Empereur Domination chapitre 38

Chapitre 38 : Tu Buyu (2)

Nan Huairen était envieux, il ne voulait pas devenir une victime de la Loi de Mérite du Croissant de Soleil Tournant. Tout le monde savait que cultiver cette méthode était un piège, causé par des effets qu’il était impossible d’effacer, et qu’on devenait un déchet après l’avoir utilisé.

En voyant l’expression de Nan Huairen, Li Qiye se contenta de sourire et ne dit pas un mot.

***

Le jour suivant, Li Qiye se réveilla tôt, comme d’habitude, pour cultiver. Mais en ouvrant la porte, il fut étonné de voir un homme dehors.

C’était un vieil homme de cinquante ou soixante ans. Il avait une robe faite de vignes, son visage était fin et imberbe, mais ses yeux étaient extrêmement vivants. Même s’il était vieux, son dos était droit et son esprit était élevé.

« Bonjour Aîné ! »

Le vieil homme le salua respectueusement.

« Uh ! »

Li Qiye ne savait pas quoi dire. Il était toujours calme au regard de la vie, mais dans cette situation il semblait perdu. Si le jeune Nan Huairen l’appelait « Aîné », c’était acceptable, mais c’était un vieil homme de cinquante ou soixante ans devant lui, qui appelait respectueusement un garçon de treize ans « Aîné », c’était étrange.

Li Qiye regagna ses esprits et dit :

« Vous devez vous trompez, je ne suis pas votre Aîné. »

Le vieil homme regarda autour de lui puis reporta son regard sur Li Qiye et demanda :

« C’est le pic du Premier Disciple ? »

« Oui ! » répondit Li Qiye.

Si ce vieil homme n’avait pas un esprit aussi vivant, il aurait pensé être en train de parler à un malade mental.

« Vous êtes le Premier Disciple de notre Ancienne Secte de l’Encens Purifiant ? »

Li Qiye répondit honnêtement

« Oui, je suis Li Qiye. »

Le vieil homme sourit, salua solennellement et dit :

« Alors c’est ça. C’est votre pic, et vous êtes le Premier Disciple, ce qui veut dire que vous êtes mon aîné. »

« Uh ! »

Li Qiye devint immédiatement silencieux, il était sûr que le vieil homme ne se trompait pas de personne. Mais tout de même, voir un vieil homme l’appeler aîné était très bizarre.

« Désolé désolé, je suis en retard »

À cet instant, Nan Huairen, à bout du souffle, arriva en courant.

Quand Nan Huairen arriva, il vit Li Qiye et le vieil homme debout devant la porte. Il toussa d’un air embarrassé, puis fit les présentations :

« Grand Frère, voici le second frère. Second Frère, c’est… »

« Je sais, c’est Grand Frère ! » interrompit le vieil homme avant que Nan Huairen ait pu finir.

« Uh, ravi de te rencontrer, second frère cadet ! » répondit avec hésitation Li Qiye.

Le vieil homme hocha la tête, révélant un sourire amical, et dit :

« Aîné, le nom de ce petit frère est Tu Buyu. Je suis aussi le second disciple du Maître de Secte. Comme tu es le Premier Disciple, tu es le frère aîné de tous les disciples de notre troisième génération. »

En voyant son sourire bienveillant, Li Qiye secoua la tête comme s’il voulait crier : Oncle, j’ai seulement treize ans et tu as cinquante ou soixante ans, s’il te plaît ne sois pas faussement modeste devant moi en t’appelant « petit frère ».

Finalement, Li Qiye invita Tu Buyu à l’intérieur, puis il entraîna Nan Huairen sur le côté et lui demanda :

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Li Qiye était plus que surpris d’avoir un frère cadet comme ce vieil homme.

« Uh ! »

Cette fois, c’était au tour de Nan Huairen de ne pas savoir quoi dire. Il lui fallut un certain temps avant de répondre :

« Frère, quelques jours plus tôt, je t’avais déjà dit que second frère allait arriver. »

Bien sûr Li Qiye était au courant du retour du second frère puisque Nan Huairen lui en avait déjà parler, mais il n’y avait pas prêté attention. Il imaginait que le second disciple du Maître de Secte Su Yonghuang aurait autour de trente ans, tout au plus quarante ans. Mais ce frère cadet devant lui avait au moins cinquante ans. Li Qiye était surpris d’avoir un frère cadet aussi vieux.

« Frère, il est bien Tu Buyu, le second disciple du Maître de Secte. » dit Nan Huairen, sûr de lui. La vérité était qu’autrefois le Maître de Secte n’avait qu’un seul disciple, Li Qiye n’était que récemment entré sous la protection du Maître de Secte.

Li Qiye réfléchit un moment. Il n’avait pas encore rencontré son maître, mais seulement ce frère cadet de cinquante ans.

Cependant, c’était vrai que son statut était celui de Premier Disciple, tous les disciples de la troisième génération, peu importe leur âge, devaient l’appeler « Grand Frère ».

« Combien d’autres disciples plus âgés avons-nous ici à l’Ancienne Secte de l’Encens Purifiant ? » demanda Li Qiye. Avoir un groupe de vieillards se rassemblant autour de lui et l’appelant « Grand Frère » Li Qiye ne pourrait pas le supporter.

« Seulement une personne… » rigola doucement Nan Huairen.

À sa réponse, Li Qiye soupira de soulagement et se dirigea vers Tu Buyu :

« Depuis quand cadet Tu est-il revenu ? Est-ce que maître est revenue avec toi ? »

« Cher grand frère, ce petit frère est revenu tout seul. Seulement moi… » répondit sérieusement Tu Buyu en souriant.

Li Qiye l’interrompit immédiatement et dit :

« Petit Frère, tu as soixante ans, ne te montre pas aussi poli, tu raccourcie ma vie. »

« Cher Grand Frère, j’ai seulement mille six cent soixante-quinze ans cette année » répondit sérieusement Tu Buyu, tout en maintenant son sourire amical.

« Crac »

Li Qiye tituba, et tomba presque à la renverse en entendant sa réponse. Non seulement lui mais Nan Huairen non plus n’en croyait pas ses oreilles.

« Peux-tu, peux-tu répéter ça… »

Li Qiye était presque étouffé par sa propre salive. Un vieil homme de mille ans l’appelait grand frère Mon dieu, qui voudrait d’un petit frère aussi vieux ?

« Ce petit frère a presque mille six cent soixante-quinze ans.” répéta Tu Buyu sur le même ton.

Li Qiye regarda Nan Huairen, Nan Huairen ne pouvait que sourire innocemment, il ignorait aussi que Tu Buyu était aussi vieux.

« Grand frère, tu es sûr que ça va ? Tu veux que ce petit frère aille te chercher un verre d’eau… » offrit gentiment Tu Buyu en voyant l’expression choquée de Li Qiye.

Li Qiye retrouva ses esprits et interrompit Tu Buyu :

« Grand-père, s’il te plaît, ne te fais pas appeler petit frère, ça me donne la chair de poule. Premièrement, j’ai seulement treize ans, tu as plus de mille ans, m’appeler grand frère ne fait que raccourcir ma vie. Deuxièmement, et c’est le point principal, pourquoi essayes-tu d’être mignon, en te faisant appeler petit frère ? Essayes-tu de laisser entendre que je suis très vieux pour mon âge ? Est-ce que j’ai l’air si vieux que ça ? Huairen, est-ce que j’ai l’air aussi vieux que ça ? »

Li Qiye continuait à parler comme un dément, Nan Huairen souriait à l’intérieur. C’était la première fois qu’il voyait son aîné incapable de garder son calme.

Mais sous le regard meurtrier de Li Qiye, Nan Huairen ne pouvait que sourire et prétendre regarder ailleurs.

« Si c’est un ordre de grand frère, alors ce petit frère.. non, JE vais obéir. » dit Tu Buyu en souriant.

« Une décision brillante, petit frère Tu. » dit Li Qiye en hochant la tête

Tu Buyu, répondit :

« Quand on parle de brillance divine, je ne suis pas ton égal. »

Les mots de Tu Buyu rendirent Nan Huairen silencieux. Il pensait être mielleux et habile, doué pour deviner à quoi les autres pensaient, mais ce vieil homme était encore plus rapide à flatter que lui. Apparemment, Nan Huairen avait trouvé son égal

Li Qiye se contenta de sourire, il se moquait de tout ça. On pouvait voir que Tu Buyu était quelqu’un d’intéressant et de rusé, une personne ayant vécu mille ans comme lui pouvait appeler un garçon de treize ans « grand frère » à leur première rencontre. Ce type de personne, s’il n’était pas un stratège insidieux, était quelqu’un qui pouvait s’adapter aux circonstances et savoir quoi faire dans n’importe quelle situation.

Bien sûr, peut importe quel genre de personne il était, il ne pouvait pas échapper aux yeux de Li Qiye. Li Qiye avait rencontré de nombreuses personnes, pour ce qui était de deviner les pensées des autres et leur caractère, très peu arrivaient à cacher leurs intentions et leurs véritables natures devant lui. Sinon, il n’aurait pas été capable d’élever l’invincible Min Ren.

Li Qiye et Tu Buyu parlèrent ensemble un petit peu, puis ils se dirent au revoir. En fait, Li Qiye ne s’inquiétait pas du but de la visite de Tu Buyu, donc il ne posa pas la question, ça n’avait aucune importance pour lui. Li Qiye avait seulement un but, c’était de devenir puissant, reconstruire l’Ancienne Secte de l’Encens Purifiant et tuer quiconque se mettait en travers de son chemin en ne laissant aucun survivant !

***

Si la venue de Tu Buyu la veille était étrange et drôle pour Li Qiye, alors les nouvelles de Nan Huairen le jour suivant furent aussi inattendues.

Le jour suivant, Nan Huairen et son maître, le Protecteur Mo, se rendirent à son pic. Ils firent leur rapport à Li Qiye et lui donnèrent une nouvelle importante. Demain, Li Shuangyan, la princesse de la Porte des Neuf Saint Démon, allait arriver à l’Ancienne Secte de l’Encens Purifiant.

En tant que personne en charge du mariage entre les deux factions, le Protecteur Mo était le premier que la Porte des Neuf Saint Démon avait prévenu de l’arrivée de Li Shuangyan.

« Venir ici est une bonne chose, venir après y avoir longuement réfléchi c’est ce qu’il y a de mieux. Mais au fond ça n’a pas d’importance. »

Li Qiye était assez surpris. Il pensait que la Porte des Neuf Saint Démon attendrait au moins huit ou dix ans, il ne pensait pas que Li Shuangyan viendrait après moins d’un an.

Bien sur, si la Porte des Neuf Saint Démon avait attendu dix ans avant de se décider, alors Li Qiye n’aurait pas ouvert la porte pour eux. À ce moment-là, ses ailes se seraient complètement déployées donc il n’aurait plus besoin de la Porte des Neuf Saint Démon. Ce dont il avait besoin maintenant c’était un allié, pas quelqu’un qui « brodait des fleurs sur des vêtements en coton ».

(note : Expression chinoise qui signifie apporter de l’aide une fois que ce n’est plus nécessaire. Le coton était considéré précieux et de haute qualité durant l’ère où cette expression a été créé.)

Le Protecteur Mo hésitait à poser directement la question à Li Qiye, donc il fit un clin d’œil à Nan Huairen. Nan Huairen comprit ce que son maître voulait et dut prendre le risque de demander :

« Aîné, si la princesse veut vraiment venir à l’Ancienne Secte de l’Encens Purifiant, est-ce que tu feras vraiment d’elle une servante d’épée ? »

Chapitre précédentIndexChapitre suivant

Publicités

11 réflexions sur “Empereur Domination chapitre 38

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s