Shen Yin Wang Zuo chapitre 97

Chapitre 97 : En fait, je suis vraiment très laid (3)

Les préliminaires de la compétition en étaient déjà à leur troisième jour et la plupart des Temples étaient déjà au dernier tour. Le Temple des Assassins, le Temple Spirituel et le Temple des Prêtres avaient déjà désigné leur top dix. Les autres combats n’étaient là que pour déterminer leur position.

À cause de la place vacante chez les chevaliers, Long Hao Chen n’alla pas au stade. Dès tôt le matin, il attendit silencieusement Cai’er à l’endroit où ils se retrouvaient tous les jours.

Stade des Assassins.

Il ne restait que dix personnes dans les gradins mais les regards de neuf d’entre elles étaient dirigés vers la dernière.

Cai’er était calmement assise ; ses yeux oppressifs avaient une grande influence sur les neuf autres concurrents. Elle avait à la main une canne en bambou bleue qui semblait inoffensive au premier coup d’œil.

Assassin du cinquième grade, compétence secrète [Double d’Ombre]. La favorite et le seul assassin au cinquième grade de cette compétition.

Tous les yeux étaient sur elle. Cai’er était assise au premier rang, en face de l’estrade. Elle se leva et dit d’une voix particulièrement froide, « Je m’avoue vaincue pour le reste de la compétition. »

Quand elle prononça ces mots, les esprits des neuf autres se vidèrent. Elle quitta le Stade des Assassins à l’aide de sa canne qui produisit des Du, du, du.

Dans la rue, Long Hao Chen était en train d’attendre Cai’er. Pour la première fois depuis qu’il était arrivé dans la plus grande cité de l’Alliance, il était complètement relaxé.

Il y avait d’innombrables bâtiments des deux côtés de la rue. L’écrasante majorité d’entre eux étaient lourdement décorés, ce qui donnait un air très médiéval à la cité.

Ses blessures de la veille étaient déjà totalement guéries. Depuis le début, Long Hao Chen n’avait jamais été gravement blessé et il comptait en plus sur ses compétences de soin de Chevalier Gardien pour récupérer. Il était donc déjà parfaitement en forme. Durant le combat contre le chevalier du cinquième grade, son potentiel avait été encore plus stimulé. Après un jour et une nuit de cultivation, son énergie spirituelle avait énormément augmenté. C’était notamment grâce à l’utilisation de la compétence [Emmagasinement de Puissance] qui avait une grande influence sur sa cultivation et avait rendu son énergie spirituelle liquide encore plus concentrée. Long Hao Chen était confiant dans le fait que s’il continuait de cultiver comme ça, il allait atteindre le seuil du cinquième grade en dix jours.

« Du, du, du. » Un son familier tira Long Hao Chen hors de ses réflexions.

« Cai’er. » En voyant que non loin de là, Cai’er s’approchait lentement, il devint immédiatement très joyeux. Long Hao Chen courut vers elle et se dépêcha de lui prendre la main.

Cai’er sourit et demanda, « Tu attends depuis longtemps ? »

Long Hao Chen secoua la tête, « Non, je viens d’arriver. Est-ce que tu viens aussi tôt tous les jours pour m’attendre.

Cai’er secoua elle aussi la tête, « Non, je ne reviens pas à heures fixes. Mais les prochains jours, je devrai être ici plus tôt. »

Alors qu’il tenait sa douce petite main, Long Hao Chen ressentit de la chaleur. Cette sensation chaleureuse était complètement différente de celle qu’il avait lorsqu’il était avec ses parents. Il ne savait pas du tout ce à quoi Cai’er avait renoncé juste pour lui éviter d’attendre trop longtemps.

Main dans la main, enveloppés d’un sentiment étrange, ce sentiment extrêmement pur, leurs silhouettes disparurent petit à petit sous la lumière du soleil.

« Cai’er, combien de temps resteras-tu dans la Cité Sacrée ? » Long Hao Chen sépara sa main de celle de Cai’er et lui posa courageusement cette question décisive.

La jeune fille resta silencieuse pendant un moment, « Pourquoi me demandes-tu ça ? »

Long Hao Chen fut secoué et il répondit, très embarrassé, « Je…je veux juste savoir pendant combien de temps je pourrai te raccompagner. »

Cai’er se tut alors que les deux jeunes se tenaient face à face. Les mains de Long Hao Chen étaient moites.

Sentant les mains moites du jeune homme, Cai’er dit doucement, « Je suis juste une fille aveugle, est-ce vraiment si important pour toi de me raccompagner ? »

Long Hao Chen fut pris par surprise et répondit sincèrement, « Je… je ne sais pas. »

Cai’er fut également stupéfaite. Même si on dit que les jeunes filles commencent à comprendre l’amour plus tôt que les garçons, elle avait encore moins d’expérience dans la vie que Long Hao Chen.

« Est-ce que tu te lasses de moi ? » demanda Cai’er en baissant la tête.

Long Hao Chen prit immédiatement peur et il déclara en la prenant par la main de nouveau, « Comment pourrais-je me lasser de toi ? » Il ne savait pas pourquoi mais il était actuellement extrêmement nerveux. Il sentait que s’il donnait une mauvaise réponse, la fille pourrait complètement disparaître.

« Cai’er, je…en fait, je suis vraiment très laid. Comment quelqu’un d’aussi laid que moi pourrait avoir la capacité de te rejeter ? » déclara Long Hao Chen, pris de panique.

Cai’er buta sur les mots du jeune homme, « Très laid ? »

« Oui, très laid. » confirma Long Hao Chen avec précipitation.

Cai’er sourit. Même si son visage était recouvert d’un voile et qu’il ne pouvait par conséquent pas le voir, Long Hao Chen sentit que son sourire était beau, extrêmement beau.

« Alors si… si je voulais que tu prennes soin de moi pour toujours, tu accepterais ? » marmonna-t-elle à toute vitesse, sa voix étrangement douce. Quand elle eut fini ces mots, son visage blanc était complètement rouge de gêne.

« J’accepterais. » répondit Long Hao Chen dans un état d’esprit étrange, comme s’il n’avait pas la moindre hésitation.

Cette fois, ce fut au tour de Cai’er d’être troublée. Elle retira sa main de celle de Long Hao Chen et dit, « Je… je vais rentrer seule. »

Long Hao Chen dit avec inquiétude, « A…alors demain je te raccompagnerai. »

« D’accord. » Elle hocha doucement la tête mais sa canne en bambou frappait le sol au moins deux fois plus vite que d’habitude. Cai’er rentra à son hôtel pour se reposer. Les paroles du jeune homme résonnaient sans cesse dans son esprit, Il est allé jusqu’à dire qu’il était très laid ? Ce même garçon qui est aussi joli qu’une fille ? Elle n’avait jamais auparavant senti ce gente de chaleur dans son cœur. Comment aurait-elle pu comprendre qu’il avait dit cela pour la réconforter ?

« Hehe. » Long Hao Chen ne put s’empêcher de rire. Il était toujours jeune et ne comprenait rien aux relations entre les garçons et les filles mais ses sens étaient beaucoup plus aiguisés que la normale. Il sentit clairement un changement dans l’attitude qu’avait Cai’er envers lui, un bon changement.

De bonne humeur, il rentra à son hôtel. Sans même attendre que son cœur ne se calme, il commença à cultiver. C’est là que quelqu’un se mit à cogne la porte avec empressement.

« Hao Chen, Hao Chen. » l’appela Li Xin, surexcitée.

Long Hao Chen fut surpris mais couru lui ouvrir la porte.

Li Xin était vraiment dans un état pitoyable. L’armure sur son corps était percée en au moins trois endroits, ses cheveux étaient emmêlés et elle avait même des traces de sang autour de la bouche. Elle était cependant très excitée. Dès qu’elle vit Long Hao Chen, elle le prit dans ses bras et dit avec excitation, « J’ai gagné, j’ai gagné. Hao Chen, je suis dans le top dix. Nous, frère et sœur, allons pouvoir aller ensemble dans les Escouades de Chasse aux Démons ! »

« Eh ? » réagit aussitôt Long Hao Chen. Il fut lui aussi enchanté par cette nouvelle inattendue, « Sœur, tu as gagné ? Tu es vraiment géniale. Félicitations ! »

Li Xin, très fière d’elle, déclara, « Eh oui ! J’ai été très chanceuse. Je n’ai affronté aucun adversaire au cinquième grade. Haha, ta sœur est tellement géniale. C’était limite mais à la fin, j’ai gagné. Père sera vraiment fier de moi. »

En termes de cultivation, Li Xin ne sortait pas du lot par rapport aux autres chevaliers de la compétition. Elle pourrait même être classée parmi les plus faibles. Cependant, elle s’était entraînée comme Chevalier du Châtiment et par-dessus tout, elle avait sa Licorne Rose et de la chance. Elle réussit donc, avec beaucoup de difficultés, à gagner ces préliminaires avec Long Hao Chen.

L Xin sourit, « Quel dommage que nous soyons tous les deux des chevaliers. Ta sœur ne pourra pas entrer dans la même escouade que toi, sinon cela aurait été encore plus parfait. »

Long Hao Chen gloussa, « Où est le problème ? Tu seras ma grande sœur pour toujours. »

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

6 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 97

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s