Shen Yin Wang Zuo chapitre 26

Chapitre 26 : Le Trône Divin de la Ruine et du Massacre (2)

Regardant au loin, Long Xing Yu poussa un soupir, « On dirait que la race des démons est de retour. Hao Chen, souviens-toi, les démons sont puissants, mais nous ne devons pas céder. En tant que chevaliers, nous devons protéger notre foyer en versant notre sang jusqu’à la dernière goutte. »

« Oui ! » Long Hao Chen hocha la tête tout en répondant. Dans son cœur, son père n’était pas un simple professeur, mais un véritable objet de culte. Sans en avoir fait l’expérience, il n’aurait jamais pu s’imaginer qu’un Chevalier Divin était si formidable. Dans cette vaste mer d’énergie spirituelle, il avait dévasté les cieux et la terre. Ce [Jugement] lumineux laissa une trace inoubliable dans le cœur de Long Hao Chen.

« Père, devons-nous quitter cet endroit ? » demanda Long Hao Chen.

Long Xing Yu baissa la tête vers lui et dit : « Oui, mais tu ne viens pas avec nous. »

« Ah ? » Long Hao Chen était abasourdi et il jeta un regard rempli d’incompréhension à son père.

Celui-ci dit faiblement : « Un oisillon qui ne quitte jamais la protection de ses parents ne sera jamais capable d’atteindre les vrais sommets. J’avais prévu de t’enseigner pendant trois ans, mais on dirait que nous devrons partir plus tôt. Je vais ramener ta mère à l’Alliance des Temples pour régler quelques affaires et honorer mon accord. »

« L’Alliance des Temples n’est pas un endroit adapté pour toi. Si tu venais avec nous, j’ai peur que tu ne deviendras jamais un Chevalier Divin comme moi. Tu dois suivre ta voie, étape par étape, comptant sur tes efforts pour acquérir des compétences, et tu détiendras alors ton propre honneur de chevalier. »

« Père, je ne veux pas me séparer de toi et de mère. » Long Hao Chen attrapa soudainement la veste de son père, l’air très triste.

Bai Yue jeta à son mari un regard implorant.

Celui-ci toucha la tête de Long Hao Chen, « Idiot, si tu reste à nos côtés du début à la fin, ton cœur sera rempli d’un sentiment de dépendance et d’inquiétude. Et même si tu venais avec nous à l’Alliance des Temples, tu ne serais pas capable de rester à mon côté. Par conséquent, je dois te quitter pour quelques années, il y a trop de problèmes dont je dois m’occuper. J’ai déjà pris ma décision : tu dois rester ici.

Long Hao Chen était toujours choqué, il essaya de contrôler les larmes qui coulaient de ses yeux. Bai Yue était déjà retournée dans la cabane, pleurant sans pouvoir s’arrêter.

Long Xing Yu attira son fils devant lui et lui dit à voix basse : « Hao Chen, avant que nous partions, Père doit t’enseigner une dernière chose. »

Long Hao Chen lui répondit distraitement : « Qu’est-ce que c’est ? »

Le Chevalier Divin dit tout bas : « Les foyers spirituels. »

« Les foyers spirituels ? » En entendant ces mots, le corps de Long Hao Chen ne put s’empêcher de trembler. Durant ces deux ans et demi où il s’était entraîné aux côtés de son père, il avait entendu Long Xing Yu en parler d’innombrables fois. Cependant, il ne lui avait jamais donné d’instructions pour s’entraîner avec des foyers spirituels.

Long Xing Yu acquiesça : « Les foyers spirituels sont des fourneaux de fusion spirituelle. Apprendre à les utiliser n’a pas grand-chose à voir avec le talent. C’est l’un des plus précieux trésors magiques de la nature. On peut choisir énormément de capacités de chevalier, mais à part quelques unes qui dépendent de notre talent interne, la plupart seront acquises par l’entraînement. Les foyers spirituels sont différents. La grande majorité des foyers spirituels te rendront capable d’utiliser des capacités qui ne peuvent pas être acquises en s’entraînant, et les foyers spirituels sont tous différents. Chacun a des propriétés uniques et même si différentes personnes s’entraînent en utilisant le même foyer spirituel, le résultat produit sera différent. »

« Il existe de nombreuses sortes de foyers spirituels, 74 ont été catalogués jusqu’à ce jour. Chaque foyer est compatible à certaines disciplines et il y en a un total de 23 compatibles avec les chevaliers. Certains sont plus compatibles avec les chevaliers, mais les guerriers peuvent aussi les utiliser. »

Long Hao Chen était devenu graduellement de plus en plus fasciné par les explications de son père, « Père, où est-ce que je peux avoir un foyer spirituel ? »

Long Xing Yu répondit : « En général, ils ne peuvent être trouvés que dans des lieux concentrant beaucoup d’énergie spirituelle ou dans des ruines anciennes. Quelle que soit la discipline, il n’y a en moyenne qu’une personne sur mille qui possède un foyer spirituel. Cela s’applique aussi aux chevaliers. Cependant, les foyers spirituels sont recherchés par toutes les disciplines. C’est parce que seuls ceux possédant un foyer spirituel peuvent devenir plus formidables que ceux du même grade. »

En disant ces mots, Long Xing Yu passa un anneau noir à l’index de Long Hao Chen. Comme s’il s’était ajusté avec son doigt, cet anneau noir avait rétréci jusqu’à être parfaitement à sa taille.

« C’est un sceau à six couches. J’ai scellé, dans ton anneau, toutes les compétences puissantes utilisées par les Chevaliers du Châtiment du quatrième au neuvième grade. Chaque fois que ton énergie spirituelle atteindra un niveau supérieur, tu seras capable de briser une partie du sceau et d’étudier chacune de ces compétences une par une. »

Ensuite, il sortit un livre et le passa à Long Hao Chen, « Tout ce que tu as à savoir sur les foyers spirituels est expliqué en détail dans ce livre. Je n’ai pas le temps de te le montrer en personne, donc tu devras apprendre tout seul, compris ? »

« Père… » Long Hao Chen lâcha ce mot, les yeux rouges.

« N’oublie pas la faveur que tu dois à la personne qui t’as donné cet anneau. »

L’enfant hocha doucement la tête. Après avoir réveillé son énergie spirituelle interne, Long Xing Yu lui avait dit à quel point il devait être reconnaissant envers la fille muette qui lui avait laissé cet anneau.

Tandis que de l’énergie spirituelle y était injectée, les gravures dorées sur l’anneau parurent presque vivantes et une mince lueur bleue apparut, brillant intensément. Long Hao Chen prit le livre recensant les mystères des foyers spirituels.

L’anneau qu’il avait reçu était un anneau de stockage de très grande valeur. À l’intérieur, on pouvait stocker plus de dix mètres cubes d’objets. Il ne contenait au départ qu’une capacité défensive qui créait un mince bouclier bleu quand il était stimulé. Aussi longtemps que l’on versait de l’énergie spirituelle dans cet anneau, le bouclier existerait toujours et sa force augmenterait en même temps que l’énergie spirituelle. Long Xing Yu disait que c’était un type d’enchantement rare.

En regardant Long Hao Chen qui rangeait son livre, Long Xing Yu soupira faiblement : « Hao Chen, bien que j’ai un certain nombre de bons équipements, je ne prévois pas de t’en donner. C’est parce que les armes et les équipements n’ont de la valeur que quand on les obtient en comptant sur ses propres efforts : ainsi, tu seras vraiment capable de les chérir. »

« Père, je ne veux pas me séparer de toi. » Les larmes de Long Hao Chen s’arrêtèrent enfin de couler.

Long Xing Yu prit son fils dans ses bras et soupira : « Hao Chen, tes émotions sont ta force, mais aussi ta faiblesse. Souviens-t’en, ni Père ni Mère ne seront à tes côtés dans le futur ; tu devras devenir une personne taciturne, tu ne peux pas avoir le cœur sur la main. (Tr : avoir un grand cœur) »

« Ne pleure pas, ce n’est qu’une séparation temporaire. Père espère que la prochaine fois que nous nous verrons, tu seras capable de me faire te regarder d’un œil nouveau. »

« Père et mère vont partir. Je ne peux te laisser aucun équipement, mais voici un présent que j’ai préparé pour toi il y a longtemps. »

Tout en disant cela, Long Xing Yu lâcha la main de son fils et plaça la sienne sur son propre torse. Il appuya fermement et une lumière blanche apparut.

La lumière était faible, suivie par une énergie particulière qui ondulait avant de pulser, ce qui donnait le tournis à ceux qui la regardaient.

Ce n’était indubitablement ni l’énergie de la Lumière Sacrée, ni l’énergie spirituelle de Long Xing Yu. Celui-ci retira lentement sa main sous le regard de Long Hao Chen qui semblait très impressionné ; dans la paume de son père, un éclat blanc était apparu. Un petit chaudron de trois pieds de long apparut dans la main de Long Xing Yu.

La lumière blanche était émise par ce chaudron blanc qui bougeait doucement de haut en bas, créant un effet hypnotique.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s