Shen Yin Wang Zuo chapitre 39

Chapitre 39 : La Montagne Sacrée des Chevaliers (1)

Ce jour-là, Asura Ye ne portait pas les mêmes vêtements que d’habitude. Il avait enfilé une armure légère argentée qui recouvrait tout son corps. En plus du bouclier qu’il utilisait lorsqu’il entraînait Long Hao Chen, il y avait aussi une épée lourde dans son dos. Il avait jeté ses bagages sur son disciple, qui les avait rangés dans son anneau de stockage, « Ne M’Oublie Pas ». (Tr : le nom de l’anneau spatial donné par Cai’er)

La tenue de Long Hao Chen était très simple comparée à celle de son professeur. Il ne portait même pas son armure, il n’avait qu’une épée et un bouclier, le même Bouclier Radiant que Li Xin lui avait donné.

« Professeur, n’allons-nous pas à la Montagne Sacrée des Chevaliers ? » demanda Long Hao Chen, l’air perplexe, pendant qu’ils rebroussaient chemin. Ils semblaient se diriger vers l’arrière du Hall d’Hao Yue.

« Suis-moi juste. » dit Asura Ye d’une manière détendue.

Sa réponse n’était comme ça que parce que c’était Long Hao Chen qui avait demandé. Si ç’avait été quelqu’un d’autre, il aurait juste été discrédité tout en étant copieusement injurié.

Quand ils entrèrent dans le terrain d’exercice, l’entraînement des chevaliers n’avait pas encore commencé. La plupart d’entre eux étaient probablement toujours en train de manger dans le réfectoire, donc l’endroit était très silencieux.

Asura Ye s’arrêta et leva sa main droite comme s’il s’agissait d’une épée à double tranchant avant de donner soudainement un coup dans le vide. De pâles lumières dorées se regroupèrent pour former des motifs dorés qui bougèrent dans l’air.

Long Hao Chen avait déjà vu ces actions auparavant. Li Xin les avait utilisées une fois, n’est-ce pas la méthode pour invoquer une monture ? Se pourrait-il que Professeur soit aussi devenu un Chevalier Authentique avant l’âge de vingt ans et ait aussi visité la Montagne Sacrée des Chevaliers ?

La lumière dorée augmenta et des étincelles dorée formèrent une porte qui brillait d’une lumière éclatante. Accompagnée d’un grand cri, une silhouette émergea de la lumière dorée.

Quand cette silhouette eut fini de se matérialiser, Long Hao Chen ne put s’empêcher de la regarder fixement. Il s’était entraîné avec Ye Hua pendant deux ans mais c’était la première fois qu’il voyait sa monture.

C’était un grand oiseau au corps jaune clair. Il faisait plus de deux mètres et demi de haut, ses plumes jaunes étaient disposées en formes circulaires exotiques et sa tête était parfaitement ronde. Son corps semblait très robuste et une légère couche de lumière jaune de l’élément Terre semblait émaner de lui.

Durant son entraînement avec son père, à part les exercices quotidiens, Long Xing Yu lui avait aussi enseigné toutes sortes de connaissances ; cela incluait naturellement les bêtes magiques.

Après un court moment de surprise, Long Hao Chen reconnut la créature comme une rare bête magique volante de l’élément terre ; son nom était le Vif des Montagnes, une bête magique du sixième grade.

En général, la majorité des bêtes magiques volantes appartenaient au système élémentaire du vent, le reste étant dans les autres systèmes élémentaires, mais les bêtes magiques volantes du système élémentaire de la terre étaient les plus rares de toutes. Le Vif des Montagnes n’était peut-être pas le plus rapide mais que ce soit en matière de défense ou de capacité de transport, il n’y avait aucune bête magique du même grade qui pouvait l’égaler.

« Professeur, vous êtes donc un Chevalier Aéroporté. » dit Long Hao Chen avec admiration.

Parmi les chevaliers du cinquième grade, seuls ceux qui avaient une monture volante pouvaient s’appeler « Chevaliers Aéroportés », sans quoi ils ne pouvaient être appelés que Chevaliers Terrestres. Incontestablement, au même rang, les Chevaliers Aéroportés étaient les plus puissants.

Tandis qu’Asura Ye révélait un rare regard doux, le Vif des Montagnes baissa la tête et laissa son maître le caresser un peu avant de déployer ses gigantesques ailes de cinq mètres d’envergure et s’accroupir.

Asura Ye attrapa Long Hao Chen, sauta doucement et atterrit en haut du dos du Vif des Montagnes. Avant que le jeune chevalier n’ai pu réagir, un vent fort se leva, le Vif des Montagnes battit fortement ses deux ailes puis prit son envol.

C’était la première fois que Long Hao Chen voyageait sur une bête magique volante ; se sentant un peu nerveux, il attrapa inconsciemment les plumes de l’oiseau.

Le paysage sous eux devint de plus en plus petit et très vite, le Vif des Montagnes était déjà haut dans les airs.

Une couche d’essence terrestre jaune fut relâchée par le corps de la bête magique, elle enveloppa Long Hao Chen et Ye Hua pour s’assurer qu’ils ne soient pas emportés par le vent. Les ailes de l’oiseau battaient toujours tandis qu’il avançait vers l’horizon.

Long Hao Chen savait que les montures étaient connectées spirituellement avec leurs maîtres, donc ce Vif des Montagnes savait naturellement où ils se dirigeaient.

Si rapide, se dit Long Hao Chen. La Cité d’Hao Yue se réduisait en dessous d’eux alors que le Vif des Montagnes s’élevait dans le ciel jusqu’à atteindre une altitude d’environ un kilomètre, sa hauteur de vol. Être assis sur son large dos donnait une impression inattendue de douceur.

Après tout, Long Hao Chen n’avait pas encore quatorze ans, c’était la première fois qu’il était amené à vivre une expérience aussi fantastique. Ce Vif des Montagnes était clairement une bête magique adulte, la sensation quand on volait sur son dos était vraiment merveilleuse ! Quand nous arriverons à la Montagne Sacrée des Chevaliers, ça serait génial si je pouvais avoir cette bête magique !

Ye Hua réagit : « Tu es envieux ? »

Long Hao Chen acquiesça sans la moindre retenue.

Ye Hua dit : « Tu en auras aussi l’opportunité. Je vais te parler des lieux dans la Montagne Sacrée des Chevaliers où tu pourras chercher un compagnon, tu va devoir te souvenir de ce que je vais te dire. »

« Oui. »

Ye Hua continua : « La Montagne Sacrée des Chevaliers est la terre magique où le Temple des Chevaliers s’est établi. Cette chaîne de montagnes est une pierre angulaire que de nombreuses générations ont établie après des efforts considérables. En fait, la Montagne est elle-même une gigantesque zone magique. À l’intérieur de celle-ci, toutes les bêtes magiques deviennent amicales envers les humains et leur force est restreinte.

Là-bas, les bêtes magiques les plus anciennes peuvent même communiquer mentalement. Chaque humain qui entre dans la montagne doit avoir moins de vingt ans et une énergie spirituelle ayant atteint le 200ème niveau, il doit aussi avoir subi l’éveil sacré et obtenu l’approbation du Temple des Chevaliers pour pouvoir s’approcher de ces bêtes magiques.

Tu dois garder à l’esprit que là-bas, tu chercheras un compagnon pour la vie, pas juste une monture. Il sera ton ami le plus loyal et, à moins que tu ne meures, il t’accompagnera toute ta vie durant. Il sera même encore plus fiable que les futurs compagnons que tu auras.

Quand on part chercher une monture dans la Montagne Sacrée des Chevaliers, il y a un facteur de chance très important. Peut-être que tu trouveras la monture qui te convient après avoir fait un pas. Mais si tu n’as pas cette chance, j’ai bien peur que même si tu patientes pendant dix ou cent ans, aucune bête magique ne te prêtera attention. Par conséquent, entrer dans la Montagne Sacrée, en un sens, est un processus consistant à rechercher cette opportunité. »

En entendant cette partie, Long Hao Chen demanda : « Professeur, comment puis-je saisir cette opportunité ? »

Ye Hua soupira et caressa doucement les plumes sur le dos de son compagnon, « Chacun a un destin différent. Cette fois-là, quand j’ai rencontré mon Vif des Montagnes, il ne faisait que trente centimètres et dès que je l’ai vu, mon cœur s’est rempli d’un intense sentiment de familiarité avec lui. »

« La grande majorité des bêtes magiques dans la Montagne Sacrée des Chevaliers n’attaquent pas les humains, mais il y en a certaines avec un tempérament violent qui t’avertiront dès que tu feras un pas dans leur territoire. Si tu rencontres ce genre de bête magique, le badge fourni par le Temple t’en informera dans une certaine mesure. Ne rentre pas hâtivement à l’intérieur des limites de son territoire. Si vous êtes réunis par le destin, elle viendra naturellement à toi. Ces catégories de bêtes magiques sont souvent des créatures relativement puissantes dans la Montagne Sacrée des Chevaliers. »

Long Hao Chen garda en tête les conseils de Ye Hua : il n’osera pas être le moins du monde imprudent. Un compagnon, Professeur a raison, dans le futur, j’aurai ma propre monture et compagnon. Mais quel genre de monture ça sera ?

« Professeur, est-ce que la sorte de monture que je suis destiné à apprivoiser sera lié à mon potentiel inné ? » demanda Long Hao Chen avec curiosité.

Ye Hua acquiesça et répondit : « Bien sûr que ça sera lié. En gros, quand une monture te reconnaît, c’est comme si elle reconnaissait ton potentiel inné. Plus une bête magique est formidable, plus elle sera exigeante envers les capacités de son compagnon. Pour ça, j’avais eu beaucoup de chance. »

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s