Shen Yin Wang Zuo chapitre 53

Chapitre 53 : Examen d’Entrée et Équipement (1)

Ping, ping, ping On toquait à la porte.

« Petit frère, nous devons y aller. Tu es prêt ? » Tout en l’appelant, Li Xin frappait bruyamment.

« J’arrive, j’arrive. » Long Hao Chen ouvrit la porte et sortit.

Les yeux de Li Xin brillèrent, « Wah, tellement beau. »

Long Hao Chen portait un vêtement de guerrier blanc, soigné et fonctionnel. Un dragon d’argent y était brodé, recouvrant les deux parties de l’habit y compris le col. Une pierre était incrustée au centre de la ceinture et de l’énergie lumineuse s’en échappait.

Ses longs cheveux noirs tombaient sur ses épaules et un ciel étoilé semblait être visible à travers ses yeux dorés limpides. Des lèvres rouges, des dents blanches, une peau aussi douce qu’une pierre précieuse, un nez fin et un regard profond : on ne pouvait trouver aucun défaut à son apparence.

À peine six mois s’étaient écoulés mais, une fois de plus, Long Hao Chen avait grandi : il avait une carrure mince et élancée, ainsi qu’une musculature sculptée à la perfection. C’était un corps bien formé et parfaitement proportionné.

D’ordinaire, l’apparence de Long Hao Chen avec des vêtements ordinaires était déjà stupéfiante ; mais maintenant qu’il s’était changé pour ce superbe habit de guerrier, il pouvait tout simplement rendre n’importe quelle fille jalouse de lui.

L’adolescent se sentait un peu embarrassé de porter ces vêtements, « Sœur, il n’y a pas besoin de s’habiller aussi formellement, je n’ai vraiment pas l’habitude. »

Ces habits avaient été faits par Li Xin spécialement pour lui, donc les vêtements de Long Hao Chen étaient très différents de ce que portaient d’ordinaire les chevaliers du Hall d’Hao Yue.

« Comment peux-tu rester mal à l’aise avec eux ? Petit frère, le blanc est la couleur qui te va le mieux, tu es cent fois plus beau comme ça ! Ai, pourquoi n’es-tu pas né quelques années plus tôt ? Une honte, c’est une honte. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble et notre différence d’âge devient de moins en moins importante. Dans le futur, si je ne peux pas trouver d’homme, alors je m’emparerai de toi. » (Tr : un peu extrême la grande sœur ^^’ )

Li Xin jaugea Long Hao Chen du regard tout en brandissant son poing vers lui de manière menaçante.

À cet instant, deux têtes sortirent du dos de Long Hao Chen pour lui caresser doucement la jambe, un Wu Wu sortant de leurs bouches.

Long Hao Chen s’accroupit et tapota les deux têtes de lézard, « Tu ne peux pas venir cette nuit, reste à la maison pour surveiller. Sois sage, je te ramènerai du poisson séché plus tard. »

Ce lézard à deux têtes était clairement le compagnon magique que Long Hao Chen avait ramené de la Montagne Sacrée des Chevaliers, à qui on avait donné le nom d’Hao Yue.

Hao Yue était devenu une nouvelle espèce enregistrée par la Montagne Sacrée et six mois s’étaient déjà écoulés depuis que Long Hao Chen l’avait ramené à la maison.

Les montures magiques vivaient d’ordinaire dans un lieu spécifique et n’étaient invoquées du côté des chevaliers à travers leur contrat que quand ceux-ci avaient besoin d’elles. Cependant, ce petit Hao Yue était différent, il voulait sans vergogne rester avec Long Hao Chen en toutes circonstances et quoi qu’on lui dise, il restait réticent à l’idée de retourner dans son lieu d’origine.

À cause du mélange de leur sang, du fait qu’il ne l’avait pas rejeté et parce qu’il ne se sentait pas abandonné, le degré de familiarité entre eux avait surpassé de loin la relation entre les autres chevaliers et leurs compagnons.

Le premier avantage apporté par le contrat de sang était que depuis qu’il était revenu, Long Hao Chen pouvait sentir que leurs cœurs étaient liés. Avec un contrat d’égaux ordinaire, seule la bête magique pouvait sentir les sentiments et intentions du chevalier. Cependant, le contrat de sang les rendait conscients l’un de l’autre. Hao Yue ne pouvait pas parler mais Long Hao Chen était capable de sentir le moindre de ses changements d’humeur. Même s’ils étaient éloignés, cela marcherait toujours.

En entendant les mots ‘poisson séché’, les deux têtes d’Hao Yue ouvrirent grand leurs yeux, se regardèrent l’une l’autre d’une manière très humaine puis levèrent leurs museaux et acquiescèrent plusieurs fois tout en s’avançant vers Long Hao Chen. Il semblait même saliver.

Long Hao Chen étreignit les deux têtes et leur dit : « Je m’en vais maintenant, je reviendrai plus tard. »

En tant que membre du Hall d’Hao Yue, Long Hao Chen recevait cinq pièces d’or par mois, mais il ne lui restait tout simplement aucun argent parce que tout ce qu’il obtenait était utilisé pour acheter de la nourriture à Hao Yue.

Ce petit gars était extrêmement vorace et aimait particulièrement le poisson, son plat favori étant le poisson séché aux cinq épices, au point que Long Hao Chen était devenu le genre de personne qui dépensait tout son revenu mensuel avant même d’avoir reçu le prochain.

Après quelques mois, Long Hao Chen découvrit à son plus grand étonnement que chacune des têtes d’Hao Yue pouvait penser indépendamment. Quand il venait juste de revenir de la Montagne Sacrée des Chevaliers, il ne l’avait pas du tout senti mais six mois plus tard, il avait vu que la tête aux yeux rouges était un peu plus violente alors que celle aux yeux dorés était beaucoup plus douce.

Ayant obtenu la promesse de Long Hao Chen, Hao Yue retourna dans la pièce de bonne humeur et balança sa large queue pour fermer la porte sans effort.

Li Xin dit avec envie, « Hao Chen, Hao Yue est extrêmement intelligent même s’il a l’air d’un enfant, collé à toi toute la journée comme il est. »

Long Hao Chen gloussa, enchanté : « C’est sûr ! Il est comme mon petit frère, enfin mes deux petits frères, on ne peut rien faire pour eux. Sœur, allons-y. »

Les deux quittèrent le Hall d’Hao Yue et, pendant qu’ils marchaient dans la rue, Long Hao Chen demanda : « Sœur, que se passe-t-il aujourd’hui ? Pourquoi Oncle veut-il nous inviter ? »

Plus tôt, quand Li Xin avait donné les habits à Long Hao Chen, elle lui avait juste dit qu’aujourd’hui, son père voulait l’inviter à déjeuner et qu’il avait certaines choses à lui dire.

Après avoir passé autant de temps ensemble, Long Hao Chen savait déjà que le père de Li Xin était en fait Lin Ao Xiao, l’Officier Supérieur de la Cité d’Hao Yue et que le père de Lin Jia Lu, Lin Yin Jia, était le Consul de la Cité.

Toutes les cités à l’intérieur de l’Alliance des Temples avait un Consul chargé des affaires du gouvernement et un Officier Supérieur chargé des affaires militaires, deux rôles complémentaires.

Li Xin sourit, « Ce n’est pas que mon père. Il y aura aussi Oncle Lin et Oncle Nalan ainsi que le Maître du Hall du Temple des Mages d’Hao Yue, Oncle Bai Yu et enfin le Maître du Hall du Temple des Guerriers d’Hao Yue, Oncle Chun Hua. »

Long Hao Chen était sidéré : ces cinq personnes étaient toutes des personnalités importantes de la Cité d’Hao Yue et remplissaient les positions les plus importants de celle-ci. Hao Yue était une cité de taille moyenne et seuls trois des six grands temples avaient établis un hall ici. Avec le Consul et l’Officier Supérieur des affaires militaires, ils se chargeaient de presque toutes les décisions liées à la cité. Ces cinq personnes voulaient l’inviter déjeuner, comment Long Hao Chen aurait-il pu ne pas être choqué ? »

« Sœur, pour quelle raison sommes-nous invités ? » demanda l’adolescent, perplexe.

Li Xin répondit : « Nous sommes bien sûr convoqués pour la veille de la Compétition de Sélection de Chasse aux Démons. Nous sommes tous des concurrents et ils nous ont rassemblés pour nous ennuyer avec leurs leçons. »

Alors qu’ils parlaient, ils arrivèrent à l’hôtel de ville d’Hao Yue et Li Xin guida directement Long Hao Chen au troisième étage. Des employés spécialisés les accueillirent et les guidèrent jusqu’à une salle de réception.

Quand les deux adolescents arrivèrent, il faisait déjà nuit ; des plats étaient disposés sur une table ronde avec deux sièges vides, de toute évidence préparés pour eux.

Long Hao Chen balaya les environs du regard et découvrit que parmi toutes les personnes présentes, il ne reconnaissait personne à part Nalan Shu et cette Lin Jia Lu avec qui il s’était battu.

Naturellement, Li Xin la vit aussi. Leurs yeux se rencontrèrent et simultanément, elles tournèrent la tête avec un mouvement brusque, chacune ignorant l’autre. Cependant, quand le regard de Lin Jia Lu glissa sur le visage de Long Hao Chen, elle ne put s’empêcher de le regarder d’un air vide.

Sur le siège d’honneur était assis un digne homme d’âge moyen qui jeta un regard strict à Li Xin, « Li Xin, tu n’es pas autorisée à agir grossièrement. » De toute évidence, il s’agissait du père de Li Xin et de l’Officier Supérieur des affaires militaires de la Cité d’Hao Yue, Li Ao Xiao.

Li Xin tira la langue avant de saluer les autres personnes déjà assises, « Salutations Oncle Lin, Oncle Nalan, Oncle Bai, Oncle Chen. »

Les hommes acquiescèrent les uns après les autres et Long Hao Chen, appelé juste après Li Xin devant ces quelques personnages importants de la Cité d’Hao Yue, les salua à son tour.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

4 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 53

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s