RTW Chapitre 62 – Serment

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

 

La journée fut tellement riche en émotion et en nouvelles surprenantes que Roland n’avait plus envie de continuer le travail ennuyant avec sa machine à vapeur. Il laissa alors à son cuisinier préparer un diner exceptionnel et somptueux, avec des steaks saupoudrés au poivre noir, des œufs frits sans aucune retenue pour la quantité, tous pouvaient manger à leur guise. Après le diner, Eclaire et Anna tapotèrent leur ventre rond tandis que Nana, mâchant encore son dernier morceau de viande, était encore pleine de vitalité. En plus du diner, il demanda aussi aux servantes de préparer et de délivrer un ragoût de viande tendre ainsi qu’un bol de porridge dans des porcelaines préservant la chaleur pour Nightingale. Au réveil de Nightingale et Wendy, elles pourraient immédiatement manger leur nourriture.

 

Après le diner, la prochaine étape fut d’arranger des chambres pour tous. Heureusement, les seigneurs de Border Town aimaient tous l’exquisité et la grandeur. Même pour une petite ville minière, servant d’avant-garde, le château avait été construit avec les normes d’une ville de taille moyenne. Grâce à cela, Roland avait neuf cent mètres carré d’habitation étalés sur plus de trois étages, ainsi que des tours de guets et des meurtrières aux quatre coins du château. Il possédait aussi son propre vestibule et son propre jardin.

 

Roland donna la chambre à l’opposé de celle d’Anna pour Eclaire tandis que la chambre voisine fut donnée à Wendy pour sa réhabilitation. Quand Roland vit Nana marcher dans la chambre d’Anna avec une canne à sucre dans les mains, il ne put s’empêcher de secouer la tête en signe d’amusement.

 

De retour au bureau, Roland se versa un verre de bière. Un plan n’était bon qu’après sa première déviation. Il pensait qu’avec l’aide de Nightingale, il pourrait recruter tout un groupe de Sorcières, renforçant la technologie, améliorant l’agriculture etc … Mais il n’aurait jamais imaginé que la dirigeante de l’Association de Coopération entre Sorcière puisse être si hostile envers les non-Sorcières. Les Sorcières comme Nightingale semblaient être une minorité … Après la conversation avec Eclaire, il savait que Wendy ne voulait pas quitter l’Association de Coopération entre Sorcières. Elle n’avait que l’intention de sauver Nightingale, mais après son intervention, elle était maintenant considéré comme une traitre par Cara et les autres Sorcières.

 

Après son premier verre, Roland s’en versa un second. Même si la bière n’était pas le meilleur choix, c’était toujours mieux que rien.

 

Pendant le déjeuner, Roland demanda à Eclaire des informations sur son pouvoir ainsi que sur celui de Wendy. Eclaire lui dit alors qu’elle pouvait voler comme un oiseau, voler librement dans les airs, tandis que Wendy pouvait contrôler le vent. Roland ne décela aucune utilité pour améliorer la technologie, mais pour la guerre à venir, elles avaient du potentiel.

 

Il la questionna aussi à propos des pouvoirs des autres Sorcières au camp, la conclusion qu’il en tira fut que les pouvoirs étaient variés et ne semblaient suivre aucune forme de logique. Quelques effets étaient explicables par la science, tandis que d’autres étaient bien plus bizarres.

 

Par exemple, Cara la Sorcière aux Serpents, la fondatrice de l’Association de Coopération entre Sorcières. Elle pouvait condenser sa magie sous forme de serpents – ces serpents n’étaient pas des illusions, et pouvaient être touchés ou même attaquer des ennemis. Les différentes couleurs du serpent représentaient différents venins. Eclaire n’avait eu l’occasion que de voir deux sortes de serpents, paralysie et poison.

 

Roland réalisa une autre chose, ce n’était pas seulement Anna, mais Cara et les autres Sorcières non plus ne pouvaient utiliser leur magie au-delà d’une certaine portée. Par exemple, quand Anna s’éloignait à plus de cinq mètres du feu vert, le feu disparaissait. Les serpents de Cara ne pouvaient pas non plus errer trop loin. Pour Nightingale, la distance était encore plus courte. Quand elle voulait amener un objet avec elle, elle devait quitter le brouillard et se rendre visible.

 

Pour ces raisons, elles se promenaient toujours avec des arbalètes au cas où elles tombaient nez à nez contre l’Eglise ou quiconque possédant des Pierres de Rétribution de Dieu. Autrement, seule la fuite serait envisageable.

 

Roland travailla jusqu’à minuit, et le feu du foyer s’était déjà bien assombri. Il commençait à bailler, il était sur le point d’aller se coucher.

 

Quand il ouvrit la porte de sa chambre, il fut confus, il pensait s’être trompé de chambre – c’était cette scène familière de nouveau, une femme était déjà dans la chambre, assise au coin du lit. Sa silhouette était à moitié dans l’obscurité, son ombre reflétée par le feu se projetait sous forme de mosaïques, tel un mural. Cependant, il y avait une grande différence comparée aux précédentes fois, la différence étant que la femme ne portait plus sa robe qui recouvrait son corps. Au lieu de cela, elle portait des habits de citoyen ordinaire. Elle ne cachait plus son corps au monde extérieur, maintenant quiconque pourrait voir son apparence.

 

Nightingale.

 

Roland devint un peu nerveux, ce genre de bataille … était-ce une providence ?

 

Nightingale remarqua l’entrée du Prince, elle se leva et marcha droit vers lui. Après cette bonne demie journée de repos, son visage était bien plus agréable à regarder que n’importe qui. Ses joues pales avaient été remplacées par des joues roses, et ses cheveux n’étaient plus en désordre. Il pensa, Je dois bien l’avouer, la résistance d’une Sorcière est vraiment incroyable.

 

« Vous avez travaillé dur ces derniers jours. » Roland toussa, brisant le silence, puis il continua, « Pourquoi ne pas se reposer un peu plus ? Eclaire m’a déjà tout raconté. »

 

Malgré son conseil, Nightingale secoua la tête, prenant une expression solennelle. Roland sentit quelque chose d’étrange, dans ses yeux, il pouvait voir un dévouement indescriptible. Roland réalisa qu’elle était arrivée à une décision et qu’elle essayait de faire converger ses sentiments envers lui. Ce regard déterminé était difficile à obtenir, Roland attendit alors jusqu’à ce qu’elle se trouve les bons mots.

 

Nightingale ne parla pas tout de suite. Elle prit d’abord une profonde inspiration, s’agenouilla sur un genou tout en tenant une dague dans ses mains, et elle baissa légèrement la tête – c’était l’étiquette standard d’une cérémonie d’adoubement d’un chevalier, quand un aristocrate prêtait serment à un supérieur, la situation était souvent similaire.

  • TL Note : Ooops ! Je ne sais pas si vous remarqué, mais dans les chapitres précédents j’ai parlé de ‘canonisation d’un chevalier’, mais canonisation se réfère plutôt à l’Eglise, tandis que le terme correct devrait être adoubement. Une petite erreur de ma part, désolé !

 

« Votre Altesse Roland Wimbledon, moi, Veronica, aussi connue sous le nom de Nightingale, jure, » dit-elle d’un ton formel, « Tant que vous vous montrerez indulgent envers les Sorcières, je serai à votre service, que ce soit un bouclier contre les démons, ou votre épée durant la nuit, sans regret ni peur, jusqu’à mon dernier souffle. »

 

Roland réalisa, alors c’est sa décision après la déception de l’Association de Coopération entre Sorcières qui a détruit ses espoirs de mener les Sorcières vers un futur meilleur. En d’autres situations, il aurait refusé son offre, il avait plus l’habitude de recruter ou d’établir une relation de confiance. S’ils partageaient les mêmes ambitions et un idéal commun, il était plus logique de devenir camarades.

 

Mais il savait qu’il était quelques fois sans intérêt d’insister sur l’égalité et la liberté. Tant que le sol était aride, même la meilleure graine pourrirait. En tant que Prince, il devait agir en tant que tel et se tenir à ce rôle jusqu’à l’unification du Royaume …

 

Après un moment de silence, Roland agit selon l’étiquette de la cour en fouillant dans les souvenirs de l’ancien Prince. Il prit sa dague et tapota ses épaules trois fois avec sa propre épée, « J’accepte ton serment. »

 

Les épaules de Nightingale tremblèrent légèrement. Elle pouvait enfin se relaxer.

 

Puis, il tendit sa main droite et la mit devant elle.

 

Nightingale prit ses doigts et baisa délicatement le dos de sa main. Le rituel était finalement terminé.

 

Bien que la cérémonie d’allégeance conduit par la Sorcière fût extrêmement non-descriptive, suivre toutes les procédures n’aurait pas été possible avec un passé ordinaire. Elle semblait s’appeler Veronica … « Est-ce que Veronica est votre vrai nom ? Possédez-vous un nom de famille ? » Roland la releva et lui demanda.

 

« Oui, Votre Altesse. Je n’ai pas l’intention de garder de secrets. Cinq ans auparavant, j’ai quitté la maison Gilen. Maintenant la maison et moi n’avons plus rien à voir l’un l’autre. » Nightingale lui révéla tout, et ouvrit la dernière barrière de son coeur en lui racontant son passé.

 

Elle était née à la Cité d’Argent, dont le nom venait naturellement de leur exploitation minière d’argent. Son père était un vicomte, sa mère était d’origine roturière. De tels mariages ne couraient pas les rues, mais les deux s’entendaient bien. De plus, Nightingale avait aussi un frère appelé Hyde. Elle avait passé toute son enfance à la Cité d’Argent, c’était le moment le plus heureux de sa vie.

 

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

 

Publicités

10 réflexions sur “RTW Chapitre 62 – Serment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s