Shen Yin Wang Zuo chapitre 90

Chapitre 90 : Possibilité d’Évolution pour le Foyer Spirituel (4)

« Regardez-bien, je vais commencer. » dit Lin Xin avec un doux sourire.

Quoi ? Il n’avait même pas encore commencé ? La jeune fille était déjà sur le point de s’effondrer.

Il leva une fois de plus le cristal de nuée ardente et lui fit toucher le centre du halo. Avec un Ding métallique, l’anneau rouge se dispersa instantanément et se changea en d’innombrables points rouges qui éclairèrent l’air dans lequel ils flottaient.

À ce stade, tous les concurrents étaient concentrés sur Lin Xin mais aucun ne parvenait à deviner ce qu’il était sur le point de faire. »

« Transforme-toi. » dit le jeune homme d’une voix basse. Toutes les personnes présentes purent voir le cristal dans sa main se mettre à trembler. Lin Xin semblait être en train de murmurer une sorte d’incantation mais il était tellement rapide que ni son adversaire ni l’arbitre ne pouvaient l’entendre clairement.

Les éclats de feu dans l’air commencèrent à se transformer et à grossir. Le plus étrange était que, durant ce processus, ils ressemblaient à des boutons de fleurs qui éclosaient lentement.

Des roses apparurent l’une après l’autre dans l’air sans aucun support et tournèrent lentement autour du corps de Lin Xin.

Cette scène était extrêmement choquante ! Le jeune mage déjà magnifique était entouré de roses faites d’essence de feu solidifiée ; il ressemblait à un elfe.

Presque tous les concurrents avaient le souffle coupé. Ils ne pouvaient tout simplement pas en croire leurs yeux.

Il y avait au moins une centaine de ces roses. À quel point son contrôle était-il bon pour pouvoir manipuler aussi précisément autant d’essence de feu ?

L’adversaire de Lin Xin, une fille qui avait eu du mal à gagner les deux premiers jours, n’était plus pâle. À la place, elle s’était mise à rougir intensément : puisqu’elle était très proche de lui, elle pouvait voir extrêmement clairement cette scène. Toutes les filles recherchaient la beauté. Même sans mentionner son contrôle exquis de la magie de feu, les yeux de la jeune fille n’étaient plus remplis d’amertume mais d’admiration.

Cependant, Lin Xin n’en avait pas encore terminé. Il tendit le cristal de nuée ardente devant lui et ordonna, « Condensez-vous. »

Instantanément, toutes les roses semblèrent réagir et se rassemblèrent pour former une forme écarlate. Il s’agissait d’une rose géante sans aucun défaut.

Lin Xin dirigea son bâton vers le côté gauche de son torse et on put soudain entendre un bruit, « Thump, Thump, Thump, Thump. » C’était des battements de cœur. Ils accompagnaient la rose qui prenait lentement la forme d’un cœur.

Le cristal de nuée ardente s’illumina une fois de plus, surprenant tout le monde. Cet énorme « cœur » vola droit en direction de la mage qui faisait face à Lin Xin.

Comment cette fille choquée et secouée pourrait avoir le temps de réagir. Quand elle vit cette grande forme enflammée filer sur elle, son expression changea mais elle n’eut même pas le temps de penser à l’éviter. Son cerveau s’était mis en pause.

Toutes les roses disparurent alors et le « cœur » grandit pour devenir un anneau en forme de cœur entourant la jeune fille. Il n’avait absolument aucun effet offensif et ne faisait qu’entourer le corps de la femme. La lumière rouge qu’il produisait encercla la mage et reflétait son rougissement.

La jeune fille avait les bras ballants et le regardait d’un air vide. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle devait faire, mais en observant les autres concurrents, elle vit que presque toutes les magiciennes fumaient de jalousie.

Tellement cool, tellement romantique. Les mages pouvaient donc bien donner naissance à une aussi belle scène.

« Ma démonstration est terminée, à vous mademoiselle. » dit Lin Xin avec courtoisie tout en regardant son adversaire.

« Ah ! » cria #61, s’effondrant presque. Elle avait complètement perdu son sang-froid et ses joues étaient écarlates.

« Je, je ne peux pas…j’abandonne. » Quand elle finit sa phrase, elle sentit son rythme cardiaque s’accélérer. Elle n’osa pas regarder Lin Xin et s’échappa aussi vite qu’elle en était capable.

Même l’arbitre de ce combat, un Grand Tuteur Magique du septième grade, était complètement stupéfait. Il était tout à fait confus : il pouvait atteindre un contrôle aussi précis mais était incapable de le faire aussi rapidement que Lin Xin et en restant si calme. Un tel contrôle de la magie ne pouvait plus être décrit comme du « génie », c’était tout simplement un talent sans égal !

Sur l’estrade, un vieux mage assis au premier rang grogna bruyamment, « Des idioties vulgaires pour contenter la foule, magnifique à l’extérieur mais vide à l’intérieur. »

À son grand étonnement, les mages autour de lui étaient en admiration et le vieux mage assis à sa gauche répliqua, « Vieux Lin, tu ne peux pas le décrire comme ça. Une scène aussi exceptionnelle nécessite une ingéniosité et un contrôle incroyables. La perception magique de cet enfant est tout simplement ahurissante. Dans le futur, il deviendra sans aucun doute l’une des principales figures du Temple des Mages. »

Le vieux Lin grogna de colère, « Vieux débris Ge, tes yeux ont un problème. Une principale figure ? N’importe quoi, il se rapproche plus d’un bouffon qui n’est bon qu’à divertir les foules. »

Le visage du vieux Ge était noir de rage, « Vieux Lin, tu ne peux pas dire ça. À notre âge, ne me dis pas que tu es jaloux ? Même si tu es un Guide de Régiment Magique, je n’accepterai pas que tu harcèles un jeune talent comme lui. »

Le vieux Lin se leva soudainement, « Très bien alors, je vais arrêter de regarder ça ; je suis extrêmement furieux. Tu penses que je vais mettre une raclée à ce petit bâtard ? Tu crois qu’il a quoi que ce soit que je ne peux égaler ? »

Le vieux Ge s’indigna, « Pourquoi insultes-tu les gens ? Tu ne sais donc pas comment un sage magique doit se comporter ? »

Le vieux Lin renifla, « En quoi le fait que j’insulte mon propre petit-fils est ton problème ? » Quand il eut fini de parler, il partit en vibrant de colère. Tout comme avant, ses yeux étaient grands ouverts et il regardait Lin Xin, qui était en train de sourire et de faire signe aux autres concurrents.

Lin Xin frissonna et n’osa pas continuer à parader. Il se dépêcha de retourner dans les gradins.

Quand le vieux Lin fut parti, le vieux Ge montra une expression étrange, « Alors ce jeune était le second petit-fils du vieux Lin, ce monstre légendaire. Pas étonnant que le vieux débris veuille lui passer un savon. »

Stade du Temple des Assassins.

Dans le Grand Stade de l’Alliance, le stade du Temple des Assassins était vraiment le plus étrange de tous : il n’avait rien à voir avec les arènes bien éclairées des cinq autres. Au contraire, il était sombre et pouvait même être décrit comme sinistre.

Aujourd’hui, la compétition du Temple des Assassins avait commencé un peu plus tard que dans les autres stades à cause des décors qu’ils avaient installés.

D’énormes stèles se dressaient au milieu de l’arène. Ces stèles semblaient être disposées aléatoirement. Chacune d’entre elles était assez large pour qu’il faille deux personnes pour en faire le tour. On venait apparemment tout juste de les placer.

Une voix froide se fit entendre depuis une estrade un peu à l’écart, « Cette années, il y a eu un total de 48 concurrents. Après les deux premiers jours, il ne reste que 12 personnes. Aujourd’hui, pour déterminer les dix meilleurs, vous allez entrer dans l’arène ensemble et combattre. Tous les moyens sont permis et tous ceux qui ne sont plus en état de se battre seront éliminés. Les quatre premiers perdants seront tirés au sort pour faire un dernier combat qui permettra d’en éliminer deux définitivement. Que tous les concurrents entrent ; après mon décompte, le match commencera. »

« Dix. »

« Whoosh, whoosh, whoosh, whoosh, whoosh… » Une série de sons résonna et les participants dans les gradins filèrent tous tels des flèches vers l’arène.

Les assassins du Temple des Assassins étaient beaucoup plus mystérieux que les experts des autres temples. Tous leurs visages étaient recouverts de voiles et certains avaient même couvert leurs fronts et ne révélaient ainsi que leurs yeux. Leurs mouvements étaient rapides et agiles et la voix qui comptait n’en était même pas arrivée à sept que tous les participants s’étaient déjà évanouis dans l’air.

« Du, du, du, du, du… » Plus le stade était silencieux, plus il serait facile pour un bruit d’attirer l’attention des gens, tout comme c’était actuellement le cas.

Tous les participants ne s’étaient pas élancés dès le départ : il y avait une exception.

De longs cheveux violets tombant dans son dos, des yeux vides qui donnaient une impression de solitude à ceux qui les regardaient. La tige de bambou verte tapait doucement le sol et sa propriétaire marchait lentement, pas à pas, vers le centre de l’arène.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 90

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s