RTW Chapitre 67 – Bataille d’Hermès (Partie II)

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

 

La bataille finale tant attendue n’arriva jamais.

 

Un soldat arriva aux côtés de la femme debout devant la ligne de front et pressa contre son épée pour la faire reculer.

 

« Reculez. » Sa voix n’était pas forte, mais était claire et lourde. Alicia remarqua que même après l’intervention de cette personne inconnue, les soldats à ses côtés gardaient leurs positions. En y regardant de plus près, elle vit un ‘I’ sur les manches de l’homme et en dessous, il y était écrit ‘Armée de Châtiment Divin.’

 

Elle inclina la tête, et pas très loin, une équipe de grands guerriers sortit de la Porte du Nord. Ils étaient tous équipés des mêmes armures couvrant leur corps en entier, qui avaient une brillance argentée sous la pluie, et leur manteaux rouges flottaient sous le vent. Cependant, chacun possédait une arme différente, quelques-uns tenaient des épées et des boucliers tandis que d’autres maniaient des hallebardes ou des haches en fer. Après avoir traversé le pont, ils ne marchèrent pas en équipe, ils s’étalèrent et allèrent droit confronter les bêtes démoniaques.

 

Quelle tactique est-ce ? Ils sont en train de créer un bordel total ! Ils firent face aux bêtes démoniaques avec une puissance et une vitesse surpassant ce qu’il était humainement possible d’atteindre. Ils veulent combattre les bêtes démoniaques complètement seuls et sans aucune forme d’ordre ? De plus, comment pourrions-nous laisser l’Armée de Châtiment Divin combattre seule contre les bêtes démoniaques ?

 

« Nous devons les couvrir ! »

 

« Non, » l’homme inconnue secoua la tête, semblant un peu morne, « Vous devez rester en arrière. Si vous vous précipitez au combat, vous ne ferez que les gêner. »

 

Les gêner ? Alicia regarda colériquement l’homme, se pourrait-il que son impression de cet homme était mauvaise ? Etait-il rien de plus qu’un lâche ? Elle serra la poignée de son épée, prête à immédiatement joindre la bataille – bien que le futur de la Nouvelle Ville Sainte soit encore inconnu, en ce moment de grande crise, ils devaient faire face à l’ennemi, mais elle n’était autorisée qu’à regarder de derrière en attendant que d’autres se battent pour elle.

 

Avant qu’elle n’avance de deux pas, une scène incroyable se produisit devant elle.

 

Quelque chose vola du ciel, sa forme celle d’un Ange Déchu. Ses grandes ailles couvertes par des plumes argentées, et complètement ouvertes, son envergure plus de douze pieds. Elle possédait une tête d’oiseau, une paire de longues cornes et des griffes barbelées capables de couper à travers l’armure d’un guerrier comme s’il s’agissait de beurre.

 

Une descente verticale du ciel était l’attaque préférée de la bête, cachée et difficile à défendre contre. Même en tenant un bouclier lourd, les soldats n’étaient pas capables de se défendre. L’énorme force d’impact brisait leurs bras et broyait leur cage thoracique. Plusieurs soldats étaient déjà morts de leurs attaques sans aucune chance de représailles. Leur seule chance était de l’éviter en se jetant sur le sol, s’écartant de la dangereuse attaque.

 

Mais les membres de l’Armée de Châtiment Divin n’esquivèrent pas. Un guerrier vêtu d’une armure argentée se tint fermement contre l’ennemi, et au dernier moment il tendit les mains et saisit les griffes arrières avec ses mains. La l’impact eut tellement de force qu’un crissement se fit entendre.

 

Le guerrier plia son pied droit tout en redressant son pied gauche, il étendit les bras et forma une ligne droite avec son corps, créant une posture suffisamment puissante pour repousser l’impact. Quand un autre guerrier examina la bête démoniaque s’arrêter en plein air, il lança un javelot. Le javelot fut si rapide qu’Alicia ne vit qu’une lueur argentée. Le javelot traversa le crâne de la bête, implosant directement au moment de l’impact.

 

Le guerrier qui tenait encore les griffes de la bête jeta le corps qui convulsait toujours. Un de ses bras formait un angle anormal, il semblerait que certains os du soldat se soient brisés. Apparemment, il n’avait pas survécu à l’impact sans blessure, mais il prit calmement sa hache en fer et recommença à tuer des bêtes démoniaques.

 

Ils ne dépendaient que de la force brute pour résister au troupeau de monstres. A cette vue, Alicia n’en crut pas ses yeux. Des centaines de soldats de l’Armée de Châtiment Divin se jetèrent sur le troupeau de bêtes démoniaques. En raison de leurs manteaux rouges, ils ressemblaient à une flaque de sang, arrêtant brusquement l’ennemi dans sa lancée. Elle comprit maintenant ce que ce soldat voulut dire par ‘les gêner.’ Chacun d’entre eux possédait la force, l’agilité et le temps de réaction d’une bête démoniaque – non, ils étaient encore plus forts. Devant eux, des bêtes démoniaques ordinaires ressemblaient presque à de petits enfants.

 

« Ils sont incroyables ! » Alicia se sentit euphorique du fond de son coeur. Avec un groupe de guerriers aussi puissants, la Cathédrale d’Hermès ne tomberait jamais ! « Ah, oui, je ne vous ai jamais demandé votre nom, mon nom est Alicia Quinn, quel est votre nom, Capitaine ? Vous semblez connaitre les capacités de combat de l’Armée de Châtiment Divin ? »

 

Le Capitaine regarda Alicia directement dans les yeux, son regard aussi froid que la pluie. Quand il répondit finalement, il ne donna pas son nom, il ne fit que murmurer, « Mon frère est membre de l’Armée de Châtiment Divin. »

 

*

 

« Il semble que nous gagnons, » dit l’Evêque Mayne, qui se tenait au plus haut niveau de la Cathédrale, regardant par la fenêtre. Ici, au point le plus élevé de la Nouvelle Ville Sainte, il utilisait un télescope pour regarder plus de la moitié du champ de bataille. « Cessez l’attaque des mangonneaux, notre armée commencera bientôt son assaut pour récupérer les murs de la ville. »

 

« Vous savez que gagner n’était pas l’objectif principal, n’est-ce pas ? » Soudainement, une autre voix se fit entendre. Le destinateur de la voix portait les mêmes habits dorés que l’Evêque Mayne, la seule différence étant qu’il était bien plus vieux, « La partie importante du combat est que les armées des quatre Royaumes ont été détruites. »

 

« Oui. Ainsi, leurs lignes défensives seront inutiles, » dit la dernière personne. Elle semblait être la plus jeune du trio, apparemment au début de sa trentaine, et aussi la seule femme parmi les trois archevêques. « Leur armée permanente constituée de plus de 5000 soldats bien entrainés et bien équipés et près d’un millier de chevalier a été effacée de la carte. Ils auront besoin de quatre à cinq ans pour réorganiser les troupes. Ah … » Elle laissa échapper un gémissement et continua dans la joie, « La journée est vraiment magnifique. »

 

« Mais afin d’atteindre cet objectif, nous avons dû sacrifier plusieurs de nos soldats, ils faisaient partis de l’épine dorsale de notre Eglise, » soupira Mayne, « Si ce n’était pas le moyen le plus rapide d’atteindre notre objectif, je n’aurais jamais envoyé tous ces soldats dans ce purgatoire. »

 

Le vieillard caressa sa barbe en réfléchissant et dit, « Nous n’avions pas d’autres choix, les bêtes sauvages étaient apparues, comme décrites dans le Livre Sacré. En suivant les instructions du livre, nous n’avons plus le temps. Si nous n’unifions pas le continent entier et forçons le Royaume à accepter le joug d’une seule entité, seule la mort nous attendra. »

 

« La destruction n’est en réalité rien de mal, » dit la femme tout en rigolant frivolement, « Les humains sont toujours gourmands, ils ne voient que le profit. Sous le nom et la bannière de la vertu, ils agissent encore plus sauvagement que les bêtes démoniaques, peut-être que le Diable de l’enfer nous traitera même mieux que la façon dont les humains se traitent entre eux. »

 

« Bruyère ! » cria colériquement l’homme tout en tirant sa barbe, « Vos commentaires peuvent être considérés comme de la trahison et de l’hérésie contre la volonté de Dieu, voulez-vous mourir ? »

 

« Vous n’avez pas à le prendre à cœur mes paroles, Tayfun, » Bruyère haussa négligemment les épaules, son visage plein de désapprobation, « La personne en charge du tribunal est moi, pas vous. De plus, pensez-vous vraiment qu’il est important pour Dieu de savoir si nous survivrons ou non ? Comment savez-vous qu’il est plus attentionné que le Diable ? »

 

« Vous … ! »

 

« Assez ! Tayfun ! Bruyère ! » Cria Mayne, irritée, « Ca suffit pour aujourd’hui. Je dois faire mon rapport au Pape, vous deux allez-vous en et complétez votre mission. »

 

……

 

Une fois partis, Mayne se tint devant la fenêtre, regardant en direction du nord – avec la Montagne du Désespoir au fond, une terre où la neige ne s’arrête jamais, et à l’ouest, un territoire barbare. Ici se trouvait le commencement.

 

Il savait que l’Evêque Tayfun avait raison, les soldats dans l’Armée de Châtiment Divin étaient trop précieux. Pour la rejoindre, les soldats devaient être des croyants, mais devait aussi être assez forts pour survivre à la transformation. Après un siècle d’accumulation, l’Eglise fut capable de rassembler plus d’un millier de soldats. S’ils voulaient combattre les démons, ce nombre n’était pas suffisant.

 

Mais le Nord n’avait pas tant de guerriers. S’ils en voulaient plus, ils n’avaient d’autre choix que d’unifier le continent.

 

Bien sûr, l’Evêque Bruyère était aussi correcte. Elle était la juge de l’Eglise, responsable du jugement de milliers de Sorcières. Qu’ils fussent des bonnes ou des mauvaises Sorcières, elles étaient tous rassemblées et tuées de la manière la plus sauvage.

 

Plus votre position était élevée dans l’Eglise, plus vous le ressentiriez clairement, Dieu n’était ni bon, ni mauvais.

 

« Comment savez-vous s’il est plus attentionné que le Diable ? » Quand il repensa aux mots de Bruyère, Mayne ne put s’empêcher de rire à haute voix. Je crains qu’elle possède un don pour ennuyer Tayfun jusqu’à lui retirer le mot de la bouche. Dieu n’avait jamais béni le monde, pas plus qu’il n’avait montré une quelconque attention pour le Diable.

 

Dieu est du côté des gagnants.

 

 

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre précédent Index | Chapitre suivant

Publicités

8 réflexions sur “RTW Chapitre 67 – Bataille d’Hermès (Partie II)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s