RTW Chapitre 50 – Mur de flammes

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

 

« Tu te sens mieux maintenant ? »

Anna caressait le dos de Nana pour la réconforter. L’estomac d’Anna n’était pas non plus en excellente forme, mais elle avait réussi à garder le contenu à l’intérieur.

Quand l’homme blessé fut amené, il était toujours conscient et répétait sans cesse, « Aidez-moi, aidez-moi … » Les gens qui virent son expression larmoyant de désespoir éprouvèrent de la pitié pour cet homme. En voyant les intestins de l’homme sortir de son ventre, Nana ne put s’empêcher de vomir.

Malgré tout, elle insista pour le traiter. Après avoir remis en place les intestins dans le ventre du patient, Nana posa ses mains sur la blessure, ferma les yeux et commença à guérir le patient.

« Aah… » Après la guérison, Nana lâcha un soupir épuisé, elle s’appuya contre l’épaule d’Anna et murmura, « Aujourd’hui la corne a retenti pour la première fois, tu crois que Son Altesse est sain et sauf ? »

« Je ne sais pas », Anna secoua la tête, elle voulait aller voir la situation aux murs de ses propres yeux, craignant que Roland ne soit en difficulté. Elle était même un peu envieuse de Nightingale, sa capacité à agir sans être remarquée était très pratique.

Soudainement, une explosion put se faire entendre en direction du mur, et tous purent sentir le sol vibrer légèrement.

Brian sauta du lit sur lequel il était assis et commença à marcher de manière inquiète autour de la salle.

« Jeune homme, calmez-vous », dit Monsieur Pine, en essuyant calmement son épée, « Un chevalier doit faire preuve de sang-froid avant d’initier un combat, autrement vous ne ferez qu’empirer les choses. De plus, la situation est loin d’être désastreuse. »

« Je suis vraiment désolé, Monsieur », répondit Brian, honteux, « Je pensais juste qu’ils devaient mener une bataille désespérée au mur, mais moi je suis ici, perdant mon temps, je n’arrive pas à me sentir à l’aise. Après tout, il est de mon devoir de défendre la ville. »

« Peut-être. » Monsieur Pine haussa les épaules, « Mais ce n’est pas votre responsabilité de surveiller la ville. Vous savez que Son Altesse vous fera chevalier après cet hiver, et vous devez en premier lieu comprendre le premier principe de l’allégeance d’un chevalier. Il vous a assigné à la protection d’Anna, votre responsabilité est ici. »

« Vous … quand vous le dites ainsi », Brian hésita pendant un court moment, puis il s’assit sur le lit de nouveau.

Mais bientôt, ils entendirent le son de la corne une seconde fois – encore plus rapidement que la première fois. C’était comme si un éclair s’était abattu sur le cœur de chacun.

Monsieur Pine fronça les sourcils.

« Anna ! » s’exclama Nana, choquée.

Monsieur Pine se retourna et vit la Sorcière courir en direction de la porte. Brian se leva immédiatement pour la rattraper, se plaçant entre elle et la porte.

« Vous avez dit vouloir vous battre aux murs ? C’est votre heure de gloire », dit Anna d’une voix autocratique et calme, « Tant que vous me suivez jusqu’au mur, vous ne contredirez pas l’ordre de Son Altesse Royale. »

Brian fut confus par les mots d’Anna, il détourna le regard pour regarder Monsieur Pine avec une expression impuissante.

Quelle fille incroyable, pensa le Baron, il n’y a rien de faux dans ses dires. De plus, Son Altesse n’a pas besoin de son aide aux services médicaux. Il avait aussi entendu de la part de Nana qu’Anna pouvait invoquer des flammes. Si le combat était serré, peut-être que laisser une Sorcière joindre le combat pourrait s’avérer être le facteur décisif pour renverser la situation.

En arrivant à une telle conclusion, il hocha la tête, « Protégez-la bien ! »

« Oui Monsieur ! » cria Brian à haute voix, il sentit le sang lui monter à la tête.

En voyant le départ des deux, Nana demanda, « Papa, pourquoi ne vas-tu pas avec eux ? »

« Ma bataille est ici, à tes côtés, ma bonne fille », dit le Baron avec un sourire, « Que ce soit les bêtes démoniaques ou le Diable lui-même, je ne laisserai personne te faire du mal ! »

La distance entre le Centre Médical et les murs n’était pas grande, Anna et Brian parcoururent au trot le long du chemin pavé jusqu’aux murs Est. Quand les deux furent assez près pour voir le contour du mur autour de la tour de guet centrale, ils virent une situation problématique.

Il y avait un grand trou ouvert dans le mur. Roland était protégé par ses gardes personnels, mais beaucoup devaient encore prendre position. Une bête démoniaque ressemblant à un ours commença à courir vers la milice. Il était inarrêtable, quand il frappa les soldats stationnés sur la ligne de front, les soldats furent tous envoyés en l’air.

Quand quelqu’un vit Anna courir vers eux avec ses étranges habits, il lui cria, « Hey, c’est dangereux ici, il faut partir immédiatement ! »

Anna fit la sourde oreille et se dirigea en direction du trou. Après que la bête démoniaque ait traversé la milice, elle se retourna et courut vers Anna. Brian se mit devant Anna, prêt à la protéger. Il baissa son corps et trancha avec son épée – mais la bête démoniaque n’avait nulle intention d’esquiver, elle confronta le tranchant de l’épée avec ses pattes avant. L’épée valsa immédiatement, mais grâce à l’élan de la bête, ses pattes avant furent coupées, se cassant presque.

Elle se roula sur le sol, criant et se débattant tel un poisson déshydraté luttant pour respirer. Personne n’osa s’en approcher, craignant recevoir un coup. Cependant Anna marcha en direction de la bête démoniaque, mit ses mains par terre et soudainement la bête démoniaque brûla en flammes. La bête se transforma en une boule de charbon.

Lorsque les flammes brulèrent au milieu de la foule, Roland vit qu’Anna était venue personnellement. Il fut immédiatement assailli de sueurs froides.

Je n’avais pas planifié ton apparition de cette manière !

Il avait à l’origine l’intention de laisser Nana construire des fondations, de sorte à laisser les gens accepter la présence d’une Sorcière. Ce n’était qu’alors que Roland aurait révélé la présence d’Anna.

Maintenant ce plan était fichu, il se retourna immédiatement et dit, « Ne vous souciez pas de moi, allez la protéger ! »

Anna ne devait pas mourir. Elle était une figure importante dans l’industrialisation de la ville, si elle venait à être blessée, les conséquences seraient incommensurables.

« Je sais », dit Nightingale, « Mais faites aussi attention à votre propre sécurité. »

Anna se dirigea vers le mur dans la fracture. Quand les gardes de Roland virent la jeune fille aux habits étranges venir vers eux, ils s’écartèrent immédiatement et la laissèrent passer. Elle était maintenant en plein milieu des soldats, elle écarta les bras comme pour les protéger. Des lianes de feu émergèrent de ses mains, elles grimpèrent le long du mur sur la section détruite.

La bouche des spectateurs s’ouvrit en voyant cette scène. Ils n’osèrent pas croire leurs yeux quand ils virent un mur de flammes s’élever et couvrir le trou dans le mur. Ce n’était pas une illusion. Tous les gardes durent reculer à cause de la haute température. La neige aux alentours fondit rapidement, formant des nuages de vapeurs qui s’élevèrent rapidement.

Les bêtes démoniaques craignaient aussi les flammes. Elles s’enfuirent immédiatement sur les côtés, de temps en temps une ou deux bêtes démoniaques essayèrent de traverser le mur de flamme, mais aucune bête démoniaque n’arriva à travers ce mur.

« Que tous reprennent leur position sur les murs ! » Cria fortement Roland, essayant de saisir l’opportunité, « Reprenez votre formation ! Equipe de chasseurs, feu à volonté ! »

Puis, il prit lui-même le fusil de Carter, le posa sur le mur et commença à tirer sur les bêtes démoniaques.

En voyant le Prince diriger l’attaque en personne, la motivation grimpa en flèche. Après tout, à cette époque, voir un membre de la noblesse diriger l’attaque en personne était une chose rarement vue, une telle situation améliora grandement le moral.

La foule commença à chanter le slogan, « Défendez Border Town ! Battez-vous pour le Prince ! » tout en reprenant leur position sur la ligne de défense et en maintenant la formation.

Le combat se poursuivit jusqu’à ce que le ciel ne s’assombrisse. Les bêtes démoniaques furent finalement tous abattues.

Doucement le mur de flammes se dispersa et Anna, totalement épuisée, essuya la sueur sur son front.

Puis Roland vit une scène incroyable.

Les gardes personnels de Roland posèrent leur poing sur la poitrine, et saluèrent en direction d’Anna. Puis la milice, comme s’ils avaient été infectés par l’humeur des gardes, saluèrent également. Incroyable, personne ne criait, ni ne la maudissait de mauvaises paroles, ils la regardaient tout simplement en silence. Après la guerre, le silence régna sur Border Town.

Voir un pouvoir incroyable jamais vu auparavant était effrayant, mais ce pouvoir avait été utilisé en leur faveur. Voir ce pouvoir utilisé pour combattre leurs plus grands ennemis, la peur disparut peu à peu, remplacée par la confiance et la reconnaissance.

Le cœur de Roland devint fou alors qu’il marcha vers Anna. Quand il arriva à ses côtés, il vit un visage totalement pâle. Elle titubait, sur le point de s’effondrer.

« Tu vas bien ? » demanda-t-il avec inquiétude alors qu’il la tint par les épaules. Anna vit le Prince sain et sauf, et se força à sourire, puis elle tomba dans ses bras.

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

6 réflexions sur “RTW Chapitre 50 – Mur de flammes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s