Shen Yin Wang Zuo chapitre 91

Chapitre 91 : Le Chevalier du Châtiment Long Hao Chen (1)

Qui est cette personne ? Cette question apparut simultanément dans l’esprit de presque tous les assassins cachés dans l’ombre. Est-elle une compétitrice ? Mais comment un assassin peut-il être aveugle ?

À ce moment, une pensée traversa l’esprit de tous les assassins. Auparavant, le nombre de concurrents était de quarante-sept personnes, pas quarante-huit comme cette voix venait de l’annoncer.

Cette place qui avait été vacante durant les deux premiers tours, se pourrait-il que ce soit…le cinquième grade ?

Mais qu’est-ce que ça peut faire qu’elle soit au cinquième grade ? Quelle puissance une femme assassin aveugle pouvait-elle déployer ?
« Du, du, du… » Cai’er marcha silencieusement vers l’arène. Elle ne marchait pas vite, elle était même plus lente qu’une personne ordinaire. Elle avait l’air d’une morte-vivante, aucun signe de vie n’émergeait de la froideur qui se répandait autour d’elle.

La voix qui parlait depuis l’estrade ignora complètement les actions de Cai’er et continua son décompte, « 5, 4, 3, 2, 1, commencez. »

Cai’er atteignit le centre de l’arène à l’instant où la voix dit « commencez ». Elle se tenait approximativement au milieu du stade et cette zone, sans aucune stèle, était assez large. Elle était parfaitement visible pour les assassins cachés.

Silence. Toute l’arène était silencieuse et aucun assassin ne se pressait pour agir. Douze personnes et les quatre premiers à être mis hors combat allaient devoir faire un match supplémentaire. En d’autres mots, les huit qui parvenaient à éviter d’être éliminés allaient entrer automatiquement dans les dix premiers. Dans ces circonstances, personne n’allait vouloir faire le premier mouvement.

Cependant, le fait que les autres ne bougent pas ne voulait pas dire que Cai’er restait immobile. Elle s’arrêta pendant trois secondes puis sa canne en bambou bleue commença à faire des du du dans une direction. Par coïncidence, cette direction était celle d’une stèle et il y avait de plus un assassin caché derrière.

Cai’er ne semblait avoir aucune défense. Son corps était rempli d’ouvertures, sans parler de sa lenteur et elle comptait entièrement sur sa canne pour avancer.

Pu—— Enfin, le bambou heurta la stèle. Cai’er s’arrêta soudainement et c’est à cet instant que l’assassin caché bougea.

Il sauta depuis le milieu de la stèle, prenant avantage de son agilité et de ses vêtements légers, et sans faire le moindre bruit, jeta un regard à la tête de Cai’er avant de diriger sa dague noire vers l’épaule de l’adolescente.

S’il n’y avait pas eu l’interdiction de tuer durant la compétition, il aurait visé le cou de Cai’er.

Les autres assassins, cachés dans l’ombre, ne bougèrent pas d’un millimètre. Ils observaient calmement leur environnement tout en souhaitant voir quelqu’un d’autre commencer une attaque pour s’occuper de Cai’er.

Transpercer !

Tous les assassins purent voir que la dague de leur confrère visait l’épaule de Cai’er. Pourtant, une seconde plus tard, les pupilles de tous les observateurs s’étrécirent soudainement.

C’était parce qu’ils pouvaient voir deux Cai’er.

La Cai’er qui avait été frappée était complètement immobile mais la dague n’avait pas fait couler de sang. La seconde Cai’er qui était apparue faisait quand à elle deux mètres de haut.

La douce main de Cai’er, la même que Long Hao Chen avait tenue la veille, se plaça à un quart de l’extrémité de la canne en bambou. Sa paume, qui ne semblait pas faire plus d’une quinzaine de centimètres de long, s’avançait lentement.

L’assassin découvrit à sa grande surprise qu’il n’avait fait que poignarder l’air. Hélas, puisqu’il ne pouvait pas se soustraire à la gravité, il s’effondra.

Il sentit un engourdissement au niveau de sa nuque et perdit connaissance.

Les autres assassins ne virent qu’une ombre devant leurs yeux alors qu’elle se retrouvait à nouveau devant la stèle, au même endroit que lorsqu’elle aurait dû être frappée par le coup de son adversaire.

La canne de bambou balaya le sol et la jeune fille la dirigea doucement vers la taille de l’assassin. Immédiatement, l’homme s’effondra au sol comme un tas de chiffon.

« #18, éliminé » dit une voix froide depuis l’estrade.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

5 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 91

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s