Shen Yin Wang Zuo chapitre 30

Chapitre 30 : Le Foyer Spirituel Saint (4)

« Oh ? » Long Hao Chen, qui était toujours plongé dans l’entraînement de son énergie spirituelle interne et dans l’étude des foyers spirituels, répondit brièvement avant de partir avec Li Xin.

Celle-ci avait coiffé ses longs cheveux et utilisé un ruban bleu pour les réunir en une queue de cheval. Elle partit ensuite avec Long Hao Chen et ils revinrent vers le hall principal pour se diriger vers le troisième étage.

Nalan Shu les attendait déjà : dès qu’il les vit, il vint vers Long Hao Chen et dit en souriant, « T’es-tu bien reposé ? Es-tu satisfait de la résidence ? »

Long Hao Chen fit d’abord un salut à Nalan Shu, puis il répondit, « J’ai vraiment apprécié cet endroit. Merci Oncle Nalan. »

Nalan Shu sourit faiblement. Il appréciait de plus en plus cet enfant : il avait un père aussi formidable mais il ne montrait pourtant pas la moindre arrogance.

« Tu as déjà complété l’Éveil Sacré, ce qui prouve que tu as le potentiel pour devenir un chevalier. Cependant, pour que tu puisses rejoindre le Hall d’Hao Yue, nous devons mener à bien ton inscription. Par conséquent, il sera nécessaire de tester ton énergie spirituelle actuelle. Demain, tu commenceras à étudier dans la classe des Chevaliers Authentiques les compétences et les capacités des Chevaliers Gardiens. S’il y a quoi que ce soit que tu ne comprends pas, viens me voir et demande-moi directement. »

« Oui. » répondit Long Hao Chen, qui bougea le poignet et dégaina lentement l’épée lourde de son dos. Parce que son père ne voulait pas qu’il révèle ses capacités de Chevalier du Châtiment, il ne portait qu’une seule épée lourde, l’autre étant, naturellement, cachée à l’intérieur de son anneau de stockage.

« Petit frère, tu veux devenir un Chevalier Gardien ? » Li Xin semblait perplexe.

Long Hao Chen rit, « J’ai fait ce choix après être venu pour le dernier test. »

L’instrument utilisé pour le test était le même que la dernière fois, c’était toujours ce pilier de pierre noire.

« Vas-y maintenant. » Nalan Shu hocha la tête en direction de Long Hao Chen.

Ce dernier se concentra et fit un pas en avant, l’épée lourde dans sa main droite tressautant et libérant une sorte d’éclair ; de nombreuses couches de lumière entouraient la lame de manière visible. Ce n’était pas une compétence, mais un phénomène causé par l’injection d’énergie spirituelle dans la lame.

On entendit un Ping étouffé et les murs du hall d’examen se mirent à briller d’une douce lueur bleue. Que ce soit Nalan Shu ou Li Xin, les deux regardaient nerveusement le sommet du pilier de pierre noire.

« 268. » Un nombre très élevé y apparut.

L’oncle et la nièce haletèrent en même temps, complètement sans voix, et Li Xin cria : « Tu n’es qu’à deux niveaux d’énergie spirituelle d’un Chevalier Authentique du troisième rang. Petit frère, es-tu vraiment un humain normal ? Un Chevalier du troisième rang qui n’a pas encore douze ans ! »

En fait, un an et demi plus tôt, quand Li Xin avait rencontré Long Hao Chen pour la première fois, elle venait aussi tout juste d’atteindre le niveau de Chevalier Authentique. En tout juste un an et demi, Long Hao Chen avait plus que doublé son niveau d’énergie spirituelle. Bien que sa vitesse de croissance soit étroitement liée au fait que ses énergies spirituelles internes et externes étaient cultivées toutes les deux, il pouvait toujours être décrit comme étant d’un talent effrayant.

Long Hao Chen rangea son épée et se tint sans bouger ; il n’était pas du tout surpris par son classement, mais ce n’était évidemment pas son vrai niveau d’énergie spirituelle. Après avoir fusionné avec le Foyer Spirituel Saint, son niveau d’énergie spirituelle interne avait chuté de plus de cinquante niveaux, sans quoi son niveau d’énergie spirituelle serait à un niveau surpassant le quatrième rang et presque au niveau d’un Chevalier Authentique du cinquième rang.

« Un génie, un véritable génie. » murmura Nalan Shu.

Li Xin cligna de ses grands yeux, regarda intensément Long Hao Chen et dit : « C’est vraiment dommage que tu sois si jeune comparé à moi, autrement, grande sœur aurait sans aucun doute choisi de s’emparer de toi. »

En la regardant, Long Hao Chen ne put s’empêcher de rougir. Il pouvait toujours se souvenir clairement de la scène qui s’était déroulée plus d’un an auparavant, quand Li Xin avait attrapé sa main et l’avait fait toucher sa poitrine.

« Viens, c’est l’heure de manger. » Li Xin attrapa le bras de Long Hao Chen et dit quelques encouragements à Nalan Shu avant de sortir en courant.

Sortant du Hall, Li Xin traîna Long Hao Chen devant l’un des plus grands restaurants aux alentours et ils y entrèrent.

Dès qu’ils furent à l’intérieur, un serveur vint immédiatement s’occuper d’eux : « Bienvenue, Mademoiselle Xin’er. »

Li Xin acquiesça et dit : « Apportez-nous quelque chose à manger. »

Le serveur sembla assez surpris en voyant Li Xin tirer le bras de Long Hao Chen, « Suivez-moi au deuxième étage, s’il vous plaît. »

Li Xin secoua la tête et dit : « Pas besoin, la salle principale nous ira très bien. Nous nous assiérons ici, près de la fenêtre. Apportez-nous le menu, je meurs de faim. »

Tout en parlant, elle tira Long Hao Chen et s’assit.

À cette heure-ci, la salle principale du restaurant était bondée. Immédiatement après s’être assise avec Long Hao Chen, Li Xin commanda de la nourriture, mais elle le fit d’une manière qui élargit les horizons de Long Hao Chen.

Après avoir reçu un menu du serveur, Li Xin désigna cinq ou six plats dessus. Pendant que Long Hao Chen se demandait toujours pourquoi le serveur n’avait pas noté ses choix de plats, Li Xin dit : « Exceptés ceux-là, amenez tout. »

C’était presque toute la carte : il y avait vingt à trente plats !

« Grande sœur, c’est vraiment beaucoup trop. Ça va être impossible à finir. » se hâta de dire Long Hao Chen, connaissant désormais un peu mieux sa nouvelle grande sœur. Son côté facile à vivre désinvolte le rendait vraiment à l’aise quand il était près d’elle.

Li Xin prit un air sérieux et dit : « Comment ça ça va être impossible à finir ? Tu es toujours en pleine croissance, donc tu as besoin de beaucoup manger. »

« Allez, qu’est-ce que c’est que ça ? Faire manger plus les gens ? À l’évidence, c’est juste que tu es une grosse mangeuse. » Après que Li Xin eut fini de commander la nourriture, une voix froide et mêlée de moquerie lui parvint.

Long Hao Chen se retourna et vit deux hommes et une femme, trois personnes qui venaient d’entrer dans le restaurant. Quand ils passèrent près d’eux, ils s’arrêtèrent ; plus exactement, c’était la fille qui avait parlé.

Cette jeune fille portait une robe bleu foncé. Une énergie élémentaire semblait planer autour de cette robe, la faisant briller d’une lueur bleu ciel. Sur le côté gauche de sa poitrine, il y avait un emblème à trois étoiles encerclées par six galons dorés.

Une Robe magique. Est-ce une Mage ? Long Hao Chen ne connaissait les mages qu’à travers les leçons de son père, c’était la première fois qu’il en voyait un de sa vie.

Trois étoiles et six galons, c’était la marque d’une discipline au sixième rang du troisième grade. C’était donc une Mage Authentique. Les trois premières étapes de la discipline de mage étaient nommées Assistant de Mage, Étudiant Magique et Mage Authentique.

Bang, Li Xin frappa violemment la table et se leva, puis dit avec colère : « Lin Jia Lu, qui c’est que t’appelles une grosse mangeuse? »

Lin Jia Lu poussa un petit grognement, « Qui est celle qui mange autant ? »

Long Hao Chen, qui prêtait surtout attention à la robe magique, jeta un coup d’œil plus attentif à l’apparence de la mage.

Lin Jia Lu et Li Xin pouvaient être décrites comme de rares beautés, bien que leurs styles soient complètement différents. Li Xin, franche et pleine de vigeur, était une sorte de beauté robuste. De l’autre côté, Lin Jia Lu avait une apparence plus distinguée, plus intelligente.

Une peau blanche, une taille moyenne, de longs cheveux bleu clair lâchés dans son dos, des sourcils gracieux, un joli nez, une paire d’yeux identiques et parfaits et son visage doux ; tout cela donnait aux gens l’envie de la chérir.

Cependant, elle portait dans ses mains une baguette magique noire en bois faisant près de 70 centimètres de long, au sommet de laquelle poussaient des branches ayant la forme d’une petite main, juste assez grande pour tenir une gemme d’eau bleue de la taille d’un poing. Le pouvoir magique élémentaire que l’on pouvait sentir s’échapper de la baguette magique était beaucoup plus intense que celui de sa robe.

« Tu cherche la bagarre ou quoi ? » Avec de la colère étincelant dans ses yeux, Li Xin marcha devant Lin Jia Lu.

Les deux jeunes hommes qui étaient arrivés avec cette dernière se précipitèrent vers l’avant, un de chaque côté de Lin Jia Lu, semblant plutôt nerveux. Ils étaient tous les deux des guerriers vêtus d’armures de cuir, c’était à l’évidence les gardes du corps de Lin Jia Lu.

Ce que les mages craignaient le plus était d’être attaqués. En dépit du fait qu’ils possédaient un pouvoir destructif formidable grâce à la magie, ils étaient très vulnérables. Par conséquent, un bon mage avait toujours des domestiques le suivant pour le protéger.

« Mesdemoiselles, calmez-vous s’il vous plaît. Il y a tout juste un mois, vous avez reçu des punitions de l’Officier Supérieur et du Ministre. » rappela nerveusement le guerrier de gauche.

« Humph ! » Li Xin et Lin Jia Lu réagirent presque en même temps, se lançant des regards noirs.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s