Shen Yin Wang Zuo chapitre 130

Chapitre 130 : Partage de Talent Inné ! (2)

Peu importe à quel point les perspectives du Scion de Lumière étaient grandes, au final, il n’était qu’une seule personne et rien de plus. De l’autre côté, les capacités de Ye Hua pouvaient aider les six temples.

Ye Hua pleura pendant quinze minutes d’affilée, jusqu’à ce que ses yeux soient rouges et qu’il ait complètement trempé les vêtements de Long Hao Chen. Il réussit à se calmer après de grandes difficultés.

L’homme se retourna et s’agenouilla en face de Han Qian, « Aîné Chevalier Saint, je vous remercie. »

Le vieil homme sourit, secoua la tête et répondit, « Ce n’est rien. Si cela te convient, tu n’as pas besoin de revenir à Hao Yue, tu peux me suivre. J’aimerais te transmettre l’expérience que j’ai gagné avec mes années d’entraînement et de cultivation. »

Ye Hua était très intelligent. Il était un génie qui n’apparaissait qu’une fois par génération. Il s’agenouilla à nouveau et répondit immédiatement, « Cet apprenti salue son nouveau maître. »

Han Qian eut un petit rire et lui répondit en posant les mains sur ses épaules, « Tu deviendras un jour l’une des étoiles les plus brillantes de notre Temple des Chevaliers et tes exploits ne seront pas inférieurs à ceux de ton cher apprenti. »

Long Hao Chen salua son professeur puis se posta devant Han Qian, « L’apprenti Long Hao Chen salue son grand-professeur. »

Celui-ci émit un petit son satisfait. Il était du genre direct et éclata immédiatement de rire. Han Yu regardait cette scène, le doute dans son cœur s’étant complètement évanoui. Sans parler du fait que son maître était maintenant le petit-disciple de son grand-père, Long Hao Chen avait aussi augmenté son énergie spirituelle interne innée jusqu’à 80. Il se demandait déjà s’il ne devrait pas discuter un peu avec son grand-père pour lui demander d’allonger son temps d’écuyer.

Puisque Ye Hua avait eu une augmentation de plus de 40 niveaux, on pourrait penser au premier abord que c’était lui en ayant tiré le plus de bénéfices. Cependant, c’était en réalité Han Yu pour qui c’était le plus avantageux.

Son talent inné était auparavant de 63 et bien qu’il soit déjà un génie, s’il voulait devenir un jour un Chevalier Divin, il allait encore devoir affronter de nombreuses difficultés Dans l’histoire du Temple des Chevaliers, pratiquement tous ceux capables de devenir des Chevaliers Divins avaient des talents innés au-dessus de 70. Sinon, il fallait vouloir travailler bien plus.

Avoir une énergie spirituelle interne innée de 70 donnait un corps d’ange et une de 80 un corps béni des dieux. En d’autres mots, grâce aux effets du partage de talent inné de Long Hao Chen, ses compétences innées avaient augmenté de deux stades. Tant qu’il restait en vie, atteindre le neuvième grade n’était plus qu’une question de temps pour lui ! Comment pourrait-il rester impassible ? Je suis devenu un écuyer, et alors ? Avec une augmentation de compétences innées aussi immense, même si je reste écuyer pendant vingt ans, cela vaudra le coup !

« Je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce choix ait autant de bénéfices. Haha. » dit Han Qian, visiblement très content de lui, « Bon, passons aux choses sérieuses. Hao Chen, tu t’es placé dans le top dix pendant les préliminaires. D’après les règles, notre Temple doit te donner une arme en récompense. J’ai entendu parler du fait que dans le groupe trois, l’arme du finaliste du Temple des Chevaliers, toi donc, a souffert de sérieux dégâts. Dans cette situation, tu peux recevoir la récompense à l’avance. »

« L’arme que tu recevras dépend de ta chance. Demain matin, Han Yu t’emmènera à la trésorerie du Temple et te dira quoi faire. Enfin, vu que tu es déjà classé premier du troisième groupe, tu n’as pas besoin de participer au match de demain. Ton professeur me considère maintenant comme son professeur donc tu es mon petit-disciple. Quand je reviendrai, il faudra que je vous prépare un cadeau de bienvenue. Je le vous ferai livrer demain. Ce n’est pas acceptable pour mon petit-disciple de ne pas avoir un ensemble complet d’équipements. Petit Yu, à partir de maintenant, tu es l’écuyer de Hao Chen. Tu sais quoi faire. »

Han Yu lui répondit, « Oui grand-père. J’apprendrai auprès du maître et je ne vous décevrai plus jamais. »

Han Qian finit par partir et Long Hao Chen emmena Han Yu dans sa chambre. De son côté, Ye Hua s’enferma pour cultiver.

« Frère Yan, quelque chose ne va pas. Appelle-moi juste par mon nom. Je me sens vraiment mal à l’aise quand tu m’appelles « maître ». » avoua sincèrement Long Hao Chen.

Han Yu secoua résolument la tête et lui répondit, « Non, je ne peux pas. Il ne faut pas  oublier nos rôles, je suis l’écuyer du maître ! Je dois m’adresser correctement au maître. » Il avait pris sa décision, il accompagnerait Long Hao Chen. Le Scion de Lumière ! Il l’accompagnerait pendant son voyage ! L’admiration qu’il ressentait actuellement envers son grand-père n’avait pas de limites, c’était vraiment un visionnaire ! Devenir l’écuyer du Scion de Lumière était une fierté, pas une honte !

Long Hao Chen essaya de le persuader pendant longtemps mais quoi qu’il dise, Han Yu refusa d’accepter. Il finit par lui préparer simplement un endroit où il pourrait vivre temporairement.

Le lendemain matin, Han Yu emmena Long Hao Chen à la Salle des Coffres de l’Alliance. Avant de partir, Long Hao Chen demanda à Li Xin de prévenir Cai’er qu’aujourd’hui, il allait probablement rentrer très tard et qu’elle devrait probablement rentrer sans l’attendre.

La Salle des Coffres de l’Alliance faisait partie du Grand Stade de l’Alliance. Tout comme ce dernier, elle était sous le contrôle des Six Grands Temples.

La Salle des Coffres était située à l’arrière du Grand Stade de l’Alliance, dans un endroit assez discret au premier coup d’œil.

De l’extérieur, elle ressemblait juste à une structure hexagonale classique et elle ne faisait qu’une centaine de mètre carrés. On pouvait facilement la prendre pour une résidence luxueuse.

À l’entrée, deux aînés assis sur des chaises discutaient, l’air relaxés.

« Salutations, aînés. Moi, Han Yu, viens au nom du Chevalier Saint Han Qian pour que le Chevalier Terrestre Long Hao Chen puisse recevoir une récompense. » les salua Han Qian.

Long Hao Chen leur adressa également un salut.

L’un des deux hommes était gros et l’autre mince. Le plus enveloppé avait le crâne qui se dégarnissait et ses vêtements laissaient voir son torse.

L’autre ressemblait à une brindille. Il avait l’air de pouvoir s’envoler au moindre coup de vent.

« Grumpf, votre plaque ? » demanda l’homme mince.

Han Yu s’avança et la lui tendit.

Le vieil homme hocha la tête et dit, « Toi, attends ici. Long Hao Chen, suis-moi. »

« Oui. » répondit l’adolescent avant d’entrer à la suite de l’aîné. Han Yu attendit patiemment à l’entrée.

En entrant, Long Hao Chen parcourut du regard avec attention l’un des endroits les plus importants de la Cité Sacrée.

Le hall du bâtiment était assez petit, une centaine de mètres de long seulement. Un hexagramme était gravé dans le sol au centre de la pièce.

L’énorme porte derrière eux se ferma et ils se retrouvèrent entourés par six murs. Il y avait une fresque géante sur chacun d’entre eux.

Toutes ces peintures représentaient des gens. Il y avait six murs et six personnes. Vu la façon dont ils étaient habillés, chacun était la représentation de l’un des Six Grands Temples.

L’homme mince s’arrêta au centre de l’hexagramme, se retourna et regarda Long Hao Chen pendant quelques instants avant de grogner, « Tu es donc Long Hao Chen. Je n’arrive pas à voir ce qu’il y a de si spécial à propos de toi. »

L’adolescent eut l’air perdu, « Aîné, vous me connaissez ? »

L’autre répondit franchement, « Non. » Il bougea ensuite légèrement le pied et fit un pas en direction du mur des chevaliers.

Long Hao Chen ne perçut aucune fluctuation d’énergie spirituelle alors que le mur s’illuminait.

L’aîné leva la main droite. Long Hao Chen put vaguement apercevoir quelque chose au creux de celle-ci qui ressemblait à un petit sceau. L’objet brilla un peu. Soudain, la lumière émanant du mur se propagea alors que le chevalier peint prenait vie.

« J’amène cette personne, Temple des Chevaliers. » cria le vieil homme. Il leva la jambe et donna un coup de pied dans les fesses de Long Hao Chen.

Il était si rapide que l’adolescent n’eut pas du tout le temps de réagir. Il sentit son corps s’engourdir et ne réussit pas à rassembler de l’énergie spirituelle. Il volait droit vers le mur avec le symbole des chevaliers.

Long Hao Chen fut si surpris qu’il hurla presque. Alors qu’il se crispait à la pensée de la douleur qui arriverait quand il frapperait le mur, celui-ci devint illusoire. Il entra dans le mur et disparut.

L’aîné regarda la fresque murale et grogna, « Un Chevalier Terrestre de quatorze ans, il passe à peine…Mais il n’a rien de particulièrement formidable. Trop de lacunes, trop de lacunes. Comment cette fille peut-elle être aussi bornée ? Je suis vraiment obligé d’aider cet enfant du Temple des Chevaliers ? J’ai plutôt envie de le réduire en miettes ! »

Il partit lentement en marmonnant dans sa barbe. L’homme enveloppé à côté de qui il était assis plus tôt rit bruyamment, « Comment était-il ? »

L’aîné maigre ouvrit grand l’un de ses yeux, « Pas génial. Il ne convient pas à notre Cai’er. »

Son interlocuteur rit encore plus fort et répondit, « Ce n’est pas à moi que tu dois dire ça mais au vieux Yang. »

L’homme se rassit, sans même jeter un coup d’oeil à Han Yu qui était toujours là, et grogna, « Tôt ou tard, je trouverai le vieux Yang et il devra payer ses dettes. Il a profité de moi toute sa vie. Ce vieillard doit laisser les jeunes prendre l’avantage. »

L’autre lui dit en riant, « D’ailleurs, c’était un ordre personnel du vieux Yang. Comment est-il lié à ce gamin ? »

Le premier aîné prit soudain une expression étrange, « Puisque tu en parles, j’ai quelque chose à dire là-dessus. Le petit-fils de ce vieux Yang est incomparable à ce jeune. Haha, il y a quelques jours, la jeune fille de notre famille s’est presque débarrassée de ce sale gamin. Dommage que tu n’aies pas pu voir l’expression du vieux Yang quand il est venu me voir. C’était la première fois, depuis tout le temps que je le connais, que je le voyais aussi tendu. Et son humeur ne s’est pas améliorée par la suite. J’ai entendu dire que c’est ce gamin qu’on vient de voir qui est la cause de tout ça. Qu’est-ce que c’est pénible ! C’est comme si notre Temple des Assassins avait une dette envers le Temple des Chevaliers ou quelque chose comme ça. »

De là où il était, Han Yu tendit l’oreille en les entendant. Il avait déjà quelques idées à ce sujet.

Le vieil homme maigre se leva brusquement et tourna la tête, « Qu’est-ce que tu écoutes ? Dégage. » Il bougea la main et Han Yi sentit une puissante énergie le frapper. Il fut propulsé dans les airs sur plus de dix mètres.

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

2 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 130

Répondre à vorhax Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s