RTW Chapitre 60 – Organisations

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

 

Le recrutement de la seconde milice de Border Town se fut beaucoup plus calme que le premier. Durant l’hiver, bien que la nourriture soit rationnée, les membres de la milice avaient plus de nourriture, et de meilleure qualité. Durant la journée hebdomadaire de visite, quelques soldats transféraient secrètement de la nourriture à leurs proches. Roland dit à Carter de fermer les yeux sur ces agissements, si ces proches restaient à la maison, heureux, ils se vanteraient surement auprès de leurs voisins.

 

C’était un exemple parfait de recommandation bouche à bouche, exécutée par sa propre milice. Les conversations entre voisins étaient bien plus efficaces que l’information annoncée à la place publique. La plupart des zones urbaines le savait maintenant – La milice de Son Altesse était non seulement bien payée, mais pouvait aussi manger trois repas par jour. De plus, le combat contre les bêtes démoniaques ne semblait pas aussi dangereux qu’ils l’imaginaient. Au second recrutement, il y eut par conséquent beaucoup plus de candidats que lors du premier, et même certains habitants des quartiers favorisés venaient s’inscrire.

 

Le nombre de combattants satisfaisant les critères était bien plus élevé que l’espérait Roland, le second recrutement acceptait 200 nouveaux membres qui seraient entrainés par Carter durant la semaine. Quand la corne retentissait, les nouvelles recrues devaient aussi se dépêcher au mur en tant que force auxiliaire en standby.

 

Le Commandant des Chevaliers et l’Assistant Ministre avaient quelques objections, comme quoi ce nouveau groupe de milice n’était pas qualifié pour se battre dans les bêtes démoniaques, ou que les nouvelles recrues étaient deux fois plus nombreuses que les premières, ce qui était inutile. Ils disaient qu’augmenter la dépense en or pour les salaires et la nourriture augmentait la dépense financière générale, mais même en dépensant plus d’or, le résultat n’aurait aucun effet conséquent.

 

Cependant, Roland conserva sa décision malgré que ces personnes n’étaient pas prêtes à se battre contre les bêtes démoniaques.

 

Il n’avait confié son plan à personne. Personne ne savait qu’il planifiait d’attaquer la forteresse du Duc – s’il leur annonçait la nouvelle maintenant, il craignait que Barov et Carter ne s’opposent de façon véhémente.

 

La différence entre Longsong Stronghold et Border Town était immense. Considéré comme une forteresse officielle gardant les frontières du Royaume de Graycastle, ses murs étaient hauts de dix pieds, et fut construit brique par brique par des maçons. En réunissant les armées privées du Duc et des six familles de noble ainsi que les soldats défendant la ville, ils pouvaient mobiliser plus de 1000 soldats. En théorie, il serait impossible de gagner un siège avec une faible armée de 300 soldats – même s’ils étaient équipés de fusils en avance sur l’époque.

 

De plus, à cause des Pierres de Rétribution de Dieu, les Sorcières ne pouvaient pas être déployées comme une unité d’assassinat, Roland avait eu l’occasion de vérifier ces théories avec Nightingale. Le Duc Ryan et les personnes influentes des six familles achèteraient ces pierres pour s’en protéger – ou plutôt que de dire ‘achat’, il était plus commun d’appeler ce genre de transaction une ‘donation’ à l’Eglise. Si quelqu’un voulait acheter une pierre, il devait débourser plusieurs douzaines de Royals d’Or. Ces objets sacrés utilisés pour restreindre le pouvoir d’une Sorcière étaient l’arme la plus puissante contre ces soi-disant serviteurs du Diable et c’était aussi la plus grande source annuelle de revenus pour l’Eglise.

 

Roland n’aurait de chance qu’en cas de combat à ciel ouvert.

 

Tradition de l’époque, la plupart des soldats étaient recrutés juste avant la bataille. Si le Seigneur ne voulait pas que son armée ne déserte à mi-chemin, il devait commander l’armée de lui-même. C’était l’opportunité parfaite d’implémenter le plan d’annihilation de Roland bien qu’il ne sache pas encore comment prendre avantage de cette opportunité. Les seules scènes de guerre qu’avait vu Roland, c’était dans les films ou dans les séries télévisées, ou dans des livres d’histoire, il n’avait aucune expérience à proprement parler.

 

Puisqu’il n’en avait aucune expérience, il ne s’attarda pas sur le sujet et fit ce qu’il put pour l’instant.

 

Roland voulut s’étirer un peu et quitta son bureau pour faire une petite promenade dans son jardin.

 

La machine à vapeur II était assemblée et était débout au milieu du jardin. Même de loin, on pouvait remarquer que la nouvelle machine à vapeur était bien plus propre que la précédente, et les marques de soudure n’étaient plus aussi inégales qu’auparavant. Ce chef d’œuvre ne fut possible que grâce aux pouvoirs d’Anna. Sa flamme verte pouvait forer de très petits trous, permettant ainsi aux pièces détachées de s’emboiter beaucoup plus facilement.

 

Cependant, la différence la plus importante entre la machine à vapeur II et l’autre machine à vapeur ne résidait pas dans son esthétique, mais bien l’intégration d’un gouverneur centrifuge. La mise en place du premier ensemble du système de contrôle automatique et du système de rétroaction était une étape importante. La structure du gouverneur était très simple, elle consistait de deux grandes boules en fer connectées entre elles avec une ficelle, le tout connecté à la tige centrale. C’était presque comme les libellules de bambou (1) avec lesquelles les enfants jouaient. Si quelqu’un frottait rapidement le poteau de bambou, les deux lames rotatives s’élèveraient automatiquement en raison de la force centrifuge.

 

jouet

  • Un petit jouet populaire dans les pays orientaux, on le fait tourner avec les mains et il s’envole. On peut notamment en voir dans l’Anime Doraemon (hey, c’était toute mon enfance ça OK ?).

 

Pour le gouverneur, l’équivalent du souffle était les deux boules – quand la machine à vapeur fonctionnait, la tige principale tournait, et si la rotation était trop élevée, les boules tourneraient plus vite, prenant de la hauteur sous l’influence de la force centrifuge, fermant la vanne petit à petit. Si la rotation s’affaiblissait, la vitesse de rotation des boules diminuerait aussi, perdant de la hauteur sous l’influence de la gravité, augmentant ainsi de nouveau la rotation. Ce système permettait à la machine à vapeur de tourner à une puissance relativement fixée.

 

Avec le contrôle de la vitesse, il était maintenant possible de laisser la machine à vapeur II se charger de certaines tâches plus sophistiquées.

 

Les pièces produites par les forgerons étaient délivrées et placées soigneusement dans un coin du hangar.

 

D’une perspective de production industrielle, aucune de ces pièces n’était qualifiée pour être utilisée, elles auraient toute dû finir dans la caisse à produits défectueux, en attendant d’être recyclée. Mais pour l’époque de ce monde, c’était une œuvre d’art rare – la conception des engrenages involus avait été réalisée avec un sens global d’harmonie. Les engrenages immergés dans le lard émettaient un éclat métallique unique.

 

En plus des engrenages produits, les charpentiers responsables de la construction des fondations et des autres parties plus imposantes avaient déjà tout préparé. Il laissa alors les gardes appeler Anna afin qu’elle puisse commencer dès lors à assembler le premier foreur à vapeur.

 

Ils commencèrent sous la direction de Roland, qui avait pensé à la meilleure façon de produire en masse des fusils.

 

Se reposer uniquement sur des forgerons pour forger manuellement un canon prenait beaucoup de temps, et c’était aussi très ennuyant pour les forgerons eux-mêmes. Mais maintenant, il n’avait plus qu’à trouver une barre de fer et forer l’intérieur avec la foreuse. En un journée, il pourrait produire plus de dix canons.

 

De plus, en remplaçant la tête de la foreuse, il était possible non seulement de couper mais aussi de graver le fusil. Avec des canons à rayures, la précision de tir s’améliorerait grandement.

 

Cependant, Roland n’en espérait pas trop de son armée, il ne pouvait garantir que son armée serait capable de calmement recharger, viser et tirer vers des cibles chargeant vers leur direction. Il serait plus réaliste de penser qu’ils abandonneraient leurs armes avant de prendre leurs jambes à leur cou. Les recrues étaient encore jeunes, ils n’avaient encore jamais combattu d’humains.

 

Il décida alors de sortir une arme plus puissante sur le champ de bataille, une arme qui pourrait mettre en déroute leurs ennemis avant qu’ils ne puissent lancer leur assaut.

 

C’était l’artillerie.

 

C’était presque le Dieu de la Guerre dans l’histoire de la guerre humaine, la destruction et la dissuasion provoquées par l’artillerie n’étaient pas comparables aux armes à feu classiques. Une artillerie de six livres était capable d’attaquer à une portée monstrueuse, pouvant créer d’énormes dégâts avant même que les ennemis ne puissent se regrouper. L’armée désordonnée de cette époque serait sans doute incapable de maintenir une discipline au combat sous un feu constant de boulets. S’il pouvait construire trois ou quatre canons, ses ennemis n’auraient jamais la chance de lancer la charge.

 

Roland suivait pas-à-pas le plan – avec ses fraiseuses manuelles, qui étaient utilisées pour fabriquer des engrenages de conduite, il pourrait fabriquer la machine à vapeur II, et avec cette machine il pourrait fabriquer sa propre perceuse. Avec la foreuse à vapeur, il pourrait fabriquer une grande variété de fusils ainsi que de canons.

 

Il y avait encore deux mois avant la fin des Mois des Démons, tant que son plan se déroulait sans encombres, la milice de Border Town aurait bientôt la puissance nécessaire pour rivaliser avec le Duc dans une bataille.

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

Publicités

5 réflexions sur “RTW Chapitre 60 – Organisations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s