Shen Yin Wang Zuo chapitre 115

Chapitre 115 : Combat(s) Anormal/aux (3)

Ce qui était sorti d’un sort du huitième grade aussi formidable tenait dans la paume d’une jeune fille. Il était normal que tout le monde soit stupéfait. Cela avait laissé tout le monde entre le rire et les pleurs. À la surprise générale, elle n’avait rien invoqué d’autre qu’un petit agneau.

Oui, c’était bien un autre match anormal, très anormal même…

Le regard de Long Hao Chen était concentré sur Chen Ying’er, qui marchait et donc la bouche bougeait légèrement. Il se rappela soudain qu’il lui avait semblé entendre son professeur parler d’un génie qui était apparu dans le Temple Spirituel et qui avait même réussi à invoquer une bête magique du huitième grade ! Ça devait être elle. Cependant, si elle pouvait invoquer des créatures au huitième grade, qu’est-ce que c’était que ce petit agneau ?

Wang Yuanyuan était également déconcertée. Elle rangea discrètement sa gemme et sortit de l’arène.

Long Hao Chen repensa à Cai’er et ne resta pas plus longtemps. Il quitta vite le stade et se dirigea vers leur lieu habituel.

Vu que dans le deuxième groupe, le combat entre Lin Xin et Sima Xian avait duré dix minutes, Cai’er n’était pas encore là quand Long Hao Chen arriva.

Arrivé pour une fois avant elle, l’adolescent se relaxa. Il l’attendit là calmement.

Il n’avait jamais su qu’attendre comme ça pouvait donner autant d’espoirs.

« Du, Deng, Du. » De légers bruits se firent entendre d’assez loin. L’ouïe de Long Hao Chen était très bonne donc il reconnut immédiatement ce son familier. Il leva la tête et vit tout de suite que Cai’er arrivait, accompagnée par Li Xin qui lui tenait le bras. Quand elle vit l’adolescent sur le côté, cette dernière lui fit aussitôt des signes de sa main libre.

« Hao Chen. »

Long Hao Chen sourit et se dirigea vers elles. Soudain, quelque chose se passa. L’adolescent eut l’impression qu’une énorme fournaise venue des cieux l’enveloppait en partant de son front. Un instant plus tard, son esprit se vida.

Non loin de là, Li Xin était sur le point de le rejoindre quand elle vit une lumière violette sur le front de Long Hao Chen. On pouvait vaguement distinguer neuf branches dans cette lumière. Elle brilla soudain et Long Hao Chen disparut instantanément sans laisser de traces.

« Comment est-ce possible ? Hao Chen ? » appela anxieusement Li Xin. À ses côtés, Cai’er sentit instantanément que quelque chose n’allait pas et elle demanda avec précipitation, « Grande Soeur Xin’er, est-ce qu’il s’est passé quelque chose ? »

« Hao Chen…Hao Chen a disparu ! » Li Xin tira Cai’er avec elle jusqu’à l’endroit où se trouvait auparavant l’adolescent. Elles n’étaient pas les seules sous le choc : tous les passants poussaient des cris de surprise devant une telle scène.

« Comment…Comment a-t-il pu disparaître comme ça ? » réagit Li Xin avec incrédulité.

En comparaison, Cai’er était plutôt calme. Elle serra la main de Li Xin et dit, « Grande Soeur ne devrait pas s’inquiéter. Dis-moi simplement ce qui s’est passé. » Peu importe à quel point ses cinq autres sens étaient aiguisés, puisqu’elle ne pouvait pas voir, elle avait simplement senti une grande fluctuation d’énergie spirituelle disparut soudain juste avant que Li Xin se mette à crier.

Cette dernière raconta tout ce qu’elle avait vu et en entendant ses paroles, le visage de Cai’er devint sérieux. Elle n’avait aucune idée de ce qui avait pu se passer.

« Écoute Grande Soeur, rentre d’abord et essaie d’attendre qu’il rentre. Je vais aller chercher mon professeur et l’informer de ce qui s’est passé. Il doit y avoir un explication »

« D’accord, informe-moi si tu as des nouvelles s’il te plaît. » Puisqu’elles se dirigeaient justement là-bas, elle savait déjà où vivait Cai’er.

La jeune assassin avait peut-être l’air calme mais intérieurement, elle était aussi anxieuse que Li Xin. La disparition de Long Hao Chen était trop étrange, cela dépassait le bon sens.

Elle ne rentra pas à son hôtel mais se précipita jusqu’au Palais Administratif de l’Alliance.

Au bout de dix minutes, Cai’er fut devant Ying Suifeng.

Celui-ci fronça les sourcils, « D’après ta description, ce jeune homme a dû être transporté par une formation magique. En outre, c’était un transfert initié par quelqu’un d’autre. À partir de là, il y a trois possibilités. La première est qu’il a été invoqué par une autre créature avec qui il a conclu un accord de maître-serviteur où il est le serviteur et que son maître avait besoin de son aide et l’a invoqué. La deuxième possibilité est qu’il a été touché par un puissant maléfice qui l’a transporté dans une autre dimension. La troisième possibilité est que la vie de son compagnon, avec qui il a un pacte d’égaux, a été menacée et qu’il est allé l’aider. Il y a d’autres possibilités mais pour l’instant, ce sont les trois seules auxquelles je peux penser. En plus, vu qu’il semblait t’attendre, il n’a pas pu utiliser un parchemin ou quelque chose dans le genre pour se téléporter. Il n’est pas non plus un mage et ne peut donc pas utiliser de magie spatiale. Par conséquent, l’explication la probable que je puisse trouver est qu’il a été emmené par son compagnon avec qui il a un pacte d’égaux. Sais-tu de quel genre de monture il s’agit ? »

Cai’er secoua la tête, l’air impuissante, avant de poser une autre question, « Grand-père Yingzi, est-ce que c’est dangereux ? »

Ying Suifeng eut un sourire amer et répondit, « C’est difficile à dire. S’il a vraiment été appelé par sa monture, alors cela dépend de la puissance de son compagnon. Plus il est puissant, plus il pourra rencontrer des dangers. C’est toutefois quelque chose de difficile à prédire. Même un expert à mon niveau de cultivation ne peut pas être précis et je suis incapable de le trouver. Il a très probablement été téléporté dans une autre dimension. Être inquiète ne servira à rien, la seule chose que tu peux faire est attendre qu’il revienne. »

« Et si jamais il ne revient pas ? » Cai’er serra les poings.

Ying Suifeng prit une profonde inspiration et dit calmement, « Alors ce sera la preuve de sa mort. »

Le corps de l’adolescente trembla avant qu’elle ne fasse demi-tour pour partir.

« Fille, où vas-tu ? » demanda Ying Suifeng avec impatience.

Cai’er répondit sans tourner la tête, « Je vais l’attendre là où il a disparu. C’est parce que quand il reviendra, ce sera là où il a disparu. »

Long Hao Chen avait-il vraiment été téléporté ? Ce n’était même pas la peine de poser cette question. Tout comme Ying Suifeng l’avait prédit, il avait été invoqué via son contrat avec son compagnon.

L’adolescent revint à lui et l’inquiétude le parcourut. Il regarda aux alentours.

« Ke, Ke. » Dès qu’il apparut, Long Hao Chen ne put se retenir de tousser. C’était parce qu’une seule goulée de cet air était extrêmement poussiéreuse. L’atmosphère contenait une grande quantité de poussière et de nombreuses essences magiques. Une seule inspiration avait suffi à faire tousser le garçon à plusieurs reprises. Inconsciemment, il lança rapidement [Manteau de Lumière Divine], ce qui l’isola du monde extérieur. Il l’utilisa comme un filtre et put respirer de l’air purifié, ce qui le détendit.

Où suis-je ? L’anneau au doigt de Long Hao Chen s’illumina brièvement et son bouclier et son épée apparurent immédiatement dans ses mains. La première chose qu’il devait faire lorsqu’il était confronté à une situation dangereuse était de rester calme. Il fit tout de suite le bon geste de se protéger.

Après avoir repris son souffle, il découvrit qu’il était sur le flanc d’une montagne et ce qu’il vit ensuite le choqua complètement.

Ce monde était entièrement noir et rouge. Le ciel était noir, sans étoiles. L’air était infusé d’essence élémentaire des ténèbres et d’essence élémentaire de feu. Il y avait également d’autres essences élémentaires mais elles étaient très hétérogènes et loin d’égaler l’abondance des deux essences principales.

À perte de vue, le sol était craquelé et une impressionnante quantité de lave en jaillissait jusqu’à former une rivière.

Pas étonnant que la température soit aussi élevée. Bien que Long Hao Chen soit encore en état de choc, il était toujours vigilant. Comment suis-je arrivé ici ? Il sentit de la chaleur sur son front.

À cet instant, un cri familier résonna dans son cœur. Long Hao Chen en fut tout secoué et lâcha involontairement, « Hao Yue. »

Il se retourna soudain. Il vit alors dans son dos une grotte qui ne semblait pas très grande. Une faible lueur émanait de l’intérieur de cette caverne et était vaguement visible depuis là où il se situait.

Oui, c’était bien l’aura d’Hao Yue. Long Hao Chen, enfin calmé après avoir été téléporté si soudainement, se recouvrit à nouveau d’un [Manteau de Lumière Divine] et se dirigea vers la grotte.

Celle-ci n’était pas très profonde et il trouva rapidement Hao Yue. Néanmoins, l’apparence de ce dernier laissa Long Hao Chen stupéfait.

Hao Yue avait rampé jusque dans la grotte, il respirait difficilement. Petite Lumière et Petite Flamme étaient posées sur le sol et il était beaucoup plus grand que quand ils s’étaient séparés. Sur son cou, la bosse avait bien grossi.

Toutefois, les écailles du lézard étaient craquelées à de nombreux endroits et il restait des traces de sang violet sur son corps. Le plus mystérieux était que des couches de lumière bleue s’illuminaient les unes après les autres sur son corps, de l’extérieur vers l’intérieur. Toutes les trois inspirations, cette lumière brillait.

« Hao Yue, est-ce que ça va ? » Sans hésiter une seule seconde, Long Hao Chen lança un [Manteau de Lumière Sacrée] sur le corps d’Hao Yue. La lumière dorée de la compétence se mit à soigner les blessures de la monture.

Hao Yue reprit conscience et leva les têtes avec difficulté. Il regarda Long Hao Chen et lui transmit une série d’informations par la pensée.

Le lézard n’expliqua pas comment il était arrivé dans cet état et expliqua seulement à Long Hao Chen que c’était son monde natal, qu’il était en train d’évoluer et qu’il était sur le point d’en accomplir la dernière étape. Il était actuellement extrêmement faible et avait besoin de la protection de son compagnon. Tant qu’il pouvait terminer son évolution, il reviendrait avec Long Hao Chen à Sheng Mo Da Lu. (Tr : au cas où vous auriez oublié, c’est le nom du continent où se déroule l’histoire)

« Hao Yue, évolue sans crainte, je serai ton protecteur. » dit Long Hao Chen sans la moindre hésitation avant de relancer un [Manteau de Lumière Sacrée] pour continuer à le soigner. Il fit ensuite demi-tour et sortit pour garder l’entrée de la grotte.

Il s’agissait d’un autre monde dont il ne connaissait rien. On ne pouvait pas dire qu’il n’avait pas peur du tout mais pour Long Hao Chen, le plus important était la sécurité d’Hao Yue. Après tout, il s’agissait de son petit frère : le sang de chacun coulait dans les veines de l’autre. S’il ne s’agissait pas d’une situation extrêmement dangereuse, pourquoi Hao Yue l’aurait-il invoqué de force ?

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

4 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 115

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s