Shen Yin Wang Zuo chapitre 166

Chapitre 166 : Mon Idiot ! (2)

« Ma conscience a fini par disparaître et mes sens se sont atténués. À cette époque, je n’étais qu’une enfant de trois ans qui ne savait même pas ce que signifiait « désespoir » mais j’avais l’impression que l’intérieur de mon corps était aussi froid que la grotte. Je les hais ! Je hais arrière-grand-père, je hais père, je hais mère ! Je hais tout le monde ! Pourquoi, pourquoi m’ont-ils jetée dans ce genre d’endroit !? »

Cai’er était déjà inondée de larmes. Long Hao Chen ne se serait jamais attendu à ce qu’elle ait subi ce genre de choses. À quel point à ce que ça pouvait être horrible et douloureux pour une fillette de trois ans ? Pas étonnant…pas étonnant que Cai’er soit en permanence aussi froide. Tout date de ce moment-là.

Le coeur de Long Hao Chen se serra. Il serra Cai’er dans ses bras de toutes ses forces. Il voulait lui transférer la chaleur de son corps afin de faire fondre la glace autour du coeur de la jeune fille.

Cette dernière resta également près de lui, terrifiée de revenir à cet horrible endroit qui n’était que glace et ténèbres au point où ses ongles étaient enfoncés dans le dos de Long Hao Chen et où elle tremblait violemment. Pendant un long moment, elle fut incapable de se calmer.

« À partir de cet instant, père, mère, grand-père, grand-mère et arrière-grand-père, ils n’étaient rien de plus que des noms. Je les hais et je ne les considère pas comme faisant partie de ma famille. Je les hais pour leur égoïsme. Même s’ils ont fait ça pour le bien de toute l’Alliance des Temples. Est-ce que…est-ce qu’ils pensaient à ce que je pouvais ressentir ? Je n’étais plus qu’une arme froide comme la glace, une arme pouvant détruire plus de choses que quoi que ce soit d’autre. » dit Cai’er après s’être remise à parler, peut-être à cause de la chaleur provenant du corps de Long Hao Chen et également parce qu’une partie de la glace qu’il y avait en elle avait fondu. Les tremblements de son corps se calmèrent mais sa voix était aussi remplie de tristesse et de colère qu’auparavant.

Elle avait déjà gardé ces paroles en elle pendant plus de dix ans et maintenant qu’elle pouvait dire tout ce qu’elle avait gardé supprimé, elle sentit que se s mots étaient un peu plus paisible.

« Après sept jours, sept journées entières, alors que j’étais sur le point d’abandonner, j’ai vu une silhouette noire apparaître comme une boule de brouillard et et marquée profondément dans mes os. Consumée par le désespoir, je me suis enfoncée dans un silence absolu. Puis j’ai beaucoup perdu ce que je percevais de ce qui m’entourait.

Quand je me suis réveillée hors de ce monde glacial, les « membres de ma famille » m’entouraient avec des regards abasourdis. Puis je les ai entendu parler du Foyer Spirituel de Samsara et de la Dague de Samsara. Une sorte de masse noire et une dague ont été insérées dans mon corps. Le même jour, j’ai perdu le sens de l’odorat. Et plus tard, j’ai appris que j’avais été inconsciente pendant deux ans. Quand je me suis réveillée, j’avais déjà cinq ans. »

Long Hao Chen demanda avec surprise, « Était-ce le pouvoir que tu as utilisé cette-fois là ? »

Cai’er hocha légèrement la tête, « Le Foyer Spirituel de Samsara, classé premier parmi tous les foyers spirituels. Type attaque. Avant moi, une seule personne l’a possédé. Il faisait partie d’une ancienne génération de notre Temple des Assassins. Grâce à ce foyer spirituel, il a attaqué l’Empereur Dieu Démon, le plus puissant des dieux démons. Au final, ce Scion de Samsara est mort aux mains de l’Empereur mais ce dernier a aussi péri peu après et l’Empereur Dieu Démon suivant lui a succédé. Durant cette période de crise pour l’Alliance, cet évènement a permis de gagner un temps précieux. »

Cai’er semblait maintenant s’être calmée mais sa prise sur le corps de Long Hao Chen était toujours ferme. La sensation de la jeune fille assise sur la cuisse de l’adolescent lui fit presque oublier la tristesse qu’il ressentait à cause d’elle.

« Le Foyer Spirituel de Samsara est extrêmement puissant. Particulièrement avec l’artefact divin qu’est la « Dague de Samsara », il a un pouvoir destructeur plus grand que tout ce que tu peux imaginer. Le Scion de Samsara qui a vécu à cette époque, juste après avoir atteint le neuvième grade, a défié l’Empereur Dieu Démon dont l’énergie spirituelle interne approchait les 1 000 000 alors que la sienne n’en était pas à 200 000. Simplement grâce au Foyer Spirituel de Samsara et à la Dague de Samsara, il a réussi à entraîner cet Empereur Dieu Démon de l’autre côté avec lui, et est devenu ainsi le plus grand héros du Temple des Assassins.

Cependant, cultiver le Foyer Spirituel de Samsara vient avec un coût astronomique. » À ce stade, l’humeur de Cai’er sembla s’assombrir grandement.

« Pour obtenir l’approbation du Foyer Spirituel de Samsara et de la Dague de Samsara, posséder un corps de Samsara est le premier prérequis. Cela signifie qu’un assassin doit avoir une énergie spirituelle interne innée de plus de 90. Sous l’effet du foyer spirituel, mon énergie a même dépassé 100. Afin de pouvoir utiliser la totalité du véritable pouvoir du Foyer Spirituel de Samsara, en plus d’un entraînement sans fin, le corps est également soumis à une série d’épreuves qui peuvent aller jusqu’à un point que l’on appelle « torture ». À partir de ce jour, mes cinq sens ont été désactivés l’un après l’autre.

D’abord c’était l’odorat, puis l’ouïe et ensuite le goût. Et le plus horrible a été la fois où j’ai perdu le toucher et où je ne pouvais plus rien sentir. Je ne pouvais pas sentir ou saisir quoi que ce soit, je ne pouvais même pas contrôler mon corps et j’ai été déposée dans un endroit froid pendant deux ans avant de finir par récupérer. Et plus récemment, j’ai perdu la vue. C’est à cause de ça que je suis actuellement aveugle. »

Tout en parlant, Cai’er retira sa main du dos de Long Hao Chen et lui caressa doucement le visage avec affection.

En son for intérieur, Long Hao Chen tremblait. Tout ce temps, il avait su que sa voie de cultivation reposait non seulement sur son talent inné mais aussi sur de grands efforts. Cependant, comparé à l’expérience de Cai’er, que valaient ses propres efforts ? Pour obtenir ses résultats actuels, quelle quantité de torture avait-elle dû endurer !?

« À de nombreuses reprises, je ne suis pas passée loin de ne plus pouvoir le supporter. Particulièrement la fois où je n’ai pas pu bouger d’un pouce pendant deux ans et demi, j’étais vraiment devenue folle. À cette époque, je n’avais plus aucun attachement envers la vie. Être tourmentée à ce point était pire que la mort ! Mais alors que je songeais ça, la silhouette d’un petit idiot est apparue dans mon coeur. Un qui ne possédait aucune capacité mais qui m’a pourtant protégée avec son corps et sa vie. Face à un ennemi d’une puissance incomparable, cet idiot s’est avancé courageusement, il était prêt à tout pour me protéger, alors qu’il ne m’avait rencontrée que quelques instants auparavant.

Et c’est justement cet imbécile qui a laissé une graine de chaleur en moi. Grâce à la chaleur que cette graine a apporté, j’ai enfin commencé à désirer vivre, à attendre le jour où je pourrais repayer cette dette. C’est cela qui m’a aidé à persévérer. À chaque fois que je n’arrivais plus à supporter les effets secondaires du Foyer Spirituel de Samsara, je songeais à cet idiot qui a dit qu’il me protégerait cette fois où j’avais perdu ma voix en même temps que le sens du goût.

Cet idiot c’était toi. Cet idiot au grand coeur. Mon idiot. »

Des larmes se mirent à nouveau à jaillir des yeux de Cai’er. La différence était que cette fois-ci, il ne s’agissait plus de larmes de souffrance et de tristesse, celles-ci n’étaient remplies que de…chaleur et de bonheur.

En état de choc, Long Hao Chen parvint à répondre, « Tu…Tu étais la petite fille de cette fois-là ? »

Le chagrin de Cai’er se changea brusquement en bonheur, « Tu es vraiment un idiot ! Si je ne t’avais pas reconnu, pourquoi t’aurais-je laissé me raccompagner ce jour-là ? »

Long Hao Chen était complètement surpris, « Mais après que nous ayons grandi, je n’ai même pas pu te reconnaître ! Comment as-tu pu me reconnaître ? »

Cai’er toucha doucement l’anneau ne-m’oublie-pas au doigt de l’adolescent, « Ce jour-là, tu venais de remettre ton arme dans un anneau. Et alors que j’étais sur le point de partir, j’ai senti les fluctuations d’énergie venir de l’anneau ne-m’oublie-pas.

Je le portais depuis que j’étais toute petite donc je connais parfaitement cette sensation. Après, c’était pour vérifier s’il s’agissait vraiment de cet anneau que je t’ai laissé me prendre la main. Ensuite, après t’avoir demandé ton nom, comment aurais-je pu ne pas savoir que tu étais cet idiot ? Pour avoir voulu m’aider moi, une fille aveugle que tu ne connaissais même pas, tu es aussi gentil qu’à cette époque. »

« Alors c’était ça. Je me suis demandé pourquoi ton attitude avait changé aussi brusquement ce jour-là. » réalisa Long Hao Chen.

Cai’er dit sereinement, « Je ne m’attendais vraiment pas à te voir aussi rapidement. Au départ, je voulais passer la dernière épreuve du Foyer Spirituel de Samsara avant de me lancer à ta recherche. Je ne savais pas à quel point tu aurais changé mais je voulais quand même te rendre la chaleur que tu m’avais donné ce jour-là. Mais tu es apparu devant moi si soudainement. Peut-être que c’était le destin.

Le savais-tu ? Ces journées étaient les plus heureuses de ma vie. Attendre tous les jours que tu viennes m’escorter, marcher dans cette rue où tu me montrais le chemin. La graine de chaleur dans mon coeur a germé et le jour où tu as dit que tu me protégerais toute ta vie, j’ai su que, enfin, je n’étais plus seule. Tant que je pourrais être à tes côtés, je me sentirai comme une personne et pas une arme meurtrière. »

« Bien sûr que tu n’es pas une arme, tu es une personne. Tu es ma Cai’er. » Long Hao Chen la serra fort dans ses bras, comme s’il avait peur de la perdre.

Cai’er ferma les yeux, appuyée sur Long Hao Chen et réchauffée par son corps. Son souffle se calma et elle sembla s’endormir dans les bras de l’adolescent.

Recroquevillée dans l’étreinte de Long Hao Chen, elle dormait paisiblement. Des larmes scintillantes coulaient de ses longs cils, son visage pâle était coloré de rose, ce qui signifiait de la chaleur, et un sourire de satisfaction soulevait les coins de sa bouche.

Elle était profondément endormie, au point où elle ne montra pas la moindre réaction quand Long Hao Chen la souleva doucement jusqu’au lit. Après cela, il avait prévu de partir mais la prise de Cai’er était forte, trop forte. Au final, il refusa de la quitter comme ça. Long Hao Chen observa son visage serein endormi et se sentit paisible.

Il leva prudemment la main de Cai’er avant de prendre son corps doux dans ses bras et de soulever la couverture au-dessus d’elle pour s’allonger à côté d’elle, séparé par la couverture. De cette façon, les deux jeunes ne seraient pas en contact plus qu’il ne le fallait. Il ne voulait en aucune façon blesser Cai’er, même si c’était juste qu’elle soit embarrassée quand elle se réveillerait.

La soif qu’avait Cai’er pour la chaleur de Long Hao Chen avait déjà surpassé le propre attachement de l’adolescent à l’entraînement.

Il voulait lui donner cette chaleur.

Il embrassa délicatement son front et déclara, « Je serai ton idiot pour toujours. »

Note de l’auteur :

Quand on cherche un partenaire, il faut chercher des sentiments éternels, des sentiments tendres, des sentiments directs, des sentiments qui rendent prêt à s’engager. Ce facteur restera toujours plus précieux que l’argent. Pour moi, la situation parfaite et quand une personne a accompagné l’autre pendant qu’il grandissait. Cela ne dépend pas de la quantité d’argent que peut gagner cette personne mais de comment cette personne peut faire avancer notre vie, ensemble, côte à côte.

(Tr : note de l’auteur chinois, que je trouve très belle et que j’espère avoir traduit correctement.)

Chapitre précédent   Sommaire   Chapitre suivant

Publicités

4 réflexions sur “Shen Yin Wang Zuo chapitre 166

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s