Shen Yin Wang Zuo chapitre 48

Chapitre 48 : La Monture de Long Hao Chen (2)

Rapidement, Ye Hua découvrit que la main de l’aîné n’était pas la seule partie de son corps qu’il avait transformée en lumière. Même sa tête était devenue transparente et quelques mèches de cheveux s’étaient soudainement colorées en doré. Comme s’ils étaient plongés dans un énorme océan d’aura sacrée, ses cheveux s’étaient dressés. Ye Hua, surpris, perdit l’équilibre et s’appuya contre le mur de pierre de la grotte.

« Un [Corps Brillant Complet] ? » s’exclama-t-il.

[Corps Brillant] était après tout quelque chose que seuls les chevaliers au moins au septième grade, les Templiers, pouvaient utiliser. Mais à un plus haut niveau de cultivation, le champ qu’il couvrait augmentait. Cette capacité ne pouvait être appelée [Corps Brillant Complet] que quand le corps se changeait complètement en quelque chose de similaire à du cristal, c’était le symbole d’un Templier du neuvième rang ! En d’autres termes, l’aîné devant ses yeux pouvait qu’être un Chevalier Saint, ou au moins un Templier du neuvième rang. Dans le monde extérieur, ce genre d’existence pouvait devenir le Maître du Hall d’un Hall régional.

L’effet du [Corps Brillant] ne pouvait pas aller jusqu’à affecter une zone entière. Au plus, il pouvait doubler la puissance offensive et plus le niveau de cultivation de l’utilisateur était élevé, plus le [Corps Brillant] durait longtemps.

Le vieil homme toussa avant de transférer soudainement l’énergie spirituelle lumineuse dans la plaque dorée ; une lumière éclatante se répandit dans toutes les directions.

Les trapèzes anciens gravés dans le sol s’activèrent tous et se mirent à briller les uns après les autres tandis qu’une imposante ondulation magique commençait à apparaître.

Alors que Ye Hua, toujours appuyé contre la paroi, regardait cette scène, il eut soudainement l’impression que ses yeux étaient attirés par celle-ci et il eut un sensation étrange, comme s’il avait enfin franchi le seuil du 3 000ème niveau d’énergie spirituelle.

Psh– —

Tous les symboles antiques s’enflammèrent en une fraction de seconde et les innombrables motifs qu’ils composaient se changèrent en vagues de lumière qui brillaient à travers la salle.

À ce moment, Long Hao Chen sentit que son Foyer Spirituel Saint se tortillait violemment. L’élément de lumière dense présent à l’extérieur semblait stimuler le Foyer Spirituel, traversant le corps de Long Hao Chen tandis qu’une petite partie restait à l’intérieur de celui-ci et stimulait quant à elle la rotation de son énergie spirituelle.

La myriade de motifs dorés lumineux s’envola et commença à tourbillonner. Elle forma ce qui ressemblait à une gigantesque tornade qui n’était pas composée d’une seule molécule d’air : cette forme énorme et terrifiante était entièrement faite d’élément de lumière.

Long Hao Chen sentit soudainement son corps trembler. C’était comme si une source inépuisable d’énergie de lumière avait rempli son corps et stimulait les rotations qui s’y déroulaient.

Mh.

Un son similaire au fredonnement d’un oiseau résonna et les motifs lumineux convergèrent en un point, faisant apparaître un vortex doré circulaire. Simultanément, une lumière dorée sortit de ce vortex et commença à devenir de plus en plus grande. Long Hao Chen, assis le dos droit au milieu de ce grand espace, était enveloppé par ce vortex.

La voix de l’aîné atteignit les oreilles de l’adolescent, « La sélection peut maintenant commencer. Tu seras capable de sentir les auras d’innombrables bêtes magiques. À partir de ces auras, tu devras trouver celle qui te semble la plus familière et la plus appropriée pour devenir ton égale. Garde bien en tête que tu dois trouver celle qui est la plus familière, sinon le contrat sera impossible à faire et il n’y aura aucun moyen de l’amener dans notre monde. »

Long Hao Chen pouvait entendre clairement tout ce que l’ancien avait dit, mais il ne répondit pas parce qu’une sensation étrange emplissait déjà son corps.

À cet instant, la lumière dorée diminua. Long Hao Chen avait l’impression que son âme était déjà loin, entrée dans un autre monde mystérieux.

Ce monde était rempli d’innombrable petites taches de lumière. Ces taches se rejoignirent pour former des essences de lumière qui l’entourèrent. Il semblait actuellement être au centre de cet univers ; les essences de lumière contenaient chacune d’innombrable étincelles de lumière qui suivaient son regard, comme si elles étaient sous son contrôle.

Néanmoins, ces taches étaient vraiment trop nombreuses et colorées. Chacune d’entre elles avait une aura différente. Un quart d’heure, il garda fermement à l’esprit qu’il n’avait qu’un quart d’heure. Il n’avait qu’une seule chance.

Ne voulant pas passer trop de temps à réfléchir et encore moins perdre du temps, Long Hao Chen commença à regarder au hasard les nombreuses étincelles de lumière, filtrant chaque aura une par une.

Il n’avait aucun moyen de savoir que chacune de ces essences de lumière était un espace parallèle et que les éclats de lumière les composant étaient les auras émises par les bêtes magiques venant de cet espace. L’endroit où il se tenait, la grande formation antique, était précisément une existence formidable qui incluait cette espace parallèle. C’était aussi le cœur de la Montagne Sacrée des Chevaliers.

Froideur, peur, résistance, colère… il pouvait sentir d’innombrables émotions, chacun d’entre eux lançant des attaques mentales contre lui. Seulement, ces attaques n’étaient pas puissantes du tout. Se fiant à son incroyable force mentale, il augmenta sa perception. À chaque fraction de seconde, des douzaines d’éclats de lumière étaient filtrés.

Les bénéfices d’avoir une force mentale innée exceptionnelle se manifestaient indubitablement, à présent. Si c’était quelqu’un d’autre, il n’aurait peut-être même pas été capable d’examiner un dixième de ces lumières.

Le temps passa, minute après minute, seconde après seconde, et Long Hao Chen ne pouvait s’empêcher de se sentir de plus en plus anxieux. Il pouvait sentir que les auras qui étaient affectueuses avec lui étaient bien trop peu nombreuses bien que l’écrasante majorité de ces taches de lumière transmettaient de la terreur, comme si elles avaient peur de lui.

Le quart d’heure était bientôt terminé et Long Hao Chen sentait que tout ce qui était dans son champ de vision devenait graduellement de plus en plus illusoire.

Non, non, je dois trouver mon compagnon ! hurla involontairement Long Hao Chen. À cet instant, sa perception des environs s’éclaircit légèrement.

À l’intérieur de la caverne, le vieil homme continuait d’observer Long Hao Chen. La raison pour laquelle le temps maximum était de quinze minutes était parce que c’était l’extrême limite que l’énergie spirituelle de Long Hao Chen lui permettait de supporter. C’était aussi la raison derrière le fait que seuls ceux de moins de vingt ans pouvaient utiliser cette méthode. S’il était plus vieux, la formation magique blesserait son utilisateur à la place.

Un quart d’heure s’était déjà écoulé mais la lumière dorée que l’adolescent émettait n’avait pas encore disparu. Son visage était très pale et il serrait les dents de douleur.

Quelle formidable volonté ! s’exclama secrètement le vieillard. Il savait pertinemment que quand trop d’énergie spirituelle avait été utilisée, et que le corps ne pouvait plus supporter le processus, la formation magique renvoyait la personne. Seule une volonté formidable pouvait rendre quelqu’un capable de l’endurer plus longtemps et rester quelques instants de plus.

« Je l’ai trouvé ! » Le décor devant les yeux de Long Hao Chen devint irréel. Il était confus et porta inconsciemment son regard dans la direction de l’essence de lumière. Un sentiment intense d’affection et de joie remplissait son âme.

Sans hésitation, Long Hao Chen initia le contrat d’égaux. Le sceau que Ye Hua lui avait tendu plus tôt utilisait sa puissance mentale pour connecter les deux âmes. Aussi longtemps que les deux côtés acceptaient, le contrat marcherait ; dans le cas contraire, c’était impossible qu’il réussisse. C’était une sorte de contrat magique pacifique. Puisque le temps venait à manquer, il n’avait même pas la possibilité de montrer son excitation.

Le lien se compléta avec un éclat de lumière et se remplit de joie et d’affection. La respiration du garçon s’accéléra. Les deux côtés avaient accepté le contrat en une fraction de seconde.

Les étincelles de lumière disparurent avec la vaste zone d’essences de lumière et tout redevient doré. Au milieu de cette couleur éclatante, Long Hao Chen sentit qu’une autre présence était avec lui. C’était une aura débordante de tendresse.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

Une réflexion sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 48

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s