Shen Yin Wang Zuo chapitre 52

Chapitre 52 : Évolution (2)

Des motifs violets s’étendirent de sa queue à son cou et de là, commencèrent à se diriger vers deux endroits : le premier étant le sommet de sa tête et le second le renflement sur son cou.

Une énergie spirituelle étrange ondulait calmement. Le Lézard de Feu sembla soudainement souffrir, mais il était principalement excité. Son corps commença à convulser violemment. Cette énergie spirituelle instable surgissait toujours sous la forme de lignes violettes, mais le niveau de ces ondes avait clairement dépassé ce qu’une bête magique du second grade ordinaire pouvait faire.

« Évolution !? Ce Lézard de Feu veut évoluer ! » s’exclama le vieil homme. Une bête magique qui évoluait n’était pas quelque chose de rare, mais en général, seules les bêtes magiques au-dessus du cinquième grade en avaient la possibilité. Ce lézard était tout juste au second grade mais juste après avoir reçu le sang de Long Hao Chen, il voulait évoluer !

Avec un Pu, d’intenses remous violets apparurent soudainement dans l’air et immédiatement, son corps d’un mètre de long commença à grandir à vue d’œil.

L’évolution ne concernait pas seulement la taille de son corps, les écailles subirent aussi de fantastiques changements : originellement plates et glissantes, elles devinrent plus tranchantes et plus longues ainsi que bien plus épaisses. Le changement le plus remarquable était sur la bosse au-dessus de son cou : contre toute attente, cette excroissance grandissait avec le reste du corps.

Avec un Puchi, le corps du Lézard de Feu se raidit soudainement et l’instant suivant, une tête complètement nouvelle commença à se former à partir du renflement, apparaissant à côté de son autre tête. Son corps avait à ce moment grandi jusqu’à faire deux mètres de long.

Une lumière violette brilla soudainement et ce fut comme si tout s’était immobilisé. Les motifs violets s’étendirent jusqu’à sa seconde tête, quelques traces d’excroissances se formant au-dessus de celle-ci ; le lézard semblait beaucoup plus féroce.

Après l’évolution, il ne semblait pas y avoir beaucoup de différences entre les deux têtes. La seule chose qui les différenciait était la couleur de leurs yeux. Cette seconde tête avait une paire d’yeux dorés.

Suite à son évolution, les quatre membres du Lézard de Feu devinrent beaucoup plus épais et la carapace sur son dos plus résistance. Il ne semblait désormais plus handicapé comme il l’avait été à cause de la bosse sur son cou.

Après avoir évolué, une nouvelle excroissance apparut à la base de la seconde tête. Celle-ci n’était cependant pas aussi grande que la précédente et ne faisait que la taille d’un poing.

« Niveau intermédiaire du quatrième grade ? » Ye Hua et le vieil homme se firent face, un choc extrême se lisait dans leurs yeux.

Chez les bêtes magiques, chaque grade était divisé entre niveau élémentaire, intermédiaire, supérieur et maximal. Sauter du niveau intermédiaire du second grade à celui du quatrième grade était une évolution de huit étapes !

Ils n’avaient non seulement jamais observé un tel phénomène par le passé, mais ils n’en avaient même jamais entendu parler. Les évolutions ordinaires de bêtes magiques n’étaient supposées ne faire au mieux que quelques changements au corps, augmenter un peu leur force et passer du niveau intermédiaire à supérieur. Une évolution de grade était quelque chose dont ils n’avaient jamais entendu parler mais elle avait pourtant été accomplie par ce Lézard de Feu devant leurs yeux.

Non, il ne pouvait plus être appelé comme cela : l’élément de la seconde tête était complètement différent, celle-ci émettait une aura lumineuse.

Un lézard à deux têtes et deux éléments, quelle genre d’espèce était-ce !? De plus, après la percée qui s’était déroulée lors de son évolution, le Lézard de Feu ne ressemblait désormais plus à une bête magique bonne à rien.

Ye Hua prêtait particulièrement attention à la nouvelle bosse qui était apparue avec sa nouvelle tête ; serait-il possible qu’une troisième tête apparaisse lors de la prochaine évolution du lézard ?

Ye Hua déglutit et demanda à l’aîné qui se trouvait à ses côtés, « Aîné, reconnaissez-vous cette espèce de bête magique ? »

L’ancien rit avec amertume et secoua la tête, « Pas le moins du monde. Personne n’est capable d’identifier toutes les bêtes magiques, particulièrement celles invoquées d’autres dimensions. Ce petit gars semble avoir récupéré un trésor ! Tant que ce lézard peut évoluer encore une fois, Long Hao Chen possédera une monture exceptionnelle. Eh, que fait-il !? »

Pendant qu’ils parlaient, le lézard à deux têtes baissa celles-ci. Long Hao Chen le regarda attentivement, lui aussi choqué par l’évolution. Il balança sa longue queue en avant et la mordit avec sa seconde tête, libérant un sang violet. Avec cette évolution, la couleur de son sang avait étonnement changé.

Les marques d’accord apparurent une fois de plus, mais celle sur le dos du lézard n’avait pas grandi lors de l’évolution ; cette fois, le lézard était celui qui avait provoqué son apparition.

La queue bougea lentement, du sang violet gouttait à son extrémité, et se dirigea vers la marque sur le front de Long Hao Chen.

Le corps de l’adolescent resta raide et une sensation de chaleur se répandit, versée sur son front avant de se propager instantanément dans tout son corps.

« Il lui retourne la faveur. Il utilise son propre sang pour le guérir ! » Ye Hua était stupéfait par cette scène.

Plus le niveau d’une bête magique était élevé, plus elle était censée être intelligente. Les bêtes magiques au-dessus du sixième grade étaient supposées avoir une intelligence supérieure à celle d’un humain. Cependant, ce lézard à deux têtes devant leurs yeux semblait extrêmement intelligent, il avait même appris la méthode que Long Hao Chen avait utilisée pour compenser la perte de sang qu’avait subi l’adolescent.

Deux têtes et quatre yeux, deux rouges et deux dorés, regardaient avec affection Long Hao Chen. Le lézard tremblait légèrement.

Des veines commencèrent à apparaître sur le front de Long Hao Chen et se propagèrent au reste de son corps, il avait l’impression que son corps se métamorphosait et était incapable de dire s’il trouvait cela douloureux ou agréable. Il ne pouvait sentir que vaguement ses vaisseaux sanguins brûler, subissant des changement capables d’inverser la terre et le ciel (Tr : des changements vraiment ahurissants, quoi^^ ) . Sa sensation de faiblesse induite par la perte de sang disparut dans cette sensation de brûlure intense.

Long Hao Chen et le lézard s’agitèrent simultanément et ils ressentirent tous les deux quelque chose de vaguement familier.

« Leur contrat de sang est encore plus profond que la relation entre maître et serviteur. » laissa échapper involontairement l’aîné, « Commencer un lien de sang pour sauver son maître ! Ce lézard à deux têtes est en train de remercier Long Hao Chen pour sa gentillesse. »

Ye Hua connaissait aussi le contrat de sang, une sorte de contrat rare et extrême : dès que Long Hao Chen n’avait ne serait-ce qu’une égratignure, alors ce lézard serait aussi blessé. Et si Long Hao Chen mourait, alors il mourrait aussi indubitablement. Cependant, si le lézard était celui qui venait à mourir, alors cela n’affecterait pas Long Hao Chen le moins du monde.

On racontait qu’un contrat de sang avait beaucoup d’autres usages : il était même possible pour une bête magique de transférer ses capacités à son maître à travers un tel contrat. En général, aucune bête magique ne voulait se soumettre à ce genre de contrat ; ainsi, les mystères des contrats de sang était une chose connue uniquement par une poignée de gens.

Le vieil homme inspira profondément et répondit lentement : « Que ce lézard soir capable ou non d’évoluer à nouveau dans le futur, il sera bien plus proche de ton disciple qu’aucun autre compagnon de chevalier. À toute chose, malheur est bon ; j’imagine que cet apprenti a gagné quelque chose dans cette histoire. »

La lumière s’évanouit graduellement et les motifs veinés de violet sur le corps de Long Hao Chen disparaissaient lentement. Le lézard à deux têtes écarta sa queue, s’avança vers Long Hao Chen et utilisa ses deux têtes pour se frotter doucement contre sa jambe.

« Quel compagnon extraordinaire j’ai ! Mon nom est Long Hao Chen et je te donnerai le nom de Hao Yue. » (Tr : pour ceux qui se poseraient la question, oui, le « hao » de Hao Yue est le même que celui de Hao Chen et le nom obtenu est le même que celui de la cité)

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

Une réflexion sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 52

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s