RTW Chapitre 56 – Derrière les Montagnes

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

 

Nightingale avançait doucement sur la route de la montagne.

 

Le chemin sous ses pieds n’avait la largeur que d’une épaule. De chaque côté, il y avait de grands rochers, séparés par dix pieds de distance. Mais sous ces rochers, il y avait un ravin sans fond, et elle marchait sur ce chemin de la largeur d’une épaule. A côté des pieds de Nightingale, il y avait une falaise et un grand mur de pierres. Quand elle jetait des coups d’œil au fond du profond ravin, elle ne pouvait voir que des ténèbres. En traversant sur ce chemin étroit, Nightingale était toujours prudentes de bien s’accrocher au mur de pierre derrière elle, essayant de son mieux de ne pas perdre son équilibre et tomber dans le ravin.

 

Quand elle leva la tête, seul un léger chatoiement scintillait du ciel, tel un fils d’argent suspendu à ce ciel de nuit. Cependant, elle savait qu’il n’était que peu après midi – même durant la journée, elle avait besoin de porter une torche. La lumière provenant de la falaise n’était pas suffisante pour illuminer la route devant elle. Marcher sur ce chemin pendant un long moment donnait naissance à une illusion de marcher dans les montagnes.

 

Le seul avantage était que la neige ne tombait pas dans ce ravin, et ce, même avec le vent froid sifflant dans les montagnes et soulevant occasionnellement la neige. Il y avait bien quelques fois des flocons qui tombaient sur sa tête, ou qui tombaient sur le côté de la falaise, mais ces flocons s’évaporaient immédiatement. Au fond, la température n’était pas la même que dans le monde extérieur, elle pouvait même voir de temps en temps l’air chaud en sortir de la falaise.

 

Sans ces conditions, elle n’oserait jamais traverser les Montagnes Impraticables durant les Mois des Démons. Elle pouvait se camoufler dans son monde de brouillard, mais la température restait la même. Si elle s’aventurait dans la neige, elle gèlerait jusqu’à mourir après une heure de marche.

 

Nightingale ne voulait pas passer une minute supplémentaire dans cet endroit – elle pouvait toujours sentir quelque chose dans les ténèbres, la regardant toujours. Son sang se refroidit à cette pensée.

 

Si elle le pouvait, Nightingale resterait dans le brouillard pendant toute la traversée, mais malheureusement elle n’était pas assez forte. Plus elle utilisait son pouvoir sans s’arrêter, plus elle se fatiguait vite.

 

Nightingale leva la torche et la laissa éclairer la falaise opposée. Dans la faible lumière du feu, elle pouvait voir des ombres nuancées sur les murs. Nightingale savait qu’elles provenaient des cavernes, si profondes que la lumière ne réussissait pas à illuminer le fond. Elles ressemblaient à des orbes d’obscurité. De l’autre côté, presqu’à la même position, il y avait un profond trou. Ce trou lui rappelait les rumeurs sur la Mine du Nord, qui disaient que la Mine était auparavant un repaire de monstres, avec plusieurs fourches s’étendant dans toutes les directions, creusées par les monstres. La Mine du Nord faisait aussi partie de la chaîne de montagnes, et elle s’étendait dans toutes les directions, et si ces cavernes étaient en fait connectées à la mine ?

 

Cette idée la fit frissonner.

 

A l’Ouest des Montagnes Impraticables se trouvait une terre abandonnée. On disait que les Montagnes Impraticables se prolongeaient pendant plusieurs centaines de kilomètres, avec de nombreuses cavernes inexplorées. Nightingale craignait les potentiels monstres résidant dans ces terres.

 

Elle n’osa pas s’attarder à réfléchir aux cavernes, elle se concentra sur son chemin.

 

Finalement, elle put voir la fin de la route devant elle. Le chemin étroit d’une épaule se sépara en deux, un chemin menant un peu à la surface, et l’autre menant dans un endroit plus profond, menant profondément dans les ténèbres sans fin. Personne ne savait où ce chemin menait. Debout au point de bifurcation, le sentiment d’être observée se fut très intense, comme si d’innombrables yeux la regardaient sans bouger, observant les moindres mouvements de Nightingale. Sa gorge se fut sèche et elle eut la chair de poule.

 

Nightingale serra les dents et ouvrit son monde de brouillard pour s’y réfugier. Bientôt, ce sentiment de malaise s’atténua.

 

Tout en suivant le chemin menant à la surface, la température ambiante commença à chuter, mais au-dessus de sa tête, un petit fil en argent se fit de plus en plus gros. Un quart d’heure plus tard, une grande grotte s’ouvrit directement devant elle, avec l’entrée se trouvant légèrement au-dessus du chemin qu’elle suivait. Quand elle mit un pas dans la grotte, elle put voir une légère lueur de feu provenant du fond.

 

Finalement, elle avait atteint la cachette de l’Association de Coopération entre Sorcières.

 

Quand Nightingale sortit de son monde de brouillard, elle fut immédiatement détectée par la Sorcière chargée de la défense, qui érigea immédiatement un mur de fumée noire pour la bloquer. Cependant, ce mur disparut bientôt et une voix surprise put se faire entendre dans les ténèbres, « Tu es revenue ! »

 

Nightingale pensa, « Oui, je suis finalement de retour, » mais quand elle vit les deux bandes attachées autour de son bras, la bonne humeur de Nightingale fut remplacée par du chagrin, « Deux autres sœurs sont encore une fois … »

 

La voix de l’autre Sorcière se calma un moment puis elle dit avec tristesse, « Uh … ah, oui. Airy et Abby ont eu leur Baptême de l’Âge Adulte il y a cinq jours, elles n’ont pas survécu. » Elle s’efforça de sourire, « Ça arrive souvent, n’est-ce pas ? Mais ne parlons pas d’elles, tu dois retourner au campement, Wendy nous parle tout le temps de toi. »

 

Airy et Abby, une paire de jumelles qui avaient quitté leur vie dans une famille riche dans les Montagnes du Dragon Déchu pour finir dans les chaînes des Montagnes Impraticables. Nightingale s’était quelques fois demandée si elles allaient bien. Si les deux jumelles n’avaient pas quitté leur ville pour rejoindre l’Association de Coopération entre Sorcières, elles auraient au moins pu profiter de leur vie avec leur famille, plutôt que de suivre la bande, voyageant d’une place à une autre, sans domicile fixe.

 

Cependant, quand elle pensa à Wendy, le cœur de Nightingale se réchauffa. Si elle ne l’avait pas aidé dans ses moments les plus désespérés, elle vivrait sans doute encore une vie de marionnette, craignant constamment d’être abandonnée comme tous les autres outils. Oui, elle devrait lui annoncer les nouvelles le plus vite possible, et même à toutes les autres sœurs. Elles n’avaient plus besoin de se cacher telles des souris. Quelqu’un était prêt à les accepter tous, et alors peut-être … peut-être pourraient-elles sortir indemnes de leur journée annuelle d’Eveil !

 

Quand elle s’approcha du campement, Nightingale vit une silhouette familière accroupie près du feu de camp tout en mangeant de la nourriture. Jusque-là, l’autre personne n’avait encore rien remarqué, elle ne put se restreindre et cria, « Wendy, je suis rentrée ! »

 

L’autre Sorcière se tourna et s’arrêta de manger, elle regarda en direction de Nightingale, l’accueillant avec son sourire habituel, « Veronica, bienvenue à la maison. »

 

Wendy était l’incarnation d’une gentille femme, et était aussi l’une des premières Sorcières de l’Association de Coopération entre Sorcières. Maintenant elle avait 30 ans, mais aucune ride n’était visible sur son visage. Elle avait des cheveux rouges maronnés et raides, tombant presque jusqu’à sa taille, avec des traits faciaux matures et charmants, elle avait tout de l’apparence d’une grande sœur. Elle s’inquiétait et s’occupait de toutes les Sorcières dans l’Association de Coopération entre Sorcières. Que ce soit pour leur vie quotidienne ou psychologique, elle essayait toujours d’aider de quelques manières que ce soit. Si Wendy n’était pas là, l’Association de Coopération entre Sorcières n’aurait jamais pu rassembler autant de Sorcières.

 

Elle était précisément la raison pour laquelle Nightingale avait décidé de fuguer de sa famille, embarquant pour un voyage jusqu’aux chaines de Montagnes Impraticables, essayant de trouver la Montagne Sacrée. Elle était aussi une des rares personnes à connaitre son vrai nom.

 

« Combien de fois t’ai-je déjà dit que je ne suis plus cette petite fille peureuse du passé ? » Dit Nightingale avec un sourire et en secouant la tête, « Je suis une très puissance Sorcière maintenant, Veronica n’existe plus. »

 

« Tu seras toujours toi, te libérer de tes cauchemars est différent d’oublier tous les moments importants et heureux de ton passé, » dit doucement Wendy. « Bien sûr, je suis contente que tu aimes ton nouveau nom. Nightingale, j’attendais ton retour, surement tu as traversé de nombreuses épreuves le long du voyage. »

 

« Eh bien, » Nightingale s’avança et serra son amie dans les bras, « Merci. »

 

Après un moment, Wendy ouvrit la bouche et demanda, « Qu’est-il arrivé à la fille, tu … es arrivée trop tard pour la sauver ? »

 

En l’entendant prononcer ces mots, l’esprit de Nightingale s’embrasa immédiatement. Elle attrapa le bras de Wendy et dit avec enthousiasme, « Non ! Elle n’a jamais eu besoin de mon aide. Au contraire, elle peut peut-être tous nous sauver ! » Puis elle commença à décrire en détail toute son expérience de vie à Border Town, « Border Town est gouvernée par le Seigneur Roland Wimbledon, le 4ème Prince de Graycastle. Il est prêt à tous nous accueillir, et a aussi promis, qu’un jour, toutes les Sorcières vivant sur son territoire pourront vivre de manière libre, de la même façon que tous les autres ! »

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent | Index | Chapitre suivant

Publicités

6 réflexions sur “RTW Chapitre 56 – Derrière les Montagnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s