Shen Yin Wang Zuo chapitre 102

Chapitre 102 : La Colère de Cai’er (1)

Long Hao Chen, sous l’effet du [Sacrifice], avait dépassé une nouvelle limite et faisait face à la mort sans peur. Il avait tout donné et libéré la totalité de son potentiel.

En réalité, après avoir reçu en cadeau le remède de Lin Xin, il aurait pu s’en servir pour augmenter temporairement son niveau de cultivation. Toutefois, en voyant que son adversaire n’avait même pas invoqué sa monture, comment Long Hao Chen aurait-il pu accepter de s’aider de remèdes pour l’affronter ? Sous la pression de l’immense force de Yang Wenzhao, sa compréhension de [Sacrifice] avait fait un bon. À cet instant précis, après que ses cinq ans passés à entraîner les compétences des Chevaliers du Châtiment aient resurgi, on pouvait dire que sa compréhension était à son sommet. On pourrait presque l’appeler un maître de toutes les compétences qu’il avait étudiées.

Yang Wenzhao soupira et des gouttes de lumière bleue flottèrent hors de son torse. Chacune de ces gouttes était remplie d’éclats scintillants. Elles ressemblaient à des sortes de joyaux bleus. Soudain, elles frappèrent Long Hao Chen.

Un foyer spirituel !

Il était confiant dans sa capacité à résister à l’attaque de Long Hao Chen mais s’il se la prenait directement, il finirait forcément blessé. De plus, les ambitions de Yang Wenzhao n’étaient pas limitées à ce combat, il visait la première place parmi les chevaliers pour les préliminaires et la première place de la finale de la Sélection de Chasse aux Démons. À un moment aussi critique, comment pourrait-il se laisser finir blessé ?

An, bang, bang, bang, bang, bang…

Une série d’explosions se fit entendre autour du tourbillon formé par Long Hao Chen. Chaque morceau de cristal bleu s’envola, percuta le corps de l’adolescent et produisit une puissante explosion. Chacune de ces explosions réduisait l’intensité de la lumière rouge et or entourant Long Hao Chen ainsi que sa vitesse de rotation.

Quand Long Hao Chen fut proche de Yang Wenzhao, il ne pouvait déjà plus maintenir son [Épée Condamnante Tournante].

Bang

Les deux furent repoussés. Yang Wenzhao fit trois pas en arrière et prit une inspiration. Un brouillard doré sortit de son torse et se répandit autour de lui.
Plus loin, Long Hao Chen était debout, appuyé sur ses épées. Le rouge dans ses yeux commença à disparaître et presque toute son énergie spirituelle s’était dissipée. Néanmoins, comme avant, il se tenait droit et regardait Yang Wenzhao alors même que du sang coulait de son nez et de sa bouche.

« Je te félicite de m’avoir forcé à utiliser mon Foyer Spirituel d’Étoile Marine pour arrêter ton attaque. Te battre n’a pas été facile. » Yang Wenzhao leva les pouces en direction de Long Hao Chen, « J’ai hâte de t’affronter quand tu auras obtenu ta monture, nous ferons un autre combat à ce moment-là. »

« Le match est terminé, #1 est victorieux. » annonça l’arbitre avec empressement. Tout de suite après, une petite quantité de lumière blanche argentée coula depuis le podium, depuis l’estrade VIP, et illumina le corps de Long Hao Chen.

[Soin Divin], une compétence de Chevalier Gardien du septième grade.

Les minuscules gouttes de lumière argentées tombèrent sur Long Hao Chen, entrèrent en lui et purifièrent son corps et son sang tout en soignant ses blessures internes.

« Hao Chen. » À l’instant où l’arbitre déclara la fin du match, un manteau protecteur apparut autour du stade. Il appartenait à Ye Hua, qui courut immédiatement dans l’arène pour se tenir avec difficulté à côté de Long Hao Chen.

Il cracha néanmoins du sang. Malgré les effets du [Soin Divin], Long Hao Chen perdit conscience dans les bras de Ye Hua. Toutefois, personne ne fit attention au fait que sur son torse, une lueur blanche ondulait faiblement.

Dans son coin, Han Yu était toujours debout et ne bougeait plus depuis un bon moment. Long Hao Chen avait fini par perdre contre Yang Wenzhao mais même s’il avait perdu ce match, il était toujours rempli d’honneur !

Un foyer spirituel ! Tous les deux avaient un foyer spirituel et ce petit détail suffisait à faire respirer Han Yu avec difficulté.

Quelle était cette compétence utilisée par Long Hao Chen ? Il connaissait le [Sacrifice] mais il n’avait aucune idée de quelle était cette compétence qui avait fait tourbillonner l’adolescent. Il se demanda ce qui se serait passé s’il avait été à sa place. Sans compter sur sa monture, pourrait-il gagner contre un Long Hao Chen à fond et qui avait utilisé le [Sacrifice] ?

Han Yu ne s’aventura pas plus loin là-dedans parce qu’il connaissait clairement les faits. Et le fait était qu’il avait perdu contre Long Hao Chen dans un combat équitable.

C’était sans mentionner le point le plus important : il n’avait que 14 ans, que 14 ans !

Souvent, la nature d’une personne pouvait déterminer ses succès et ses échecs. S’il avait été quelqu’un d’autre, il aurait probablement été découragé en voyant une telle attaque mais Han Yu, étant une personne qui devenait plus courageuse en faisant face à la difficulté, avait à la place réalisé quelque chose d’important. Il comprit soudain le plan de son grand-père.

Après tout, si cette année il n’avait que 14 ans mais pouvait déjà égaler des chevaliers au cinquième grade, quelle pourrait être sa limite ? Il avait lui même 8 ans de plus donc ils avaient un grand écart d’âge. Comme le poursuivre était stimulant ! De la même façon, il possédait un potentiel incroyablement grand. Vu ses expériences et améliorations futures, il était évident que rester à ses côtés lui permettrait non seulement de faire partie d’une Escouade de Chasse aux Démons mais aussi d’accumuler beaucoup d’expérience. C’était peut-être le meilleur choix possible pour lui.

La douleur et l’amertume dans ses yeux disparurent graduellement et laissèrent derrière un regard ferme, rempli de résolution : il garda bien son objectif à l’esprit pour ne plus jamais le perdre de vue. L’existence d’un super-génie comme Long Hao Chen était une source constante d’encouragement pour lui.

Cai’er se tenait debout dans la rue. Elle était là depuis tôt ce matin et sentait que le soleil qui brillait au-dessus d’elle devenait de plus en plus intense.

Alors qu’elle repensait à sa conversation avec Long Hao Chen la veille, elle ne put empêcher son cœur de s’accélérer. En tant qu’assassin, ce genre de sentiments était quelque chose qui ne devrait jamais apparaître chez elle mais elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à lui.

La main de la jeune fille était mince, vigoureuse et à chaque fois qu’il la tenait, elle avait l’impression que sa main allait pleurer et demander pardon. Elle aimait cette sensation de protection. Depuis son enfance, c’était la première fois qu’elle ressentait ça.

Elle ne pourrait jamais oublier leur première rencontre, il y a longtemps. À cette époque, Long Hao Chen n’avait que neuf ans mais il avait utilisé son faible corps pour la protéger. Il était tout petit mais son courage et sa gentillesse n’avaient pas de limites. Même s’il y avait eu un adulte à la place de Long Hao Chen, l’aurait-il protégée comme il l’a fait ?

Elle décida de lui offrir l’anneau « Ne m’oublie pas » qui était très important pour elle parce que cette fois-là, la petite Cai’er fit confiance à son intuition.

En réalité, elle ne s’était pas attendue à revoir Long Hao Chen mais elle avait reconnu l’anneau qu’elle lui avait offert, rempli d’une résolution : « Ne m’oublie pas ». Elle ne savait pas si elle voulait garder ce secret pour elle ou si elle voulait qu’il le découvre seul.

Depuis sa plus tendre enfance, elle vivait dans un monde de froideur. Pour elle, la chaleur était une sensation hostile mais aussi une que seul Long Hao Chen réussissait à lui faire ressentir. Ces courtes marches dans la rue tous les jours, tenue par la main, étaient la période la plus heureuse de la vie de Cai’er. Elle attendait ce moment encore plus que lui.Comparé au bonheur de l’adolescent, même quelque chose comme la Sélection de Chasse aux Démons n’était pas très important.

En repensant à la Sélection, Cai’er ne put s’empêcher de sourire sous son voile. Il a dit qu’il me tiendrait toujours la main et me protégerait. Pendant la finale, je lui prêterai ma main.

Pour un aveugle ordinaire, perde la vue était sans aucun doute douloureux mais les mondes intérieurs des aveugles étaient beaucoup plus riches que ceux des gens ordinaires, au point où leur pouvoir d’imagination ne pouvait pas être comparé.

Le temps passa et elle attendit calmement au même endroit, toujours debout. Elle était sous la chaleur du soleil qui devenait lentement une tiédeur de fin d’après-midi. Elle ne s’agitait pas et attendait simplement dans le calme.

Il n’est pas venu, il n’est toujours pas arrivé.

La chaleur du soleil disparut et un souffle de vent froid passa sur le visage de Cai’er qui frissonna soudain.

Quelle heure est-il ? C’est une brise froide qui n’est créée que le soir. Depuis le temps qu’elle était dans la Cité Sacrée, c’était quelque chose dont elle était absolument sûre.

Il n’est pas venu ? Pourquoi n’est-il pas venu ? Est-ce qu’il regrette déjà ? Quelques larmes sincères et douloureuses coulèrent des yeux de Cai’er, prêtes à inonder les alentours.

Il viendra, je suis sûre qu’il viendra. Cai’er serra sa canne en bambou de plus en plus for. On pouvait voir ses jointures blanchir.

La lumière du crépuscule disparut petit à petit et la nuit emplit la Cité Sacrée, diminuant encore plus la température, mais rien ne pouvait se comparer à la froideur du cœur de Cai’er. La jeune fille menue avait l’air incroyablement solitaire, comme si son ombre la recouvrait entièrement.

Pourquoi ? Pourquoi n’es-tu pas venu ?
Des larmes coulèrent des yeux de Cai’er et glissèrent silencieusement le long de son visage. Il ne viendra pas, il fait déjà nuit noire.

Cai’er se tourna lentement vers son hôtel et commença à marcher en titubant vers lui.

Soudain, elle s’arrêta et écarquilla les yeux. Il…il avait un match aujourd’hui. Est-ce que c’est parce que quelque chose lui est arrivé qu’il n’est pas venu ?

Avec cette pensée en tête, Cai’er devint anxieuse. Elle ne savait pas pourquoi mais elle aurait préféré qu’il revienne sur la promesse de la veille plutôt qu’il ait eu un accident.

Il a eu un accident, c’est sûr. L’instant suivant, Cai’er fut entièrement certaine de cette supposition. En repensant à ce qui s’était passé plus tôt, elle eut honte d’elle même. Avoir une pensée aussi stupide était vraiment honteux. Le connaissant, la première chose qui aurait dû lui venir à l’esprit n’était pas s’il était revenu sur sa promesse ou non ; et même si c’était le cas, était-ce pire que si quelque chose lui était arrivé ? Non, absolument pas !

La canne de bambou frappa le sol en cadence et elle arrêta de tituber. À une vitesse ahurissante, elle disparut dans la nuit.

Une demi-heure plus tard.

Cai’er était assise calmement sur une chaise, dans sa chambre, et sa main agrippait toujours sa canne. Toutefois, le froid qui émanait de son corps avait empli toute la pièce et avait fait baisser sa température d’au moins dix degrés par rapport à dehors.

À trois mètres d’elle, un homme portant une armure noire lui disait d’une voix grave, « Comme je viens de le dire, Long Hao Chen a été soigné par le [Soin Divin] d’un expert du temple donc sa vie n’est pas en danger, mais sa vitalité a probablement diminué. Néanmoins, on ne sait toujours pas s’il pourra participer au reste de la compétition ou non. »

« Tu peux te retirer. » La voix glaciale de Cai’er sembla geler l’air.

« Oui, ce subordonné va prendre congé. » L’homme en noir quitta la chambre à grands pas et, une fois sorti, il put clairement sentir que son sang avait été gelé par l’intention meurtrière que relâchait Cai’er.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

7 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 102

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s