RTW Chapitre 49 – Espèce Hybride

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

 

Roland se frotta les yeux en signe d’étonnement, quelle est cette chose ? Est-ce toujours une mutation biologique des bêtes démoniaques ? Ce qu’il vit fut dur à décrire avec les mots, même les monstres dans les films d’horreurs n’étaient pas aussi absurdes.

De loin, la bête ressemblait à une tortue géante avec deux têtes, mais en y regardant de plus près, ces deux têtes étaient ceux de loups.

Roland pensa, est-ce une nouvelle expérience ratée du Dr. Frankenstein ? C’était aussi grand que le Mur de Ville, son corps faisait 7 mètres de long (TL Note : officiellement c’est 7 yards, mais convertir avec des virgules c’est chiant, et puis ce n’est pas très loin, faites avec), elle avait six pattes qui étaient ternes et en forme de jambes de rhinocéros. Cependant, le pied faisait la taille d’au moins le torse d’un adulte. Les têtes … contrairement aux monstres à deux têtes dans les films, les têtes ne grognaient pas entre elles, n’essayaient pas de se mordre ou de déterminer qui était le boss, elles regardaient juste devant, leurs yeux jetant des regards froids. C’était presque comme le regard d’un zombie sans cerveau animé uniquement par l’instinct.

La caractéristique la plus frappante de la bête démoniaque était la carapace sur son dos. La carapace avait une couleur marron foncé et était couverte d’algues. C’était similaire à la carapace d’une tortue, recouvrant la tortue entièrement. Si ce monstre pouvait se renfermer dans sa carapace, la tuer serait une tâche ardue.

Cependant, toutes ces caractéristiques n’affectèrent guère Roland. Une bête démoniaque de cette taille était surement lente, elle était une cible facile. Même si les armes à feu étaient inutiles contre la carapace, il était toujours possible de tirer sur les têtes. Si elle décidait de se renfermer dans sa carapace, ils seraient toujours en mesure de retourner la bête à l’aide d’explosifs.

« Votre Altesse, il s’agit d’une espèce hybride », Iron Axe se pencha nerveusement et expliqua, « Maintenant je comprends pourquoi les bêtes démoniaques d’espèces différentes ont coopéré. Il semblerait qu’ils soient sous le contrôle de la bête démoniaque hybride. »

Tel un lion dominant le mouton ? Roland hocha la tête, « C’est une bête complètement différente de celle contre laquelle vous avez eu affaire ? »

« Oui, c’est la première fois que je vois une telle espèce hybride. Bien qu’il me paraisse bizarre, vous ne pouvez relâcher votre vigilance. Tant qu’il s’agit d’une espèce hybride, elle sera toujours dure à gérer. »

« Elle entrera bientôt à portée de nos archers, essayez d’abord de les tuer avec des flèches », ordonna Roland.

En ce moment, il neigeait et un vent fort soufflait du Nord, le temps n’était pas adapté au tir à l’arc. Néanmoins, malgré ces conditions, deux chasseurs de l’escouade personnelle d’Iron Axe se proposèrent pour essayer d’abattre la bête, ils étaient confiants quant à leurs capacités à tuer la bête.

Ils grimpèrent sur une tour de guet, testèrent le vent et tirèrent leurs flèches en l’air.

Les deux flèches semblaient avoir des yeux. Elles atteignirent le point culminant puis, sous l’influence du vent et de la gravité, tombèrent d’un angle presque vertical sur leur cible.

Comme prévu, les flèches ricochèrent sur la carapace. Dans la tête de Roland, il s’imagina même le bruit du ricochet.

Suite à cela, les deux chasseurs insérèrent de nouvelles flèches sur leur corde, et tirèrent une nouvelle fois.

Finalement, leur deuxième volée reçut un résultat. Cette fois, la zone d’impact fut le devant du monstre, une flèche pénétra précisément dans la tête d’un loup tandis que l’autre flèche entra dans le cou de l’autre tête.

Contrairement aux espérances, la bête démoniaque ne rugit pas de colère et n’accéléra pas. Elle s’arrêta juste un court moment, enfonça sa tête dans la carapace et continua à avancer lentement vers l’avant.

Ce changement laissa tout le monde sans voix.

Il ressemblait à un char, son corps était collé que possible au sol, de sorte à pouvoir parer une flèche même tirée par le meilleur des archers.

« Prenez vos fusils », ordonna Roland.

La cible n’était qu’à cinquante pieds du mur. Même s’il ne s’agissait que de fusils à silex, leur distance de précision devrait être suffisante.

Carter et Iron Axe s’approchèrent immédiatement du bord du mur, posèrent le canon des fusils sur le cadre horizontal du mur, visèrent et tirèrent.

Alors qu’un éclat de fumée blanche sortit des fusils, Roland put observer très clairement l’impact des balles sur la carapace, brisant quelques débris et perçant un petit trou dans la carapace. Cependant l’espèce hybride sembla inaffectée, elle continua à avancer avec la même vitesse.

Il semblerait que cette couche d’armure soit similaire à une couche biologique de carbone saturé, pensa Roland. Malheureusement les balles qu’ils possédaient restaient trop douces, elles se déformaient facilement et ne pouvaient pas pénétrer une armure épaisse. Tuer l’espèce hybride rien qu’avec ces quatre fusils était irréalisable, la seule option restante était d’utiliser des explosifs.

Iron Axe eut le même jugement que celui du Prince, il ordonna immédiatement à ses subordonnés d’aller chercher les explosifs aussi rapidement que possible, la bête démoniaque était déjà sur le point d’atteindre le mur. Le sol ne tremblait pas autant que lorsque la bête démoniaque marchait vers le mur. Au lieu de ces tremblements, elle commença à fracasser sa carapace contre le mur encore et encore, tel une perceuse à haute fréquence. Soudainement quelques copeaux de pierres commencèrent à voler partout et un grand nombre de fissures commencèrent à s’épandre à travers le ciment à une grande vitesse.

Les murs rugueux pouvaient résister à la compression, mais ne pouvaient ni résister à la traction et ni résister au cisaillement. La capacité à résister aux chocs de vibration était presque nulle. Les personnes sur le dessus du mur purent sentir de fortes vibrations, et bientôt, un bruit de friction leur fut délivré aux oreilles, signifiant la capitulation du mur face aux attaques de l’espèce hybride.

L’impact ne s’arrêta pas là, la bête recommença à bouger, et la moitié du corps de la bête démoniaque s’engrava dans le mur.

La milice stationnée sur le mur s’enfuit aussitôt, et une Nightingale invisible attrapa Roland par sa taille et sauta avec lui du haut du mur. Si quelqu’un regardait Roland à ce moment, il aurait vu les pieds du prince flotter un peu au-dessus du sol, tel un spectre.

Quand Van’er arriva avec ses sacs d’explosifs, il fut surpris de voir un trou de neuf pieds de large dans le mur, et la bête démoniaque déjà dans l’enceinte du mur, en avançant toujours lentement, comme à son habitude.

« Dépêche-toi ! » Cria Iron Axe, « Allumes-les et mets-les au pied de la bête démoniaque ! »

Bien que les mains de Van’er tremblassent, son esprit était, contre toute attente, clair et chaque détail de son entrainement avec les explosifs émergea dans son esprit. C’était une version différente des explosifs utilisés pendant l’entrainement. Pour réduire les coûts, les explosifs furent tout d’abord placés à l’intérieur d’une boite en bois, dans laquelle toute sorte de débris de la mine y étaient placés. Le système de mise en feu fut aussi amélioré, il y avait un silex et un fil de cuivre. Van’er s’épuisa à tirer sur le fil, il put ensuite entendre un son de grenaillage sortir de la boite, et une fumée blanche commença à en sortir – l’allumage fut réussie.

Afin de ralentir le temps de combustion, le fil conducteur était trempé de sel, nécessitant une durée de 10 respirations pour exploser. Quand Van’er vit la fumée blanche s’élever de la boite, le monde autour de lui se tut. Il avait pu observer la puissance dévastatrice de cet objet une fois, si elle explosait dans ses mains, il craignait qu’on ne retrouverait même pas une trace de son corps.

Neuf respirations.

Van’er put entendre son propre battement de cœur, comme si son cœur faisait office de compte à rebours. Pas à pas, il s’approcha de la bête démoniaque, plaçant les explosifs sous la bête.

Cinq respirations.

Maintenant que la boite avait accumulé autant de pression, rien ne pouvait arrêter son explosion.

Trois respirations.

Van’er se retourna et courut.

Deux respirations.

Une respiration – il put entendre un bruit sourd. Van’er sentit l’onde de choc et son monde redevint bruyant.

Il se tourna et vit énormément de substances blanches jaillir sous la carapace – c’était de la neige envoyée par le souffle de l’explosion. De loin, on aurait dit l’éclosion d’une fleur brumeuse blanche. La bête démoniaque s’arrêta finalement de bouger, elle s’affaissa sur le sol, comme si elle ne pouvait plus supporter le poids de sa propre carapace. Puis, un liquide noir en sortit de la carapace, trempant le sol autour d’elle.

« Oh oh oh ! »

A cette vue, la foule cria soudainement de joie.

Van’er s’écroula aussi sur le sol, en découvrant que ses vêtements étaient trempés de sueur.

C’était finalement la fin.

Alors que tous avaient cette pensée, le son de la corne retentit à Border Town une nouvelle fois.

Une fois de plus, une nouvelle horde de bêtes démoniaques marchait vers Border Town, essayant de mettre la ville à feu et à sang.

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

6 réflexions sur “RTW Chapitre 49 – Espèce Hybride

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s