Shen Yin Wang Zuo chapitre 20

Chapitre 20 : La Montagne Sacrée des Chevaliers (4)

Ému par l’odeur de Xing Yu qui lui était si familière, Long Hao Chen se mit à pleurer, Ses larmes se mirent à couler incontrôlablement. Il regarda l’endroit où il avait mordu Xing Yu, il y avait une marque de dents qui saignait. Il cria d’une voix rauque : « POURQUOI ? POURQUOI VOUS NE ME TUEZ PAS ? »

« Parce que je suis ton père. » (Tr : pchhhh…pchhhh…Luke, je suis ton père)

Avec cette simple phrase, la colère de Long Hao Chen se calma soudainement. Il était planté là, immobile, et ses yeux étaient rivés sur Xing Yu.

« Qu’est-ce, qu’est-ce que vous avez dit ? » Long Hao Chen montra un visage blême qui se remplit progressivement de doute.

Long Xing Yu soupira et fit un pas en avant. Il attira son fils contre sa poitrine et le serra fermement dans ses bras, « Je suis ton père, le père que tu n’avais jamais rencontré. Xing Yu est mon prénom, tu as mon nom de famille, nous appartenons tous les deux à la même famille « Long » » Après avoir dit ces mots, sa main émit une lumière blanche qui enleva la contrainte sur le corps de Bai Yue.

Elle se précipita vers eux, éloigna Long Hao Chen de Long Xing Yu et lança un regard noir à ce dernier, « Es-tu fou ? J’étais morte de peur. »

Long Xing Yu rit : « Je voulais juste tester la capacité de Hao Chen à garder son calme pendant un combat dans n’importe quelles circonstances mais, d’après ce que je vois, tu es son plus grand point faible. »

« Mère, il…est-il vraiment ? » Long Hao Chen ne réagit qu’à ce moment, toutes ses émotions négatives s’étaient changées en un sentiment de choc, et il jeta un regard ahuri à sa mère.

Bai Yue hocha doucement la tête, « Je suis désolée, Chen Chen. Mère ne te l’avait pas dit jusqu’à présent, mais ton père nous a trouvés il y a un an. Il espérait que tu puisses devenir un chevalier aussi formidable que lui et nous t’avons donc caché le fait qu’il était revenu. »

Long Xing Yu acquiesça, « On dirait que peu importe à quel point on planifie, la vie intervient toujours. J’avais peur que, après avoir appris que j’étais ton père, tu ne fasses plus d’efforts et que je ne sois plus capable de te réprimander. »

Long Hao Chen jeta un regard sans vie à sa mère. Les mots que son père venait de dire étaient la chose la plus surprenante qu’il ait entendu de sa vie. Aussi loin qu’il s’en souvenait, il n’avait que sa mère à ses côtés.

Bai Yue caressa gentiment la tête de son fils, incapable de stopper ses larmes, « Désolée, Chen Chen. Auparavant, ta mère ne t’avait rien dit sur ce sujet. Il y a dix ans, quelque chose de très douloureux lui est arrivé et elle ne savait pas du tout comment faire face à ton père, elle a donc quitté sa maison et est venue ici. À ce moment, j’ai découvert que j’étais déjà enceinte de toi. Ne tiens pas ton père responsable, tout est de ma faute. Il nous a cherché sans répit pendant neuf ans. Si tu dois haïr quelqu’un, haïs-moi. »

L’expression dans les yeux de Long Xing Yu pendant qu’il parlait doucement était complexe, « Yue, c’est déjà terminé. Toute la douleur nous a quittés. Ne pense plus à ces moments douloureux, d’accord ? »

Bai Yue hocha la tête, elle sanglotait : « L’année dernière, je t’ai promis que pour ton bien, pour le bien de Hao Chen, je me libérerai de ces souvenirs insoutenables. Je ne consacrerai ma vie future qu’à vous deux. Durant cette année, Hao Chen a dû beaucoup souffrir à cause de moi. Honnêtement, je ne veux pas vraiment qu’il devienne un chevalier comme toi, je veux juste qu’il vive en sécurité. »

Long Xing Yu fronça les sourcils et montra une fois de plus une expression complexe dans ses yeux. Il serra inconsciemment les poings, semblant dans une intense lutte intérieure.

Long Hao Chen revint progressivement à lui et jeta un regard à sa mère puis à son père. Ses yeux révélaient un regard enflammé.

« Non Mère, je veux devenir un chevalier. Devenir un chevalier exceptionnel. »

Long Xing Yu était stupéfait. Il était auparavant vraiment hésitant, se demandant si ce qu’il faisait était juste. Il était parfaitement conscient que, pour le bien de Bai Yue et Long Hao Chen, une vie paisible serait de loin le meilleur choix possible.

Xing Yu fit un sourire en coin : « Reconnaîtras-tu un père irresponsable comme moi ? »

« Non, tu n’es pas responsable du tout. C’est ma faute, tout est de ma faute. » Les larmes de Bai Yue, qui venaient de s’arrêter, recommencèrent à couler.

« Père ! » S’échappant de l’étreinte de sa mère, Long Hao Chen se précipita de lui-même dans les bras de Long Xing Yu. À ce moment, il ressentait un vrai bonheur.

Il n’était qu’un simple enfant, un enfant de dix ans. Bien qu’il ne l’ait jamais dit à Bai Yue, à chaque fois qu’il voyait ces enfants et leurs pères ensemble dans la Ville d’Odin, Long Hao Chen ne pouvait s’empêcher de ressentir de la jalousie.

Mais maintenant, son père était revenu. Ils avaient été séparés pendant tellement d’années, mais son père était encore plus formidable que ceux des autres enfants : c’était un chevalier formidable. Dans le cœur de Long Hao Chen, toute la colère précédente s’était changée en joie.

En entendant ce cri, Long Xing Yu n’afficha pas son enthousiasme. Il se resta debout, sans expression, avant d’utiliser ses bras fermes pour tenir gentiment sa femme et son fils dans son étreinte. Cependant, ni Bai Yue ni Long Hao Chen ne remarquèrent qu’il était aussi maître de lui qu’auparavant.

Après avoir couru toute la journée et expérimenté la tristesse et la joie une fois arrivé chez lui, Long Hao Chen partit tôt se coucher. C’était la première fois en un an qu’il ne passait pas la nuit assis mais dans un sommeil profond.

Long Xing Yu serra Bai Yue dans ses bras, « Yue. »

Bai Yue hocha doucement la tête et ferma les yeux, « Tu n’as pas besoin d’en dire plus. Chen Chen est comme toi, il ne peut tout simplement pas vivre une vie calme et paisible. Vous êtes tous les deux nés comme ça, avec un besoin de causer des problèmes. Il a déjà fait son choix donc je ne peux que le soutenir. Je n’ai qu’un seul souhait, c’est qu’il ait une bonne vie. Malgré ce que tu vas lui enseigner, le plus important sera de le protéger, d’accord ? »

« Oui, je te le promets. » Long Xing Yu acquiesça lentement tout en caressant les longs cheveux de Bai Yue.

Le matin suivant, Long Xing Yu amena Bai Yue et Long Hao Chen au sommet de la montagne. Depuis que son secret avait été dévoilé, il n’avait rien d’autre à cacher.

Bai Yue alla ranger la chambre de Long Hao Chen pendant que Long Xing Yu appelait son fils devant lui.

« Hao Chen, tu as choisi de continuer mon entraînement après avoir pris connaissance de notre lien de parenté. Pour cette raison, je vais être encore plus strict qu’auparavant. Tu as encore une dernière opportunité de changer d’avis. »

Long Hao Chen répondit sans hésitation : « Père, je comprends que tu es strict pour mon bien. Hier, j’ai vécu beaucoup de choses quand j’étais à la Cité d’Hao Yue. Père, je dois te poser la question, es-tu à un rang supérieur à celui de Chevalier Radiant ? »

Long Xing Yu fit un pas en arrière et resta immobile pendant un moment, l’air incertain, puis baissa la tête devant Long Hao Chen.

« Ouah, tellement cool. » Long Hao Chen sautillait, tout excité, « Père, je deviendrai, dans le futur, un aussi grand chevalier que toi. »

Long Xing Yu sourit : « Comment sais-tu que ton père est un grand chevalier ? »

L’enfant dit obstinément : « Tu dois l’être. »

Long Xing Yu ajouta : « Je vois. Tu apprendras à quel point les prouesses de ton père sont grandes dans le futur. Mais si tu veux devenir un grand chevalier, tu ne dois pas te relâcher. À partir d’aujourd’hui, tu n’auras plus besoin d’aller dans la caverne des fourmis-hiboux. L’entraînement que tu vas avoir maintenant va être complètement différent. »

« Je n’aurai plus besoin d’y aller ? » Même s’il y était allé sans arrêt pendant un an, c’était toujours un endroit très sombre. Long Hao Chen était toujours assez effrayé par ce lieu.

Son père hocha la tête : « Cette année, les principaux buts de l’entraînement étaient d’améliorer ta vitesse de réaction et tes capacités mentales ainsi que ton corps. Te baigner tous les jours dans la source chaude remplie de médicaments avait aussi le même objectif. Maintenant que ton niveau d’énergie spirituelle est au-dessus de cent, nous pouvons commencer à entraîner ton énergie spirituelle interne. »

« Énergie spirituelle interne ? » Long Hao Chen regarda son père d’un regard incertain. Durant l’année écoulée, tout ce que Long Xing Yu lui avait appris concernait l’histoire, les compétences utilisées par les chevaliers et diverses autres connaissances. Il n’avait jamais mentionné d’énergie spirituelle interne.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s