RTW Chapitre 45 – Complot (Partie I)

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

 

Pendant la nuit de la nouvelle lune, la silhouette de Gerald Wimbledon put être observée près des murs de la Ville de Graycastle.

Après que ses quelques mois d’habitation à Hermès prirent fin, il était finalement de retour, il pensa. Le long voyage l’avait épuisé, mais il resta néanmoins vigilant quant à son entourage. Il arrêta son cheval et fit signe à son député d’aller se renseigner sur la situation.

Si tout s’était passé comme prévu, le Savant Ansger aurait déjà dû remplacer les gardes par des gardes loyaux envers Gerald. Les gardes remplacés étaient censés ouvrir la porte latérale du pont-levis une fois le signal émit.

Gerald avait les yeux écarquillés, et regardait de l’avant, craignant que les gardes ne répondent pas au signal.

La vérité fut qu’il n’attendit pas très longtemps, mais pour Gerald, c’était presque comme si le temps s’était figé, l’attente dura une éternité. Quand il ne put plus se retenir de cligner des yeux, il vit finalement de légers scintillements au loin – deux scintillements au pied du mur et puis trois autres scintillements en réponse. Gerald prit une profonde inspiration avant de donner l’ordre à ses troupes d’avancer.

En voyant ce spectacle, il fut convaincu qu’il était à deux doigts de s’asseoir sur le trône.

Gerald chevaucha épaule contre épaule avec ses députés à travers la porte latérale du mur.

Derrière, plus de vingt cavaliers le suivirent. Personne ne prononça un mot, le seul son audible était le son des rênes des chevaux qui avançaient continuellement.

Les murs de la ville étaient construits à partir de pierres provenant de la Montagne du Dragon Déchu. Sous la lueur des torches, le mur rouge sang-de-bœuf des pierres semblait couvert de sang. Le mur entier faisait vingt pieds de large, et durant la construction d’un tel édifice à l’époque, plus d’un millier d’ouvriers, de maçons et d’esclaves perdirent leur vie. (TL Note : Il s’agit probablement d’une critique indirecte de la construction de la Grande Muraille de Chine, qui avait entrainé à l’époque plus d’une dizaine de millions de morts)

Dans l’esprit des habitants, la ville était une forteresse impénétrable, mais Gerald était là, dans l’enceinte du mur, conquérant la ville de l’intérieur. D’une manière ou d’une autre, il pensa soudainement à la nouvelle Ville Sainte de l’Eglise. Est-ce que leurs murs ambitieux et impénétrables tomberont aussi à cause d’une trahison interne ?

 

« Votre Altesse, je vous attendais. » Gerald put entendre la voix d’Ansger à travers les portes. Devant lui, se tenaient le Savant ainsi que sa petite troupe. En voyant l’apparition de Gerald, Ansger descendit rapidement de son cheval et s’inclina en signe de respect.

Gerald écarta ses pensées divergentes. Il était probablement trop excité, n’arrivant pas à garder un visage impassible. Son imagination lui montrait toute sorte de scénarios. « Vous avez très bien travaillé ! Avez-vous aussi remplacé les gardes impériaux ? »

« J’en avais l’intention, mais il y a eu un imprévu. Votre Chevalier Argenté que vous avez envoyé a été malencontreusement transféré à la sortie sud trois jours auparavant. Jusqu’à présent, nous n’avons toujours pas réussi à remplacer les gardes. »

Gerald fronça les sourcils, cela signifiait qu’il ne pouvait pas amener ses vingt soldats avec lui dans le palais. Ils ne refuseraient pas l’entrée à Gerald, mais les gardes ne laisseraient jamais autant de personnes armées entrer dans le palais royal. »

« Soit. Séparez l’équipe en deux parties et venez avec moi à la porte du palais. Surveillez étroitement la porte et ne laissez personne me gêner », il hésita pendant un moment avant de prendre une décision. Bien que le plan ait été quelques peu altéré, la situation restait sous son contrôle. Naturellement, les gardes de nuit gardaient probablement la chambre de son père, mais tant que quelqu’un pouvait les distraire pendant un moment, il était sûr de pouvoir les découper avec son épée.

Dans la ville.

Rien n’avait changé. Il marcha dans les rues pendant la nuit, mais il réussit toujours à reconnaitre chaque rue. C’était son territoire, sans aucun doute. Tous descendirent de leur cheval et marchèrent rapidement en directement du palais. Quand ils arrivèrent à la porte, les vingt soldats se répartirent selon le plan, patrouillant autour du palais. C’était comme l’avait dit Ansger, les gardes furent surpris par la demande d’audience soudaine du Prince pendant la nuit. Mais une fois qu’ils entendirent le bluff de Gerald qui était supposé parler d’une affaire urgente avec le Roi, ils ouvrirent la porte et le laissèrent entrer.

Après tout, il restait le fils aîné du Roi et le premier héritier au trône.

Ansger et Gerald marchèrent à travers le jardin et les salles du palais. Devant le palais se trouvait la résidence de Wimbledon III. Ansger leva la torche et éclaira les environs avec. Puis un garde sortit de l’ombre et se mit à genou, le saluant, « Votre Altesse, veuillez me suivre. »

Gerald fut irrité, il sentit l’odeur du sang.

Ansger n’a-t-il pas dit qu’il n’a pas eu le temps de remplacer les gardes ? Il utilisa les ombres projetées par les flammes et regarda l’homme de plus près, il le reconnaissait – c’était un chevalier qui soutenait Gerald pour la bataille pour le trône. Son esprit se calma.

« Que s’est-il passé ? Quelqu’un est entré dans le château ? »

« C’était plus tôt dans la soirée, Votre Altesse Royal. Sa Majesté a convoqué une servante pour ce soir, mais elle est arrivée au moment de l’échange des gardes », répondit l’autre, « Soyez rassuré, nous avons géré la situation comme il le fallait. »

Il a convoqué une servante ? Son père n’avait pas touché à une femme depuis longtemps – depuis la mort de sa mère. Gerald fut un peu désarçonné, mais il n’avait pas le temps de s’attarder sur une affaire aussi triviale. Ainsi, il hocha la tête et ne dit rien de plus, il entra dans le château, suivi par ses gardes.

Même avec ses yeux fermés, Gerald pouvait se diriger dans le château. Il avait vécu ici pendant plus de vingt ans. La position des passages secrets, les portes dissimulées … tout lui était clair. Mais le but de ce voyage était de persuader son père de le nommer successeur légitime en évitant une trop grande effusion de sang, se faufiler discrètement dans le château n’aurait aucun sens, il devait se débarrasser des gardes stationnés devant la chambre de son père. Seulement de cette façon, son père comprendrait la situation, il voulait s’asseoir et avoir une discussion sérieuse sur la propriété du droit à l’héritage.

S’il ne pouvait le convaincre …

Gerald Wimbledon prit une profonde inspiration et donna le signal à ses sujets de s’arrêter, puis il sortit son gros sabre et le tint fermement dans les mains. (TL Note : ( ͡° ͜ʖ ͡°) )

Au bout du couloir se trouvait une porte en bronze, qui était aussi la seule entrée au palais. La porte de la chambre à coucher se trouvait au fond du couloir, derrière la porte en bronze. La plupart du temps, deux ou trois gardes étaient toujours stationnés devant, mais c’était une première dans l’histoire du palais, l’entrée de la chambre du Roi était maintenant sans surveillance.

Gerald entrouvrit la porte de sorte à laisser une petite fente, juste assez pour qu’il puisse entrer avec son épaule, il entra vite dans la chambre et se mit en posture de combat avec son épée – mais l’intérieur de la chambre était complètement silencieux, personne ne parlait. Au même moment, une forte odeur de sang entra dans son nez.

Une mauvaise prémonition lui traversa l’esprit. Puis il courut rapidement en direction de la porte de son père.

Gerald y vit alors une scène stupéfiante.

Son père Wimbledon III était assis sur son lit, ne portant qu’une chemise de nuit, et la partie supérieure de son corps se reposait contre un coussin. Sa robe était ouverte, et sa poitrine collait la poignée d’une épée. Du sang en coulait, mouillant son ventre et salissant le dessous de lit.

Derrière son père se trouvait son frère, Timothé Wimbledon.

« Comment … comment est-ce possible ? » Gerald resta figé sur place, totalement incrédule.

« Tout comme toi, mon frère », soupira Timothé, « Je ne voulais pas le faire. »

Il claqua des mains et un grand nombre de soldats blindés entra rapidement dans la chambre, cernant Gerald, « Ce n’était qu’une grande partie d’échec, et je voulais la finir selon les règles. Mon frère, sais-tu pourquoi je ne l’ai pas fait ? Si tu dois blâmer quelqu’un, blâme notre Troisième Sœur, elle n’a jamais eu l’intention de suivre les règles, même toi … tu ne les as pas suivies. Autrement pourquoi reviendrais-tu à la Cité Royale en entendant les prédictions du Savant Ansger ? Vraiment, je dois te remercier, si tu n’étais pas venu, j’aurais eu de gros soucis. »

« Ansger ! »

Gerald serra les dents et dévisagea Ansger, enragé. Sous la peur, Ansger recula de quelques pas. Tout en levant les mains, il dit, « Je ne vous ai pas menti quand je vous ai dit que ‘L’étoile de l’Apocalypse a entamé sa descente.’ Elle chasse métaphoriquement tous ceux qui ont dévié du droit chemin, mais le présage signifie aussi une chute. »

Gerald comprit finalement. Depuis le début, il était tombé dans un piège bien ficelé. L’odeur du sang devant le château n’était probablement pas celui d’une servante mais plutôt celui de son Chevalier Argenté, non pas transféré comme ils le lui avait dit, mais plutôt abattu. Son plus grand regret était le Savant Ansger, qui avait pris soin de lui pendant plus d’une décennie, lui apprenant l’écriture et la lecture. Il avait au final choisi le Second Prince – tout comme son père.

« Timothé Wimbledon. » Il était le fils du Roi, tout comme Gerald, mais Timothé avait toute l’attention de son père. Il avait eu le meilleur territoire, Gerald ne s’attendait pas à ce qu’il soit celui qui attaque en premier ! « Tu es un diable sorti de l’enfer ! »

Pendant un court moment, de la rage put être aperçue dans les yeux de Timothé, mais elle disparut aussitôt, « Le penses-tu vraiment ? Mon cher frère, si tu ne réussissais pas à convaincre notre cher père ce soir, serais-tu vraiment reparti aussi docilement ? Ne te mens pas à toi-même. »

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

9 réflexions sur “RTW Chapitre 45 – Complot (Partie I)

  1. un peu naïf le premier prince :/ bon après je m’attendais pas a se que sa soit le deuxième prince mais la soeur 🙂
    Merci pour le chapitre vivement la suite 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s