

Très certainement, avant qu’il en soit près, il sentit que ses paupières étaient lourdes et une immense somnolence atteignit sa tête, brouillant sa vision. Il se sentait si fatigué, comme s’il était une personne qui avait veillé pendant trois jours et trois nuits, les yeux grands ouverts, et qu’il voyait finalement un lit. Même si c’était l’apocalypse, dormir importait plus que n’importe quoi d’autre.

« Non ! Tu ne peux pas dormir maintenant, attrape la pierre opaque d’abord. » Jiang Li se mordit la langue, utilisant la douleur pour stimuler sa conscience. Son corps continua à se mouvoir en avant, et ses doigts touchèrent la pierre.

Boum !

Finalement, au moment exact où ses doigts vinrent en contact avec la pierre opaque, la somnolence submergea entièrement son esprit. Incapable de se contrôler plus longtemps, il s’effondra par terre et entra dans la forme de sommeil la plus profonde, s’oubliant lui-même, oubliant son état et oubliant le monde. Il n’avait jamais été dans un sommeil aussi merveilleux.

« Rêve de nombreux millénaires, en quelle ère est ce crépuscule ? »

Dans son sommeil, Jiang Li semblait rêver, et il entendit une voix qui soupira légèrement.

 

EoC – Chapitre 2                                                                                                EoC – Chapitre 4

Publicités

5 réflexions sur “EoC – Chapitre 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s